Mon AlloCiné
First Man - le premier homme sur la Lune
note moyenne
4,1
4524 notes dont 461 critiques
18% (82 critiques)
41% (187 critiques)
24% (111 critiques)
11% (52 critiques)
4% (19 critiques)
2% (10 critiques)
Afficher toutes les critiques
Votre avis sur First Man - le premier homme sur la Lune ?

111 critiques de 3 et 3,5 étoiles

Adrien J.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 31 critiques

3,5
Publiée le 21/10/2018
Avec "FIRST MAN", Damien Chazelle prouve encore une fois qu'il est un réalisateur talentueux. Le biopic sur Neil Armstrong regorge d'efficacité, notamment dans la mise en scène, où la caméra subjective prend une place importante, ce qui rend le long métrage très immersif par moments. De plus la performance de Gosling est à la hauteur des espérances, d'une grande justesse comme à son habitude. Cependant il y a quand même des choses à reprocher au film. Principalement son rythme, assez lent je trouve. Parfois la réalisation est assez brouillon par moments d'ailleurs, on ne comprend pas toujours ce qui se passe à l'écran. Mais même si le film n'a pas autant de souffle que pouvait avoir le premier film de réalisateur "Wiphlash", le film est vraiment bon et en vaut la peine.
Benito G

Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 2 441 critiques

3,0
Publiée le 19/09/2018
Voici un drame / biopic adapté d'un roman sur Neil A. qui décrit chronologiquement du début à la fin. Ne faisant pas l'impasse sur le livre dont il s'adapte. La mise en scène est excellente et Ryan G. au top de sa forme. avec des moments mettant le poids de l'acteur vis àvis du film mais également des scènes d'un grand réalisme. On se retrouve à mi-chemin entre docu et drame familial ; cela nous mets face spectaculaire et l'intime de celui-ci. Le dialogue est au "minimum" pour mieux nous transmettre ses émotions et pour le coup cela est remarquablement fait et maîtrisé. LE réalisateur n'a pas voulu faire dans le sensationnel comme beaucoup l'aurait fait, mais du coup ; parfois cela manque un peu de souffle au récit. Les drames se suivent tout comme nous subissons le destin de cet "héros". Certains prendront cela comme des défauts, mais tout cela est compensé par les prouesse technique parfaitement maîtrisé et à la hauteur. Comme si pour le réalisateur annonçait que viser la lune, le rends plus fort. NE lui faisant absolument pas peur. donc malgré quelques bémols, on arrive à faire abstraction ou à les retenir pour certaines prouesses. Une belle surprise qui n'en fait pas des tonnes mais qui cherche le simplicité ; donnant également plus de véracité à l'histoire et au personnage.
Delph I

Suivre son activité Lire ses 41 critiques

3,5
Publiée le 21/10/2018
Une réalisation soignée qui évite l’ennui qu’il pourrait y avoir à ce récit dont on connaît déjà la fin... les sensations sont extrêmement bien décrites et ressenties par le spectateur qui vit chaque moment avec intensité. On comprend bien également la pugnacité de Niel Amstrong pour qui ce challenge devait être très personnel.
Alan T.

Suivre son activité Lire sa critique

3,0
Publiée le 20/01/2019
Je suis globalement déçu par ce film et pourtant il y avait de la matière à exploiter, le voyage sur la lune est un des événements qui ont changé à jamais l'humanité, repoussé les limites technologiques de l'homme . Le film est globalement lent, on a l'impression de voir un dépressif faire un boulot banal peu enthousiasmant et surtout le voyage sur la lune est complètement bâclé, attention spoil : il reste 30 secondes sur la lune et remonte . J'aurais espéré beaucoup plus de plans, un peu plus de temps pour contempler ce magnifique spectacle . Bref déçu 3/5 .
idoubidou

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 12 critiques

3,5
Publiée le 22/10/2018
First Man est un biopic réussi sur la vie d’un homme hors norme. Certains passages sont très longs (un peu trop même). Le film aurait été parfait s’il avait duré 2h et était filmé avec des plans un peu plus larges. Les plans serrés finissent par donner le tournis.
Cinemadourg

Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 547 critiques

3,5
Publiée le 19/10/2018
Et si nous suivions ce qui se passait dans la tête de Neil Armstrong entre 1960 et 1969 avant d'être le premier humain à marcher sur la lune ? Ce biopic intéressant retrace donc toute l'épopée américaine vers notre satellite lunaire en mettant en avant le défi d'un homme avant le défi technologique. L'ambiance est intimiste avec énormément de gros plans, l'approche est également psychologique avec une touche sensible et dramatique. Vous l'aurez compris, "First Man" propose du déjà-vu mais avec un éclairage différent centré sur le coeur et non sur les machines. Un bon film racontant ce pas de géant pour l'humanité. --> Site CINEMADOURG
remyll

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 43 critiques

3,5
Publiée le 21/10/2018
On chatouille le mythe.... Et oui dans notre imaginaire Neil Armstrong est notre héros : le 1er homme à avoir marché sur la lune. Pas touche. Et pourtant.... Damien Chazelle ( brillant réalisateur de « La La Land » ) nous fait découvrir un homme certes très courageux, calme, intelligent.... mais .... il va aussi chatouiller gentiment le mythe en montrant notamment le père et le mari qu’il aura été au moment des nombreux et si dangereux essais effectués avant le grand départ. Des images stupéfiantes réalisées à merveille décrivant brillamment ces conditions incroyablement dangereuses dans les années 60 des missions en apesanteur. À voir , même si parfois cela remue tellement qu’on a parfois envie de prendre l’air ! :)
traversay1

Suivre son activité 420 abonnés Lire ses 2 949 critiques

3,5
Publiée le 20/10/2018
Quand on se penchera plus tard sur la carrière de Damian Chazelle, peut-être bien que First Man apparaîtra comme une sorte d'anomalie ou tout du moins comme un long-métrage à part, curieux cocktail entre épopée et intimisme pour brosser le portrait d'un homme étrange et lunaire et d'une époque trouble, celle de la guerre froide. Là-haut et ici-bas, First Man se partage équitablement entre le ciel, où se forge la légende, et cette bonne vieille Terre. Le film n'est ni un biopic (trop limité dans le temps) ni un une saga-hommage aux conquérants de l'espace, façon L'étoffe des héros. Il est entre les deux, caractérisé par la personnalité énigmatique de Neil Armstrong, brisé par un drame familial, au bord de la dépression, aventurier mutique dont la quête semble avant tout cathartique (rien dans le film n'est dit sur sa religiosité). First Man est imprégné entièrement d'une grande tristesse, forcément incarnée avec un grand talent par Ryan Gosling dont Chazelle filme sans relâche le regard. Cette vision d'un homme un peu étranger à lui-même, Chazelle la tient de bout en bout et son talent fait qu'elle ne dessert pas le film, lui conférant au contraire une vraie personnalité au même titre que les "oublis" volontaires (le planter de drapeau, le président Nixon, etc.). Au fond, Neil Armstrong n'était pas très facile à comprendre pour ses contemporains y compris dans sa vie post-spatiale (après son divorce, sa femme dira que "la lune lui était montée à la tête." Il garde son mystère après First Man, ce sombre héros de l'espace, et ce n'est pas plus mal.
PLR

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 751 critiques

3,5
Publiée le 19/10/2018
Si on a lu d'abord le synopsis et les secrets de tournage, on sait qu'il s'agit avant tout d'un biopic sur Neil Amstrong plutôt qu'un récit sur la conquête spatiale et le premier pas de l'Homme sur la lune. Sinon, le spectateur insuffisamment informé de ce qui précède sera peut-être déçu. L'angle d'approche traite en effet bien davantage de l'humain et de la famille (derrière tout grand homme il y a une femme) que des aspects technologiques. Le côté épique et le questionnement parfois de l'Amérique sur l'utilité de cette conquête spatiale (versus compétition avec les Russes pour la suprématie technologique), sont un peu laissés de côté même si nécessairement présents quand même. Un film relativement long (2 heures 18), se traînant donc sur quelques aspects pas forcément très passionnants : longues scènes de tangage à bord du vaisseau spatial, en plan serré, comme si vous y étiez, à en donner la nausée. Au final, la qualité et l'originalité de ce film résident justement dans le fait que, contrairement à la loi du genre, il ne fait dans aucun excès narratif.
poet75

Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 604 critiques

3,5
Publiée le 19/10/2018
Damien Chazelle se plaît à reconsidérer les heures glorieuses du passé. Après la comédie musicale, fleuron de l’âge d’or d’Hollywood, revisitée dans « La La Land » avec talent mais pour en montrer les limites, voici la conquête spatiale, rien de moins. C’est à Neil Armstrong en personne, interprété par l’impeccable Ryan Gosling, qu’est consacré ce nouveau film. Mais il ne s’agit pas, pour Damien Chazelle, de statufier ce héros. Il le met en scène, non seulement en tant que vaillant astronaute à qui est confiée la prérogative d’être le premier homme à poser le pied sur la lune, mais aussi en tant qu’époux et père de famille qui, dès le début du film, subit le choc de la perte de sa fille Karen, 2 ans, décédée d’une tumeur au cerveau. Même si cela n’est jamais explicité formellement dans le film, on devine que ce deuil marque à jamais Neil Armstrong et livre l’une des clés de son comportement, voire de ses audaces. Car, si le héros s’engage à fond dans l’aventure de la conquête de la lune, sur fond de compétition avec une URSS triomphante qui se délecte de compter ses victoires dans ce domaine, c’est au prix d’un éloignement de plus en plus grand d’avec sa famille, sa femme et ses deux garçons. spoiler: Une des scènes du film, l’une des plus bouleversantes, nous révèle à quel point l’épouse de Neil Armstrong a dû supplier ce dernier de parler à ses enfants la veille de son grand départ, de celui dont peut-être il ne reviendrait pas, celui qui le conduisait jusqu’au sol lunaire où il devait poser le pied. Très appliqué, très soigneux, Damien Chazelle montre combien l’aventure était risquée (plusieurs de ceux qui ont participé aux essais de la NASA en sont morts). Quand les engins (Gemini puis Apollo) quittent le sol terrestre, ils sont si secoués, si grinçants de partout, qu’on se demande comment ils ne se désintègrent pas. De ce point de vue, le film est très impressionnant, sans apporter cependant grand-chose de nouveau par rapport à ce qu’on a déjà vu au cinéma. Restent les personnages : l’énigmatique Neil Armstrong qui semble presque désireux de s’éloigner des réalités terrestres et sa femme qui, lorsqu’elle l’avait rencontré et été courtisée par lui, pensait avoir affaire à un homme bien tranquille.
Amergame

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 484 critiques

3,5
Publiée le 21/10/2018
Simple et efficace. La réalisation se laisse regarder, les acteurs sont au top, et l'atmosphère suit le reste. Je n'ai cependant pas retrouvé la patte que je recherche dans ce genre (notamment celle du chef-d'oeuvre Whiplash). Mais il n'en reste pas moins un biopic intéressant à savourer et à faire partager.
Hollywood-Biographer

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 1 217 critiques

3,5
Publiée le 21/10/2018
Damien CHAZELLE raconte avec brio le parcours, de 1960 à 1969, du premier homme à fouler la Lune. Il le fait superbement en restant au plus près de son personnage, un pied sur terre et la tête dans les nuages, écartelé entre son destin fabuleux et ses tragédies intimes. Dans un registre idéal pour lui, Ryan GOSLING livre une interprétation remarquable dans la peau de l'astronaute Neil ARMSTRONG. Il donne toute sa force à ce biopic fascinant, alors que les scènes de l'alunissage du 20 juillet 1969 se révèlent spectaculaires filmées en IMAX.
youkaidi91

Suivre son activité Lire ses 11 critiques

3,5
Publiée le 20/10/2018
Attention, ce film n'est pas un film sur la "conquête" de la lune, si c'est ce à quoi vous vous attendez vous serez forcément déçu. C'est un film sur le deuil et comment surmonter la perte d'un être cher. C'est l'antipode d'Apollo 13. On voit bien que la conquête de la lune passe au second plan. Tout l'intérêt du film réside là, c'est ce qui en fait son originalité.
JEAN-SEBASTIEN C

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 120 critiques

3,5
Publiée le 20/10/2018
Un très bel hommage à la conquête spatiale, à ces hommes qui ont risqué leurs vies pour accomplir le rêve d’autres hommes (enfin pas tous et le film effleure hélas à peine les contestations et donc les réflexions au sujet du bien fondé de cette conquête et des milliards dépensés). Beaucoup de réalisme, même si c’est plus la dimension psychologique des personnages qui est mise en lumière que l’aspect technique. Pas un film d’action ni sensationnel, quelques longueurs hélas. Très bonne prestation des acteurs, crédibles.
ConFucAmuS

Suivre son activité 149 abonnés Lire ses 430 critiques

3,5
Publiée le 20/10/2018
Voyons d'abord les choses en grand. Le 21 Juillet 1969, quand l'homme posa le pied sur la Lune, l'Histoire retiendra d'abord ce "bond de géant pour l'humanité". Ou cette avancée dans l'exploration spatiale. Ou encore cette nouvelle étape dans le conflit opposant les USA à la Russie. Bref, de ce jour, il y a beaucoup de choses qu'on pourrait dire. Mais ce n'est pas ce que veut raconter Damien Chazelle. Le réalisateur de Whiplash et La La Land opère un virage à 180 degrés en s'attaquant à l'histoire dans l'Histoire. Ne vous attendez pas à des plans majestueux sublimant un décollage de fusée. Ou à des ralentis grandiloquents sur une troupe d'astronautes iconisés. Ou encore à de grandes envolées musicales qui vous donnent envie de mettre la main sur le cœur. Non, ici on se recentre sur Neil Armstrong, l'homme derrière cet Homme qui foula le sol lunaire. Et on le regarde de très près. À la différence de ses deux précédents longs, dont la grande élégance formelle contribuait à magnifier encore plus ses personnages, Damien Chazelle choisit une approche frontale quasi-documentaire. Les plans fixes sont rares, la caméra a l'épaule compose 90% du long-métrage, en résulte un sentiment d'authenticité inouï (renforcé par un mixage son dément). Les couleurs froides drapent cette Amérique empêtrée dans ses contradictions (Guerre Froide au firmament, population en proie au désenchantement), mais également le destin de son mystérieux héros. Le but avoué de Chazelle est d'offrir le film anti-spectaculaire par excellence, ôter le lisse pour atteindre la matière, le brut. L'humain donc, aussi fragile que ces grosses carlingues qui crissent, craquent et plient dans un tumulte terrorisant. De ce point de vue, First Man est une grande réussite. Même si elle s'accompagne d'une certaine déception quand on s'intéresse aux seconds rôles, finalement assez fonctionnels (et malgré le grand talent de Kyle Chandler, Jason Clarke). Seule la lumineuse Claire Foy émerge d'un casting malheureusement peu exploité. Neil Armstrong était une figure mystérieuse, n'espérez pas le "retrouver" en héros de la nation au sourire colgate. Ryan Gosling revient à ce style de jeu minimaliste et minéral qui lui sied si bien. L'acteur participe brillamment à ce travail de démythification, ce qui rend l'odyssée de son Armstrong encore plus touchante. Un homme qui n'a que faire des politiques, du prestige ou des honneurs. Et quand il posera enfin le pied sur la Lune, Chazelle prendra le soin de le dépersonnaliser. L'Histoire entre dans la danse, la caméra se stabilise, les plans deviennent élégants mais nous ne voyons plus Armstrong, juste l'astronaute légendaire au casque impénétrable. Son voyage marquera le début d'une ère pour beaucoup, mais pour lui ce sera surtout la fin d'une autre. Il fallait bien la vision d'un auteur aussi brillant que Chazelle pour conclure son film sur un moment aussi grandiose que profondément mélancolique.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top