Mon AlloCiné
    Sur les quais
    note moyenne
    4,0
    964 notes dont 95 critiques
    25% (24 critiques)
    44% (42 critiques)
    16% (15 critiques)
    12% (11 critiques)
    3% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Sur les quais ?

    95 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1472 abonnés Lire ses 8 623 critiques

    5,0
    On reste confondu par le modernisme de la mise en scène et la puissance dramatique qui se dègage de ce superbe rèquisitoire sorti en 1954 et qui recevra une pluie d’Oscars dont celui du meilleur film et du meilleur rèalisateur! Comme "Panic in the Streets" qu'il signe en 1950, Elia Kazan met encore en scène la pègre des ports! C'est une oeuvre admirable qu'il a tournè sur le thème des manigances qui se tramaient sur les quais, et dont Kazan voulait dèjà parler des annèes avant que "On the Waterfront" ne soit tournè! Lui et Arthur Miller, avec qu'il avait collaborè au thèâtre, travaillaient depuis longtemps sur un scènario intitulè "The Hook", qui traitait des quais de Brooklyn! Pour des raisons dont on ignore, ce projet fut abandonnè, mais il ne perdit jamais son intèrêt! Brando (qui atteint ici le point culminant de sa fulgurante ascension) et la relation qui se dèveloppe entre lui et le personnage d'Eva-Marie Saint est la raison de l'immortalitè de ce grand classique des annèes 50! C'est peut-être la meilleure performance de Brando parce qu'il commence bien en deçà en tant qu'être humain douè d'intelligence et de sentiments, que n'importe qui d'autre, sans doute, dans l'histoire du cinèma! Une èpoustouflante crèation qui lui vaudra l’Oscar du meilleur acteur où il arrive comme un type insignifiant, une sorte d'idiot qui croît tout savoir dont le dèveloppement de son personnage et l'amplification de l'affection qui le lie à Eva-Marie Saint (oscarisèe ègalement), est vraiment èmouvant et surtout très touchant! Elle est la seule à voir le bien en lui, ce que Kazan a utilisè dans de nombreux films! Karl Malden joue le prêtre, qui reconnaît sans doute aussi dans le personnage de Terry Malloy, une petite flamme qui doit être nourrie et attisèe et devenir plus qu’une allumette: une sorte de grand feu. "On the Waterfront", c’est aussi l’inoubliable composition de Lee J Cobb dont les mots « Will you get it throught your heads…they’re dusting off the hot seat for me (en gros « Mettez vous bien dans le crâne qu’ils prèparent dèjà la chaise èlectrique pour moi ») rèsonnent encore dans toutes les mèmoires! Un acteur formidable ce Lee J Cobb qui avait en lui une duretè et une rudesse que l’on n’a jamais vues auparavant! La rudesse de son personnage, sa brutalitè qui ne cherche pas à comprendre est jouèe de façon surprenante notamment dans son final dèvastateur! On n’oubliera pas aussi de citer la grande affection qui lie Brando à son frère jouè par l’excellent Rod Steiger! De toute façon, tous les acteurs de ce film sont surprenants! En d’autres termes, c’est une sorte d’apothèose du jeu de comèdien des acteurs! Il y a aussi des types qui ne sont pas des acteurs: Tony Galento, les boxeurs et les personnes qui ont jouè des petits rôles! Mais c’est une apothèose de ce type de rèalisme! C’est comme un splendide rèalisme poètique parfois, surtout dans le jeu de Brando comme le montre les belles scènes du toit avec ce gamin et cet èlevage de pigeons, mais dans celui des autres aussi! Un immense chef d'œuvre où se mêlent corruption et meurtres, avec ces rues, ces venelles, ces docks froids et brutaux et ces jetèes de Hoboken...
    Mathias Le Quiliec
    Mathias Le Quiliec

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 226 critiques

    4,5
    Génial ! Mon premier film avec Marlon Brando (Apocalypse Now ça compte moyennement). Putain quelle star ce type ! Il tient le film a lui tout seul, grâce a son physique et a une présence hors du commun tout en sobriété, je redécouvre ce qu'est un acteur. Deux ou trois scènes cultes notamment la fin. Et que dire d'Elia Kazan que je découvre également ce soir, une réalisation des plus minutieuses, chacun de ses plans sont splendides, précis mais sobre également lui aussi. Il y a du talent, la distribution est sûr d'elle, tout le monde est au sommet de son art avec une bonne Eva Marie-Saint que je n'ai pas cité. A voir d'urgence.
    NusaDua
    NusaDua

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 1 103 critiques

    4,0
    Malgré son aspect un peu rustique, On the Waterfront reste la grande histoire d'un jeune paumé, comme il se qualifie lui-même dans une tirade éblouissante, emmêlé dans un syndicat de dockers crapuleux. Tandis que Marlon Brando impose son charisme, l'autre face du rêve américain et la lâcheté humaine y sont peintes plus vraies que nature. Autant de raisons de découvrir cette oeuvre très estimée et signée Elia Kazan.
    ghyom
    ghyom

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 149 critiques

    3,5
    Si seulement Terry Malloy était resté couché une nouvelle fois ! Oui je sais, je suis chiant, cette fin à beau être bien mise en scène, les personnages christiques je n’aime pas ça. Dites que je suis cynique ou pessimiste mais je ne crois pas à ces personnages qui par la seule force de leur volonté et malgré l’adversité, se lèvent, marchent et renversent seuls le système. Le film s’arrête après le passage à tabac, nous offre une fin profondément sombre. Le film s’arrête par la foule des dockers qui se rebelle pendant ou après ce passage à tabac, nous offre une fin plus optimiste. Mais dans les 2 cas ce sont des fins qui me semblent plus réalistes que celle que nous offre Kazan. Sans cela ce film serait sans doute devenu un de mes préférés tellement il a de qualités. Que ce soit la mise-en-scène, la lumière et ce beau noir et blanc, les acteurs : grandiose Brando et très bons Eva Marie Saint et Karl Malden, les thématiques abordées et la justesse avec laquelle elles sont traitées. L’éveil à la conscience de cet homme causée par sa complicité involontaire dans la mort d’un homme et encouragé par l’amour qu’il a pour la sœur de ce dernier, son conflit intérieur face à la loyauté fraternelle, la dénonciation de l’emprise des mafias sur les syndicats, la description de la pauvreté de la classe ouvrière, etc. Il y a beaucoup de choses à retenir en faveur de ce film. La musique est un peu trop présente à mon goût mais surtout, surtout, c’est cette fin qui m’a déçue.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 333 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    5,0
    "J'aurais pu avoir de la classe, j'aurais pu être un champion. J'aurais pu être quelqu'un au lieu de n'être qu'un tocard, ce que je suis, il ne faut pas se leurrer." Avec "Sur les Quais", Elia Kazan nous fait suivre Terry Malloy, un boxeur raté devenu docker et en même temps homme à tout faire dans un puissant syndicat mais il va peu à peu ressentir de la culpabilité lorsqu'il va tenir un rôle dans le meurtre d'un ancien docker et qu'il va tomber amoureux de la soeur du mort... L'une de mes premières claques cinématographique, Elia Kazan nous livre un chef d'oeuvre où il va aborder plusieurs thèmes tels que la loyauté, la fraternité, l'hypocrisie ou encore la trahison et ce d'une très forte manière, notamment grâce à une grande richesse d'écriture. Il braque sa caméra sur Terry, dont ses sentiments sont constamment incertains, ne sachant pas forcément choisir entre les sentiments qu'il a pour son frère ou celle qu'il aime ainsi que sur son combat contre l'injustice et notamment celle des syndicats. Kazan étudie aussi le fonctionnement des syndicats ou encore le rejet dont va peu à peu faire preuve Terry. Sa mise en scène est impeccable, capable de créer une atmosphère sombre et glaçante et à donner une véritable dimension dramatique, poignante et intense à son film. D'ailleurs, il fait de cette histoire un reflet de la société Américaine de l'époque mais aussi une dimension personnelle, alors que Kazan fit ce film peu de temps après ses "égarements" de l'époque du Maccarthysme. La photographie en noir et blanc est superbe, tout comme l'utilisation qu'en fait Kazan. Si le film est autant réussi, c'est aussi grâce à ses personnages, très bien écrit notamment dans leurs évolutions et les liens qui (dé)tissent entre eux mais aussi parce qu'ils sont très bien interprété. Notamment Marlon Brando, exceptionnel et charismatique, sachant donné une vraie profondeur à son personnage et à le rendre émouvant. Il sera justement récompensé de l'oscar du meilleur acteur pour ce rôle. Eva Marie Saint, Karl Malden ou encore Lee J. Cobb sont parfait dans leurs rôles. Certaines scènes et notamment la finale sont mémorable et démontrent la très grande maitrise de son réalisateur. Subjectivement, l'un de mes films préférés, d'une très grande richesse et intelligence d'écritures, brillamment réalisé et interprété et qui prend aux tripes... Grandiose.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 221 abonnés Lire ses 1 025 critiques

    2,0
    Ah, ça c'est bien filmé, bien photographié, bien cadré, bien mis en scène, Brando est parfait, Eva-Marie Saint est mignonne (mais sans plus, elle sera bien meilleure chez Hitchcock). C'est le scénario qui ne va pas, non seulement c'est simpliste, pour ne pas dire simplet tellement le manichéisme y est outré, la présence de Karl Malden en curé intègre est horripilante et la fin du film est grotesque. Quant à la musique, c'est pourtant du Léonard Bernstein mais son emploi est outrancier. Pourrait se retitrer "Simplet chez les dockers"
    thewall
    thewall

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 740 critiques

    4,0
    "Sur les quais" est une oeuvre majeure du cinéma américain. Par delà la polémique suscitée par les critiques mal intentionnés qui n'ont retenu du film que le côté "apologie de la dénonciation" (Kazan ayant lui-même dénoncé des communistes lors de la chasse aux sorcières), ce qui est sacrément réducteur. Loin de ces considérations sur l'attitude de l'homme Kazan, force est d'admettre que le cinéaste fut un très grand réalisateur qui prouve sa maestria avec ce film noir et pessimiste, socialement engagé et d'un réalisme marquant pour l'époque. Illuminé par la prestation époustouflante de Marlon Brando, on clamera sans scrupule que nous sommes ici face à une oeuvre importante.
    N00dles
    N00dles

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 120 critiques

    4,5
    Véritable succès à sa sortie (8Oscars) et le genre de film qui ne vieilli pas et qui reste toujours aussi excellent. Elia Kazan offre l'un de ses meilleurs films, Marlon Brando est juste exceptionnel dans son rôle de jeune docker tourmenté entre sa bonne conscience et l'influence mafieuse des dockers, de même les seconds rôles sont au rendez-vous. Ce film est vraiment agréable à regarder malgré son âge, et de bonne volonté, ce film est un grand classique du cinéma américain et c'est mérité. 4,5/5
    Béatrice G.
    Béatrice G.

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 457 critiques

    4,0
    Du beau monde devant la caméra: les mythiques Eva Marie Saint et surtout Marlon Brando (le grand, l'immense, l'unique -n'en déplaise à MM Hazanavicius et Mézerette mais pour moi l'homme le plus classe du monde c'est bien lui!) et du beau monde derrière: le non moins prestigieux Elia Kazan, pour un film qui tient les promesses faites sur papier. L'histoire est somme toute banale certes, mais pleinement exploitée et se repose sur la force et la finesse de ses interpêtes. Autre signe qui ne trompe pas: 60 ans après, le film n'a pas pris une ride et n'a rien perdu de son impact, et m'est avis qu'on en dira la même chose dans 60 ans! Magnifique.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Un film solide, un peu trop classique pour être palpitant. Quelques scènes sortent du lot tout de même comme quand le héros Marlon Brando est avec son frère dans la voiture.
    Jean-philippe N.
    Jean-philippe N.

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 833 critiques

    3,0
    Ce qui aurait pu être un chef d'œuvre autour de la lutte des classes et de la corruption du capitalisme dans l'une de ses formes les plus perverses s'avère être un bon mélo (sans plus) sur fond de revanche personnelle du grand Elia Kazan cherchant à éradiquer - donc justifier - ses propres démons. C'est un peu dommage car ce film à la précision quasi documentaire et interprété de façon plus qu'exceptionnelle par une distribution hors pair nous montre l'un des revers d'une clinquante médaille en toc nommée "american dream" dans toute son impitoyable monstruosité , quoique pas si différente d'une certaine Amérique dite moderne, ce qui préserve toute la fascination qu'exerce "On the waterfront" sur un public multi-générationnel...
    Mosse.
    Mosse.

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 445 critiques

    4,0
    Derrière un scénario assez simple, "Sur les Quais" est un des films les plus engagé des années 5O ( tourné en plein Maccarthysme, le film ne fut pas apprécié de tous, beaucoup y voyant une dénonciation, une agression des syndicats ), mais c'est aussi et surtout le film à voir pour ses acteurs ! Eva Marie Saint, d'une justesse éblouissante pour une première - Kazan a toujours eu le flair pour dénicher des perles -, Lee J. Cobb est impérial, mais que dire de Marlon Brando sinon qu'il est tout simplement obsédant de perfection, avec Kazan, son talent explose, irradie tout sur son passage... Impressionant. Tous les Oscars sont archi mérités, Sur les Quais est un film à part, qui, en plus de tout ce qui est cité précedemment, brille également par la musique de Leonard Bernstein et la réalisation aux plans magnifiques du grand Elia Kazan !
    ElAurens
    ElAurens

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 585 critiques

    3,5
    Sur les quais est un film toujours cité dans les divers classements des plus grands films du cinéma, j'étais donc curieux de le voir. Au final j'ai vu un très bon film, avec de bons acteurs comme bien sur Marlon Brando, mais je n'ai pas trouvé cela exceptionnel comme je l'espérai. Sur ses défauts je dirais qu'à aucun moment il m'a ému et aussi qu'ils comportent quelques petits faux raccord. Bref bien que ce soit un très bon film, je le trouve surestimé.
    Wingnut7
    Wingnut7

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 275 critiques

    5,0
    Les premières secondes m'ont convaincu que j'allais voir un grand film grâce à la musique expressive de L. Bernstein et la mise en scène de E. Kazan dans des docks qui sentaient le réel à plein nez, et qui le sont. Ensuite, la présence de M. Brando est juste essentiel, tellement il bouffe l'écran avec sa robustesse et sa sensibilité. Le mélange des deux, l'ambiguïté des deux donnent à son personnage une dimension salvatrice et la scène finale relève du génie cinématographique. Autant l'amourette avec E. M. Saint n'est pas convaincante, autant tout le reste relève du talent de l'ensemble de l'équipe, même de l'actrice qui malgré l'épisode de la séduction un peu vaseux, offre une excellente prestation. Grâce à ce film, je comprends pourquoi M. Brando est devenu un grand acteur, outre sa prestation du Parrain. Il était né pour jouer, tout simplement.
    posbern343
    posbern343

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 123 critiques

    1,0
    Kazan a trahi son honneur et son camp, c'est connu. Ce film fait partie de ses repentances. Il est "bon" mais comme le réalisateur est détestable... BB POSSO
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top