Notez des films
Mon AlloCiné
    Le jour et la nuit
    note moyenne
    1,3
    155 notes dont 50 critiques
    répartition des 50 critiques par note
    10 critiques
    2 critiques
    1 critique
    2 critiques
    4 critiques
    31 critiques
    Votre avis sur Le jour et la nuit ?

    50 critiques spectateurs

    cinéman
    cinéman

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 276 critiques

    1,0
    Publiée le 11 mars 2020
    Au début on croit en une parodie, tellement la voix de Karl Zero semble débile et les dialogues indigents et plats. Mais non, faut s'y faire. Le ton est annoncé et ça sera comme ça tout le long du film. Alors on prend son mal en patience et on se dit qu'il faudra bien se moquer et rire de ce navet, sinon on risque de s'ennuyer ferme. Et on a de quoi rire quand ce n'est pourtant jamais le but : une histoire sans queue ni tête, des acteurs qui jouent mal, et c'est extrêmement mal tourné. Alain Delon qui a la tête plus grosse qu'une montgolfière, et Bernard-Henri Lévy aussi : autant dire qu'on est dans un univers d'extrême mégalomanie; et pour un ratage complet ! On a aussi des parties de jambes en l'air injustifiées, des femmes à poil (dont Arielle Domballes, pas plus excitante qu'un rat crevé gisant sur le sol de WC publics) dans une maison de luxe aux confins du Mexique… Toutefois, c'est pas aussi nul que j'imaginais. Il faut savoir rester objectif même si on n'aime pas BHL ou Alain Delon.
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 190 abonnés Lire ses 529 critiques

    0,5
    Publiée le 16 novembre 2019
    Curieux que je suis, je ne pouvais pas rater le premier film de Bernard-Henri Lévy. Le genre d'œuvres précédées d'une aura si monstrueuse que sa vision devient une nécessité absolue. Dans mon entourage, toutes les personnes bien intentionnées m'ont déconseillé de prendre Le jour et la nuit à la légère. Parmi les critiques, même son de cloche. Le cinéma lui-même semblait se démener pour m'empêcher de glisser ce film dans le lecteur de disques. En vain, car je le regarderai, quelles qu'en soient les conséquences... Petite note personnelle : je n'ai pas d'aversion particulière pour le réalisateur. Je tiens à le dire. Sa vie ne m'intéresse pas, son avis ne m'intéresse pas plus. Je ne connais rien de ses productions (selon mes amis c'est heureux) et encore moins de sa personne. Bref, Bernard-Henri Levy a tourné un film, c'est avec un casting plus que prometteur. Très bien, je veux le voir. Alain Delon, Lauren Bacall, Xavier Beauvois, Karl Zéro et...Karl Zéro? Hum. Bon, ok pourquoi pas? Et Arielle Dombasle...Euh?...Bon, d'accord c'est un peu insolite comme cast mais justement, ça donne envie. Je refuse catégoriquement de m'abaisser à malmener jusqu'à plus soif Le Jour et la Nuit. Sans lui, je n'aurais jamais eu la chance de découvrir le formidable documentaire "Autopsie d'un massacre", consacrée à la réception pour le moins houleuse du film à sa sortie. Un pur délice, peu avare en moments comiques. Merci donc à lui pour ça. Si vous ne l'avez pas vu, je vous le conseille. Si vous avez zappé votre séance d'abdos de la journée, vous allez la rattraper vite fait avec ce documentaire. Au delà de ça, Le jour et la nuit est une pure leçon. À peu près tout ce que fait le film devrait être enseigné en école de cinéma, tant sa ferveur à se vautrer intégralement tient du pur geste artistique. Pour être franc, je ne sais même pas de quoi parlait le film. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé de m'y intéresser. Tout ce que j'ai vu, c'est un Delon qui fait du mauvais Delon, une Arielle Dombasle en plein casting pour la lingerie Aubade, un Xavier Beauvois sous ébriété permanente et un Karl Zéro perdu dans un film muet. Ah si, j'y ai vu de formidables clichés sur l'Amérique du sud (où les habitants semblent tous sortir de Tintin chez les Picaros). Et je ne peux évidemment pas oublier de mentionner une séquence propre à devenir immortelle dans les encyclopédies du pire sur pellicule. Imaginez-donc : deux montgolfières et une tripotée de personnages qui parlent entre eux. Simple, on est d'accord. Mais la maestria démente de Levy parvient à annihiler toute lisibilité : découpage insensé (des plans toutes les secondes!), des dialogues invraisemblables, une lecture de l'espace jetée au fin fond du Pacifique,...Un supplice sans pareil. Et une séquence parfaite pour synthétiser l'ensemble. Un carnage total à tel point que j'ai dû compter les plans à peu près valables de l'ensemble. J'en compte moins d'une dizaine. Bah vous êtes gentils mais vu que je ne pouvais me rabattre ni sur l'histoire, ni sur la mise en scène, ni sur les acteurs, comment faire autrement? J'ai bien conscience que beaucoup de gens ont travaillé durement sur le film. Mais il faut croire que leur labeur a été souillé par Le Jour et la nuit. Que dire? Ce film n'est pas une date. Juste un titre qu'on accolera à la définition du pire au cinéma. Il ne sera pas seul, évidemment. Mais il a une place que même les plus grands cauchemars de cinéphiles n'arriveront pas à atteindre.
    Simon Peter G.
    Simon Peter G.

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    1,0
    Publiée le 15 octobre 2019
    J'ai été intrigué de voir un film de philosophe de plateaux télé. Pour être franc il a été impossible de finir le visionnage. Pure perte de temps. Grave déconseillé...
    Harmonigratte
    Harmonigratte

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 9 avril 2019
    Un très grand film qui marquera à jamais l'histoire du cinéma mondial. Il révèle les talents d'acteur remarquable de Karl Zéro. La mise en scène signée du plus grand réalisateur-philosophe que la Terre ait jamais porté en son sein est époustouflante. On ne s’ennuie pas une seconde, sauf dans les derniers trois-quarts de ce chef d'oeuvre immortel.
    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 1 825 critiques

    0,5
    Publiée le 6 mars 2019
    Eh ben, la médiocrité de ce film n'a pas été survendue. C'est vraiment très très très très mauvais. Et le déni complet du réalisateur vis-à-vis de la nullité indéniable du film rend ce dernier assez culte. C'est d'ailleurs drôle de constater que les critiques ayant mis 5 étoiles à ce film l'ont fait car le film était incroyablement mauvais. Et au final, c'est difficile d'émettre une critique de ce film sans tirer sur une ambulance. Mais il faut être franc, c'est complètement raté. Le film est d'un ennui mortel du début à la fin ; dès les 10 premières minutes, mes paupières sont devenus très lourdes (la mini-introduction de l'arrivée en voiture de Laure et Filippi est tout simplement grotesque et pas drôle du tout). L'intrigue est vide. Les quelques éléments de réflexion sont mal servi et n'amènent à rien pour la simple raison que le film n'a rien à dire (à sa décharge, ce n'est pas le seul film pseudo-intellectuel qui en fait est complètement vide de sens ; c'est le cas pour bien d'autres films et certains même ont eu un succès critique et commercial). Le contexte révolutionnaire mexicain, non seulement paraît crédible mais ne sert absolument à rien. Les acteurs sont vraiment catastrophiques. Karl Zéro en fait des caisses, même si à sa décharge, je vois mal comment bien interpréter un personnage aussi mal écrit que le sien avec des lignes de dialogues particulièrement lourdes. Arielle Dombasle est catastrophique. BHL voulait mettre en avant les formes de son épouse mais n'avait clairement aucune personnalité à offrir à son personnage. Le film réussit même l'exploit de faire mal jouer Alain Delon (pas tout le temps, fort heureusement, il y a tout de même quelques scènes où il joue bien). Seule la bande-originale de Maurice Jarre tient la route. Bref, le seul moyen d'apprécier ce film est de le regarder comme un nanar (et encore, ce serait un nanar particulièrement ennuyeux).
    Aurelien P
    Aurelien P

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 15 avril 2017
    Jamais vu pire je crois Sans fond, mal filmé, je ne connaissais pas ce realisateur mais c'est chose faite et je ne souhaite pas en voir plus
    Satan Officiel
    Satan Officiel

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 235 critiques

    0,5
    Publiée le 9 avril 2017
    BHL à la réal d'un film c'était trop tentant pour que je n'essaye pas, juste par plaisir de tirer sur l'ambulance mais aussi parce que les nanars dramatiques manquent à ma culture j'ai franchis le pas et mon dieu que c'est hilarant. BHL se prend pour Godard, c'est à la fois vide et pompeux dans la réal, mais le jeu, la subtilité de la scénarisation, c'est vraiment fantastique de médiocrité. Les personnages sont tous droit sortie d'amour, gloire et beauté, Karl Zéro est un abruti total, le jeu est mauvais mais d'une force, c'est à peine croyable. Cette surenchère d'ennui que ça dégage, c'est vraiment prodigieux. La mise en scène est vraiment déplorable dans le sens ou BHL ne comprend pas comment on fait ressentir des émotions. Godard, en plus d'un sens plastique indéniable, il joue sur la duré, le hors-champ, le sous-entendu, la c'est d'un grossier, c'est écrit et réalisé comme un téléfilm, t'as un tas de plans aériens mal torchés sensés retranscrire une évasion, et ça se prend pour un poète, et c'est laid, c'est vain. Non, vraiment ça fait quand même sacrément pitié ce genre de film, rempli d'un égo démesuré pour nous servir du néant filmique. Quitte à voir un nanar je préfère ne pas me faire chier quand même, Troll 2 me sied mieux et est plus ambitieux (oui, oui), la on la connais l'ambition mais n'en résulte qu'un démagogie triste.
    Myriam R.
    Myriam R.

    Suivre son activité Lire sa critique

    2,5
    Publiée le 19 décembre 2016
    Vu les critiques, je m'attendais au pire.Comme j'ai vu tous les films d'Alain Delon que j'adore, j'ai voulu voir celui-ci.C'est un peu long et ennuyeux, mais ce n'est pas vraiment mauvais.
    Axel Janvier
    Axel Janvier

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 1 décembre 2015
    "Le jour et la nuit" est un grand mélodrame aux accents surréalistes. On y sent la poésie de l'auteur à chaque coin de plan. C'est un film hors du temps, drôle et magnifique. L'artiste visionnaire a su saisir une part d'absolu. Je pense que l'insuccès rencontré est venu essentiellement de ce que la grosse masse, avec ses idées toutes faites, n'a pas pu apprécier la signification de l'oeuvre (c'était donner de la confiture aux cochons). BHL est bel et bien un génie incompris (n'en déplaise à certains).
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 4 septembre 2015
    Un film incompris car au-delà de son époque. Un film vérité sur le mysticisme de la création, inaudible chez certains, mais tellement vrai pour d'autres. BHL a réalisé avec ce film une ouvre majeure du cinéma moderne et soyez en sûrs, Le Jour et La nuit sera redécouvert dans quelques années.
    J.L Picard
    J.L Picard

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    0,5
    Publiée le 16 juillet 2015
    Voici "LE FILM", le chef-d'oeuvre du grand "BHL"! Comportant des acteurs très investit dans leurs rôles, une histoire qui vous prends aux tripes et la réputation de "plus mauvais film depuis 1945", mais restons positif, ça aurait put être pire.....NON!
    Phil MacGyver
    Phil MacGyver

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 75 critiques

    4,0
    Publiée le 16 juillet 2014
    Le Jour et la Nuit... C'est exactement en ces termes que l'on peut comparer ce que l'on pouvait attendre du film et ce que l'on peut voir! Etrange, très étrange film que voilà. Prétentieux, mégalomane, évidemment comme on pouvait s'y attendre de la part de son (co-)scénariste/réalisateur Bernard-Henri Lévy et de l'acteur principal Alain "il vous en prie" Delon... Mais confus, stupide, naïf dans le sens péjoratif du terme, ça c'est déjà plus étonnant ! Que l'on apprécie ou non Bernard-Henri Lévy, on ne peut pas nier son intelligence, qu'elle soit mise à la disposition d'opinions auxquelles on adhère aveuglément, peu ou prou. Aussi, le voir nous offrir un spectacle aussi inabouti, superficiel et parfois ridicule et stupide, surprend beaucoup... Beaucoup ! Certes ce film ne méritait pas la mémorable volée de bois vert à laquelle il a eu droit, de manière presque surréaliste tant cela ressemblait plus à des règlements de compte et de l'acharnement gratuit, que du journalisme impartial et argumenté. Rien ne méritait de le qualifier de "plus mauvais film de l'histoire du cinéma", même les films d'Ed Wood, bien plus mauvais encore, trouvent aisément leur maître en terme de médiocrité... chez nos amis les Turcs par exemple... Mais force est d'avouer que cette "oeuvre" qui se voulait novatrice et viscérale, laisse pensif quant à ce qui a bien pu parcourir l'esprit d'un homme habitué à pousser sa réflexion plus loin que ses contemporains. L'histoire pourrait être intéressante, mais se dilue et se perd souvent en séquences d'un mélange au goût amer de fausse humilité prétentieuse et de totale vacuité. Certaines sont très réussies, mais perdues dans un fatras de n'importe quoi à la psychologie improbable de lycéen à la recherche d'une identité. La direction d'acteur est d'ailleurs à l'image de l'écriture: totalement décalée, parfois en totale roue libre. Au sein du même film, des acteurs confirmés (Alain Delon, Jean-Pierre Kalfon, etc...) parviennent d'une scène à l'autre à être convaincants, ou incroyablement ridicules, surjouant comme des débutants compensant l'absence de profondeur par une gestuelle et des mimiques douteuses. Arielle Dombasle, qui est je n'en doute pas une femme délicieuse, sur-multiplie ici son défaut principal d'actrice: des minauderies à tout va et un faux naturel crispant. Karl Zéro est un choix étonnant ! Il est parfois juste, drôle même, mais trop souvent complètement à côté de la plaque... La musique (Maurice Jarre) est magnifique, les images superbes... BHL s'est entouré que de personnes chevronnées, mais la sauce prend mal, très mal, tant de bon ingrédients mélangés à un truc dégueu (ici le scénar) ne donnent au final que quelque chose de difficile à avaler... Je ne doute pas un instant que notre philosophe BHL a voulu y mettre beaucoup de lui-même, mais il n'y a mis en grande partie que la part détestable de sa personne qui le rend imbuvable pour certains: sa condescendance, sa déconnection du tout venant, et sa volonté de sacraliser l'extraordinaire en méprisant implicitement la vie courante. Le meilleur de lui-même, son esprit vif et complexe se faisant souvent terrasser par la partie honteuse de son hôte. Il y a une grande volonté de lyrisme, on n'a que de la musique et des images de cartes postales pour soutenir des sentiments de romans de gare. Il y a une grande volonté d'émotions exacerbées, on n'obtient que des gesticulations dans le vide et du brassement d'air. Il y a une grande volonté d'aventure humaine, on assiste simplement à des personnages qui se débattent dans des psychologies "clichées" par un voyeur prébubert. Quant à Arielle Dombasle, si ici elle ne vous en mettra pas plein la vue avec ses talents d'actrice, elle le fera en montrant son cul plus que nécessaire, comme les autres d'ailleurs, pour des scènes qui flattent les rétines mais malheureusement pas l'intellect tant elles sont longues et vaines... On peut comprendre la méchanceté de l'accueil du film, quand on se souvient de la pub hallucinante à laquelle il a eu droit, de l'attente incroyable suscitée, et de ce qu'on était en droit d'attendre de quelqu'un qui se veut un grand penseur... Mais il n'y a pas que le film qui est con finalement ! Les gens qui se sont acharnés dessus comme des vautours à l'époque, l'étaient tout autant. Aucune réelle analyse, aucune nuance, un film parfois descendu avant d'avoir été vu, le bouche à oreille et la mesquinerie ayant remplacé tout jugement professionnel et cohérent. Ce film certes raté, contient tout de même de bons moments, parmi d'autres "nanars" qui amusent ou consternent selon l'humeur, et il fallait quand même le souligner avant de se défouler plus sur l'homme que sur son oeuvre. Surtout sachant que beaucoup de ces "journalistes planqués" n'auraient certainement pas fait mieux, certains exemples déjà oubliés l'ayant déjà prouvé... Mon '4 étoiles' reflète évidemment ma note "nanarde", l'ensemble contenant des moments où l'on s'amuse bien aux dépends du film. Le reste étant quand même assez chiant... Artistiquement, cela vaut entre une ou deux, pas plus ! Alors BHL, on ne se décourage pas! Un autre essai ?
    Thierry R.
    Thierry R.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 6 critiques

    0,5
    Publiée le 2 mai 2014
    Vu récemment. Ayant depuis sa sortie pris gout aux nanars, il fallait que je me confronte à la "chose". J étais prêt.C'est une pièce de choix, un os à ronger délectable, pour le critique amateur et une souffrance sans nom pour les cinéphiles. Autant que le film c'est BHL qui est fascinant. Voir ces interviews ou si c'etait a refaire il ne changerait rien, pas un plan, pas une ligne de dialogue. Karl zero ? "mais il est parfait". Des erreurs techniques ? "Mais pas du tout". etc..et puis le doute ..et si il avait raison. Si c'est nous qui n'étions pas prêt pour la réception d'une telle oeuvre. Apres tout l'histoire de l'art... Puis non un type qui considère "cineman" comme un chef d'oeuvre n'est définitivement pas crédible et je crois, se fout de la gueule du monde. Un exercice intéressant serait de le remonter complétement avec une resynchronisation, reecriture des dialogues. Il y a de la matiere: exotisme, belle photo, la musique de JM jarre, Delon et on devrait aboutir à un TV film érotique qualité HBO.
    Bardon de Kater
    Bardon de Kater

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 67 critiques

    0,5
    Publiée le 12 avril 2014
    Claude Chabrol n'a pas toujours été un grand cinéaste, mais ces critiques acides furent souvent juste ! Alors qu'est ce qu'i la dit papa Chabrol ? Que était le plus mauvais film jamais réalisé. Et il a raison, parce que le Lac des Morts Vivants, c'est peut-être pas terrible mais on rigole bien.
    Ashtaka
    Ashtaka

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 85 critiques

    0,5
    Publiée le 22 novembre 2014
    Bon alors un nanar c'est quasi-exclusivement le produit d'au moins un de ces trois éléments là chez le réalisateur : pas de talent, pas d'argent ou encore pas d'envie de filmer. L'envie de toute évidence BHL l'avait. L'argent aussi. En fait, surtout pour un premier film, il avait tout ce qu'on peut rêver : l'argent, les bons acteurs (enfin clairement pas tous), la promo médiatique au 20H de TF1 et même des femmes à poil. Seulement BHL n'a pas de talent. Mais alors VRAIMENT pas. Et orgueilleux comme tout il en est encore à expliquer que c'est un bon film injustement lynché par les critiques (même eux l'ont lâché). Et pourtant comment lui en vouloir ? C'est quand même pas rien de réaliser un nanar dans de pareilles conditions. Il en est sincèrement drôle. De plus grâce à ce navet humiliant celui qui l'avait injurié, Emir Kusturica décida alors de reprendre sa carrière. Non ce film à le mérite d'exister et d'exposer cinématographiquement à travers ses dialogues la niaiserie bouffonne de son auteur. Eh si vous hésitez encore à le regarder, contentez-vous sous forme de résumé de la scène de début avec l'incroyable prestation de Karl Zéro, puis allez directement à la fin admirer la toute aussi incroyable prouesse technique de l'explosion finale du dirigeable. De toute évidence le budget du film a été dérouté dans les conditions de vie de tournage plutôt que dans les effets spéciaux. Sacré Bernard !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top