Notez des films
Mon AlloCiné
    Alien : et si le coeur de la saga était l'androïde, et pas le monstre ?
    Par Léa Bodin — 18 mai 2017 à 05:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Dans "Alien", "Prometheus", puis "Alien : Covenant", l'androïde occupe une place de plus en plus importante. Et si le robot était le véritable sujet de la saga de Ridley Scott ? ATTENTION SPOILERS.

    Ash, dans "Alien, le huitième passager"
    1. Ash, dans "Alien, le huitième passager" +

    Alien : l’humanoïde exécutant

    Déjà, dans Alien, Ridley Scott faisait un véritable enjeu du personnage de l’androïde. Ash (Ian Holm) était introduit comme tous les autres protagonistes : il sortait de son état de cryogénisation tout comme eux et il fallait attendre qu’il soit décapité par un extincteur pour se rendre compte en même temps que les survivants du Nostromo qu’il s’agissait d’un robot. La surprise était immense. C’était un vrai rebondissement, qui modifiait complètement l’image que l’on en avait jusqu’alors : celle d’un scientifique froid et distant à l’intérêt malsain pour la créature extraterrestre qui s’était invitée à bord du vaisseau.

    Non, en fait, Ash était programmé pour obéir aux ordres de manière stricte et sans nuance. Il était le garant d’une mission plus grande et prioritaire : ramener l’alien sur Terre. Déjà, toutefois, on sentait poindre une obsession dépassant le simple programme et que l’on retrouvera chez David dans Covenant : celle du "perfect organism", de l’organisme parfait. Une préfiguration et une réminiscence, à la fois, puisqu’on sait que les événements racontés dans Alien, le huitième passager interviennent 18 ans après l’intrigue de Covenant et 29 ans après celle de Prometheus.

    DR
    Ash (Ian Holm) dans Alien, le huitième passager

    Prometheus : l’humanoïde fasciné par sa propre immortalité

    L’androïde de Prometheus, David (Michael Fassbender), se distinguait quant à lui par sa capacité à ressentir des émotions humaines. Positives ou négatives, et mues par quelque chose de plus fort : la curiosité, pour le caractère mortel de tous les êtres qui l’entourent et pour sa propre immortalité. Plus que son rapport ambigu avec Elizabeth Shaw, ce qui frappe dans le comportement de David -et qui le rend plus humain que d’autres membres de l’équipage à bien des égards- c'est sa fascination pour la possibilité d’une autre civilisation immortelle (quelle n’est pas sa déception lorsqu’il comprend que les Ingénieurs sont des êtes vulnérables). Et puis, on se doutait qu'il allait commencer à prendre conscience qu’il pouvait, lui aussi, conduire ses propres expériences.

    20th Century Fox
    David (Michael Fassbender) dans Prometheus

    Covenant : le démiurge face à son double

    La réflexion de Ridley Scott sur sa propre créature -l’univers d’Alien dans son ensemble- se manifeste étrangement le plus clairement dans le personnage de l’androïde et trouve son point culminant dans Covenant. L'humanoïde ne déambule plus parmi les humains, ce sont les humains qui s'affairent autour. Le héros est désormais l’androïde et le ton est donné dès la première séquence, qui s’ouvre par un plan sur l’œil de David, que l’on retrouve alors dans un flashback, qui converse avec son créateur Peter Weyland (Guy Pearce). On revient au jour de la naissance de David : au milieu des œuvres d’art, créature et créateur parlent de création.

    Ce qu'établit immédiatement la première scène de Covenant, c'est le fossé qui sépare Weyland et David : l'un va mourir, l'autre non. Mortel, ce que l'homme (Weyland, Shaw) veut faire du temps qu'il lui reste, c'est comprendre. A la fin de Prometheus, le personnage d’Elizabeth Shaw décide d’aller chercher plus loin : si les ingénieurs nous ont créés, d’où viennent-ils et pourquoi veulent-ils nous détruire ? Au début de Covenant, David demande à son "père", Peter Weyland : "Si c’est vous qui m’avez créé, qui vous a créé ?" Etonnamment, Covenant s'éloigne des considérations métaphysiques pour se recentrer sur l'art. 

    2017 Twentieth Century Fox
    Peter Weyland (Guy Pearce) et David (Michael Fassbender) dans la séquence d'ouverture d'Alien : Covenant

    Weyland a créé David à son image et la question de la création est le cœur d’Alien Covenant. Pour mettre en scène le rapport du robot à son propre statut de créature et introduire un rapport de force, Scott choisit de lui offrir son double. D’un côté, David, l’androïde le plus humain créé par Weyland. De l’autre, Walter, une version plus perfectionnée de David, à cela près qu’il lui est interdit de créer. Un retour en arrière qui intervient trop tard : la folie démiurgique de David est déjà en marche. Dès lors qu'il prend la mesure de son immortalité, ce que David veut faire de son temps illimité, c'est transcender son statut de créature pour devenir lui-même le créateur. C'est à son tour de parfaire son chef d'oeuvre. Walter et David sont deux parties d'un tout et ce qui ressort de la confrontation de ces deux entités, c'est la peur qui émane, chez Ridley Scott, de l'idée de la toute-puissance créatrice. C'est l'idée qu'elle ne peut accoucher que d'un monstre.

    Alien et Prometheus étaient, sous deux formes différentes, le reflet de l'obsession de Ridley Scott pour la figure de la mère. Dans Covenant, il s'interroge sur celle du père au sens du créateur. Au regard des trois films, on s'aperçoit que l'androïde occupe toujours une place décisive, tant dans la narration que dans la conception plus globale de l'univers dans son ensemble.

    En 1982, trois ans après Alien, Ridley Scott s'attelait à Blade Runner, où il menait une véritable réflexion sur l'identité à partir des Replicants, réflexion également présente dans Prometheus et Covenant. Et si le véritable sujet de la saga Alien, la créature qui intéresse vraiment son créateur, Ridley Scott, celle qui devient le miroir de ses questionnements, ce n'était pas l'alien lui-même, mais bien l'androïde ? Dès lors, que nous réserve la suite du parcours de David, désormais maître du Covenant, père attentionné de ses embryons xénomorphes, et néo-Dieu créateur avec 2000 corps de colons à sa disposition ?

    Au fait... en quelle année se déroule Alien : Covenant ?

    Voir le diaporama
    Diaporama
    Au fait... en quelle année se déroule Alien : Covenant ?
    6 photos
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • sptz
      j'avais compris qu'il était croyant (un believer) mais j'avais pas du tout capté qu'il était pasteur :s la preuve que c'est ultra mal développé...Ce qui m'a vraiment le plus em*erder c'est le non développement de ce qui ce passe avec shaw... pour le coup ça m'a vraiment gaver pendant tout le film... ou en tout cas a partir du moment ou on retrouve david...
    • sptz
      c'est pas exactement ça, il attrape des mecs , les colle au mur avec sa bave et a ce moment la il mute en œuf. œuf qui a donc besoin d'un hôte. (l'hôte une fois l'alien sortie de son corps ne ce transforme pas en œuf ).et oui j'étais pas non plus du tout chaud pour l'idée de blompkamp d'oublier le 3 (le 4, sans l'oublier, ce passe 300 ans plus tard donc il a pu ce passer énormément de chose, on peut faire une alien sans penser à lui, en plus ripley est un clone dans ce film) mais le 3 ça m'aurait gonfler.Pour la reine... a vrai dire j'y ai beaucoup réfléchis :) et j'ai que des théorie perso à proposer, mais on peu ce dire que la reine est la pour le coté pratique, elle n'a pas besoin de victime pour faire un œuf, elle les ponds directement MAIS qu'en cas de non reine, l'espèce peut tout de même survivre en pondant ses propres œufs. Il lui faux deux fois plus de victimes (une pour fabriquer l'œuf, une autre pour accueillir le facehugger) donc c'est pas pratique, mais il peuvent.Bon après on a donné beaucoup d'importance à la reine, notamment dans la suite, mais je pense qu'il n'y a rien de vraiment graver, avec une bonne explication la reine et l'alien autosuffisant peuvent cohabité...et je trouve d'ailleurs que l'idée du prédateur ultime auto suffisant est très cool :) enfin prédateur ultime, avant covenant, et cette alien qui fonce tête baisser dans des pièges, saute partout etc... une bébête lambda quoi...
    • sptz
      peut être juste un manque d'originalité :) le mec ce rappel peut être plus ses plan culte :) entre ça et l'auto référence, je sais pas ce qui est le mieux... un peu comme si un auteur citais une citation d'un de ses propres livres (comme le disait le fameux auteur...moi)
    • lolomatrix
      Non mais pour Prometheus je veux bien le croire, mais l'étendre a toute la saga.Scott avait un truc intéressant avec Prometheus, bancal mais une vraie suite direct aurait pu être sacrément intéressant, mais bon...
    • Cuderoy
      Bah si c'était pas Scott aux commandes, je te dirais que c'est une coïncidence mais là...
    • Jonathan_89
      Il n'est pas impossible que le créateur se fasse dévorer par sa créature dans le prochain opus :D
    • Rif37
      Mon problème est que si Blonkampf voulait oublier alien 3 et 4, Ridley Scott semble lui oublier tous les films hormis le premier. Dans Covenant pas de trace de la reine pour produire des oeufs, il semble bien être revenu à sa première idée: l'alien pond dans un hote qui se transforme en oeuf.
    • Rif37
      Tout à fait d'accord, il manque des explications: pourquoi le vaisseau est crashé alors qu'on voit son atterrissage dans le flashback par exemple? Le fait que le personnage de Billy Crudup soit un pasteur est clairement sous exploité, ça sent les coupes.
    • Endraux
      Le problème c'est qu'on a déjà eu 4 film centré sur le xénomorph et qu'on a vite fait le tour du sujet. Le défaut de ces films c'est pas que Scott choisisse d’insuffler de nouvelles thématiques et qu'il ouvre la voie à plein d'interprétation possible (ce que tu nomme théorie foireuses). Non le problème c'est qu'il n'arrive pas à développer un scénario prenant autour de ces idées. Je te renvoie à la critique du fossoyeur de films sur YT qui l'explique bien mieux que moi.
    • Endraux
      Le D est la 4ème lettre de l'alphabet mais le W est la 4ème lettre en partant de la fin de l'alphabet, il y a donc une symbolique.
    • leparrain83
      J'ai été un poil déçu que Fassbender se prénomme Whalter, j'aurais aimé qu'il suive l'alphabet des noms de robots (Ash, Bishop, Call, David...)
    • sptz
      exactement.Après, j'ai encore de l'espoir de revoir les ingénieurs, déjà parce que j'arrive pas a croire que le seul vrai mystère de prometheus (qui sont ces types, qu'est ce que c'est que ces statue de divinité qui ressemble a une reine alien, pourquoi et comment ont il créer la substance noir, que venait il faire sur terre, etc...) ai été juste balancé a la poubelle, ensuite, parce que si on ne revoit plus jamais les ingénieurs, je ne comprend pas le vaisseau ingénieurs craché dans le tout premier film alien avec une calle remplie d'œuf d'alien créer par tu sais qui... cette scène et ce vaisseau ne devrait pas exister si david ne recroise jamais d'ingénieurs sur sa route...Mais bon, la c'est plus un espoir qu'autre chose, j'en viens a penser qu'ils ne savent pas du tout ou ils vont avec cette nouvelle franchise... peut être que ce sera comme star wars 7, on ne pourra apprécier covenant qu'une fois qu'on aura clôturé la trilogie, quand on verra l'œuvre dans son ensemble... mais j'en doute...J'en viens vraiment a regretter ce qu'aurait pu faire blompkamp, même si j'étais pas fan de son plan d'oublier le 3 et le 4 de la chronologie
    • sptz
      je sais pas... si ridley confirme, ok, mais des plan qui démarre sur un œil qui s'ouvre, y'en a quand même pas mal non?
    • sptz
      pas tant que ça j'ai l'impression, j'ai pas rencontré grand monde qui a aimer le film, le commentaire le plus positif que j'ai recueilli c'est mouais sa va...
    • Casimir27
      Il a l'air de satisfaire les neuneus qui sont critiques de cinéma...
    • Casimir27
      Exactement ! Ce film c'est Covenant : Alien AwakensC'est pour ça que je disais il y a quelques jours à je ne sais plus qui que Scott a vendu son âme d'artiste. Il a perdu toute crédibilité à mes yeux et son film est zéro.Je suis resté plusieurs minutes incrédule sur mon siège à la fin de la séance. Tellement écœuré...Scott a sacrifié son talent sur l'autel du consumérisme. Ni plus ni moins.
    • Casimir27
      Ou alors un David qui réussirait à convaincre Ash.Mais ça ne serait pas logique, puisque dans Alien Ash répond aux ordres de la Compagnie.
    • Casimir27
      Tout ça parce que le public a pleurniché devant cet excès flagrant de nouveauté qu'était Prometheus. Au final il a le film qu'il mérite.Je suis écœuré par ce nouveau volet. On aurait uriné dans mon bol de café le matin que ça m'aurait fait le même effet.
    • Casimir27
      Et si le robot était le véritable sujet de la saga de Ridley Scott ?Tout est dans le titre de l'article, smart ass.
    • Casimir27
      Faux.Le cycle de reproduction des Aliens existait déjà avant David (les fresques dans Prometheus avec les oeufs, le facehugger et l'alien tel qu'on le connaît déjà).Mais je suis d'accord pour dire que Scott s'est bien emmêlé les pinceaux.
    Voir les commentaires
    Back to Top