Mon AlloCiné
"Rois et reine" : Desplechin au tribunal
28 févr. 2006 à 11:28
facebook Tweet

Hier lundi, devant le TGI de Paris, Marianne Denicourt a poursuivi Arnaud Desplechin, qu'elle accuse de s'être inspiré de sa propre vie pour le film "Rois et reine", afin de lui nuire.

Le 7e art en procès. A l'heure où les spectateurs se livrent au jeu des sept erreurs, en comparant les personnages de L'Ivresse du pouvoir de Chabrol aux protagonistes de l'affaire Elf, cinéma et réalité se confrontent à travers un autre dossier qui ressurgit, cette fois, devant la justice. L'actrice Marianne Denicourt a en effet pousuivi, hier lundi, devant le Tribunal de Grande Instance de Paris, le cinéaste Arnaud Desplechin, l'accusant d'avoir exploité des épisodes douloureux de sa vie privée pour son film Rois et reine.

Le film d'Arnaud / la vie de Marianne

Rappel des faits : en décembre 2004 sort en salles le quatrième long métrage de Arnaud Desplechin, Rois et reine, tragi-comédie plébiscitée par la critique, couronnée par le prix Louis-Delluc, qui récoltera un joli succès public (plus de 500 000 entrées) et vaudra un César du Meilleur acteur à Mathieu Amalric. Celui-ci a pour partenaire dans le film Emmanuelle Devos qui incarne Nora, un personnage dans lequel se reconnaît Marianne Denicourt, comédienne qui fut, au début des années 90, la compagne du cinéaste, et un des piliers de la "famille" Desplechin, à travers ses rôles dans La Vie des morts, La Sentinelle et Comment je me suis disputé.... La jeune femme reproche au réalisateur d'avoir voulu lui nuire en exploitant à l'écran des moments difficiles de son existence (le suicide du père de son jeune fils, la mort de son propre père). Elle le fait savoir en publiant dès janvier 2005 un opuscule cinglant intitulé Mauvais génie (co-écrit par la journaliste Judith Perrignon), portrait au vitriol du cinéaste, rebaptisé Arnold Duplancher, dans lequel on apprend que le rôle de Nora aurait été refusé par plusieurs actrices, dont Juliette Binoche, en raison de ces troublantes similitudes.

Un préjudice de 200 000 euros

Hier, devant la 17e chambre du TGI, Me Jacques Bitoun, avocat de la comédienne, a considéré qu'Arnaud Desplechin avait voulu "prélever sa dîme de vampire créateur", après sa séparation d'avec l'actrice, qu'il aurait mal vécue. Le magistrat, qui évalue à 200 000 euros le préjudice subi par sa cliente ("tombée malade, pendant un an et demi, elle n'a pas travaillé"), a ajouté que le cinéaste "a déformé la vie de Marianne Denicourt de manière brutale et dure, avec pour objectif de la blesser". Il s'est appuyé sur plusieurs témoignages, dont celui d'un autre compagnon de la comédienne, Daniel Auteuil, selon qui la liberté de l'auteur s'arrête lorsque l'oeuvre "n'a pour autre but que de démolir la vie des êtres humains". De son côté, Me Laurent Merlet, défenseur du réalisateur, a souligné que c'est l'actrice elle-même qui, en publiant un livre, a rendu possible l'identification entre Nora et sa propre vie. Selon lui, elle n'apporte pas "la preuve que les spectateurs, en sortant du film, pouvaient se dire: "Mais c'est la vie de Marianne Denicourt !"" On connaîtra le 3 avril la décision du tribunal public.

Julien Dokhan avec AFP
facebook Tweet
Sur le même sujet
Commentaires
  • jamesdu75
    de tt facon vue la nullité du film c pas trés important.
  • CrystallineGreen
    :lol: :jap:
  • donnie darko
    on est d'accord...
  • Ilwan
    J'espère, à tout le moins, que le bon sens sortira grandi de cette affaire grotesque, et que le procès fera taire la censure, d'où qu'elle vienne, en donnant raison au cinéma de Desplechin.
  • PatLeHobbit
    C'est vrai ce que dit l'avocat de Desplechin : à part les intimes de l'actrice, qui pouvait savoir que ce film était (volontairement ou non) inspiré de sa vie. C'est elle qui l'a fait savoir en sortant son livre et portant plainte et pas le réalisateur. 99,9% des gens qui ont vu le film ne le savaient pas.
  • Olivier D.
    moi je savais meme pas qu'ils avaient été ensemble, alors de là à deviner que c'était un passage de sa vie qu'il avait raconté, comme on dit : faut pas pousser mémé dans les orties
  • mamnov
    Je pense que son souci n'est pas là (q les gens vont savoir q ce sont des moments de sa vie qui sont racontés dans le film), mais ce qui la dérange et ce qui a pu la blesser, c'est qu'on se soit servi d'elle ou de son histoire sans son accord... en plus ce sont des périodes de sa vie pas super top et très intimes qui ont été exposées, alors moi je comprends un peu sa démarche. J'aimerais pas q qqun avec qui j'ai partagé plein de choses se mette à raconter ce qui est arrivé dans ma vie à tout le monde...Cela dit, j'ai bien aimé le film!
  • angmichel
    comme il a été dit plein de fois sur ce site (voir forum de Rois et reine) 1) MD n'est pas Nora 2) AD vit avec X (Arielle) depuis presque 10 ans 3) la carrière de Marianne est en piteux état ; AD n'y est pour rien cette histoire à la con est débile et dénature le film
  • angmichel
    je crois que 99,9999 serait encore plus juste et Nora n'étant pas MD, c'est hors sujet
  • angmichel
    mardi 4 avril 2006, 16h03 "Rois et reine": Marianne Denicourt perd son procès contre Arnaud Desplechin agrandir la photo PARIS (AFP) - La comédienne Marianne Denicourt, qui poursuivait le cinéaste Arnaud Desplechin qu'elle accusait d'avoir exploité des éléments de sa vie privée pour son film "Rois et reine", a été déboutée par le tribunal de grande instance (TGI) de Paris.Autrefois compagne du réalisateur, l'actrice lui reprochait d'avoir, dans son dernier opus, utilisé des éléments douloureux de sa vie personnelle qu'il aurait ensuite déformés pour construire un personnage odieux, Nora. La comédienne estime qu'il a ainsi travesti sa vie, une démarche d'autant plus insupportable à ses yeux qu'elle pouvait donner une mauvaise image d'elle-même à son fils. Mais la 17e chambre du TGI, présidée par Anne-Marie Sauteraud, n'a pas estimé valables les arguments de l'actrice. Dans un jugement rendu lundi, le tribunal souligne ainsi: "tout en soutenant qu'elle peut être identifiée par le spectateur au personnage de Nora, la demanderesse relève elle-même le défaut de ressemblance de ce prétendu portrait et, spécialement, les très nombreuses différences qui rendent particulièrement aléatoires ces identifications". Par ailleurs, "s'il est incontestable qu'Arnaud Desplechin, comme le souligne également la critique, a construit ce film autour de sa propre personnalité, de ses obsessions, de son histoire et de celle de ses proches, qu'il n'a pas hésité à s'annexer, il a créé une oeuvre de fiction qui ne saurait se réduire aux identifications alléguées en demande", explique le jugement. Interrogé par l'AFP, l'avocat de Mme Denicourt, Me Jacques Bitoun, s'est déclaré déçu de la décision du TGI. Il estime que "la position du tribunal est contraire aux faits". Sa cliente se trouvant à l'étranger, il n'était pas en mesure de dire si elle souhaitait faire appel.
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Top Bandes-annonces
Aquaman Bande-annonce officielle VO
Bienvenue à Marwen Bande-annonce VO
Sponsorisé
Basquiat, un adolescent à New York Bande-annonce VO
Wildlife - Une saison ardente Bande-annonce VO
Le Retour de Mary Poppins Bande-annonce VO
Edmond Teaser VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Stars
Décès de Sondra Locke, ex compagne actrice de Clint Eastwood
NEWS - Stars
vendredi 14 décembre 2018
Décès de Sondra Locke, ex compagne actrice de Clint Eastwood
Alfonso Cuarón : fascination pour la figure de la mère, passion de la forme... les obsessions du cinéaste mexicain décryptées
NEWS - Stars
mercredi 12 décembre 2018
Alfonso Cuarón : fascination pour la figure de la mère, passion de la forme... les obsessions du cinéaste mexicain décryptées
Dernières actus ciné Stars
Films Prochainement au Cinéma
Les films à venir les plus consultés
Back to Top