Mon Allociné
La Rage au ventre
Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD Blu-Ray, DVD
Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,4
7787 notes dont 733 critiques
29% 209 critiques
36% 265 critiques
21% 157 critiques
10% 74 critiques
3% 22 critiques
1% 6 critiques

733 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
Marc T.

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 251 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 26/07/2015

Malgré une première partie qui n'évite pas quelques longueurs et une bonne dose de mélo pour bien camper le fait que Billy est fou amoureux de sa femme et sa fille et qu'il a une vie formidable qui on le sait va basculer du jour au lendemain (Fuqua prépare bien (trop) le terrain), la deuxième partie nous prend aux tripes avec un Jake Gyllenhaal montrant une palette émotionnel - de la rage aux larmes - digne d'un oscar, et un Forest Whitaker toujours aussi "grand" (bon sang que j'aime cet acteur !). On pense d'avance tomber dans les clichés type "Rocky" et puis non, on reste dans le doute jusqu'à la toute fin Spoiler: où l'on pense même que Hope va perdre contre Escobar. Bref, un très bon film, aucun doute là-dessus, même si j'aurais préféré que les 2 heures soient mieux découpées, avec plus de temps consacré à la partie "rédemption".

tony-76

Suivre son activité 418 abonnés Lire ses 1 052 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 01/09/2015

Southpaw réalisé par Antoine Fuqua (Equalizer) est un mélodrame de boxe à mi-chemin de Rocky. Ce film a comme principal unique intérêt, la prestation de Jake Gyllenhaal qui est tout simplement incroyable !!! Son jeu est impressionnant. Dans la peau d'un boxeur champion qui perd presque tout pour mieux renaître de ses cendres par la suite, le trentenaire possède le physique de l'emploi et il ne s'en laisse jamais imposer. Une prestation bouillante et énergique pleine de sueur, de tatous et de sang versé. Cette métamorphose pourrait paraître calculée pour remporter un Oscar et elle ne rivalise en rien avec celle de son précédent et stupéfiant Nightcrawler. Le récit utilise la boxe comme métaphore des combats à mener pour vivre et se relever. Une rédemption qui recourt à tous les clichés possibles... Pourtant, Southpaw nous prend aux tripes, émotionnellement ! C'est fort, et très dur de voir le boxeur Billy Hope, tout perdre. La relation avec sa fille reste tendue et froide. Beaucoup d'émotions à travers cette oeuvre. La bande sonore est ultra bonne, on pense bien à la musique de Spoiler: Eminem - Phenomenal. Des frissons sont apparus, Spoiler: même au combat final, bouleversant. D'ailleurs, les scènes de boxe sont magnifiquement bien filmées. Le casting est bien choisi avec Forest Whitaker, comme à son habitude très bon. Le rappeur 50 Cent est assez convaincant, mais l'adversaire de Billy Hope n'éprouve pas assez de frayeur... Et puis, Rachel McAdams est sublime... La True Detective s'avère séduisante et crédible. Malgré un dernier acte plutôt convenu, Southpaw ou La Rage au ventre, filmé et campé avec passion, parvient à se démarquer de la panoplie des films sportifs en proposant une trame narrative profondément authentique axée sur la capacité de rédemption de l’être humain. Magnifique !

benoitG80

Suivre son activité 937 abonnés Lire ses 1 048 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 29/07/2015

"La Rage au ventre" malgré sa facture assez classique typique du film de boxe (dont certains sont d'ailleurs pour moi excellents) a ici un aspect très positif par sa capacité à nous montrer avec finesse, la reconstruction d'un champion du monde, Billy Hope, réduit brutalement à néant... Car en plus des combats très bien filmés, avec des gros plans incroyables sur des corps meurtris où dégoulinent la bave et le sang, c'est encore plus le repositionnement de cet homme face à son comportement, son travail sur lui-même, l'analyse de ses faits et gestes qui nous touchent et nous interpellent ! Après le drame de la mort de sa femme qui le portait à bout de bras, toute cette rédemption sera en effet l'aboutissement d'un changement profond et radical, voire d'une renaissance totale où la violence inouïe des coups donnés par la seule force absolue, laisseront la place à une stratégie réfléchie, le développement d'une technique étudiée et bien au point ! Pour cela, Antoine Fuqua dirige deux acteurs de main de maître en exploitant tout le potentiel possible de chacune de ces personnalités. À propos de Jake Gylenhaall, du début à la fin, l'acteur irradie complètement par tous les pores de sa peau, rien que par la présence de son corps monumental, par sa sueur, son sang et ses blessures à vif, par ce regard déterminé en plein ! Pour l'accompagner dans tous les sens du terme, Forest Whitaker en coach humain et désintéressé, fait preuve d'amour et d'abnégation comme jamais... Ce rôle lui va étonnamment comme un gant tant la bienveillance envers ses protégés coule de source et le magnifie littéralement ! Alors autant dire que ce duo fonctionne très bien et devient même plus d'une fois émouvant, tandis que la petite Oona Laurence surprend par son interprétation sans failles, en tant que petite fille mûre et rassurante. On attend bien sûr le combat ultime avec impatience, et ce moment est d'une grande intensité, filmé comme il se doit à tel point qu'on a l'impression d'être sur le ring ! Mais on ne dira rien de rien quant à l'issue du match évidemment ! Du cinéma intéressant, intelligent et efficace, malgré sa forme très américaine, même si dans le genre je préfère encore l'histoire des deux frères boxeurs du très bon "Fighter" de David O. Russell...

Benji S.

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 48 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 22/07/2015

La prestation de Jake Gyllenhaall est une nouvelle fois grandiose après son personnage très sombre de "Nightcall", et sa métamorphose et quand à elle impressionnante. Dans celui-ci il incarne à la perfection l'homme brisè après un drame qui le fera descendre de son monde parfait, son utopie. Antoine Fuqua dirige avec brio ses acteurs et ne laisse rien au hasard pour faire ressentir aux spectateurs toute cette peine, cette frustration et cette injustice. On suit alors avec intérêt l'évolution de Billy Hope, curieux de savoir ce qu'il adviendra de lui. va t-il se relever, va t-il réussir à canaliser toute cette haine? Il parvient à nous tenir en haleine jusqu'au bout. Alors bien sur, c'est un schéma classique dans ce genre de film, mais il est tellement soignée (l'ambiance, la bande original du film, les décors et les acteurs) et prend bien aux tripes qu'on en oublie le cotè prévisible de l'histoire. La Rage au Ventre n'a pas à rougir de sa performance face à des "Raging Bull", "Rocky" ou bien le plus récent "Fighter". Son casting 3 étoiles y est pour beaucoup bien sur, Mais le Réalisateur a aussi tiré le meilleurs d'eux.. Mais au delà de son casting il y a une histoire poignante avec cette chute libre auquel doit faire face le héro..Un film qui arrive à tiré son épingle du jeux malgrè les trop nombreux films déjà existant sur la boxe. 17/20

Oriane Le Dorlot

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 2 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 26/07/2015

Je sors du cinéma, j'en suis encore bouleverser, j'ai versée à plusieurs reprises une voire plusieurs larmes ! Une histoire d'amour, de passion, l'importance de la famille... Tellement proche de la réalité ! Je suis fan !

dagrey1

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 485 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 26/11/2015

La rage au ventre où Monte Cristo sur le ring...Le film d'Antoine Fuqua est passionnant à suivre, une réalisation coup de poing sur les combats de boxe, la descente aux enfers d'un grand boxeur Billy Hope et sa rédemption, les prestations de Jake G et Forest W qui font de ce film une réussite. On est très ému devant cette aventure humaine et son dénouement même si celui ci est prévisible. Mon film référence sur la boxe demeure "Raging Bull", portrait en clair obscur de Jake la Motta mais dans un registre différent "la rage au ventre" est top!

vincenzobino

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 390 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 19/08/2015

Remarquable film avec toutefois une petite réserve. Sorti aujourd'hui en Suisse, j'étais surpris par les bonnes critiques reçues, car ces dernières années, Fuqua n'avait guère enthousiasmé et a vrai dire, la première vision du trailer ne m'avait guère atteint. Il a fallu ces premiers retours pour me pousser a la curiosité. Ce film a en effet un point faible : sa bande-annonce qui révèle absolument tout des 45 premières minutes: un combat avec titre a la clé, un meurtre et une descente aux enfers pour notre héros. Mais ce dernier aura le mérite de retrouver la rage au ventre pour se donner une seconde chance sportive. Et la dernière heure est prodigieuse: 2 acteurs fabuleux, Gyllenhall certes monstrueux tout du long, mais également Whitaker qui va vous rappeler a la fois Eastwood et Freeman dans million dollar baby. Et cette seconde chance sportive est superbement filmée. La (dernière?) musique de James Horner est fort belle . On pourrait regretter la scène du meurtre proprement parlé bâclée mais sinon ce film est a recommander...

François G.

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 371 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 29/07/2015

C'est avec une très vive impatience que je suis allé voir "Southpaw", nouveau film d'Antoine Fuqua, réalisateur de "The Equalizer" et "Training Day". Ce long-métrage américain me donnait réellement envie grâce à ses profondes affiches et à sa bande-annonce poignante. A bon grand bonheur, je ne fus déçu. "La Rage au Ventre" est un drame familial triste et profond au scénario original et bien écrit. L'histoire du boxeur Billy Hope, campé par un Jake Gyllenhaal ("Prisoners") au meilleur de sa forme, se révèle fascinant et passionnant. Sa rédemption depuis le décès de sa charmante et aimante femme interprétée par une très bonne Rachel McAdams ("True Detective"), est une véritable ascension vers l'amour de sa fille. Véritable œuvre humaine, "La Rage au Ventre" présente des protagonistes humains et sentimentaux. Cette histoire, écrite par le showrunner Kurt Sutter ("Sons of Anarchy") développe et nous présente ses personnages avec une grande finesse d'écriture. Les entraînements agressifs de Billy, ses combats violents et son manque d'éducation le rendent d'autant plus humain et fragile. De nombreuses scènes et séquences familiales sont d'une grande force émotionnelle grâce au talent de ses acteurs et à la réalisation efficace, rendant le tout plus tragique. Antoine Fuqua nous livre une mise en scène forte et une réalisation qui rend l'action plus nerveuse. Ses plans et son montage, aidés par une bande sonore orchestrée par James Horner ainsi que des musiques du rappeur Eminem, nous frappent de plein fouet nous laissant KO lors de certains passages. Quelques ralentis lors des combats sur le ring viennent accentuer cet effet viscérale. Le rythme du film est énergique et nous ne tombons pas dans certains clichés familiaux. L'ambiance est quant à elle lourde et est parfaitement dans l'esprit du réalisateur. Il veut nous faire un long-métrage émotionnel, pesant et prenant, ce qu'il réalise à merveille. Le casting est lui aussi merveilleux : Jake Gyllenhaal, Rachel McAdams, Forest Whitaker, Naomie Harris, 50 Cent et Oona Lawrence. Tous font de très bonnes et surprenantes interprétations. Antoine Fuqua est comme toujours accompagné par des comédiens de talents. Que ce soit ici Jake Gyllenhaal, dans "The Equalizer" Denzel Washington ou pour "Training Day" Ethan Hawke, il les exploite brillamment. "La Rage au Ventre" est souvent comparé à "Raging Bull" et vu la qualité de celui-ci, je m'empresse de voir ce Scorsese. Ce n'est certes pas le chef d'œuvre que j'espérais voir et le meilleur film de l'année que j'espérais trouver, mais il reste l'un des meilleurs et un très bon film que je reverrais sans problème.

Stephenballade

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 697 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 19/12/2015

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, chères lectrices et chers lecteurs, soyez les bienvenus au Madison Square Garden pour aborder l’histoire de Billy Hope, alors en plein combat pour conserver sa couronne mondiale des champions du monde de boxe, catégorie mi-lourds. En 1980, Robert De Niro avait eu son "Raging Bull", film à travers lequel une ascension et le déclin d’une vie deviennent véritablement une épopée. Hilary Swank aussi a eu droit à son "Raging Bull", avec "Million dollar baby" en 2004. Entre les deux, on ne peut évidemment pas oublier Sylvester Stallone avec "Rocky". Même Will Smith l’a eu également avec "Ali" en 2002, ou encore James Marshall avec "Gladiateurs" en 1992, quoique ce dernier s’inscrit dans un registre légèrement différent. Cette fois, c’est Jake Gyllenhaal qui s’y colle. Vous qui n’avez pas encore vu "La rage au ventre", vous me demanderez comment un freluquet comme lui peut entrer dans la peau d’un boxeur, champion du monde de surcroît. Eh bien il a suffi de quelques cours de boxe et surtout de prise en masse musculaire, rendue parfois impressionnante par la caméra d’Antoine Fuqua. Cette fois, l’ascension d’une vie a été mise de côté, puisque nous retrouvons notre héros au faîte de la gloire. Le scénariste et le réalisateur ont eu la bonne idée de nous épargner cette partie-là, le film durant déjà deux bonnes heures. Nous entrons donc dans le temple de la boxe internationale. Ce qui frappe d’entrée (sans jeu de mot aucun), c’est une bande son un peu brouillonne, avec des dialogues rendus quasi inaudibles, d’abord en raison de la musique, puis à cause du brouhaha de la foule. Mais (parce qu’il y a un mais) ce n’est pas vraiment gênant car je pense que le réalisateur a voulu nous faire entrer dans la bulle du boxeur en pleine concentration d’une part, puis de nous faire rendre compte de la relative confusion générée par le combat d'autre part. Ce qui me fait dire qu’il y a eu un réel désir de crédibilité, comme il a pu le démontrer en refusant tout apport d’éclairage supplémentaire sur le ring. Nous ne pouvons qu’être bluffés par Jake Gyllenhaal, mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises car non content d’une prestation magistrale tout au long du film, il nous offre la cerise sur le gâteau dès la 30ème minute, sur la scène la plus intense émotionnellement parlant. Une scène effroyable. Insupportable. A vous faire frissonner le corps entier, et à vous faire tourner les sens. Une scène devant laquelle bon nombre de spectateurs et spectatrices n’ont pu s’empêcher de mettre la main devant la bouche, comme pour s’empêcher de crier ; une scène où bon nombre d’entre nous a dû poser ses mains autour de la tête, voire sur les oreilles pour ne plus entendre les… euuuuh je m’emporte, alors je n’en dirai pas plus. Ce que je peux rajouter, c’est que c’est bien filmé, et remarquablement accompagné de la musique du regretté James Horner, célèbre compositeur reconnu multi-nominé aux Oscars et détenteur de 3 statuettes à l’occasion de "Titanic" (1998). Comme "La rage au ventre" se passe dans le milieu très fermé de la boxe, on pourrait croire que ce film vise un public majoritairement masculin. Que nenni ! Car la trame va bien au-delà de la boxe. La preuve est que Clint Eastwood l’avait parfaitement compris, puisqu’il nous a servi un splendide "Million dollar baby", en nous parlant du fait que la vie en elle-même est un combat de tous les instants. C’est ce que le réalisateur Antoine Fuqua et le scénariste Kurt Sutter nous proposent. Une vraie leçon de vie nous est donnée ici, avec cette nécessité de se remettre en question, bref : un vrai cours d’humilité. Car outre les plans qui nous montre des corps physiquement esquintés, dégoulinant de bave et de sang, c’est surtout le gros plan sur l’être intérieur qui est majoritaire, et qui fera l’objet d’une reconstruction, au prix d’immenses efforts (dont la violence envers soi-même dépasse celle subie sur le ring) pour s’ouvrir le chemin de la rédemption, et se donner le droit d’exister. Pour cela, on ne peut y arriver seul. Aussi l’arrivée de quelqu’un de désintéressé (Forest Whitaker, une fois de plus parfait) vient à point nommé, ce qui amènera une scène (dont je m'étonne de ne voir personne, ou presque, en parler) aux propos d’une profondeur incroyable vers la 70ème minute, véritable tournant de l’histoire. Par cette scène, on comprend que ce personnage cabossé au passé énigmatique va devenir incontournable pour la suite des événements. Autre personnage d’une importance capitale, je dirai même de la plus haute importance car il constitue le fil rouge de l'intrigue, la petite Leila, interprétée par Oona Laurence, alors qu’elle a un rôle pas si facile que çaSpoiler: (notamment la scène où elle distribue des baffes à son propre père), et il est très probable qu’on retrouve cette jeune comédienne très prochainement au vu de son talent. Le monde de la boxe est bien retranscrit : la gloire, l’argent, les provocations, et les innombrables cafards qui profitent de la renommée de leurs poulains, un monde à la fois glorieux et miteux, pour résumer : glauque. Servi par un casting irréprochable, "La rage au ventre" est un uppercut qu’on prend en plein menton, et qui vous laissera K.O. debout, un peu à la manière du combat final, dont je regrette qu’il se termine sur du ralenti, là où j’aurais préféré de la vitesse réelle. Vous ne ressortirez donc pas indifférent de ce film particulièrement immersif, et dont les 2 heures paraissent presque bien trop courtes.

puce6386

Suivre son activité 312 abonnés Lire ses 1 074 critiques

3,5Bien
• Publiée le 11/10/2015

Un film dynamique et musclé qui nous relate l’histoire de Billy Hope, champion du monde de boxe. La réalisation, de facture classique, manque quelque peu d'originalité et d'ambition, empruntant sans risque le chemin tracé par les classiques, mais parvient malgré tout à nous convaincre, essentiellement grâce à la performance saisissante de Jake Gyllenhaal qui porte littéralement le film. Un énième drame se déroulant dans le milieu de la boxe, qui reste néanmoins une réalisation efficace, à ranger aux côtés de "Rocky", "Million Dollar Baby" ou encore "Raging Bull" !

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top