Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Bon, la brute et le truand
    note moyenne
    4,5
    32198 notes dont 1070 critiques
    répartition des 1070 critiques par note
    817 critiques
    194 critiques
    34 critiques
    13 critiques
    8 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Le Bon, la brute et le truand ?

    1070 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 14 juin 2013
    CHEF D'OEUVRE .Le meilleur de la trilogie dollars. Ce fabuleux film m'a rendu fan des westerns, avec tous les gestes, la mise en scène a couper le souffle avec de magnifiques jeux de lumière, des décors splendide, des musiques toutes cultes et magnifiques, de très bons acteurs, un réalisateurs excellent, un scénario très bien mené et une petite touche d'humour pour arroser le tout et on a ce chef d'oeuvre devant nos yeux. Un film qui n'a pas du tout vieillit : a voir en vitesse et aussi un grand bravo a Sergio Léone !
    jimmyc
    jimmyc

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 133 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juillet 2013
    Sergio Leone donne ici un point final à sa trilogie des "dollars "avec une maestria digne des plus grands chefs d 'orchestre il maîtrise sa propre grammaire cinématographique. Une ouverture énigmatique et silencieuse, une musique splendide qui varie selon les personnages, des gros plans de parties de visages qui annoncent la mort, des dialogues minimalistes et ponctués d’humour morbide et de longues scènes sans dialogue. "Le bon, la brute et le truand " entre dans la légende du western italien et bouscule une vision de l’ouest américain glamour. La force d’un tel film c’est que il est inoubliable tellement il sort des sentiers tracés par le western américain. Ici pas de bataille entre le bien et le mal. Les trois héros sont des "crapules".... Ennio Morricone signe une fois encore une grande musique pour son ami Sergio Leone. Le travail en amont sur scénario permet effectivement au maestro et au cinéaste de faire un gros travail sur la musicalisation du film. Clint Eastwood taciturne ,Lee Van Cleef plus inquiétant que jamais sont géniaux et c’est Eli Wallach avec son personnage plus cartoonesque qui emporte le morceau et vole la finale! "La danse de la mort " éclate ici tel un coup de tonnerre et constitue le point d 'orgue de ce bijou que le metteur en scène n 'avait pu s'offrir pour son second opus ....!
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 186 abonnés Lire ses 525 critiques

    5,0
    Publiée le 5 janvier 2017
    Le Western ultime. Pas moins. Plus qu'une affirmation, une évidence. Alors que, comme à l'accoutumé, Sergio Leone prend un certain plaisir à dynamiter les codes. Malgré le titre de ce troisième volet de la trilogie des Dollars, difficile de savoir d'abord qui est qui. Clint Eastwood, marquant de son charisme mal rasé chaque scène, approfondit encore plus son personnage d'Homme sans nom, qui est toujours aussi ambigu. Lee Van Cleef, cette fois-ci, a le rôle de l'ordure de Sentenza, qui ne semble n'obéir qu'à sa soif d'argent. Et enfin Eli Wallach est un peu entre les deux, même si il devient évident qu'il appartient plus à la première catégorie (la (presque) bonne donc). Un trio anthologique pour un film qui l'est tout autant. Le scénario reste assez simple (trois hommes, un gros magot, qui l'aura en premier?), mais cette fois-ci, Leone laisse un peu plus d'émotions rentrer. L'une des caractéristiques du cinéma de Leone reste cet incessant flou concernant le bien et le mal, mais cette fois, on arrive à mieux distinguer les nuances. Tuco, à cet égard, est le personnage le plus intéressant. Pétri de contradictions, il navigue à vue entre le bien et le mal, l'humanité et l'égoïsme. Il ajoute également une dimension comique, qui pouvait parfois manquer aux deux précédents volets. En situant l'intrigue pendant la guerre de Sécession, Leone semble bien décidé à ancrer ses héros dans le réel. Un réel dans lequel l'absurdité de la guerre est évidente, la violence et cruauté omniprésente et où le bien n'apparaît que sporadiquement. Bien loin du mythe du grand ouest. Est-il vraiment nécessaire de dire à quel point le réalisation de Leone est parfaite? Ou que Morricone compose encore une partition inoubliable? Bref, le meilleur Western de Leone.
    Marceau G.
    Marceau G.

    Suivre son activité 295 abonnés Lire ses 365 critiques

    5,0
    Publiée le 13 mars 2014
    Troisième et dernier film de la "trilogie du dollars", "Le Bon, la Brute, et le Truand" est assurément le meilleur opus de la trilogie ! Un western mythique et culte, servi par un B.O magnifique, entrainante, grandiose composée par le maestro Ennio Morricone, qui signe ici sa Bande-Originale la plus connue et reconnue ! La mise en scène de Sergio Leone atteint ici son paroxysme. Des acteurs au sommet de leur art ; Clint Eastwood, divin, Eli Wallach, survolté et hilarant, Lee Van Cleef, flippant à souhait. Malgré une durée phénoménale (3 heures), on ne s'ennuie jamais, et ces trois heures passées avec nos héros nous réjouissent et nous divertissent remarquablement. Tout simplement, ce film incarne à la perfection le genre "Western Spaghetti", c'est un monument, un film culte, un chef d'oeuvre à voir et à revoir !!!
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 260 abonnés Lire ses 688 critiques

    5,0
    Publiée le 16 mai 2010
    Film exceptionnel! Du cinéma comme l'on en fait rarement! Malgré sa date de sortie très ancienne par rapport aux films que je regarde d'habitude, je me suis lancé. Scénario impeccable, jeu d'acteur fantastique, répliques cultes, musique somptueuse. Un vrai régal. J'insisterai surtout sur la réalisation du film.Des plans magnifiques, travaillés à l'extrème. Un film où l'on prend son temps et qui pourtant ne nous ennui jamais car chaque plan est un régal. Pas besoin de scènes d'action filmées à 200 à l'heure, et ce filmle démontre. Bien dommage que le cinéma ait changé son approche et mise tout sur la vitesse au détriment de la tension.
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 149 abonnés Lire ses 1 745 critiques

    5,0
    Publiée le 24 juin 2013
    Si la trame de fond du bon la brute,et le truand est le western,il n'est pas l'unique sujet du film. Puisqu'au travers de ce sujet Leone,parle d'amitié,de relations humaines,de guerre,tout en étant un film d'aventure. Ce parfait mélange donne le meilleur des westerns-spaghettis, même l'un des meilleurs westerns, pour ne pas dire le meilleur western du cinéma. Aux personnages charismatique,Lee van cleef est le parfait méchant sadique et calculateur, Clint Eastwood est le silencieux malin et bon tireur. Mais celui qui brille le plus dans ce film est incontestablement Tuco, dont le rôle colle à la peau d'Eli Wallach tant celui-ci aux yeux malicieux est parfait pour incarne le personnage. Non seulement ce film est un très bon western,laissant des images impérissables,mais l'air de rien il parle avec subtilité d'un des plus gros drames de l'histoire de l'Amérique. Il y a un avant et un après Leone au cinéma,il a instauré tout un tas de plans que l'on retrouve encore aujourd'hui dans les films,mais s'il a été souvent imité il n'a jamais été égalé,même de loin par toute la vague des westerns-spaghettis. Le bon, la brute, et le truand reste et restera encore longtemps la référence d'un genre. Ennio Moriconne signe l'une ses meilleurs B.O,la musique accompagnant Tuco lors de sa course folle dans le cimetière est la perfection tant dans la musique que dans les images. Il faut dire aussi que Moriconne à écrit pour ce film La B.O avant que celui n'est été réalisé,ce qui a permit à Leone de rythmer ses images exactement sur la musique. Luciano Vincenzoni avait une suite écrite pour ce film, malheureusement (ou heureusement car il serait dommage d'avoir une suite en dessous de ce film) Leone n'a jamais voulut que cette suite voit le jour et encore moins avec un autre réalisateur.
    SVF
    SVF

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 58 critiques

    4,0
    Publiée le 4 mars 2014
    Haaaaa, un des grands du Western. Un incontournable du Cinéma. Un Clint Eastwood parfait. Un scénario bien ficellé. Tous les éléments d'un bon film sont en place : et ça a réussi ! Fin d'une trilogie signée Leone, "Le bon, la brute et le truand" reste encore gravé dans les mémoires à l'aube du XXIe siècle. Van Cleef et Eastwood sont brillants, et l'histoire est prenante. On ne se lasse jamais une seule minute de ce film. Les dialogues sont terribles : courts, brefs, efficaces. Tout ce qu'il faut. Et ils apportent un plus grand succès à ce western spaghetti. Et ne parlons même pas de la bande-originale qui est plus-que-parfaite. Dans la vie, il y a deux types d'hommes : ceux qui savent faire un bon film, et les autres. Leone a choisi son camp.
    Kiwi98
    Kiwi98

    Suivre son activité 198 abonnés Lire ses 238 critiques

    5,0
    Publiée le 11 septembre 2014
    C'est certainement le must du film culte. Le film dont tout le monde connait le nom et que pratiquement tout le monde aime. Sa bande originale qui continu de marquer les esprits, des acteurs dans des rôles reconnaissables entre mille, cette réalisation pratiquement légendaire avec ce final à couper le souffle, cette tension, ces décors, cette énergie. C'est les ingrédients qui font que Le Bon, La Brute et Le Truand est le western par excellence aussi mythique que magistral du fait qu'il est tout simplement un tour de force. Ce qui fait avant tout le charme du mythe c'est bel et bien sa richesse et cela surtout pour ces personnages. Trio de cowboys, calme, dégénéré, sans foie ni lois n'agissant que pour des sacs de dollars. Le film suis donc ces trois héros, trois héros qui pourtant sont au final très divisés, voulant tous une chose qu'ils ne veulent pas se partager et souvent mauvais entre eux, je pense notamment à Tuco qui va faire marcher Blondin dans le désert au soleil pendant plusieurs heures comme lui l'avait fait auparavant ou encore les multiples fois ou l'un mettra les autres en fort danger de mort. Des personnages incroyablement riches chacun très attachants (sauf peut être le chasseur de prime) même si on sait que ce sont de belles raclures en somme. Nous les suivons donc jusqu'aux final à littéralement couper le souffle. Le film dure plus de trois heures mais est sauvé par sa richesse qui nous fait suivre un très bon rythme et on ne peut être que admiratif, le tout semble tellement parfait… les costumes, les décors, les acteurs. Eli Wallach, le simplet pas très malin mais finalement bon garçon, Clint Eastwood le beau gosse badass, futé et tireur de génie, et forcément Van Cleef, le mec au charisme impeccable, brutal et élégant. Les trois compères offrent un rendu de génie dans leur jeux et la façon extraordinaire dont ils sont dirigés ne fait qu'augmenter cette impression. Leone dirige son film avec une main de maitre et cette expression n'a pratiquement jamais aussi bien trouvé son utilisation, on est pratiquement en train de remonter le temps d'une manière à peine croyable. Le tout donne un cocktail faisant de ce film, au scénario qui au départ parait pourtant faible, une pure leçon de cinéma jouissif et intemporel que l'on peut facilement qualifié de légendaire.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 356 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    5,0
    Publiée le 18 février 2018
    Se regardant comme une trilogie, la saga du Dollars propose une véritable montée en tension au fil des épisodes, avec comme dernier acte Le Bon, la Brute et le Truand, véritable apothéose du western selon Sergio Leone. Au fil du temps, Le Bon, la Brute et le Truand a acquis une immense réputation, avec certaines séquences, musiques et répliques ayant atteint la postérité, connus même par ceux qui n'ont pas vu le film. C'est remarquable et surprenant de constater que le grand nombre de vision ne change jamais l'estime que l'on peut avoir pour lui, le plaisir pris est toujours aussi immense qu'intact, et c'est toujours un savoureux travail d'orfèvre d'y déceler de nouveaux détails. Ici, on s'imprègne du style de Leone, qu'il avait travaillé dans les deux précédents opus, dès les premières secondes, où il nous présente les trois protagonistes. Peu à peu, il met en place son récit, évoquant les motivations de chacun, mais aussi les façons de vivre, les liens existants, ou non, entres eux ainsi que leur quête du même trésor. Dès leurs silencieuses présentations, on se prend d'affection pour eux, que ce soit en bien ou en mal, et on veut les suivre, voir comment ils vont s'en sortir et surtout comment. La maîtrise du scénario est exemplaire, Sergio Leone distille peu à peu les éléments laissant toujours planer de mystérieux aspects sur les enjeux, et jouant avec nous et nos nerfs sur d'autres. Il propose une description minimaliste des personnages, on ne sait pas grand chose d'eux, et ils n'ont pas besoin d'avoir beaucoup de dialogues, à l'exception de Tucos, pour être passionnants et intrigants. Si l'écriture est toujours juste, à l'image des géniaux dialogues, c'est plus la maîtrise de la caméra qui impressionne, Leone capte merveilleusement la saleté, la violence et la nature humaine en règle générale, sans forcément avoir recours aux mots, mais par le biais des visages, gestes ou de la musique. Il vise toujours juste, ses plans sont remarquables, sublimant les visages des personnages ainsi que les paysages. L'ambiance est prenante, on ressent toute la poussière et la chaleur du désert, ainsi que l'atmosphère plombante et violente s'échappant des personnages. Les moments de tensions sont nombreux, se faisant de plus en plus fort jusqu'à une dernière partie d'une rare intensité, d'ailleurs on ne compte même plus le nombre de séquences mémorables, à l'image des retrouvailles sous tension dans une ville bombardée. La gestion du rythme et de l'espace est aussi remarquable, sachant prendre son temps lorsqu'il faut pour mieux tirer juste après, alors que Leone expose sa créativité, tant dans l'écriture que la réalisation. Le Bon, la Brute et le Truand bénéficie aussi du passionnant contexte de la guerre de Sécession, permettant au cinéaste italien d'encore plus assombrir sa vision de l'humain, violent, attiré par l'argent et prêt à tout pour arriver à ses fins. Il n'y a pas de bien ici, le bon du titre reste tout de même un meurtrier cherchant avant tout un enrichissement personnel. Il n'en oublie pas non plus quelques pointes d'humour, sans pour autant éclaircir l'oeuvre de sa noirceur, notamment par le biais du personnage de Tuco, apportant une nouvelle figure et style dans l'univers de Leone, qu'on ne trouvait pas dans ses films précédents. S'éloignant toujours des classiques Hollywoodien et Fordien, il apporte un vrai souffle à son univers, un côté épique dont la tension transpire des yeux des personnages avec un ton cynique étant toujours le bienvenu. L'ambiance est sublimée par la bande-originale d'Ennio Morricone, à nouveau remarquable et originale, notamment dans son utilisation de divers instruments et traduisant la peur, l'émotion, à l'image de l'approche de Leone de la Guerre, et divers aspects des protagonistes, se mêlant avec un brio rare aux images, et traduisant parfois bien plus que des mots, et on notera de nombreuses compositions inoubliables. Dans ses six films les plus connus, le talent de directeur d'acteur de Leone est inestimable, sachant faire jouer à merveille ses personnages pour que ça sonne toujours vrai et créant des postures mythiques. Clint Eastwood, toujours aussi charismatique et mutique, représente parfaitement ce qu'est être bon dans l'univers aussi impitoyable de l'italien, toujours avec des savoureux détails à l'image de son cigare, tandis que Lee Van Cleef est encore une fois extraordinaire de sobriété, retranscrivant par un simple regard et posture une violence inouïe. Eli Wallach est génial en parfaite pourriture humaine, maladroite aussi, et finalement c'est lui qui sera vecteur d'émotion par son âme blessé. Sergio Leone conclut en apothéose sa saga autour de l'Homme sans nom, offrant une oeuvre sombre, étouffante, mystique et non dénuée d'humour, sublimée par de remarquables comédiens ainsi qu'une ambiance extraordinaire et immersive.
    x-worley
    x-worley

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 346 critiques

    4,5
    Publiée le 28 novembre 2012
    Sans doute le western le plus virtuose jamais réalisé. Sergio Leone conclu parfaitement sa trilogie du dollars. Acteurs impeccables, Clint Eastwood, Eli Wallach et Lee Van Cleef, le trio d'enfer de ce western, qui avance chacun a leurs manières dans ce monde impitoyable. Leone pulvérise littéralement les codes du genre, avec son style à lui, avec des plans-séquences étirés, des immenses silences, utilisation du grand angle, zooms arrière et des travellings le tout sur la sublime musique d'Ennio Morricone(qui est un personnage a part entière). Bref un western d’anthologie, qui marquera la fin de la collaboration entre Clint Eastwood et Sergio Leone. Une claque tout simplement!
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 561 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    5,0
    Publiée le 4 septembre 2014
    "Le Bon, la Brute et le Truand", voilà trois qualificatifs désormais bien connus du public. Le film, en même temps que son titre, est entré dans la légende et n'a pas vieilli d'un poil. Sergio Leone n'en est pas à son coup d'essai quand il réalise le film en 1966. Il a déjà à son actif "Pour une poignée de dollars" et "Et pour quelques dollars de plus", films qui l'ont imposé comme le père du western spaghetti, un sous-genre du western qui dépoussière le mythe original du western américain en rendant les personnages cyniques, les décors poussiéreux et en multipliant le nombre de morts. Mais ce film là est bien particulier : il est la quintessence du western spaghetti. A part Leone lui-même qui réalisera deux ans plus tard "Il était une fois dans l'Ouest", personne n'a jamais surpassé ou égalé "Le Bon, la Brute et le Truand". La recette semble pourtant simple, reposant sur trois personnages principaux lancés à la poursuite d'un trésor caché dans un cimetière. Mais Sergio Leone est un homme dont le sens de la mise en scène ne cesse d'impressionner. Car on ne peut pas parler de ce film sans mentionner la beauté de sa mise en scène. Ici, chaque plan, chaque angle de caméra n'est pas dû au hasard. Le réalisateur s'amuse à casser les règles du western classique en privilégiant les longs moments de silence et les gros plans. L'atmosphère qui se dégage de l'ensemble n'en est que plus fascinante, comme si la Mort planait sans cesse autour de ces personnages qui vivent en sachant très bien qu'ils risquent d'être tués du jour au lendemain. Cette mort sans cesse présente est rappelée par le contexte de la guerre de Sécession qui n'est pas là par hasard. Pour la première fois dans ses westerns, Leone confronte ses personnages cyniques et fourbes à une horreur qui les dépasse. Même Le Bon, qui semble ne jamais perdre son sang-froid, déclare qu'il n'a jamais vu autant d'hommes se faire tuer en même temps quand il assiste à une bataille. La guerre est omniprésente, comme pour rappeler à ces hors-la-loi qu'ils n'ont aucune cause pour laquelle se battre à part la leur et pour leur montrer que l'être humain est quelqu'un de fragile. Mais sans trop s'attarder sur ce genre de réflexions, le film privilégie avant tout l'humour, quasiment omniprésent. Film d'aventure picaresque, "Le Bon, La Brute et le Truand est truffé de répliques" désormais prononcées par des tas de cinéphiles du monde entier (''Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi... tu creuses'', ''Quand on tire, on raconte pas sa vie''). Les personnages, tous hors-la-loi (et donc forcément cupides) ont beau être caractérisés par un seul mot, ils sont tout de même plus complexes qu'ils n'en ont l'air. Si la Brute (incarnée par Lee Van Cleef) est peut-être le personnage le moins complexe, le Bon et le Truand ne peuvent se résumer en un mot. En effet, le Bon, incarné par un Clint Eastwood au sommet de son charisme, (on ne verra plus jamais la figure du cow-boy solitaire de la même manière désormais) n'hésite pas à abandonner son complice quand il ne lui rapporte plus d'argent et le Truand a beau être vil, fourbe et manipulateur, il n'en reste pas moins un homme en manque d'affection comme le montre la brève scène où il retrouve son frère, devenu moine. Si l'on retient d'ailleurs énormément Clint Eastwood dans ce film, c'est pourtant Eli Wallach qui lui vole la vedette. Dans la peau de Tuco, l'acteur est bluffant, utilisant des mimiques qui ne sont pas sans faire penser à la commedia dell'arte, utilisant énormément son corps et sa gestuelle afin de nous montrer la personnalité extravagante de son personnage. Leone prend un plaisir certain à filmer ces « tronches » et nous plonge totalement dans son histoire jusqu'au paroxysme du film où les trois personnages se retrouvent dans le cimetière pour s'affronter. Il serait d'ailleurs mal venu de parler du film sans parler de la partition musicale d'Ennio Morricone, complice de Sergio Leone dont la musique se fond totalement dans l'univers du cinéaste. Jamais un compositeur n'aura été autant en osmose avec un réalisateur. La musique de Morricone fait plus que de simplement accompagner le film, elle le rend vivant et lui donne une dimension épique, nous plongeant totalement dans son univers qui a souvent été copié mais jamais égalé. Sans aucun doute l'un des meilleurs westerns de tous les temps.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 556 abonnés Lire ses 5 461 critiques

    4,0
    Publiée le 25 janvier 2011
    Assurément l’un des plus beau western spaghetti, Le Bon, la brute et le truand (1968) possède à lui tout seul tous les ingrédients nécessaire à la réussite du film, à commencer par un scénario brillant, cumulant les nombreux retournements de situation, ajouté à cela, d’excellents interprètes, le trio en tête d’affiche excelle du début à la fin, ils ont le charisme, le panache, l’allure et le physique ! Que ce soit Clint Eastwood (le bon), Lee Van Cleef (la brute) ou encore Eli Wallach (le truand), ils forment à eux trois, l’un des plus beau trio du cinéma, chacun apportant sa pierre à l’édifice, on est subjugué par leurs prestations (surtout Clint Eastwood & Lee Van Cleef). Pendant près de trois heures, humour et suspens se succèdent en continu, au grès de percutantes répliques. Ajouté à cela et tout au long, une sublime B.O que l’on doit à Ennio Morricone. Sergio Leone conclu en beauté sa trilogie de “l’homme sans nom”, après Pour une poignée de dollars (1966), Et pour quelques dollars de plus (1966) & le chef d’œuvre : Le Bon, la brute et le truand (1968).
    Mosse.
    Mosse.

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 445 critiques

    4,5
    Publiée le 22 juillet 2010
    "Le Bon, la brute et le truand" est, chronologiquement, le troisième volet des aventures de l'Homme sans nom, après "Pour une poignée de dollars" ( tourné en 1964 ) et "Et pour quelques dollars de plus" ( réalisé en 1965 ). On revient ici aux premières aventures de notre personnage, interprété par Clint Eastwood. D'ailleurs, à la fin du film, il récupère le poncho qu'il ne quittait pas dans les deux long métrages précédents. Clint Eastwood, bien sûr dans le rôle du 'Bon', encore une fois sous la réalisation du génial Sergio Leone, est rejoint au casting par Lee Van Cleef et Eli Wallach, respectivement la 'Brute' et le 'Truand'. La réalisation est juste parfaite, ce qui permet à Sergio Leone de privilégier les images aux dialogues ( il faut attendre près de 10 minutes avant la première ligne de dialogue ), la musique, comme souvent avec Leone, est composée par Ennio Morricone. Et c'est un des grand point positif du film, si pas LE point fort, elle est parfaite, culte, tout le monde connaît cette musique, même ceux qui n'ont jamais vus le film ; cette musique est tout simplement devenue LA musique représentant le western. Mais, en fait, en y réfléchissant, ce film n'as pour ainsi dire aucun défaut! Les acteurs sont tous parfaits, la réalisation est magistrale, le scénario est sans faille, le peu de dialogues présents sont cultes ( "Le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent. Toi, tu creuses !" ) c'est presque la perfection! Un des meilleur western de tout les temps, à voir et à revoir!
    Empereur Palpoutine
    Empereur Palpoutine

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 194 critiques

    5,0
    Publiée le 7 septembre 2014
    Fresque magistrale et épique qui trace la guerre de sécession aux US, le bon la brute et le truand dispose d'un casting xxl. Lee Van Cleef, Elli Wallach et Segio Leone se lancent des répliques cultes. Les décors sont digne des plus grands films d'époque. Le nombre de figurants est incalculable. Maitre du western spaghetti, Sergio Leone film ses personnages et ses scènes comme personne. En plein conflit, trois hommes (Blondin, Tuco, oeil d'ange) se lancent sur la traces de deux cent mille dollars enterrés quelques parts dans un cimetière. La musique d'Ennio Morricone donne le ton. Le cultissime titre "ecstasy of gold" est certainement l'une de ses compositions les plus connues.
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 268 abonnés Lire ses 978 critiques

    4,0
    Publiée le 6 avril 2015
    " le bon la brute et le truand " western mythique de Sergio leone . Le film raconte l'histoire pendant la guerre de secession au États Unis de blondin alias " le bon " ( Clint Eastwood ) et tuco alias " le truand " ( eli walach ) deux cow boys qui partent a la recherche d'un coffre remplit de pièce d'or cacher dans un cimetière . Tuco connait le nom du cimetière tandis que blondin connait le nom de la pierre tombale ou est enterrer le coffre . Tuco et blondin ne se supportent pas mais il devront faire équipe car chacun a besoin de l'autre pour pouvoir retrouver le trésor . Bientôt un troisième personnage connu sous le nom de sentenza ( Lee van cleef ) alias " la brute " entre également dans cette chasse au trésor n'hésitant pas a tuer femme et enfant pour retrouver le coffre ... Troisième et dernier volet de la trilogie du dollars . Ce 3ème volet est excellent et bien meilleur que les deux premiers opus ( pour une poignée de dollars ,Et pour quelques dollars de plus ) . Un western mythique porter par un trio d'acteur exceptionnel . Tout d'abord Clint Eastwood toujour aussi excellent dans son rôle de cow boy solitaire et mysterieux ( le mythique homme sans nom ) qui est obliger ce coup ci de faire équipe avec un truand incarner a merveille par l'excellent eli walach pour retrouver un trésor . Un duo explosif et hilarant qui fait des étincelles et qui nous régale de scènes et répliques hilarantes . ils sont rejoint dans leur course au trésor par l'excellent Lee van cleef qui incarne a merveille une brute sanguinaire connu sous le nom de sentenza qui n'hésite pas a tuer femme et enfant pour retrouver la piste du trésor . Tous les trois sont absolument énorme dans leur rôles respectifs et ultra charismatique . Ils rentre a merveille dans leur rôle ce qui fait qu'on y croit a fond . L'histoire de cette chasse au tresor est très prenante. La mise en scène de Sergio leone est grandiose . La reconstitution de la période de la guerre de sécession est très réussi grâce nottament a des décors et costumes tres réussit . Les paysages sont magnifique et très dépaysant . On prend plaisir a suivre leur mésaventures a travers de très beau paysages . La musique de ennio morricone est tout simplement mythique et accompagne chaque scène a merveille . Un western remplit d'action , de suspense ( la scène mythique du duel a trois ) , d'humour et de répliques cultes hilarantes rentrer au panthéon ( dans la vie il y'a deux catégories de gens ceux qui ont un fusil charger et ceux qui creuse toi tu creuse , toi tu a la tête de quelqu'un qui vaut 2000 dollars . Et toi tu n'a pas la tête de celui qui les encaissera ... ) . On peu juste regretter quelques longueurs par moment . Malgré tout un très grand western qui a marquer l'histoire du cinéma et qui conclue de facon magistrale la trilogie du dollars .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top