Notez des films
Mon AlloCiné
    [Cannes ON AIR] vu par Dom – Vendredi 18 mai
    19 mai 2012 à 10:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Du 16 au 27 mai, suivez les aventures cinématographiques et cinéphiles de quatre blogueurs au Festival de Cannes 2012. Aujourd'hui, Dom nous parle de Laurence Anyways, des stars sur la croisette, de la montée des marches et de Reality. Avec AlloCiné et Carte Noire.

    Passionné par tous les cinémas, mais surtout celui de David Lynch, réalisateur en devenir tout droit sorti de l'ESRA Paris, écrit sur Silence Action depuis 2010.

    Le film le plus attendu à Un Certain Regard était le 3ème long-métrage de Xavier Dolan, Laurence Anyways, examinant une relation de couple un peu particulière sur une dizaine d'années, en partant de l'aube des années 1990 : Laurence (Melvil Poupaud), depuis toujours rongé par le désir d'être une femme, décide de passer à l'action. Sa compagne, Fred (Suzanne Clément, dont le style fait écho à Juliette Lewis), choisit de soutenir son compagnon et de continuer leur relation de couple malgré toutes les difficultés impliquées. Encore une fois, Xavier Dolan livre un film particulièrement esthétisant, parfois délicieusement foutraque, avec de vrais moments de grâce – la sublime première scène du film sur "If I had a heart" de Fever Ray –, mais souvent superficiel et bien trop long (2h40 au compteur). Les réfractaires au cinéma de Dolan n'y trouveront rien à sauver ; les autres risquent d'être touchés par la déception.


    Le Festival de Cannes est un impressionnant regroupement de célébrités dans un espace relativement restreint, mais où les apercevoir ? En soirées ? Bien sûr, mais entrer à la plupart d'entre elles est mission impossible, à moins d'avoir de bons contacts. En face des grands hôtels ? Pourquoi pas, mais vous ne les verrez qu'un instant, le temps pour eux de bondir dans une voiture officielle. Non, le plus simple est voguer et d'ouvrir les yeux : depuis le début du festival, j'ai pu croiser inopinément la route de Tara Reid, de Tim Roth, de Xavier Gens, ou encore de la charmante Céline Sallette, décidément abonnée à Cannes puisqu'après sa venue en 2011 pour L'Apollonide, elle retrouve la croisette pour De Rouille et d'os de Jacques Audiard. Hélas, pas de rencontre avec Robert De Niro pour aujourd'hui suite à un chamboulement de programme avec l'impossibilité d'accéder à la projection de Mekong Hotel – alors remplacée par l'original Beasts of the Southern Wild – , mais je garde espoir !


    Monter les marches pour les projections en présence des équipes du film peut-être un exercice assez stressant : la traversée du tapis rouge se fait sous le regard menaçant de dizaines d'objectifs d'appareils photos et de caméras qui n'épargnent personne, même les pauvres quidams dont je fais partie. Pire encore, tout cela est retransmis en direct sur l'immense écran géant du Grand Théâtre Lumière, il est donc conseillé de vérifier à deux fois la propreté de sa tenue vestimentaire, et qu'aucun confettis de la dernière soirée ne soit resté collé en plein milieu du front.


    Alors qu'il a été salué par la presse lors de la projection matinale, Reality, de Matteo Garrone, à qui l'ont doit l'excellent Gomorra, a été pour moi une pénible expérience cinématographique, malgré un sujet des plus intéressants, une entêtante bande originale signée Alexandre Desplat et un premier rôle campé avec finesse par Aniello Arena. Dans cette comédie dramatique, Garrone étudie la dérive d'un homme, dont la vie bascule pour un but unique et futile : participer à une émission de TV réalité afin de devenir riche et célèbre. Composé exclusivement de longs plans séquences tournés à la grue et à la steadicam, Garrone déploie un faste souvent impressionnant mais qui n'empêche aucunement de subir cette étude du mirage de la TV réalité comme un calvaire. Une oeuvre qui ne manque pas de fond, mais qui se montre particulièrement exigeante.


    Demain, je tenterai d'assister à la projection de Antiviral, premier film de Brandon Cronenberg, de faire la montée des marches pour Lawless alors que je ne possède pas d'invitation, de découvrir le Dracula 3D de Dario Argento en séance de minuit et enfin de prolonger la nuit dans une folle soirée cannoise !

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    En avant Bande-annonce VF
    Nuits blanches Bande-annonce VO
    Dracula Bande-annonce VOST
    Gogo Bande-annonce VO
    Oskar et Lily Bande-annonce VO
    Les Trolls 2 Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    #BlackCésars : une tribune dénonce le manque de diversité dans le cinéma français
    NEWS - Festivals
    jeudi 27 février 2020
    #BlackCésars : une tribune dénonce le manque de diversité dans le cinéma français
    César : les 45 meilleurs films depuis 1976
    NEWS - Festivals
    mercredi 26 février 2020
    César : les 45 meilleurs films depuis 1976
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    1917
    1917
    4,4
    De Sam Mendes
    Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong
    Bande-annonce
    La Voie de la justice
    La Voie de la justice
    4,4
    De Destin Daniel Cretton
    Avec Michael B. Jordan, Jamie Foxx, Brie Larson
    Bande-annonce
    Les Enfants du temps
    Les Enfants du temps
    4,3
    De Makoto Shinkai
    Bande-annonce
    Sherlock Junior
    4,2
    De Buster Keaton
    Avec Buster Keaton, Kathryn McGaire, Joe Keaton
    The Gentlemen
    4,2
    De Guy Ritchie
    Avec Matthew McConaughey, Hugh Grant, Charlie Hunnam
    Bande-annonce
    Le Cas Richard Jewell
    4,2
    De Clint Eastwood
    Avec Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top