Mon AlloCiné
Mystères à Hollywood ! L'affaire du "Dahlia Noir"
Par Olivier Pallaruelo — 8 août 2014 à 19:00
facebook Tweet

Si Hollywood est une machine à créer du rêve, l'envers du décor est parfois sordide, avec son lot d'énigmes non résolues. Première plongée cette semaine dans les bas-fonds de la cité des anges avec l'affaire du Dahlia noir.

Si Hollywood est une machine à créer du rêve, l'envers du décor est parfois sordide, avec son lot d'énigmes et d'affaires criminelles non résolues. Cette semaine, première plongée de notre série feuilletonnante dans les bas-fonds de la cité des anges avec l'affaire du Dahlia noir.

L'affaire Elizabeth Short, alias le "Dahlia Noir"

Qui était-elle ?

Comme beaucoup d'aspirantes actrices fantasmant sur l'usine à rêve, Elizabeth Short travaillait comme serveuse en carressant l'espoir qu'Hollywood finisse par la remarquer. En rupture familiale, Elizabeth Short vivote entre pensions, hôtels et colocations. Elle disparait le 9 janvier 1947. Le 15 du même mois, un promeneur découvre sur un terrain vague son cadavre atrocement mutilé.

L'affaire

Le corps de la malheureuse était en fait coupé en deux, totalement cisaillé au niveau de la taille, vidé de son sang. Des traces de mutilations étaient également visibles sur la poitrine de la victime; de même qu'une atroce entaille au niveau de sa bouche (comme le Joker; ce qu'on appelle en VO le Glasgow Smile). Des marques sur ses poignets montraient qu'elle avait été attachée et vraisemblablement torturée. L'absence de sang sur les lieux de sa découverte signifiait qu'elle avait été assassinée ailleurs, et transportée jusque sur ce terrain vague. La jeunesse et la beauté de l'aspirante actrice doublé du modus operandi du crime, particulièrement horrible et sadique, attirèrent la Presse comme une nuée de phalènes sur la lumière, pour ne plus lâcher l'affaire.

Les théories

L'affaire du Dahlia noir est sans doute la plus célèbre de toutes les annales criminelles de l'histoire de Los Angeles; plus de 50 personnes avouèrent être l'auteur du meurtre, sans qu'aucune ne soit finalement coupable. La police eut une quantité énorme de suspects, des ex petits amis de la victime jusqu'aux apprentis chirurgiens de la faculté de médecine, qui possédaient à l'évidence les connaissances anatomiques suffisantes pour cisailler ainsi le corps d'Elizabeth Short. Ces pistes ne donnèrent rien.

Ci-dessus, Le chirurgien George Hill Hodel, suspecté par son propre fils Steve Hodel, dans un livre paru en 2004, comme étant le tueur du Dahlia noir. Selon lui, son père était également un tueur en série coupable des meurtres de huit femmes seules perpétrés aux alentours de Los Angeles entre juillet 1943 et octobre 1949.

Une autre suspecta un temps un certain Dr. Walter Bayley, chirurgien, qui vivait non loin du terrain vague, mais surtout parce que sa fille était amie avec la soeur d'Elizabeth Short. Lorsque Bayley décéda en 1948, son autopsie révéla qu'il souffrait d'une dégénérescence irréversible du cerveau, ce qui aurait pu provoquer des accès de violence susceptibles de dégénérer en meurtre.

Beaucoup de spéculations, mais peu de réponses satisfaisantes, car aucune preuve formelle...

Où en est l'affaire aujourd'hui ?

A l'époque, le tueur suivait l'affaire dans la Presse qui faisait état des recherches menées par le LAPD. Il alla d'ailleurs jusqu'à envoyer le contenu du porte-monnaie d'Elizabeth Short à une gazette de L.A...Largement entrée dans la culture populaire, cette affaire a alimenté une énorme quantité de livres consacrés au sujet, au milieu desquels le Dahlia noir de James Ellroy, paru en 1987 et que Brian de Palma adaptera.

La Police arrivant sur les lieux de la découverte du corps d'Elizabeth Short. Les deux inspecteurs du LAPD chargés de l'enquête, Harry Hansen et Finis Brown, affirmèrent qu'il s'agissait du pire crime jamais vu dans l'histoire de Los Angeles.

La théorie la plus récente remonte en 2004. Steve Hodel, détective privé et ancien enquêteur de la police de Los Angeles, publie L’Affaire du Dahlia noir. Il y défend la thèse (plutôt courageuse vu l'accusation...) selon laquelle son propre père, George Hill Hodel, un chirurgien en apparence respectable qui dissimulait en fait un comportement de détraqué sexuel, serait non seulement le meurtrier du "Dahlia Noir", mais également un tueur en série coupable des meurtres de huit femmes seules perpétrés aux alentours de Los Angeles entre juillet 1943 et octobre 1949. Cette année-là d'ailleurs, il fut arrêté pour inceste sur sa fille...

Amateur d'art et de parties fines, George Hill Hodel avait été lié au photographe Man Ray qui participait à ses soirées folles. Dans son livre, Steve Hodel s'interroge sur le possible rapport entre les mutilations effectuées sur les cadavres et les célèbres photos intitulées Minotaur et Lèvres rouges découpées de Man Ray.

Les pistes développées par Steve Hodel sont solides. Suffisamment en tout cas pour que James Ellroy lui-même ait accepté de préfacer son livre. Dans sa préface, le maître du polar américain écrit notamment ceci: "maintenant, je sais". Cela ne concerne pas tant les thèses développées par Hodel -le fait d'écrire la préface du livre suffit à montrer que Ellroy adhère à ses théories-. Cette phrase concerne en fait sa mère, morte assassinée le 22 juin 1958. On ne retrouva jamais l'assassin. Or, Hodel évoque la possibilité que le meurtrier de la mère d'Ellroy ne soit autre que George Hill Hodel, son père qu'il soupçonne être derrière le meurtre le plus atroce de l'histoire de Los Angeles.

A suivre...

Le Dahlia noir Bande-annonce VO

 

facebook Tweet
Sur le même sujet
Commentaires
  • Elisariel
    Atroce meurtre et mystère irrésolu ! J'ai lu le livre de James Ellroy et vu le très bon film de Brian De Palma. Très instructive et sympa cette série sur les mystères à Hollywood !
  • skypi738
    pas lu le livre mais le film de De Palma m'a beaucoup plu
  • Gent' I
    Tristement connue cette histoire. J'avais adoré le film également et son personnage est aussi apparu dans la première saison d'American Horror Story ...
  • Elisariel
    Ce qui est rare, c'est que De Palma se réfère à l’œuvre d'Ellroy et qu'ils sont pratiquement complémentaires. Le film bénéficie d'un casting original. Les acteurs endossent parfaitement leur rôle respectif.
  • RaphaelDB
    J'ai vu le film après avoir lu le livre.J'ai largement préféré le livre au film même si j'avais bien aimé l'adaptation.
  • Elisariel
    De quoi faire un autre film basée sur une autre version.Le monde clinquant et interlope des années flamboyantes californiennes !
  • skypi738
    un film ? ou une saison de true detective ?? ;)
  • Elisariel
    Les 2 mon capitaine !Tellement de théories circulent. Avec de bons réalisateurs et de bons acteurs (déjà que ça bataille dur pour la seconde saison de "True detective"), ce serait une bonne idée de départ en plus :-))
  • Lully M.
    L'un des meurtres les plus mystérieux d'Hollywood, digne d'un scénario de film. Malheureusement, c'est la réalité. Le film de Brian De Palma a l'air sensationnel !
  • lexcalvin
    Wow étonnant de lire un article pareil sur allociné ...
  • marieptitereveuse
    J'avais le film de De Palma, mais pour être franche je n'ai jamais vraiment accroché, d'ailleurs je ne l'ai regardé qu'une fois (et il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable). Par contre, dans les bonus du DVD, je me souviens qu'il y avait effectivement l'histoire vue par Steve Hodel... En fait j'ai préféré regarder ce mini-documentaire sur l'affaire du Dahlia Noir plutôt que le film lui-même.A part ça, ça surprend de lire cet article sur allociné, mais je trouve ça instructif. J'ai hâte de voir l'article suivant!
  • FeetLover
    Y a vraiment de grand malade mental sur cette planète, ne taper surtout pasElizabeth Short sous Google Image, on y voit des photos du cadavres etc. Affreux. Comment peut on faire ça à quelqu'un ? Je pourrais même pas faire le moindre mal à un rat dégoutant se trouvant dans un égout par exemple, et pourtant c'est répugnant, mais je pourrais même pas, c'est dire. Comment une femme, sans attache comme ça, peut se promener toute seule et tout, faites donc attention et surtout arrêtez donc de croire les beaux parleurs à la noix... Dans la vie, il n'y a pas de miracle ni de rêves qui deviennent réalités, moi je suis du genre solitaire, grand sportif, je voyage beaucoup etc. et si je me faisais brancher par une nana un soir en promenant je partirais en courant, même si c'est une nana, sérieux, faut arrêter de croire au miracle : je ne rencontrerais jamais l'amour ni rien, alors pourquoi croire que ça va arriver comme boum un soir de pleine lune. Bref, flippant tout ça, pas pour rien que je sors toujours protégé moi, on sait jamais avec ces tarés et c'est de pire en pire en plus.
  • FeetLover
    Le film est nul et n'a aucun rapport avec l'histoire vraie !
  • Elisariel
    C'est une des théorie de l'affaire, quand à aimer le film ou non, c'est encore une autre affaire...
  • shimizu
    Steph B, je ne sais pas d'où tu sors que George Hodel habitait de l'autre côté de la rue. J'ai lu le livre récemment et je peux dire que ce n'est pas du tout le cas. George Hodel habitait à 2 km environ de l'endroit où a été découvert le corps d'Elizabeth Short.
  • skypi738
    oui puis c'est parfaitement dans l'ambiance de la série
  • Kloden
    C'est un raté complet, lisez plutôt le livre/chef-d'oeuvre de James Ellroy dont il est l'adaptation.
  • Montana-5993
    Quelle horreur... J'avais vu le film de DePalma mais y a beaucoup de choses que j'avais oublié. Bravo pour l'article allociné en tout cas.
  • calstrak
    J'avais vu le film en VOSTF c'est l'un des plus pires films de Brian de Palma.
  • St?phane B.
    Plus pire ce n'est pas français... car "le pire" est déjà un superlatif.
  • St?phane B.
    J'aurai du être plus précis sur ce propos. Le docteur Hodel vivait effectivement à 2km du lieu du crime... sur la colline qui surplombe le champ où se situe le lieu du crime avec une vue directe sur le champ du lieu du crime. De plus, il est notoire que le docteur Hodel fréquentait les parties fines organisées dans un petit bouiboui discret à l'époque qui se situait à une centaine de mètres de ce lieu du crime.
  • St?phane B.
    Le plus fascinant dans cette histoire n'est pas le crime en soi ou ce qu'il manque... mais ce qui est en trop : les mutilations. Ca fait rite de tueur en série ou fou hors il n'y a pas de faits similaires recensés dans la période et dans le secteur. Bien sûr, des crimes isolés avec mutilations c'est chose commune, hier comme aujourd'hui, mais ces mutilations là sont particulières. Ce n'est pas comme si on lui avait mis une centaine de coups de poignard. Je pense que les mutilations étaient là pour détourner l'attention des enquêteurs vers un type de tueur différent que le véritable assassin. Bref, ça sent le meurtre maquillé pour cacher la vérité des faits.
  • calstrak
    Ah bon comment tu appelle cela,car je n'ai pas trouvé d'autres qualificatif pour dire "pire"
  • St?phane B.
    Tu as dis le plus pire par le pire... Perso, je ne l'ai pas trouvé exceptionnel mais pas non plus catastrophique. C'est bien à regarder quand y a rien de plus folichon.
  • calstrak
    j'aurais pu mettre un autre qualificatif comme le plus mauvais,mais le mot est trop faible.
  • MGM-ranger
    L'affaire la plus sanglante de la rubrique. Merci allociné.
Voir les commentaires
Top Bandes-annonces
Qui m'aime me suive! Bande-annonce VF
Just a gigolo Bande-annonce VF
Sponsorisé
Sunset Bande-annonce VO
Dernier amour Bande-annonce VF
Entre les roseaux Bande-annonce VO
Walter Bande-annonce VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus Culture ciné
Dernières news Culture ciné
Top films au box office
Back to Top