Mon AlloCiné
    Deauville 2017 : "les films surréalistes et oniriques se font rares au cinéma" selon Darren Aronofsky
    Par Corentin Palanchini — 8 sept. 2017 à 21:17
    facebook Tweet

    Le cinéaste Darren Aronofsky était présent au 43ème festival du film américain de Deauville, et il a accepté de parler de sa carrière riche de 7 longs métrages, dont le prochain, "Mother" sort le 13 septembre dans les salles.

    AGENCE / BESTIMAGE

    Le cinéaste Darren Aronofsky était présent sur scène à Deauville à l'occasion de l'hommage qui lui est rendu. Le réalisateur a ainsi déclaré :

    "Je me souviens très bien être venu ici avec Pi, il y a 20 ans. A l'époque, il n'y avait pas tant d'appareils photos et de caméras, et c'est une très bonne chose qu'il ne reste aucune image de cette époque (rires) ! (...) Je ne me souviens que du bar et du casino, j'avais 28 ans ou quelque chose comme ça" !

    Plus sérieusement, le réalisateur de Requiem for a dream a ajouté : "Par contre, je me souviens très bien de la projection dans cette salle de "The Fountain". Le film n'avait pas été compris à Venise, et la réception et l'amour que j'ai reçu de partout en France, je crois que je la dois à cette projection à Deauville".

    Denis Guignebourg / Bestimage
    Darren Aronofsky à Deauville

    La soirée s'est poursuivie avec la projection de son nouveau film, Mother, à propos duquel il s'est entretenu avec AlloCiné :

     

    AlloCiné : Votre film pose beaucoup de questions d'interprétation. Certains parlent de références à la Bible, qu'en pensez-vous ?

    Darren Aronofsky : Pour moi, le film est un mystère, et je veux que les spectateurs ressentent ce mystère. (...) Les films surréalistes et oniriques se font rares au cinéma aujourd'hui. Beaucoup sont réalistes ou carrément fantastiques. Je voulais quelque chose qui soit davantage une feuille dans le vent, quelque chose qui ne soit ni entier, ni spécifique. J'ai écrit la première version du scénario en cinq jours, comme pris par une fièvre. Elle avait une certaine structure que nous avons essayé de réécrire pour l'améliorer et la rendre plus traditionnelle. Sauf que dès que l'on démontait cette version, l'ensemble s'effondrait. (...)

    Paramount Pictures
    Javier Bardem et Jennifer Lawrence

    J'y ai vu une référence aux réseaux sociaux qui peuvent réduire à néant la vie privée, voire une vie entière. Est-ce que je fais fausse route ou est-ce qu'au moins cela vous a traversé l'esprit ?

    C'est marrant car la partie sur la célébrité et les réseaux sociaux n'était pas consciente. Je pense que les présences de célébrités comme Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Michelle Pfeiffer et Ed Harris poussent à y penser. Mais pour moi, ce n'était pas ce que je voulais vraiment souligner. Je voulais raconter l'histoire de Mère comme la vie. Pas ma mère ou la vôtre, mais la mère que nous partageons tous : l'histoire du monde selon son point de vue. Via une allégorie.

    Dans chacun de vos films vous avez un mouvement de caméra spécifique. Cela fait-il partie de votre processus créatif ? Dans "Mother", c'est la façon de tourner autour de Jennifer Lawrence, par exemple.

    Je travaille depuis The Wrestler et Black Swan à danser avec mes acteurs en faisant tourner la caméra. Je voulais reprendre ce style pour faire un film entièrement subjectif, centré sur le point de vue du personnage de Jennifer Lawrence. A partir de là, les mouvements de caméra et l'environnement sonore se sont coordonnés pour orchestrer tout autour de ses yeux et de ses oreilles.

    Vous aviez annoncé travailler avec le compositeur islandais Jóhann Jóhannsson, mais la musique est finalement absente du film. Que s'est-il passé ?

    La musique améliore l'émotion d'une scène ou oriente très finement cette émotion, mais en salle de montage le film commençait à prendre parce que le spectateur ne sait pas toujours ce qu'il est censé ressentir. Il doit se reposer sur le personnage de Jennifer Lawrence pour ressentir où elle met son énergie et ce qu'elle pense. Jóhann a donc pensé que le film n'avait pas besoin de musique, mais je n'avais jamais fait cela auparavant. J'étais nerveux, mais je me suis reposé sur l'environnement musical. Je m'y intéresse depuis mes premiers films. Craig Henighan [l'ingénieur du son] a donné vie à cette étrange maison (...).

    Paramount Pictures
    Jennifer Lawrence dans l'étrange maison de "Mother"

    D'ailleurs, d'où avez-vous sorti cette maison incroyable ?

    Je me suis toujours imaginé cette maison dans les champs. Nous avons fait des repérages en Europe, mais en vain. En revanche, nous avons trouvé une maison victorienne au nord de New York, entièrement restaurée. Ce que j'aimais, c'est que si je faisais un plan à travers une porte, au fond ce n'était pas un mur. Puis nous avons rajouté des entrées et des sorties dans les pièces, afin que tout soit connecté. Je n'étais pas sûr que les spectateurs se repèrent car nous filmons beaucoup sur l'épaule du personnage de Jennifer ou son visage. Mais on espère qu'ils peuvent s'y repérer comme dans un personnage.

    "Mother" est un film à plus petite échelle et plus petit budget que "Noé". Était-ce votre intention dès le départ et cela va-t-il devenir une direction pour vos films futurs ?

    C'est une bonne question. Je n'y ai pas encore pensé. Je crois que cela dépendra de l'histoire, qui déterminera l'échelle dont nous aurons besoin.

     

    Darren Aronofsky sort le 13 septembre prochain "Mother" avec Jennifer Lawrence :

    Mother! Bande-annonce VO

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Mes autres vies de chien Bande-annonce VO
    Good Boys Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Roubaix, une lumière Bande-annonce VF
    Les Hirondelles de Kaboul Bande-annonce VF
    La Grande cavale Bande-annonce VF
    Fourmi Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    Deauville 2019 : un trophée pour Kristen Stewart
    NEWS - Festivals
    mardi 30 juillet 2019
    Deauville 2019 : un trophée pour Kristen Stewart
    Bande-annonce Good Boys, le nouveau film des créateurs de Nos Pires Voisins et SuperGrave
    NEWS - Vu sur le web
    mercredi 13 mars 2019
    Bande-annonce Good Boys, le nouveau film des créateurs de Nos Pires Voisins et SuperGrave
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Parasite
    Parasite
    4,5
    De Bong Joon-ho
    Avec Song Kang-Ho, Lee Sun-kyun, Cho Yeo-jeong
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    Toy Story 4
    4,3
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Mon frère
    Mon frère
    4,2
    De Julien Abraham
    Avec MHD, Darren Muselet, Aïssa Maïga
    Bande-annonce
    L'Oeuvre sans auteur - Partie 1
    4,1
    De Florian Henckel von Donnersmarck
    Avec Tom Schilling, Sebastian Koch, Paula Beer
    Bande-annonce
    So Long, My Son
    4,1
    De Wang Xiaoshuai
    Avec Wang Jing-chun, Yong Mei, Qi Xi
    Bande-annonce
    Le Roi Lion
    4,1
    De Jon Favreau
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top