Mon AlloCiné
    Ponyo sur la falaise
    note moyenne
    4,1
    5861 notes dont 562 critiques
    37% (207 critiques)
    35% (198 critiques)
    12% (66 critiques)
    11% (61 critiques)
    3% (19 critiques)
    2% (11 critiques)
    Votre avis sur Ponyo sur la falaise ?

    562 critiques spectateurs

    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 185 abonnés Lire ses 5 critiques

    3,5
    Publiée le 23 janvier 2016
    Ponyo sur la falaise est le neuvième film de Hayao Miyazaki et, le 6ème film de chez Ghibli que je découvre. Sorti en 2008, Ponyo est une très jolie fable venue tout droit des profondeurs de la mer aux accents écologique qui nous raconte l'histoire de Sosuke, un petit garçon de 5 ans qui découvre un jour un jolie poisson rouge qu'il décide d'appeler Ponyo ("magicienne" en Japonais si j'ai bien compris (?) ). Malheureusement, l'amitié est à peine née entre les deux que Ponyo est ramenée de force au fond de la mer par son père, un humain du nom de Fujimoto, vivant dans les fonds marins, dégoûté par ses semblables et la polution. Ponyo réussira à s'échapper mais sa fuite provoquera la colère de l'océan qui en répondra d'une série de tsunamis; voilà à peu près pour le pitch de départ. Une fois encore, je dois dire que les studio Ghibli m'ont encore charmé ! Ce dessin animé est vraiment très jolie et ceux sur tous les plans, bien sur la qualité visuelle est encore une fois au top, y a rien à dire, de chaque plan émane une belle magie avec des paysages poétiques maquillés de couleurs agréables (l'univers aquatique est un vrai régale pour les yeux !) et l'histoire est très belle également. Ce film est pour une fois je trouve, assez différent de ce que le studio fait d'habitude, on y retrouve bien sur cette poésie propre à Miyazaki et à la japanimation mais je le trouve (et on m'avais prévenu) beaucoup moins sombre que les autres (genre Princesse Mononoké). Personnellement cela ne pas pas gêné du tout car j'ai été littéralement porté par ce film et les personnages sont tous sympathiques et touchants, néanmoins j'ai un peu de mal à percevoir le message délivré par le film. Serte on a toujours le droit à l'importance de la sauvegarde de la nature (bien amené ici) et je crois que le message du film souligne l'importance de chose comme la liberté ou la famille mais j'ai trouvé pour une fois que ça manquait un peu de profondeur. Perso même si j'ai bien compatit à l'histoire, je trouve qu'il ne se passe pas grand chose au final et c'est assez dommage. Ca ne nuit pas à l'ensemble qui en reste largement plus que potable (quand on parle d'eau XD ^^), il y a selon moi trop peu de développements apportés à l'intrigue ce qui fait que malgré une durée assez grande (1H40), j'ai trouvé que le temps passait sans qu'on ait le temps de vraiment savourer les péripéties du coup petite déception pour le schéma narratif et le déroulement, ça aurait pu être mieux. Niveau personnages: Sosuke, Ponyo, Lisa, ils sont simple mais c'est suffisant, ils adoptent des attitudes très humaines ce qui les rends touchants et accessibles aux spectateurs; ils font de leurs mieux pour être heureux dans leur quotidien. De plus, si Ponyo a ce caractère plus enfantin que les autres films du studio c'est parce qu'ici, le héro est beaucoup plus jeune que les autres du coup c'est nromal d'adapter le registre et ainsi on suit l'aventure avec une certaine naïveté que nous "prête" Sosuke; on retrouve notre regard d'enfant. Idem pour Ponyo à travers qui on redécouvre le monde terrestre. Pour Lisa, pas grand chose à dire, c'est une femme attentionnée, gentille donc naturellement attachante. Passons maintenant au méchant, Fujimoto, spoiler: Déjà on peu pas vraiment dire qu'il est méchant car à aucun moment dans le film il n'agit comme tel, on pourrait le croire au début mais finalement c'est juste la figure paternel qui veut protéger sa fille. ça par contre, ça m'a plut, le fait qu'on ait pas de méchant ça change un peu de l'habituel et on s'aperçoit en fin de compte que le fait que personne ne soit méchant rend les personnages encore plus profond. En plus ce gars est parfaitement compréhensible puisque c'est juste un type dégoûté des pratiques polluantes des hommes (un problème toujours d'actualité) . C'est d'ailleurs une dimension intéressante car le film peut aussi avoir pour fonction de montrer aux plus jeunes (à travers l'aspect fantastique) comme les dangers de la pollution et une approche des catastrophes naturelles un peu à la manière d'un documentaire. Au final que dire pour conclure...Ponyo est une bien belle aventure, le voyage de deux enfants partagés entre la terre et la mer, simple mais prenant, c'est un beau divertissment assurés, les studio Ghibli déçoivent très rarement même si pour ma part Ponyo ne constitue pas une oeuvre majeure. 14,5/20 PS: encore une fois, super boulot pour Joe Hisaishi niveau musique ! et également à Nozomi Ôhashi pour le chant (9 ans à l'époque, chapeau !).
    Appeal
    Appeal

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 569 critiques

    4,0
    Publiée le 17 mars 2013
    Force est de dire que Miyazaki est capable, tout en utilisant les mêmes ingrédients, de faire varier la recette. Ponyo sur la falaise reprend les nombreuses thématiques abordées par le réalisateur dans ces précédents films comme Nausicaa ou Mononoké mais nous offre ici un spectacle beaucoup plus simple et enfantin, dans la lignée de Totoro. D'emblée disons le, cela est moins fort car Miyazaki entre dans une sorte de systématisme qui n'arrive pas toujours ici à trouver un juste milieu entre simplicité et complexité. Tout l'aspect grandiose et spectaculaire de l'oeuvre est assez raté, alors que Miyazaki est ici un génie de la simplicité. Pour autant, Ponyo sur la falaise a également un mérite moral. Je le vois (et on peut me le contester) comme une parfaite initiation à la pensée de Miyazaki, à distribuer aux plus jeunes. On y retrouve les grandes lignes de la vision morale du réalisateur, exprimée de façon générale mais complète. Ainsi, ce qui me frappe encore, c'est l'absence de manichéisme dans son oeuvre, l'idée qu'il y a du bien et du mal dans tout, qu'il faut trouver le meilleur compromis et que celui-ci passe avant tout en écoutant et en aimant l'autre. Fujimoto représente un temps la figure du mal dans l'oeuvre, enfermant la petite Ponyo dans son habitat. On comprend par la suite ses raisons, son dégoût du monde humain et ses angoisses justifiées, un monde humain qui se construit en opposition avec celui de la mer. La mer souffre et le seul moyen envisagé un temps pour survivre est l'affrontement. Mais peut-on en vouloir aux humains? Ici, les autres oeuvres de Miyazaki peuvent nous aider à compléter la vision. Peut-on en vouloir à ces "travailleurs" de la mer, aux conditions de vie si dures, ou aux humains en général, dont certains sont remplies d'amour? Il y a dans Ponyo sur la falaise deux aspects en un, un qui m'a convaincu, l'autre moins. Il y a clairement deux grandeurs dans le film : le sens du petit ou de l'enfance, et celui de la grandeur ou de la nature. Le premier est de loin le plus réussit. Je commence par le second pour finir ensuite sur une note positive. Le nouveau dessin animé de Miyazaki est enfantin, il ne pouvait pas par conséquent développe une nature trop complexe dans son fonctionnement ou dans ses sentiments. Miyazaki, reprenant ici le thème de Mononoké, n'a pas réussit à transposer la partie formelle de son oeuvre maîtresse. Le final grandiose de la nature reprenant ses droits dans Mononoké, est ici assez faible. La "Mère" de la mer est très cliché, sa grandeur n'a pas vraiment de sens, son aspect maternel a des contours simples. L’océan profond, immense, ou le monde engloutit n'est pas particulièrement beau ni impressionnant, souvent vain même, sans force symbolique. Clairement, Miyazaki a vu trop grand là où le petit est largement suffisant. C'est donc le monde du petit et de l'enfance qui nous émerveille. Nous aimons la naïveté de Ponyo, l'amour sincère de Sosuke pour son entourage, leur émerveillement des choses banales, ou peu spectaculaire, comme Sosuke qui n'a presque rien a faire du monde engloutit sous les eaux, ou des vagues immenses avec des yeux, mais qui s’émerveillera volontiers de voir Ponyo aimer le jambon ou de voir des crabes et des poissons à la terrasse de sa maison. C'est la sincérité de ces personnages, leur naïveté qui est très bien représenté. Miyazaki se rate sur la grandiose, mais montre qu'il a parfaitement compris les comportements des enfants, il saisit toute la beauté de leur étonnement. On abandonnera donc la fin et les passages spectaculaires pour pleinement profiter de la naïveté de nos deux petits héros, qui quand ils aiment les choses simples, nous touchent énormément. C'est d'ailleurs ce pan qu'il faut privilégier, comme le souligne la superbe réalisation entre pastel et aquarelle, aux contours très simples et naïfs, encore une fois très touchante quand elle reste dans la simplicité. Pour conclure et le répéter une dernière fois, il est dommage que Miyazaki est fait de mauvais choix, s'astreignant presque à faire une réalisation systématique, avec des passages qu'il pense obligés. Car dans le monde de l'enfance, Miyazaki a tout compris lorsqu'il abandonne le monde du spectaculaire pour nous émerveiller avec la simplicité. C'est ici que ce dernier film tape très fort.
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2384 abonnés Lire ses 641 critiques

    2,5
    Publiée le 13 avril 2009
    Un bon moment passé avec Ponyo mais beaucoup moins qu'avec le Voyage de Chihiro ou le Château dans le ciel... Très belles images, l'univers aquatique est bien rendu mais le scénario est un peu faible!
    carbone144
    carbone144

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 393 critiques

    3,5
    Publiée le 14 août 2011
    Encore une fois une histoire très jolie, tournée vers un aspect enfantin juste pour donner une impression de rêve. En plus de cela, c'est d'une beauté époustouflante. J'ai aussi beaucoup beaucoup aimé la musique, comme dans pratiquement tous les Miyazaki.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 557 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    3,0
    Publiée le 21 juillet 2010
    Je sors un peu déçu de la projection du nouveau film d'Hayao Miyazaki.Je dois avouer que je suis un fan complet du travail du maître incontesté de l'animation japonaise.D'où l'impression légitime d'inachevé quant à cette dernière oeuvre."Ponyo sur la falaise"s'adresse prioritairement aux enfants.Pétri de bons sentiments,il développe une mignonne histoire d'amour entre 2 petits de 5 ans.Un sentiment d'épure et de simplicité qui renforce le fait que Miyazaki a voulu parler directement aux plus jeunes d'entre nous.Pour cela,il refuse catégoriquement les images de synthèse,et continue de dessiner à l'aquarelle et à la main.Sa marque de fabrique,et plus généralement celle des studio Ghibli.Bien sûr,ses thèmes récurrents sont au rendez-vous: écologie,famille,transmission...Cette relecture du conte d'Andersen,"la petite sirène",se déroule avec fantaisie,humour,et il faut bien l'avouer émerveillement.Mais il manque la complexité d'un Chihiro,ou la noirceur d'un Mononoke.C'est bien le problème.Quant on connaît ces 2 chefs d'oeuvre,un Ponyo semble bien basique,et manquant de métaphores écologiques.Ne nous méprenons,cela reste un spectacle enchanteur.Le talent crée de fortes attentes,c'est logique...
    vanarhost74
    vanarhost74

    Suivre son activité Lire ses 44 critiques

    3,5
    Publiée le 8 septembre 2011
    Sûrement l'un des Miyazaki que j'aime le moins...on retrouve plus que dans les autres l'aspect conte, mais Miyazaki abandonne ici son public adulte pour signer son film le moins mature et bien destiné aux enfants...malgrès ça il reste plein de poésie, avec pour la première fois, une fabuleuse fresque de la mer dans toute sa spendeur...ce film reste de grande qualité malgrès qu'il soit certainement l'un des moins bon Ghibli, mais avec mention spéciale au personnage de Ponyo, vraiment très attachant...pour ma part je préfère largement cette adaptation de la petite sirène à celle de Disney...à vous de juger.
    Ghibliste
    Ghibliste

    Suivre son activité 32 abonnés

    3,5
    Publiée le 16 mars 2015
    Une fois n'est pas coutume, Hayao Miyazaki délaisse les espaces aériens pour les profondeurs des mers dans ce "Ponyo sur la Falaise" ; et autant le dire tout de suite : c'est son film que j'aime le moins. Mais attention ! Celui-ci n'est pas dénué de qualités pour autant, notamment d'un point de vue technique, où il tutoie la perfection : le graphisme (les paysages, les fonds marins), les couleurs chatoyantes, l'animation (les courses, les effets du vent), tout est certifié "qualité Ghibli supérieure" ! Après, j'ai trouvé pas mal de défauts à cette histoire originale certes, mais un peu étrange par moments : spoiler: ça ne semble étonner aucun personnage que Ponyo soit un poisson à tête humaine ; Ponyo, qui vient de la mer, est à un moment mis dans un seau d'eau douce sans que ça pose le moindre problème ; la maman de Sasuke me paraît bien inconsciente au volant aussi ! ^^ En revanche, on a droit à des scène grandioses, des symphonies de couleur spoiler: lorsque Ponyo remonte à la surface sur des poissons dorés, puis lorsqu'elle court sur ceux-ci durant la tempête, ou encore au moment des apparitions de la déesse de la mer . Pour le reste, le thème de l'écologie est toujours aussi présent, le film n'est pas manichéen puisque le "méchant" spoiler: - très amusant avec sa machine à hydrater - a de bonnes raisons de vouloir ce qu'il veut. Au final, "Ponyo sur la Falaise" n'a pas une intrigue qui m'a particulièrement passionné, et souffre un peu de son côté très enfantin, mais grâce à de bonnes idées spoiler: (la route et la maison de retraite sous l'eau, les poissons préhistoriques, le petit bateau, celui du papa, etc...) et la poésie propre à Hayao Miyazaki, il n'en demeure pas moins un bon divertissement à regarder en famille... Le plan final est trop mignon.
    zadec2
    zadec2

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 91 critiques

    2,5
    Publiée le 30 décembre 2009
    Assurément un bon film d'un excélent réalisateur mais qui ne vaut quand même pas un " voyage de Chihiro" ou un "Château dans le ciel".
    FrenchxConnection
    FrenchxConnection

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 174 critiques

    2,5
    Publiée le 26 juin 2010
    Beaucoup plus enfantin que les précédents, cette histoire narrée par Miyazaki ne m'a pas particulièrement intriguée, ni vraiment touché. Les longueurs, auparavant suaves et onctueuses, se font ici plus pesantes. Mais pour les plus jeunes, ce dessin animé reste de bonne qualité.
    Louis-Auxile M.
    Louis-Auxile M.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 369 critiques

    2,0
    Publiée le 6 novembre 2010
    Avais-je déjà passé l'âge, ou ne s'adresse-t-il plus au même public ? Toujours est-il que j'ai beaucoup moins accroché que d'habitude avec les films de Miyazaki. On voyage moins, on rêve moins, on trépigne moins. Un faux pas sur la falaise... C'est pas grave, j'attends le prochain en revoyant les précédent. Un bon film tout de même pour nos petits frères et soeurs.
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 149 abonnés Lire ses 1 353 critiques

    2,5
    Publiée le 22 juillet 2009
    Ponyo n'est certainement pas le meilleur Miyazaki,il lui manque la consistance des précédents,c'est gentillet mais sans plus,a la limite du chiant.Le film comporte quand même de bons passages mais il n'y a rien d'extraordinaire.Ouais peu mieux faire,et surtout a déjà fait nettement mieux.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 4 365 critiques

    2,5
    Publiée le 5 mai 2013
    Un Hayao Mizaki qui contient un graphisme très basique et le plus enfantin de sa filmographie. L'histoire de cette petite Ponyo, un poisson rouge à tête humaine ne manque pas de charme pour autant et comme souvent Hayao y met du coeur et maturité, bien qu'ici elle soit légère. Son ensemble m'a bien plu sauf le passage tsunami. Ponyo sur la falaise ou est le malaise ? C'est féerique mais avec absence de poésie.
    Carlos Stins
    Carlos Stins

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 11 critiques

    4,0
    Publiée le 18 mai 2018
    Plus léger et un peu moins profond que d'autres films de Miyazaki, "Ponyo sur la falaise" n'en demeure pas moins une fable rendue magique par sa créativité et sa poésie. Comme toujours chez le cinéaste japonais, le film est pleinement abouti sur le plan visuel, Miyazaki redoublant d'inventivité pour créer un univers unique qui convoque l'imaginaire du spectateur. Faisant écho à la "Petite sirène", l'intrigue est d'une apparente grande simplicité mais ça serait réduire le génie de scénariste de Miyazaki, qui s'affranchit une nouvelle fois de toutes les conventions narratives pour livrer une histoire d'une incroyable fluidité, qui se renouvelle sans cesse, sans qu'aucun temps-mort ni fioriture n'apparaissent. On se prend très rapidement d'affection pour Ponyo et Soské qui forment un duo inoubliable et l'on peut également relever l'intéressant sous-texte écologique qui enrichit l'intrigue. Certain se plaindront du côté naïf et enfantin du film mais d'autres, comme moi, verront surtout dans "Ponyo sur la falaise" une fable enchanteresque éblouissante comme le cinéma d'animation en offre rarement.
    jujulcactus
    jujulcactus

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 291 critiques

    3,0
    Publiée le 19 juillet 2010
    Ponyo, est un exellent moyen de s'évader dans des décors aquatiques et somptueux aux côtés de deux jeunes protagonistes de 5 ans plein d'enthousiasme ... Un voyage plein de magie, comme d'habitude, mais Miyazaki peut faire mieux! Il manque ce brin de complexité, d'originalité qu'il le caractérise. Même si c'est un très beau film, il parait bien simple et enfantin à côté de ses chefs d'oeuvre passé tels que "Chihiro" ou "le Château ambulant".
    diehard5
    diehard5

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 482 critiques

    2,5
    Publiée le 24 avril 2009
    Entouré de ses précieux collaborateurs, Miyazaki, poète cosmique de l’enfance, insuffle lyrisme et ivresse à "Ponyo", son nouveau tour de magie. Devant nos yeux médusés, les dessins colorés couvrent les personnages d’une immense tendresse. Osmose parfaite de la partition de Joe Hisaishi.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top