Mon AlloCiné
    District 9
    note moyenne
    3,9
    23873 notes dont 2308 critiques
    34% (782 critiques)
    36% (834 critiques)
    8% (196 critiques)
    8% (179 critiques)
    6% (135 critiques)
    8% (182 critiques)
    Votre avis sur District 9 ?

    2308 critiques spectateurs

    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 199 abonnés Lire ses 334 critiques

    4,0
    Pour son tout premier film, Neil Blomkamp mets la barre très haute. « District 9 » est un film de science-fiction peu ordinaire bien que traitant d'un sujet maintes fois abordé, les extra-terrestres. En effet, dans ce film, les aliens ne sont pas des êtres assoiffées de sang mais plutôt des voyageurs qui se sont perdus en route et qui ont trouvé refuge sur Terre. Ils sont parqué dans un immense bidonville, appelé District 9, qui ne cesse de s'accroître. Suite à des conflits entre humains et Aliens (qui sont appelés « crevettes »), la décision est prise de les délocaliser dans un nouveau District plus grand et éloigné des villes. Pour ce faire, un homme est chargé d'annoncer aux crevettes qu'elles ont 24 heures pour faire leurs baguages avant de partir pour le nouveau District. Cet homme, Wikus van der Merwe (joué par Sharlto Copley), va malencontreusement avoir un accident qui lentement le transforme en alien. En plus d'être une œuvre originale, « District 9 » délivre un message de tolérance envers ce qui nous est différent, et également un message de dénonciation envers la cupidité de l'Homme qui est prêt à tout pour s'enrichir. « District 9 » n'est donc pas qu'un simple blockbuster, il a une portée morale et pose de réelles questions sur nos réactions si un jour un tel événement se produisait. Neil Blomkamp réalise un film violent, sa mise en scène sous forme de reportage journalier était appropriée pour la première partie du film mais n'avait pas sa place par la suite la suite puisque l'équipe de presse n'était plus présente. De plus, les effets spéciaux sont satisfaisant mais vieillissent rapidement. « District 9 » n'est donc pas un film de SF comme les autres qui il permet de remettre en cause certaines idées reçues où certains actes.
    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,5
    Neil Blomkamp...c'est dans le parfait désordre que j'ai découvert la filmographie de ce réalisateur en ascendant. C'est tout d'abord avec "Chappie" que j'ai fait connaissance avec le "Neil Style" en 2015, le film avait été une très bonne surprise. J'avais beaucoup aimé Chappie avec Dave Patel ("Slumdog Millionnaire", "Le Dernier Maître de l'Air" ...), Hugh Jackman ("X-Men", "Wolverine", "Le Prestige") et le groupe de Hip-Hop électro Die Antwoord, pour sa façon d'abordé avec beaucoup d'émotion, le développement d'une l'Intelligence Artificielle innocente et naïve, dans les milieux pauvres Sud-Africains régit par la racaille et la délinquance, conditionnant un robot doté de sentiments à prendre les armes afin de commettre crimes et délits. J'ai par la suite découvert le deuxième film de Neil, "Elysium", film de SF post-apocalyptique porté par Matt Damon avec de vagues airs de Wall-e des studios Pixar...qui fut pour moi un film bien décevant, terriblement creux et plat. Puis, l'autre jour, après des mois qu'il traîne dans mes listes de films à voir, j'ai enfin tester le fameux "District 9" sorti en 2009, à la bonne réputation critique. "District 9", premier film de Neil Blomkamp, adaptation en long métrage du court métrage "Alive in Joburg" (2006) du même réalisateur et produit par le grand Peter Jackson (Le Seigneur des Anneaux, King Kong...), nous raconte l'histoire d'un peuple extraterrestre, marginalisés dans des ghetto en Afrique du Sud. Il y a 28 ans avant cela, un vaisseau alien a fait son apparition dans le ciel au dessus de la ville de Johannesburg, mais les occupants de la soucoupe volante, affaiblit, ne semblent pas (?) animés d'intentions hostiles envers les humains. Aussi, les humains,néanmoins méfiant et désireux d'éviter toute tension avec ces "hommes-crevettes", décidèrent de marginaliser la population alien dans un gigantesque bidonville baptisé le "District 9", dont les activités sont attentivement contrôlés par l'unité du MNU des forces du gouvernement. Un jour, lors d'une visite de contrôle dans les quartiers pauvres, l'agent pacifiste Wikus Van de Merwe, découvre un étrange produit dans l'une des habitations. Confisquant immédiatement l'objet suspect, Wikus s'asperge par inadvertance sont contenu gazeux sur le visage. A peine quelques heures plu tard, l'homme se rend compte des effets sur son corps...commençant à se métamorphoser en alien. Mais cela ne s'arrête pas là, très vite, Wikus se rend non seulement compte qu'il acquière une apparence physique extraterrestre...mais qu'il a aussi la capacité le manipuler l'armement de haute technologie alien ! Voyant en la victime une possibilité de déchiffrer les armes de ces "crevettes humanoïdes" qui pourrait permettre l'asservissement du peuple Martien, le MNU ne tarde pas à envoyer toutes ses forces militaires aux trousses de Van de Merwe. N'ayant nul part ou se cacher, l'homme le plus recherché du monde tente alors le tout pour le tout en se réfugiant dans le District 9... . Mais Wikus est il réellement en sécurité dans ce bidonville ? Quelles sont les véritables intentions du MNU ? Dans quel but les Alien sont ils venu sur Terre ? L'Humain est l'Alien ne peuvent ils définitivement pas vivre en harmonie dans une même société ? Et si l'Alien, au coeur de toute cette violence, n'était pas le véritable ennemi ? Voilà pour le pitch global. Verdict : Alors j'ai visionné "District 9" sans trop être au courant ni du synopsis ni de la bonne réputation du film, juste pour le nom de Neil Blomkamp...et je n'aurais jamais imaginé tomber sur un tel matériau !! "District 9" est un *bip de censure* d'OVNI !!! Mais Waouw quelle mine d'or !! Peter Jackson a vraiment eu raison de produire le film car la qualité est LA ! Tel un véritable trésor des bidonvilles, Neil Blomkamp nous invite ici non pas à un film de Science fiction parmi tant d'autres dans la masse mais à une vraie expérience cinématographique !! Enfin, CA c'est de la SF originale, sans doute l'oeuvre de Science Fiction la plus originale depuis les vingts dernières années, intelligente novatrice et BADASSE avec non seulement de l'action et des effets spéciaux mais aussi du sang, des larmes et surtout un sous texte bourré de réflexivité et de thématiques sur des moralités profondes et justes qui ne peut laisser indifférent à l'arrivée !! Quand la science fiction poétique et mélancolique de Steven Spielberg, "E.T"/"Rencontres du troisième type" se mélange à la science fiction d'action de James Cameron en ajoutant quelques airs de "La Planète des Singes", ça donne "District 9" ! Avec D-9, Neil Blomkamp nous montre les Alien sous un tout nouvel angle encore jamais tester, en diluant la rencontre Humain/Alien dans une grande critique la pauvreté et de l'Immigration. Le film met la SF au service de problématiques humanitaires en dénonçant la pauvreté en Afrique et les conditions de vies miséreuses dans les ghetto. Ainsi, District 9 aborde avec un intérêt engagé de la part de son réalisateur (Neil étant originaire de cette même ville de Johannesburg) des problématique telle que la surpopulation, la famine et la délinquance favorisée dans les milieux pauvres, elles mêmes reliées à une grande critique du Racisme et de la Xénophobie qui a vraiment un impact sur le spectateur (les "Monstres" ayant toujours reflétés une peur de "l'autre", "l'étranger", les craintes d'un peuple vis à vis d'un autre dans la société comme ce fut le cas des Dracula, King Kong ect). Le scénario de District 9 est excellent, intelligent, épique, extrêmement saisissant et complètement imprévisible, le spectateur, à l'image du protagoniste, est téléporté dans un univers pauvre et violent méconnaissable ou il assiste à la fuite désespérée de ce personnage traqué tel une véritable proie prise au piège. Dans cette traque à la "Terminator" dans l'hostilité des décors Sud Africains proche de l'esthétique visuel d'un "Mad Max". Le fait d'être au plus proche du personnage nous permet d'éprouver en premier lieu une grande pitié, nous partageons son désespoir et sa solitude dans sa dure épreuve ou son enveloppe corporelle et son métabolisme mutent en Alien puis l'on est scotché et impressionné par sa détermination admirable de s'en sortir. District 9 est un film que l'on peut difficilement classifier en un genre cinématographique précis (ce qui fait que je le caractérise "d'expérience cinématographique"). spoiler: "District 9" est en fait beaucoup plus un Docu-Fiction qu'un blockbuster de SF Hollywoodien (le film n'a coûté "que" 30 millions de dollars d'ailleurs, ce qui est "faible" pour une prod' du genre). De manière très pertinente, le film prend au dépourvu le spectateur en commençant à la manière d'un documentaire/Journal TV ponctué d'interviews pour introduire le cadre et le concept du film. Le film prend indirectement le spectateur à témoin par le recours à la caméra subjective (pendant les 15-20 premières minutes, nous avons le point de vu de la caméra sur les lieux). En montrant l'action via la caméra intra-diégétique , Neil, très malin, joue sur la superposition des points de vue en additionnant dans les mêmes plans à la fois sont point de vue de réalisateur sur son film, le point de vue du personnage interne au film et aussi le point de vue du spectateur qui regarde le film (du génie !). Du coup, les problématique de l'immigration/Surpopulation/Racisme ect...sont à considérer sous trois angles différents et ça donne mais tellement de richesse au scénario !!! spoiler: En adoptant la forme d'un reportage documentaire de journal télévisé au début, Neil arrive pertinemment à poser les thématiques de son univers via une approche très réaliste et ça marche, on y croit ! C'est pour cela que ça permet au film de sonner aussi vrai et de donner de l'impact à l'écho avec ces mêmes problèmes de notre société ! Le film ne s'intéresse volontairement pas aux origines des extra-terrestre ni de leur origines, Neil ne nous présente pas une énième guerre millénaire Martienne à la "Transformers" mais fait le choix pertinent de prendre une route différente : s'intéresser aux difficultés des Alien à s'intégrés dans la société des Hommes...et les difficultés de l'Homme à accepter de partager pacifiquement terre et logements. Ensuite, spoiler: le film prend quand même bien la direction de la fiction avec de l'action mais tout en évitant de tomber dans un délire d'explosions et d'effets spéciaux. Ici, les effets spéciaux sont au service du combat que mène Wikus pour se libéré et se soigner (ainsi que pour venir en aide à un père et son fils "crevette" en danger). Les scènes d'action sont bourrins mais sont correspondent parfaitement à l'état d'acharnement et de lutte désespérée d'un personnage face au mur, blessé et soumit à une pression psychologique de fou ! (on peu se demander tout au long du film si l'état de transformation de Wikus illustre sur le plan physique, une perte d'humanité ou bien si celle ci a lieu sur le plan moral...le personnage étant près à tuer pour se sortir de son pétrin) Surtout que tout au long du film : ce sont finalement beaucoup plus les hommes que l'on voit armés et violent que les Alien (l'homme serait devenu métaphoriquement un extra-terrestre sur sa propre planète vis à vis des Martiens...ok je vais trop loin o_0). Ok, je vais m'arrêté là (j'ai déjà pondu une sacrée disserte XD), "District 9" n'est définitivement pas un film de Science Fiction comme des autres ! Entre Spielberg et Cameron, Neil Blomkamp nous livre ici un OVNI insoupçonné de SF à travers lequel, l'Homme et l'Extra-terrestre sont mit au centre d'une critique engagée de la pauvreté dans les bidonvilles d'Afrique du Sud qui laisse vraiment sa marque ! Plus que jamais, et même si "Elisyum" et "Chappie" ne jouent pas dans la même cours en terme de qualité, Neil Blomkamp reste un réalisateur ascendant à suivre de TRES près. En attendant d'avoir la suite, "District 10" pas encore officialisée mais supposée pour 2020, Blomkamp reprendra le flambeau laissé par Ridley Scott en réalisant le 5ème volet de la saga "Alien" en 2019; et quand on sait que le film préféré du Monsieur est "Alien: le Retour" de J.Cameron (1986), il y a de quoi être confiant !
    Marc T.
    Marc T.

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 131 critiques

    4,0
    Film multi-genres : réflexion (apartheid transposée dans un ghetto d'aliens), action, science-fiction (certains codes de Starship Troopers et de bien d'autres films SF sont perceptibles), sans oublier l'émotion (l'alien et son fils sont très attachants). Bref, un très bon film multi-facettes mais avec une petite réserve cependant : à trop vouloir baigner dans tous les registres, Neill Blomkamp (dont c'est le premier film), s'éparpille quelque peu au lieu de centrer l'intrigue principale de son film sur ces fameux aliens, on aurait notamment aimé en savoir plus sur leur histoire, leur cheminement...
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2347 abonnés Lire ses 637 critiques

    4,0
    De très bonnes idées au niveau de la réalisation (les témoignages et ce côté documentaire inséré dans le film)... Le rapport entre les humains et les aliens est intéressant, le réalisme est bien rendu pour un film de SF... Bref un bon moment de cinéma avec un petit bémol au niveau du scénario auquel on s'attend forcément et qui manque donc d'originalité.
    Hobsta
    Hobsta

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 31 critiques

    4,0
    District 9 est surprenant, innovant dans le cinéma de science fiction. Les meilleurs films du genre accusant les abus de la technologie et du pouvoir de l'homme, District 9 en rend atrocement compte. Le scénario est innovant, des extraterrestres bloqués sur Terre et souffrant des mêmes tares que l'Apartheid (auquel est fait un énorme clin d’œil), sont en vie seulement car l'homme désire contrôler leurs armes et ne le peut que grâce à eux, et vivant dans des conditions misérables. Et, dès que la moindre occasion se présente de contrôler ces armes, alors Wikus, incarné par un Sharlto Copley bluffant, subit toute l'avarice de l'homme. Il va tenter de s'en sortir en mettant sa haine de l'autre de côté, pour au final, devenir plus humain en étant en phase de se transformer en non humain. Au début détestable, on s'attache à lui et on découvre toute l'horreur dont l'homme est capable avec lui. Le suspense est très bien mis en place, on garde notre souffle jusqu'au bout, et les personnages secondaires offrent également de belles prestations. District 9 est pour ma part un des films de SF les plus intéressants que j'ai pu voir, et je ne peux que le conseiller grandement !
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 775 abonnés Lire ses 581 critiques

    4,5
    Une aventure magnifique au pays des aliens, démontrant la barbarie humaine. Un film excellent, à la limite du choquant, qui ne patît pas des quelques clichés que l'on trouve dans les autres blockbusters Hollywoodiens. Un divertissement de qualité.
    TheManWhoLovesCinema
    TheManWhoLovesCinema

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 110 critiques

    3,0
    District 9 commence tel un documentaire pour finir en film de science-fiction totalement inattendu. Adapté du court-métrage du même réalisateur: "Alive in Joburg" et produit par Peter Jackson, District 9 prend place dans un Johannesburg divisé en deux; d'un côté les humains bien logés menant une vie normale et d'un autre, les extraterrestres, familièrement appelés "crevettes" dans le film, parqués depuis plus de trente ans dans un énorme ghetto piteux: le District 9. À la fois une critique de la société actuelle et du racisme et un film purement orienté effets-spéciaux District 9 laisse, après son visionnage, assez perplexe et dubitatif. Une idée plus qu'originale mais la fin, trop orientée vers l'action, détourne l'intrigue de son message initial pour tomber dans la platitude du blockbuster S-F, le tout un peu gâché par cette horrible photographie au teints nauséeux souhaitant rappeler le found-footage utilisé au début du film.
    sparowtony
    sparowtony

    Suivre son activité 199 abonnés Lire ses 99 critiques

    4,5
    Un très bon film ! Neill Blomkamp assure vraiment pour son premier film, car la réalisation est d'une grande qualité ! Elle est originale aussi car le film est tourné dans un style documentaire( enfin surtout dans les trente premières minutes ). Le scénario est également très intéressant car ça change bien des autres films de science-fiction : les extraterrestres ne sont pas des envahisseurs qui veulent nous tuer mais des sortes de réfugiés assez innofensifs, ainsi, les hommes vont se montrer cruels envers eux. Le film fait bien penser à notre société actuel car le racisme est en quelque sorte sous-entendu. L'acteur principal, Sharlto Copley, est excellent, bien convaincant en héros de l'histoire traqué par le monde entier( j'ai hâte de le revoir dans Elysium ). Les extraterrestres( ou plutôt les crevettes )sont bien faits, alors que le budget est assez minime, ils se sont bien gavés ! La musique est pas mal et contribue à l'ambiance originale du film,on ne s'ennuie jamais dans cette petite perle de science-fiction aux scènes d'actions spectaculaires et au scénario et à l'interprétation magistrale. D'ailleurs,les personnages sont très attachants( en particulier"Christopher"et son fils ) et j'ai apprécié qu'il y ai un peu de gore, ça prouve que le film ne se soumet pas aux règles des blockbusters formatés d'aujourd'hui spoiler: (la preuve en est la fin, qui n'est pas forcément un happy-end) . Le seul regret qu'il y ait est le fait que le méchant colonel soit un peu caricatural ! Mais sinon,c'est un très bon film ! A voir donc ! 4,5/5.
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 353 critiques

    4,0
    Sous couvert de science fiction district 9 parle d'un sujet récurant de l’Afrique du sud ,la ségrégation. Le film est franchement habile dans sa construction et dans sa façon d'aborder un sujet sans en avoir l'air. Tout en gardant sa part de science fiction, il donne de vrais instants de folie dans sa dernière partie. Un film intelligent avec ce qu'il faut de d'action et d'humour un parfait mélange des genres,comme il est rare d'en voir.
    Chevalier Noir
    Chevalier Noir

    Suivre son activité 173 abonnés Lire ses 254 critiques

    5,0
    Si vous cherchez quel est le film coup de poing de l’année 2009 vous l’avez surement sous les yeux avec District 9 de Neill Blomkamp, un film de science-fiction incroyable et déjà culte dans le classement des meilleurs films de SF du cinéma. Il y a 28 ans des extraterrestres entraient en contact avec la Terre. Leur immense vaisseau ne s’est non pas arrêter dans une des plus grandes villes du monde comme New-York mais au dessus de la ville de Johannesburg en Afrique du Sud. Ces visiteurs de l’espace ont été installé dans le District 9 pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire. Depuis, la gestion de cette délicate situation a été donnée au MNU, la Multi-National United, qui est chargée de s’occupe du cas de ces nouveaux venus. Mais le MNU est avant tout un des plus gros fabricants d’armes au monde et ne s’intéresse qu’à entrer en possession des armes de technologie extraterrestre et de trouver le moyen de les utiliser. La tension monte entre extraterrestres et humains et atteint son maximum lorsque le MNU commence à évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp en envoyant des agents de terrain s’occuper de leur transfert. L’un de ces agents, Wikus van der Merwe, va malencontreusement entrer en contact avec de l’ADN extraterrestre et ainsi modifier le sien. Il va devenir l’homme le plus rechercher de la planète qui pourrait être la clé qui permettrait de percer le mystère de la technologie extraterrestre. Repoussé et seul il ne lui reste qu’un seul endroit où se cacher: le District 9. Produit par Peter Jackson, le réalisateur de la trilogie du Seigneur des Anneaux, et réalisé avec un petit budget d’environ 30 millions de dollars, District 9 se révèle être désormais un film majeur de la science-fiction. Le réalisateur, Neill Blomkamp, n’en n’est qu’à son premier film et il s’impose déjà comme un futur grand cinéaste comme l’avait fait Spielberg avec son premier film intitulé Duel. Blomkamp impose déjà son style avec District 9, une science-fiction poussée, fascinante et avec un penchant réaliste ici, une réflexion sur les classes sociales, des décors de couleurs marron, style apocalyptique et sales, du gore sans aller dans l’extrême et un aspect matériel intéressant avec des armes puissantes et géniales. Le scénario du film est superbe et nous prend à la gorge dés le début avec la première demi-heure tournée entièrement en style documentaire et qui va faire de District 9 un film unique, une perle….. en fait un chef d’œuvre de la SF. Cette idée risquée et intelligente de tourner en mode documentaire s’avère être pour moi un des points fort du film car oser faire ça aujourd’hui c’est risquée avec tous ces films de SF qui débordent d’effets spéciaux et de mouvements de caméra impressionnant. Ici Blomkamp impose un style presque jamais vu a présent ! Une fois l’aspect documentaire terminé et qui a permis d’apprendre des éléments clé du scénario sans qu’on s’en souci, on entre dans le vif du sujet avec la transformation, impressionnante, de Wikus et sa traque par le MNU. Le spectateur se prend un coups de poing à cause de la métamorphose de Sharlto Copley qui est impressionnante de réalisme avec des scènes chocs: vomissement, perte de dents et d’ongles, peau qui s’arrache et découverte d’un bras extraterrestres terrifiant. L’acteur est tout simplement génial dans son rôle et s’impose comme la révélation de l’année 2009. Le film est « coup de poing » car il possède des moments intenses comme la séquence de fin où le MNU traque Copley dans son armure extraterrestre et les nigérians attaque aussi de leur côté pour s’emparer également de Copley, on a là un affrontement qui en met plein la vue, et là on se dit, ils ont fait tout ça avec seulement 30 millions de dollars ? Et bien moi je dit un grand bravo à l’équipe des effets spéciaux qui on fait un travail magnifique de ce côté-là. On peut également garder la scène où a lieu les tests d’armes sur les carcasses d’animaux qui est terrible et ainsi que l’attaque du MNU par Wikus et Christopher. District 9 est donc un film de science-fiction qui vous met une grosse claque grâce à son histoire, son acteur principal et ses scènes d’action incroyables. Un film culte où sont nées un grand réalisateur et un grand acteur.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Produit par Peter Jackson, le célèbre réalisateur de la trilogie culte Le Seigneur des Anneaux ; ça faisait longtemps que je voulais voir ce film de science-fiction dramatique ! Le concept de District 9 m'a énormément plus les thèmes spoiler: de la xénophobie, de la pauvreté et de la maltraitance approfondissent ce concept. spoiler: Rejetés, les extraterrestres sont en effet enfermés dans un camp que l'on nome le District 9 où ils sont maltraités, constamment surveillés et mènent une vie misérable . Cependant, ce concept est un peu trop manichéen : spoiler: d'un côté les méchants humains persécuteurs et monstrueux ; d'un autres côté, les aliens qui n'ont rien demandés et qui veulent seulement rentrer chez eux. Pour supprimer ce côté manichéen, ils auraient dû pour moi montrer à quel point l'être humain pouvait avoir peur de ce qu'il ne connait pas (après, c'est vrai que cela n'excuse pas la cruauté scientifique) . Il a cependant un côté moralisateur que j'ai apprécié spoiler: avec la mutation du personnage principal . Bref, pour ne pas m’étaler sur le sujet, les effets spéciaux sont grandioses (alors que je crois que le budget n'est pas gigantesque) ! La bande originale est pour le coup vraiment originale (jeu de mot pourrie, je sais) car je m'attendais à des musiques typiques de blockbusters mais non, il y a spoiler: des chants par exemple. L'acteur principal que l'on retrouvera quatre ans plus tard dans Elysium (d'ailleurs je vous conseil District 9 plutôt qu'Elysium) est vraiment super et son maquillage est très réussi ! Par contre, est-ce que sa mérite quatre nominations aux Oscars ? Je ne vais pas tourner autour du pot, je ne vais pas répondre gris : Non ! Mais ça n'empêche pas le fait que le film soit très bon !
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1101 abonnés Lire ses 2 461 critiques

    5,0
    Il suffit de quelques minutes pour nous convaincre que ce "District 9" ne sera décidément pas comme les autres. Film grand public certes, mais qui sait néanmoins s’affranchir des convenances formelles habituelles, nous happant ainsi directement par son originalité. Film d’anticipation aussi, avec son regard critique sur la société actuelle, mais qui n’en oublie pas d’être un blockbuster avec son lot de créativité visuelle et de montées d’adrénaline. Bref, il n’y a pas à dire : c’est presque évident de s’enflammer pour un tel film tant il ne s’enlise dans aucun genre ni aucun style. Le film parvient à s’inventer tel qu’il et parvient ainsi à satisfaire tout le monde, sans dénaturer sa démarche. Car – oui ! – c’est bien la force de ce "District 9" de savoir rester exigeant sur chacun des domaines qu’il s’est osé à aborder. Rien à redire : un spectacle aussi original, travaillé et efficace, on en redemande tous les jours.
    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 607 critiques

    5,0
    Avec son budget très restreint, Neill Blomkamp réussit un habile mélange de série B fantastique et de comédie délirante à forte résonnance politique sur son pays natal, l’Afrique du Sud. En insérant de vraies fausses images d’archives dans ce pseudo-documentaire et grâce à des effets spéciaux numériques d’excellente facture, le jeune et talentueux réalisateur contribue au renouveau de la science-fiction, genre souvent maltraité au cinéma. Un succès planétaire vraiment inattendu...
    Roger Cola
    Roger Cola

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,0
    Film très surprenant, débutant comme un fiction-documentaire pour finir par un film de science-fiction assez violent tout en délivrant un message politique très juste (la ségrégation socio-spatiale). Dans District 9, les extra-terrestres ont échoués sur Terre et cherchent un moyen de repartir chez eux. Une intrigue très surprenante puisqu'on ne soupçonne pas un instant les aventures que le personnage principal va vivre. Si les effets spéciaux sont discutables à quelques peu nombreuses occasions, on peut féliciter District 9 pour son originalité et sa qualité, ainsi que pour le message qu'il véhicule.
    HawkMan
    HawkMan

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 21 critiques

    4,5
    District 9 est un film sorti de nulle part mais quelle claque !! Ce film se déroule en Afrique du Sud où un vaisseau alien s'est mis en orbite au dessus de Johannesburg. Pendant 20 ans, les aliens (décrites comme des crevettes) seront confinés au sein du District 9. Tout basculera le jour où un agent du terrain du MNU (une organisation ne voulant qu'une chose : maîtriser les armes des aliens) va inhaler une substance alien le transformant au fil du temps... Bref : un film qui est un héritage de Robocop dans le style.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top