Mon Allociné
Out of Africa - Souvenirs d'Afrique
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,0 4274 notes dont 213 critiques
39% 84 critiques 24% 52 critiques 16% 34 critiques 13% 28 critiques 4% 8 critiques 3% 7 critiques

213 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
Stephenballade

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 530 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 01/12/2014

"Out of Africa" est un immense poème. Un poème à l’amour, un poème à l’Afrique, un poème à la nature, bref, une ode à la vie. Car même si la romance entre la Baronne Karen Blixen et l’aventurier Denys est très belle, elle ne sert que de toile de fonds à l’hommage qui est rendu à l’Afrique, ici le Kenya, comme l'Afrique ne sert que de toile de fonds à cette histoire d'amour. Tout ce qui a bercé la vie de la Baronne à partir du moment où elle quitte son Danemark natal est conté comme un récit authentique. L’authenticité, voilà le véritable fil rouge de ce pur chef-d’œuvre. En plus du récit, on peut voir cette authenticité dans l’expression pudique des sentiments, dans cette romance née des vraies valeurs de la vie qui a su éveiller chez nos deux personnages principaux un romantisme que ni l’un ni l’autre n’aurait osé soupçonner en lui, mais aussi dans les paysages de cette contrée qu’il nous a été permis, nous spectateurs, de découvrir puisque le film a été tourné en milieu naturel. Filmé parfois comme un documentaire où tout commentaire est rendu inutile par la beauté des paysages (à l’image de cette virée en avion biplan), nous suivons cette romance basée sur rien de concret avec grand plaisir, car on sent que rien ni personne ne peut venir la gâcher. Pour autant, nous avons droit à des dialogues qui donnent parfois à réfléchir, leur teneur étant d'une profondeur démesurée. D’un côté nous avons une femme à la fois sage et pas sage, tantôt posée tantôt irréfléchie, ouverte et réservée en même temps, aussi généreuse qu’égoïste (je veux dire égoïste de par sa relative possessivité), à la fois raisonnée et passionnée, pudique et coquine. De l’autre, nous avons un homme qui est plus ou moins un loup solitaire, profitant de la vie à son avantage dès que quelque chose se présente, tout en ne prenant aucune responsabilité si ce n’est ses faits et gestes. Mais avant tout, le jeu de séduction à laquelle ils cèdent tous les deux malgré eux est admirable dans le langage du corps, que ce soit dans le regard ou les mimiques. On peut le constater lorsque la Baronne conte avec conviction une histoire inventée de toute pièce, ou encore lors du shampoing dispensé en plein cœur de la nature. A une époque où la femme n’avait pas la place dans les clubs fermés masculins, la Baronne a su forcer le respect, forcée par l’abandon lâche de son mari alors que lui-même avait pris à contre-pied toutes les décisions prises quant au fonctionnement de leur ferme sur cette terre kényane colonisée. La beauté des paysages suffit à elle-même à condamner le colonialisme, lequel n’est pas forcément montré sous son mauvais jour, même si on a droit à un discours honteux qualifiant la population locale de (je cite) métèques, ou encore lors du plan sur la femme somali restée en arrière alors qu’on enterre son amant blanc et britannique. Sydney Pollack a su signer une œuvre basée sur le récit autobiographique de Karen Blixen, remportant du même coup en 1986 deux Oscars en ayant été élu comme le meilleur réalisateur, et celui qui a signé le meilleur film. John Barry, le compositeur de la bande originale, sublime tant elle a su porter des moments d’émotion intense, en total contraste avec ses périodes de mutisme afin de laisser habilement les périodes de silence s’exprimer, a été elle aussi récompensée. Ne soyez pas surpris, les décors ont été eux aussi récompensés, ainsi que la photographie et le meilleur scénario adapté. Vient compléter ce prestigieux tableau de chasse le meilleur son. Ne vous y trompez pas, voir ce film équivaut à lire une longue et sublime poésie qui a su traverser bien des années, et qui en traversera encore beaucoup tout simplement parce qu’elle s’appuie sur l’essentiel.

chrischambers86

Suivre son activité 1007 abonnés Lire ses 9 867 critiques

4,0Très bien • Publiée le 20/05/2012

D'après la biographie de l'ècrivain Karen Blixen dont le scènario du film est tirè de l'un de ses romans, Sydney Pollack raconte avec ses souvenirs d'Afrique le rècit envoûtant d'une idylle malheureuse dans les grands espaces du Kenya! Le couple Robert Redford (en très charismatique chasseur d'èlèphant) Meryl Streep (en baronne danoise) ont fait pâlir les filles de jalousie! Les deux stars incarnent admirablement les hèros de cette èpopèe romanesque qui a fait chavirer bien des coeurs en 1985! Dans les paysages à couper le souffle, leur histoire d'amour est souvent belle et bouleversante! Inspirè, Pollack signe l'un des classiques du cinèma romantique rècompensè par sept Oscars à Hollywood (dont le meilleur film, meilleur rèalisateur et meilleur scènario) et enlevè surtout par la sublime musique de John Barry, qui fût ègalement oscarisèe! Dèjà un classique, où la scène mythique du shampooing entre Redford et Streep est à tout jamais dans nos mèmoires...

TTNOUGAT

Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 1 901 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 04/12/2012

Impossible de mettre moins de 4 étoiles sauf à ne pas aimer le grand cinéma. Plus le temps passe plus ce film se confirme comme un chef d’oeuvre et cela malgré le couple Streep / Redford plutôt moins bon que le couple Streep / Eastwood par exemple. En dehors d’eux tout est parfait, ce qui met pleinement en valeur le romantisme teinté d’exotisme qui se dégage de bout en bout . Mais le plus beau est ailleurs, il est dans la profondeur du récit dont on sent bien l’authenticité; ce sont les rapports de couple vus par une femme. Karen Blixen oppose l’égoïsme masculin à l’égoïsme féminin . Pour ce faire, elle n’hésite pas à se donner parfois un mauvais rôle gardant ses bonnes intentions pour les kikuyus. Denys lui est présenté comme un homme quasiment parfait puisqu’il a arrangé sa vie pour n’être responsable de rien, ce qui ne l’empëche pas d’être sans reproches puisqu’il profite de la société qui l’entoure. Tout cela rend le couple passionnant intellectuellement mais moins crédible charnellement. Il y a énormément de leçons à retenir dans la profondeurs des dialogues entre Denys et Karen. L’émotion est souvent présente grâce à des séquences fortes dont celle de l’humiliation volontaire de karen face au nouveau gouverneur; la plus intense étant celle du gros plan sur le visage de la femme somalienne, écartée du groupe protocolaire lors de l’enterrement de Berkeley. Le colonialisme est parfaitement traité sans aucun manichéisme, le superficiel n’est pas du coté des africains et la réalité est exprimée par Denys ou Juma. C’est rare de sentir à ce point dans un film le poids de l’auteur de l’histoire. Je rends hommage à Sydney Pollack de s’être mis totalement au service du récit et de ses personnages.

Hastur64

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 842 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 18/05/2014

Venant de finir le roman « La ferme africaine » de Karen Blixen, je me suis dit qu’il était tant de regarder en enfin le chef-d’œuvre du 7ème art qu’est « Out of Africa » qui raconte, d’un point de vue extérieur, la période africaine de l’écrivaine danoise. Inutile d’en faire une critique le film a presque trente ans et tout ce qui avait à être dit sur lui a déjà été écrit. Alors il ne me reste que le plaisir de dire la beauté d’une histoire sur une femme atypique qui se découvre à 28 ans une passion pour le Kenya et l’Afrique en même temps, au travers d’une vie amoureuse décevante, que la passion pour un homme Fitch Hatton qui sera son grand amour. L’alchimie entre Meryl Streep et Robert Redford est évidente et leur interprétation de ces deux êtres hors du commun est parfaite. Les paysages du Kenya sont filmés avec beaucoup de talent et sont magnifiés dans leurs étendues et dans la richesse de leurs faunes. Un film à la fois lyrique sur les décors et romantique au niveau des personnages qui plus de trente ans plus tard n’a rien perdu de sa force d’évocation. Un must have à posséder absolument dans sa collection de film.

LesCritiquesSEC

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 538 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 29/09/2012

Film contemplatif et fresque romantique magnifique, « Out of Africa » réunit tout les ingrédients et remplit tout les critères pour être un chef-d’œuvre. Au-delà des simples mots, c'est avec une réelle ambition que Sidney Pollack nous transporte dans son long-métrage. Ponctuant son œuvre de plans absolument magnifiques, pour vous donner une idée de la qualité de la photographie et du côté contemplatif de l’œuvre, nous pouvons facilement comparer « Out of Africa » aux « Moissons du Ciel » de Terrence Malick, sans le côté plus philosophique cela-dit mais néanmoins une certaines poésie également. La fresque qui nous est ici présentée est d'une beauté à couper le souffle, le dépaysement est total, tant à l'image qu'a la psychologie. Et cela est dû à une direction d'acteur maîtrisée avec finesse, car le contenu et la forme du film n'ont pourtant rien de bien révolutionnaire ou atypique, il s'agit-là d'une histoire intemporelle, et « Out of Africa » est d'ailleurs une œuvre intemporelle. Robert Redford incarne avec brio cet aventurier humaniste, insufflant à son personnage quelque chose d'unique qui lui donne toute sa force. Bien entendu il est impossible de rester de marbre face à la magnifique Meryl Streep et sa voix sublime pour la narration. L'actrice fait merveille et nous offre une vraie leçon de cinéma et d’interprétation. Vous l'aurez donc compris, « Out of Africa » est une œuvre que je vous conseille grandement, un film magnifique et au-delà des simples mots qui s'adresse avant tout à nôtre âme plutôt qu'a nôtre cœur.

selenie

Suivre son activité 251 abonnés Lire ses 4 004 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 27/07/2011

Le film romanesque par excellence avec cette adaptation d'une autobiographie. Meryl Streep est juste parfaite en femme libre... Le couple qu'elle forme avec Robert Redford reste l'un des plus mythique du cinéma. Chef d'oeuvre du genre qui évite l'écueil du brûlot anti-colonianisme qui n'est pas ici le propos. En prime un voyage dans les splendeurs de l'Afrique.

reymi586

Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 2 278 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 02/12/2011

Une des plus belles histoires d'amour vue au cinéma. Un grand Sydney Pollack qui filme aussi bien ce super duo Streep/Redfort que ces magnifiques paysages africains.

René M.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 12/07/2013

J'avais enregistré ce film il y a longtemps déjà mais après de nombreux déménagements je n'ai plus retrouvé trace de cet enregistrement j'ai donc profité de sa diffusion sur une chaîne de TV pour pouvoir enfin le voir et je l'ai adoré. J'y ai, en effet, trouvé toute la palette de sentiments qui font que les hommes sont des hommes et les femmes des femmes. Je comprends mieux pourquoi il a obtenu autant d'oscars, pour une fois bien mérités, contrairement au dernier navet oscarisé à Cannes cette année. Mais il est vrai que les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas.

AntFor

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 28 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 23/03/2013

Le plus beau film d'amour du cinéma? Sinon un des meilleurs qui en inspira plusieurs autres tels que Les pages de notre amour. Meryl Streep et Robert Redford forment un couple fabuleux et mythique qui pourront vivre ensemble au quotidien difficilement, comme les couples des plus belles histoires d'amour... Les musiques sont belles et les paysages aussi. Ils donnent au film un pouvoir d'amour extraordinaire.

I-Fell-Good

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 261 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 04/05/2012

"j'avais une maison en Afrique..." - chef d'oeuvre indémodable ! paysages et musique magnifiques

Les meilleurs films de tous les temps