Mon AlloCiné
Alien : et si le coeur de la saga était l'androïde, et pas le monstre ?
Par Léa Bodin — 18 mai 2017 à 05:00
facebook Tweet G+Google

Dans "Alien", "Prometheus", puis "Alien : Covenant", l'androïde occupe une place de plus en plus importante. Et si le robot était le véritable sujet de la saga de Ridley Scott ? ATTENTION SPOILERS.

Ash, dans "Alien, le huitième passager"
Ash, dans "Alien, le huitième passager" +
1/5

Alien : l’humanoïde exécutant

Déjà, dans Alien, Ridley Scott faisait un véritable enjeu du personnage de l’androïde. Ash (Ian Holm) était introduit comme tous les autres protagonistes : il sortait de son état de cryogénisation tout comme eux et il fallait attendre qu’il soit décapité par un extincteur pour se rendre compte en même temps que les survivants du Nostromo qu’il s’agissait d’un robot. La surprise était immense. C’était un vrai rebondissement, qui modifiait complètement l’image que l’on en avait jusqu’alors : celle d’un scientifique froid et distant à l’intérêt malsain pour la créature extraterrestre qui s’était invitée à bord du vaisseau.

Non, en fait, Ash était programmé pour obéir aux ordres de manière stricte et sans nuance. Il était le garant d’une mission plus grande et prioritaire : ramener l’alien sur Terre. Déjà, toutefois, on sentait poindre une obsession dépassant le simple programme et que l’on retrouvera chez David dans Covenant : celle du "perfect organism", de l’organisme parfait. Une préfiguration et une réminiscence, à la fois, puisqu’on sait que les événements racontés dans Alien, le huitième passager interviennent 18 ans après l’intrigue de Covenant et 29 ans après celle de Prometheus.

DR
Ash (Ian Holm) dans Alien, le huitième passager

Prometheus : l’humanoïde fasciné par sa propre immortalité

L’androïde de Prometheus, David (Michael Fassbender), se distinguait quant à lui par sa capacité à ressentir des émotions humaines. Positives ou négatives, et mues par quelque chose de plus fort : la curiosité, pour le caractère mortel de tous les êtres qui l’entourent et pour sa propre immortalité. Plus que son rapport ambigu avec Elizabeth Shaw, ce qui frappe dans le comportement de David -et qui le rend plus humain que d’autres membres de l’équipage à bien des égards- c'est sa fascination pour la possibilité d’une autre civilisation immortelle (quelle n’est pas sa déception lorsqu’il comprend que les Ingénieurs sont des êtes vulnérables). Et puis, on se doutait qu'il allait commencer à prendre conscience qu’il pouvait, lui aussi, conduire ses propres expériences.

20th Century Fox
David (Michael Fassbender) dans Prometheus

Covenant : le démiurge face à son double

La réflexion de Ridley Scott sur sa propre créature -l’univers d’Alien dans son ensemble- se manifeste étrangement le plus clairement dans le personnage de l’androïde et trouve son point culminant dans Covenant. L'humanoïde ne déambule plus parmi les humains, ce sont les humains qui s'affairent autour. Le héros est désormais l’androïde et le ton est donné dès la première séquence, qui s’ouvre par un plan sur l’œil de David, que l’on retrouve alors dans un flashback, qui converse avec son créateur Peter Weyland (Guy Pearce). On revient au jour de la naissance de David : au milieu des œuvres d’art, créature et créateur parlent de création.

Ce qu'établit immédiatement la première scène de Covenant, c'est le fossé qui sépare Weyland et David : l'un va mourir, l'autre non. Mortel, ce que l'homme (Weyland, Shaw) veut faire du temps qu'il lui reste, c'est comprendre. A la fin de Prometheus, le personnage d’Elizabeth Shaw décide d’aller chercher plus loin : si les ingénieurs nous ont créés, d’où viennent-ils et pourquoi veulent-ils nous détruire ? Au début de Covenant, David demande à son "père", Peter Weyland : "Si c’est vous qui m’avez créé, qui vous a créé ?" Etonnamment, Covenant s'éloigne des considérations métaphysiques pour se recentrer sur l'art. 

2017 Twentieth Century Fox
Peter Weyland (Guy Pearce) et David (Michael Fassbender) dans la séquence d'ouverture d'Alien : Covenant

Weyland a créé David à son image et la question de la création est le cœur d’Alien Covenant. Pour mettre en scène le rapport du robot à son propre statut de créature et introduire un rapport de force, Scott choisit de lui offrir son double. D’un côté, David, l’androïde le plus humain créé par Weyland. De l’autre, Walter, une version plus perfectionnée de David, à cela près qu’il lui est interdit de créer. Un retour en arrière qui intervient trop tard : la folie démiurgique de David est déjà en marche. Dès lors qu'il prend la mesure de son immortalité, ce que David veut faire de son temps illimité, c'est transcender son statut de créature pour devenir lui-même le créateur. C'est à son tour de parfaire son chef d'oeuvre. Walter et David sont deux parties d'un tout et ce qui ressort de la confrontation de ces deux entités, c'est la peur qui émane, chez Ridley Scott, de l'idée de la toute-puissance créatrice. C'est l'idée qu'elle ne peut accoucher que d'un monstre.

Alien et Prometheus étaient, sous deux formes différentes, le reflet de l'obsession de Ridley Scott pour la figure de la mère. Dans Covenant, il s'interroge sur celle du père au sens du créateur. Au regard des trois films, on s'aperçoit que l'androïde occupe toujours une place décisive, tant dans la narration que dans la conception plus globale de l'univers dans son ensemble.

En 1982, trois ans après Alien, Ridley Scott s'attelait à Blade Runner, où il menait une véritable réflexion sur l'identité à partir des Replicants, réflexion également présente dans Prometheus et Covenant. Et si le véritable sujet de la saga Alien, la créature qui intéresse vraiment son créateur, Ridley Scott, celle qui devient le miroir de ses questionnements, ce n'était pas l'alien lui-même, mais bien l'androïde ? Dès lors, que nous réserve la suite du parcours de David, désormais maître du Covenant, père attentionné de ses embryons xénomorphes, et néo-Dieu créateur avec 2000 corps de colons à sa disposition ?

Au fait... en quelle année se déroule Alien : Covenant ?

Voir le diaporama
Diaporama
Au fait... en quelle année se déroule Alien : Covenant ?
6 photos
facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous avec Passion
Diaporamas recommandés
Star Wars : les créatures les plus étranges de la galaxie
NEWS - Culture ciné
vendredi 15 décembre 2017
Star Wars : les créatures les plus étranges de la galaxie
Dwayne Johnson inaugure son étoile sur le Walk of Fame
NEWS - Vu sur le web
vendredi 15 décembre 2017
Dwayne Johnson inaugure son étoile sur le Walk of Fame
Ocean's 8 : Sandra Bullock, Rihanna et les braqueuses sur l'affiche officielle
NEWS - Vu sur le web
vendredi 15 décembre 2017
Ocean's 8 : Sandra Bullock, Rihanna et les braqueuses sur l'affiche officielle
Deadpool chez Disney : Ryan Reynolds réagit au rachat de la Fox
NEWS - Vu sur le web
jeudi 14 décembre 2017
Deadpool chez Disney : Ryan Reynolds réagit au rachat de la Fox
Voir tous les diaporamas ciné
Top Bandes-annonces
<strong>Bright</strong> Bande-annonce VO
Bright Bande-annonce VO
46 061 vues
<strong>Ferdinand</strong> Bande-annonce VF
Ferdinand Bande-annonce VF
74 124 vues
Sponsorisé
<strong>Vers la lumière</strong> Bande-annonce VO
Vers la lumière Bande-annonce VO
249 vues
<strong>Sparring</strong> Bande-annonce VF
Sparring Bande-annonce VF
2 588 vues
<strong>Shot Caller</strong> Bande-annonce VO
Shot Caller Bande-annonce VO
37 085 vues
<strong>Burn Out</strong> Bande-annonce VF
Burn Out Bande-annonce VF
119 206 vues
Bandes-annonces à ne pas manquer
Ferdinand
Ça sort la semaine prochaine !
Ferdinand
X
Back to Top