Mon AlloCiné
    La Colline aux Coquelicots
    note moyenne
    4,0
    2763 notes dont 327 critiques
    12% (40 critiques)
    38% (125 critiques)
    29% (95 critiques)
    17% (55 critiques)
    3% (9 critiques)
    1% (3 critiques)
    Votre avis sur La Colline aux Coquelicots ?

    327 critiques spectateurs

    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 5 critiques

    3,5
    Publiée le 26 juillet 2016
    Jouons là carte sur table, La colline aux coquelicots, pour un Ghibli, n'est clairement pas à ranger dans la catégorie des oeuvres tels Chihiro, Mononoké ou encore le Château dans le ciel. Non pas que ce film soit mauvais non non, mais disons plutôt qu'il n'en a pas l'aura, nous avons affaire là à un film d'animation secondaire des studios emblématiques de Totoro. La colline aux coquelicots ("Kokuriko zaka kara" de son titre original) est un film d'animation Japonais sorti en 2011 et réalisé, non pas par le magicien Hayao Miyazaki cette fois mais par son fils, Goro Miyazaki (quand bien même le père a quand même contribué à l'écriture du scénario). Le film raconte l'histoire d'Umi Matsuzaki, jeune lycéenne de 16 vivant de le Yokohama des années 1960. Chaque matin avant d'aller en cours, Umi hisse les drapeaux en haut du mat sur la colline de sa demeure en espérant le retour de son père, grand capitaine dans la marine Japonaise parti en mer pour la guerre de Corée. Sans compter sur l'éloignement de sa mère parti travailler aux USA, Umi en tant qu'aînée doit continuer de veiller sur la maison tout en menant sa vie de lycéenne. Un quotidien scolaire qui se voit néanmoins bouleversé par l'arrivé du beau Shun Kazama pour qui Umi ne tarde pas à éprouver des sentiments amoureux. Au fur et à mesure les deux se rapprocheront mais de plus en plus leur relation se voit menacer par le retour à la surface d'un énigmatique secret concernant leur naissance. Voilà pour le pitch global du film. Et qu'en est il de ce film, eh bien comme je l'ai dis nous avons là un Ghibli secondaire...mais qui dis secondaire ne dis pas pour autant qu'il ne vaut pas le coup d'oeil et malgré sa non prétention dans son histoire romantique, la colline aux coquelicots n'en demeure pas moins une oeuvre de la japanimation tout à fait rafraîchissante avec une jolie touche de romance. l'histoire n'a rien de bien sorcier, nous assistons à une romance entre lycéens simplette, formule déjà hyper exploitée mais qui est traitée avec soins et vu qu'elle constitue le coeur même de l'intrigue, elle bénéficie d'un développement complet aux étapes et à l'évolution bien détaillée avec en plus un cadre contemporain réaliste qui rend l'ensemble très vrai. Contrairement à pas mal d'autres productions du studio, ici, point de fantastique quelconque, de grandes leçons écologiques ou même de trace de la signature type d'Hayao avec l'habituelle présence du thème de l'aviation. La colline aux coquelicots prône donc un réalisme absolu; ce qui n'est en rien dérangeant mais on regrattera un manque d'originalité, non aidé par un manque de rythme assez pénalisant d'un récit linéaire. On est jamais vraiment surpris malheureusement, on suit les personnages dans leur vie quotidienne et l'évolution de leur relation/sentiments mais l'ensemble est mince voir même vide, sans rien de bien spécial à proposer. On peu reprocher également, malgré un regain d'intérêt vers le milieu du film avec le véritable élément perturbateur: spoiler: le voile de mystère concernant l'ascendance de Shun dont ce dernier aurait le même père qu'Umi. Les deux ne savent plus comment se parler et n'arrivent plus à se voir, hésitants entre une relation frère/soeur et une relation petits amis (tout en sachant que le choix de l'une annulera la possibilité de la deuxième). C'est sensé être très triste comme révélation, on s'attend à voir les personnages s'effondrés en pleurant chacun côtés mais là c'est trop vite réglé, passé sous silence; on insiste pas assez sur les sentiments à ce moment qui est pourtant le moment crucial du film. Qui plus est l'ensemble qui cherche à être dramatique ne l'est du coup malheureusement pas. Niveau personnages, ils sont pourtant bien développés, leur background est bel et bien là, il nous intrigue mais je sais pas, ça bloque à un endroit....sans doute à cause de la sous intrigue de spoiler: la rénovation du bâtiment du quartier latin par l'association des clubs, une histoire "second plan" très typée school life/drama qui reste agréable à suivre (un bel exemple de travail d'équipe) mais ne captive pas en fin de compte. Les graphismes sont correcte mais loin d'être bluffants quand à la musique, elle ne marque pas; Satoshi Takebe n'a pas le talent de Joe Hisaichi. Ainsi donc pour conclure, la colline aux coquelicots est une jolie histoire d'amour, un drama made in Ghibli à l'écart des chefs d'oeuvres de Miyazaki qui constitue une oeuvre de la japanimation honnête mais qui ne restera pas dans les mémoires. Sachez le avant de vous lancer, dîtes vous bien que Goro Miyazaki n'a pas l'immense talent de son père mais s'en sort pas si mal que ça, la preuve, c'est jolie, poétique et divertissant. 13,5/20
    Legid
    Legid

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 392 critiques

    3,0
    Publiée le 8 mai 2013
    Réalisé par le fils de Hayao Miyazaki, ce nouveau film des studio Ghibli propose une approche différente. Pas de magie, de sorcière, de merveilleux, ici on se retrouve dans le Japon des années 60 et l'histoire se veut réaliste. Une histoire simple d’amitié, d'amour entre deux lycéens qui va être mise à mal par le passé qui les lie. Un scénario donc gentillet qui du temps à s'installer et qui fait du sur-place pendant un long moment ce qui constitue le principal défaut le film, son rythme est assez lent. Tous les personnages sont attachants mais trop "tous beaux tous gentils" ce qui accentue le côté figé et un peu trop lisse du film. Quelques moments un peu plus efficaces parsèment l'histoire, notamment les événements parallèles du quartier latin qui apportent un certain charme et alimentent le message sur la tradition et l'évolution de la société du Japon de cette époque. Un Ghibli pas vraiment majeur mais qui comporte suffisamment de charme pour mériter le coup d’œil. Mais pour les non connaisseurs de l’œuvre du studio, tournez vous plutôt vers les précédents films du père Miyazaki.
    Ghibliste
    Ghibliste

    Suivre son activité 32 abonnés

    3,0
    Publiée le 21 février 2015
    Le fils est encore loin de dépasser le père... Et même si "La Colline aux Coquelicots" (très joli titre) est techniquement irréprochable, pour ne pas dire sublime (Merci Ghibli), la manière dont le scénario - très simple, trop simple - est raconté, ne m'a pas accroché. Où sont les trouvailles, les petits détails, la magie, la poésie, qui font des films d'Hayao Miyazaki un enchantement ? Ici on a plutôt l'impression d'assister à du cinéma d'animation d'auteur, où la vie quotidienne serait illustrée sans réelle poésie, avec tout juste de très belles images et une bande-son jazzy sympathique, mais le tout sans grande inventivité ; du coup l'émotion ne m'a pas atteint comme elle aurait dû. En même temps, je peux comprendre que Goro Miyazaki ait voulu calmer les ardeurs de ses "Contes de Terremer", mais de là à nous proposer l'exact opposé, c'est à dire le trop peu, le trop lisse, non merci ! En fait, je n'ai pas réellement été touché par l'histoire durant une première grosse heure, mais la demi-heure restante - plus dense et plus intéressante -, m'a finalement convaincu, avec entre autres une dernière chanson magnifique. Un joli film donc, mais la route est encore longue...
    Dock-G
    Dock-G

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 39 critiques

    5,0
    Publiée le 12 janvier 2014
    Genial, j'allais dire ... comme d'habitude. Toujours cette poésie, cette touche écolo, ce fond féministe. Et une histoire construite. Rien à jeter.
    nicololo67
    nicololo67

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 14 critiques

    5,0
    Publiée le 28 décembre 2013
    Fait partie des très rares dessins animés qui permettent de rêver, d'être un instant hors du monde, transportés par sa beauté. Du grand Myiazaki!
    Zantrak2
    Zantrak2

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 575 critiques

    4,5
    Publiée le 16 novembre 2013
    À défaut de conter une histoire dans un monde fictif tel "Arriety et le petit monde des chapardeurs" où "Ponyo sur la falaise", Goro Miyazaki nous offre ici un tabloïd mêlant réalisme et histoire, mais ne croyez pas pour autant que la magie n'est pas de mise, car c'est une magnifique rencontre entre frère et sœur (malgré eux) qui nous ait présentés dans un univers japonais digne de son époque. Et cette histoire d'amour vraiment originale nous est dépeint par des dessins absolument fidèles à l'esprit du studio, et une animation traditionnelle à vous exploser la rétine tellement le travail accompli ici est époustouflant., Vous l'aurez compris "La Colline aux Coquelicots" est encore une réussis pour le studio Ghibli. je n'aurais qu'une chose à dire Arigato Gozaimasu
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1564 abonnés Lire ses 8 731 critiques

    4,0
    Publiée le 14 juillet 2013
    Quelle fraîcheur! L'univers de cette magnifique "Colline aux coquelicots" n'est pas vraiment situè dans une dimension poètique! En fait Goro Miyazaki voulait tout simplement la situer dans un monde plus rèel! Comme le disait le grand Hayao Miyazaki, il ne faut surtout pas dessiner en regardant une photo! Chose que fait admirablement le fils Miyazaki où le hasard d'une rencontre nous donne un petit chef d'oeuvre du film d'animation! L'esthètique du mètrage arrive à restituer une èpoque très particulière du Japon tout en gardant l'aspect poètique propre aux films du Studio Ghibli! D'une tendresse incroyable, tout y est magique sur cette colline avec de merveilleux moments entre la jeune Umi et l’intrèpide Shun! L'utilisation judicieuse des paysages rend le film souvent splendide où l'on en ressort transportè! Point de châteaux volants ni de fantômes asiatiques, juste une très jolie rèussite d'animation entre rires et larmes où le fils Miyazaki commence à prendre ses marques dans un tout autre style que son père! Ce qui n'est pas un reproche parce que graphiquement ça fourmille de dètails avec un ton juste et personnel! Et puis musicalement, il y a une chanson belle à mourir qui donne envie de chialer un bon coup sur cette colline: "Sayonara No Natsu" [ Kokuriko-Zaka Kara ]...
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 577 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    3,0
    Publiée le 19 février 2012
    Un très bon film d'animation mais ce n'est pas encore demain la veille que fiston égalera papounet. Le problème du film c'est son animation qui est un peu paresseuse, dans son mouvement. Miyazaki père avait déjà fait beaucoup mieux à ce niveau-là dans des dessins animés qui ont pourtant plus de vingt ans. Mais si on arrive à faire abstraction de cela, on apprécie sans problème le film. Il ne s'y passe rien de grandiose là-dedans mais cela ne fait rien car Goro Miyazaki arrive pleinement à faire ce qui rend "les films où ils ne passent rien" intéressants : composer des personnages attachants. Car la grande force, la belle réussite, du film c'est sans conteste ses personnages. Donc si le fils améliore son animation par la suite, on peut penser que sans être à la hauteur de son paternel il peut au moins lui arriver à la cheville.
    CineMorgan
    CineMorgan

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 247 critiques

    1,5
    Publiée le 14 janvier 2012
    Après avoir vu ce nouveau film des studios Ghibli, réalisé non pas par le maitre du genre à savoir Hayao Miyazaki mais par le fils de ce dernier Goro, le spectateur conclura que le talent de Hayao est totalement fantomatique dans ce film. Nous sommes face à un film totalement différent des oeuvres précédentes aussi bien dans le contexte moralisateur qui faisait leur charme que dans la qualité d'écriture du scénario qui est ici un mélodrame banal et attendu. Outre la forte beauté visuelle et ce don atavique pour coloriser avec virtuosité un univers, le spectateur n'est somme toute jamais surpris et pourtant les " rebondissements " le voudraient bien. Cette amitié renfermant un secret s'avère assez ennuyeuse et on ne s'attache que difficilement aux personnages. On aurait pu croire à une once d'audace ( le film abordant furtivement le thème de l'inceste ), mais le tout s'écroule beaucoup trop vite ce qui produit chez le spectateur un désintéressement permanent. Malgré tout, les studios Ghibli ont le talent pour proposer dans leurs films des musiques mirifiques et " La Colline Aux Coquelicots " en est l'exemple parfait. C'est d'ailleurs une des rares chose à laquelle on peut s'accrocher. " La Colline Aux Coquelicots " est une regrettable déception à cause d'un scénario au ras des pâquerettes. On regrette beaucoup le merveilleux " Arrietty " sorti l'an dernier.
    Sasuke R.
    Sasuke R.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 296 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mars 2013
    Contrairement à plusieurs autres blogueurs, je suis tombé sous le charme de la dernière production des studios Ghibli. Le film n'est pas dirigé par le grand Hayao Miyazaki mais par son fils, Goro, dont tous s'échinent à dire qu'il est de moindre talent, sans lui avoir laisser le temps de démontrer le contraire. La première qualité de La colline aux coquelicots est de proposer des images absolument sompteuses : des cieux superbes, des bateaux de toutes tailles magnifiques, des fleurs, des vitraux, une descente en vélo très joliment filmée. Le repère des étudiants, le Quartier Latin, est un endroit que le film dote d'une atmosphère très attachante, d'une aura qui entourait les objets appartenants à Porco Rosso, fait d'un tissage de rêve et de nostalgie. Pour ceux qui comme moi aiment le Japon rural, le film est un enchantement : l'intérieur de la cuisine, les venelles fleuries, les rues en pente, la mer au loin. Ses paysages, sa maison, ses rues évoquent irrésistiblement le décor du trés beau film de Hirokazu Kore-Eda : Still walking. La mise en scène regorge de tendresse, de justesse, de sensibilité, de nervosité. Le script n'est pas sans allusion à la politique, à l'histoire, et à la sociologie japonaise. La colline aux coquelicots est enfin traversé par une belle et noble nostalgie : celle des amours enfuis, des parents disparus, des temps écoulés, et peut-être aussi celle d'un cinéma des origines. Que le film joue à fond la carte du mélodrame ne m'attriste pas, au contraire, je trouve que cela lui confère une certaine noblesse et une belle grandeur. D'autant que le scénario n'est pas aussi simpliste que certains veulent le faire croire. En résumé, une veine purement réaliste pour les studios Ghibli, pleine de douceur et de justesse, ce qui constitue une très bonne surprise pour moi.
    Charles R
    Charles R

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 207 critiques

    4,0
    Publiée le 29 janvier 2012
    Si l'on cherche dans ce nouveau film des studios Ghibli l'ombre des monstres auxquels nous avait habitués Hayao Miyazaki dans des films aussi personnels que "Le voyage de Chihiro", on sera bien déçus. Mais on peut s'appeler Miyazaki sans être le clone de son père - et c'est sans doute beaucoup mieux ainsi. Nul délire dans ce film d'animation, sage comme toutes les images qu'il véhicule. Exécuté à la perfection, il conte l'histoire de deux lycéens - la clairvoyante Umi et l'intrépide Shun - qui s'aiment et qui vont découvrir qu'ils ont des points communs inattendus. Leur quotidien se déroule dans le cadre d'un foyer d'étudiants sur lequel plane une menace de destruction. Mais nos deux héros, qui ont le goût de l'audace, ne vont pas laisser les choses se dérouler comme les adultes le prévoient. Le film propose donc une leçon de témérité et de solidarité, un bel espoir placé dans la jeunesse qui a pouvoir de changer le cours des choses. L'intrigue se situe en 1963, à la veille des Jeux Olympiques de Tokyo. Peu de temps avant les grandes révoltes estudiantines qui allaient prendre une tournure internationale.Il faut donc veiller à ne pas assimiler ce film à une simple aventure du Club des Cinq. Goro Miyazaki aborde bien des sujets malgré cet aspect lisse qui caractérise au premier abord son dessin animé. Et puis un monde où la beauté est encore possible - malgré tout - avec la leçon des maîtres de la peinture (dont bien sûr les impressionnistes) a quelque chose d'infiniment touchant.
    titiro
    titiro

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 1 001 critiques

    3,5
    Publiée le 16 janvier 2012
    "La colline aux coquelicots" est une oeuvre apaisante. L'animation est très belle, certaines images sont magnifiques. Goro Miyazaki réalise de superbes paysages. L'ensemble manque un peu de subtilité, de poésie. Mais ces quelques défauts disparaîtront sans doute avec l'expérience. En attendant, j'ai beaucoup apprécié me laisser emporter par la beauté du film, dans tous les sens du terme.
    darknat
    darknat

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 231 critiques

    4,5
    Publiée le 11 février 2012
    Quelle fraicheur ! Une histoire réaliste qui parait simple et qui monte crescendo jusqu'à un final qui par la réflexion qu'il pose m'a ému. Alors oui Goro Miyasaki n'est pas son père mais il a dû écouter ses conseils. Un grand moment de bonheur. Un film qui permet de vous évader durant 1h30 avec de vrais sentiments. Du grand art.
    ULYSSE58
    ULYSSE58

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 22 janvier 2012
    En quelques mots, un film superbe adapté d'un manga pour jeunes filles, le film quand à lui est ouvert à tous et à toutes. Il fait preuve de beaucoup de finesse et d'émotions sans aller dans le mélodramatique. C'est le seul film de la famille Miyazaki qui est réaliste, sur fond des années 60. Magnifique histoire de sentiments et de solidarité, où les péripéties s'enchainent avec continuité. Je le recommande vivement.
    porco_rosso
    porco_rosso

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 46 critiques

    4,0
    Publiée le 2 janvier 2014
    Après le calamiteux "contes de Terremer" voici une bien heureuse surprise. Goro a pris son envol et nous délivre un film digne de son père. Dans le Japon des années 50, une jeune fille mystérieuse hisse un drapeau tous les matins attire la curiosité, la sympathie, puis bien plus à un jeune lycéen qui lutte pour sauver le foyer de son école. Sobriété du scénario, animation fluide très réussie (surtout les scènes de préparation culinaire), bons sentiments sans mièvrerie, font adhérer le spectateur rapidement. L'ambiance estudiantine me rappelle le "cercle des poètes disparus", c'est dire si l'émotion est présente. On attends avec impatience le prochain film !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top