Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Saintes chéries
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,0
    32 notes dont 5 critiques
    répartition des 5 critiques par note
    1 critique
    0 critique
    3 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Les Saintes chéries ?
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6077 abonnés Lire ses 10 653 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 13 juin 2015
    Parlons d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. "Les Saintes chéries", sèrie culte des sixties avec Micheline Presle et Daniel Gèlin dans les rôles principaux! Le titre donne une parfaite idèe du ton - moderne - de la sèrie dans un bel exemple de rèalisme quotidien, comme l'entendait Jean Becker! Et le futur rèalisateur de "L'ètè meurtrier" tient ses promesses, l'histoire devenant crèdible au fil des trois saisons divisèes en 39 èpisodes, tirèes de la nouvelle de Nicole De Buron entre les malices de la fatalitè, les replis stratègiques et les scènes de mènages du couple Lagarde! Ici la mauvaise foi masculine et fèminine n'a pas de limites, s'acheter une robe exige beaucoup de patience, conduire dans la capitale devient un vrai parcours du combattant, vivre dans une maison de campagne n'est pas de tout repos, et un gentil mari à bonne ècole peut aussi avoir ses petites ruses (les hommes dètestent la jalousie sauf quand c'est eux qui la pratiquent). Bref, on dèmènage et on passe à la couleur à la saison 2, on prend des vacances ensoleillèes à Cabourg, on danse sans fatigue au Calypso à Saint-Tropez, on n'hèsite pas à mettre le costume bavarois à Munich pour une chasse pas comme les autres, on part aux sports d'hiver pour goûter à la vraie vie de trappeur, à Montrèal pour le motoski...puis on revient sur Paris pour la crèation d'une agence de publicitè! Les seconds rôles sont fort bien choisis, de Jean Yanne en emmerdeur à Paul Mercey en plombier, en passant par Marthe Mercadier en bonne copine, Rollis et Jackie Sardou en casse-pieds, Dario Moreno (excellent) en client ètranger, Jacques Balutin en reprèsentant en gadgets, Robert Castel (« Les affaires c'est comme les courses, y a jamais de tuyaux sûrs. »), Jean Carmet...ou les Charlots qui s'invitent même à la fête dans une sèquence pop psychèdèlique! Formidable duo d'acteurs, simplicitè et lisibilitè des situations : « Si vous ne savez pas quoi faire le dimanche à Paris, consolez-vous, vous n'êtes pas les seuls dans ce cas ! » et musique reconnaissable entre toutes! Même si la saison 3 est de trop, il faut bien reconnaitre que la saison 1 et 2 (surtout) font office de bonne humeur dans l'univers quotidien d'une famille d'avant mai 68...
    thigaelle
    thigaelle

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 200 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 16 novembre 2009
    J'ai beaucoup aimé cette série dynamique et juste.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1924 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 17 décembre 2011
    Pour en faire véritablement une série majeure, il aurait fallu une plus grande rigueur dans l'écriture des épisodes. De plus, certains gags et répliques ont un fort goût de bâclage. Mais il y a un charme indéniable qui se dégage tout de même des "Saintes chéries". Tout d'abord, c'est un témoignage qui permet de bien saisir l'atmosphère de l'époque gaullienne-début Pompidou où les femmes commençaient à s'émanciper. Ensuite, le couple Micheline Presle-Daniel Gélin fonctionne très bien et on a plaisir à voir parmi les seconds rôles des figures devenues par la suite familière qui faisait leurs débuts comme Jean Yanne ou encore Daniel Prévost.
    Andrée S
    Andrée S

    Suivre son activité Lire sa critique

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 15 octobre 2019
    humour parfois un peu dépassé aujourd'hui. Stéréotypes hommes - femmes (l'homme logique et réflexif, la femme hystérique qui panique pour un rien) très forts et stéréotypes Québec-France si forts que ça s'apparente à du racisme, dans les épisodes tournés au Québec (tous les clichés du Québécois qui vit dans les bois, est mal dégrossi, etc. vis-à-vis du Parisien si évolué...). Quand même le charme inéluctable des années '60 est là : années prospères, de folie et d'émancipation des femmes. À revoir pour le plaisir.
    Back to Top