Mon AlloCiné
L'Ecume des jours
note moyenne
2,6
4588 notes dont 857 critiques
8% (72 critiques)
22% (187 critiques)
21% (181 critiques)
21% (179 critiques)
14% (122 critiques)
14% (116 critiques)
Votre avis sur L'Ecume des jours ?

857 critiques spectateurs

Aurélien P.

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 95 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 26/04/2013

Le film démarre fort, trop fort peut-être (trop de folies et de délires d'entrée de jeu, ça déstabilise forcément), puis la partie la plus intéressante (entre 10minutes et 1heure) survient, avec de nombreuses scènes magiques qui ponctuent le début de l'idylle de Colin et Chloé. Ces scènes oniriques, facétieuses, surrélles sont esthétiques et réussies, mais elles manquent toutefois de linéarité et d'émotion. Le film ne parvient pas à tenir la route pendant deux heures, on est tantôt émerveillé, dégoûté (quelques mythiques scènes noires et gore, notamment à la patinoire), amusé, mais la seconde partie, assommante, qui tire un peu en longueur, hélas. Pour résumer, acteurs et effets spéciaux intéressants, poésie et évasion au rendez-vous, effort à saluer pour la réalisation (car adapter ce roman quasi inadaptable était audacieux), mais un peu ennuyeux au final, et difficile d'être absorbé à 100% par cette folie, ce décalage séduisant.

felix-cobb

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 54 critiques

4,5Excellent
Publiée le 25/04/2013

Il ne faut pas écouter les critiques pessimistes revendiquant leur appartenance tenace au roman de Vian, car si Gondry réalise encore une fois un film dans un style qui lui est propre, il reste très fidèle aux idées transmises par Boris Vian qu'il aurait surement adoré voir ainsi : la folie, le bonheur éphémère, et de la philosophie sartrienne. Et, contrairement aux critiques, on s'attache très bien aux personnages, et ainsi Gondry, notamment dans sa mise en scène dense et poétique, rend un très grand hommage à tous les cinémas et procédés littéraires surréalistes possibles. Bravo.

chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 104 critiques

4,0Très bien
Publiée le 26/04/2014

Inspirè du cèlèbre roman de Boris Vian qui est probablement l’un des livres les plus difficiles à adapter, "L'ècume des jours" ressemble à une oeuvre de cinèma, un film en rupture totale avec la majeure partie du cinèma français des annèes 2000, ne tolèrant la poèsie qu'à dose homèopathique! Fragile et inclassable, "L'ècume des jours" n'est au contraire que poèsie traversèe par des èclairs surrèalistes (les superbes prises de vue sous-marine). Formellement, le film de Michel Gondry dèpasse de beaucoup "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" et "La science des rêves", mais surtout au niveau thèorique, comme vèhicule d'un « art poètique » plus que comme rèussite fantasmagorique! Ses caractèristiques: accent mis sur des instants privilègiès, sur des dètails infimes ou curieux, sur des personnages qui peuvent surgir de n'importe où et disparaître comme ils sont venus, sans raison ni logique! Gondry aurait pu avec "L'ècume des jours" avoir recours aux effets numèriques modernes! Ce ne fût pas le cas, le cinèaste voulant (c'est tout à fait son univers visuel qui lui correspond bien) faire des effets spèciaux un peu à l'ancienne, avec un côtè bricolage dans ce film dècalè qui ne ressemble à aucun autre! Et comme Gondry a toujours pleins d'idèes, on imagine que ce n'ètait pas forcèment facile pour les acteurs! D'abord, de se mettre dans la peau de ses personnages poètico-surrèalistes, ensuite, sur le plateau, de pouvoir ressentir les inventions folles de ce laboratoire d'idèes et de constructions qu'est Gondry dont le mètrage ressemble à un bordel sans nom! Colin et Chloè sont des personnages oniriques et extrêmement poètiques dans leurs rêves et il fallait tout le talent de Romain Duris et Audrey Tautou pour les faire exister à l'ècran. "L'ècume des jours" vaut pour leur brillante interprètation! Des personnages dont l'amour est plus fort que tout, et qui nous font entrer dans un univers esthètique et très imagè, foisonnant et surprenant! Omar Sy est très bon ègalement, il apporte à son personnage de « couteau suisse » une dimension humaine et devient petit à petit une sorte de guide spirituel en montrant parfois des voies à Duris / Colin, tout en prenant soin de Tautou / Chloè! Cèsar des meilleurs dècors en 2014! Le film en eût mèritè un autre du meilleur rèalisateur pour l'extraordinaire crèativitè de Gondry! Certes, l’ensemble est saturè d'effets visuels et tire un peu en longueur avec des trucages qui nous empêche d’entrer parfois dans le rècit et la vie des protagonistes mais ne faut-il pas passer par là pour avoir une histoire d’amour fou, impossible et physique chère à Boris Vian ? 4* (même si tout n'est pas parfait) car c'est ici, avant tout, une oeuvre de plaisir, pour son auteur d'abord, et ensuite pour le spectateur, libre de reconstruire à sa guise la destinèe de Colin et Chloè dans les plages de rêveries...

benoitG80

Suivre son activité 922 abonnés Lire ses 1 308 critiques

4,5Excellent
Publiée le 13/05/2013

"L'écume des jours" adaptation du célèbre roman de Boris Vian au cinéma, ne pouvait qu'attirer toute ma curiosité ! Déjà, Michel Gondry aux commandes me laissait favorable et partant jusqu'aux premières images où la forme toujours aussi inventive prenait à priori et à mon avis trop de place... Puis, comme par magie (ou la magie opérant), l'émotion apparaît pour nous transporter même complètement et tous ces petits bricolages, tout cet univers de bric et de broc, ces merveilleuses trouvailles qui donnent cette mise en scène féerique, sont la toile de fond idéale de l'histoire de Chloé et de Colin en permettant d'entrer ainsi de plein fouet dans l'esprit du roman et nous rendre palpable toutes ces sensations si étonnantes ressenties à sa lecture... Ce monde entre le rêve et le bizarre s'y prête en effet merveilleusement bien... La forme sert alors le fond comme il était difficile de se l'imaginer tant le monde de Michel Gondry semble inépuisable de découvertes et de fantaisie... La métamorphose des personnages et de leur environnement au fur et à mesure de l'évolution de la maladie de Chloé est assez incroyable pour ne pas le souligner ! On est immergé totalement dans l'angoisse des personnages face à la situation générale où tout se modifie inéluctablement en passant doucement de la couleur au noir et blanc, du grand au petit,... Les acteurs sont bien dans la veine de ce que l'on attendait ou espérait et encore plus quand on avance dans l'histoire ! Duris, Tautou, Sy et Elmaleh campent des personnages poétiques bien à l'aise dans une composition pas si évidente ! Un exercice périlleux auquel Michel Gondry s'est risqué qui certes ne plaira pas à tout le monde mais qui pour ma part correspond parfaitement et dépasse même largement l'image que je m'étais faite au préalable de cette adaptation ! L'œil ravi va de surprise en surprise, est à l'affût du moindre détail ! Cette célèbre métaphore prend donc ici tout son sens en nous captivant littéralement jusqu'à éprouver toute l'angoisse qui naît imperceptiblement de ce récit où tout semble se mélanger, des quatre éléments entre eux en passant par les mondes végétal, animal et minéral ! Pari réussi !

landofshit0

Suivre son activité 131 abonnés Lire ses 1 741 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 21/10/2013

Gondy truffe chaque plans de trucs et de bidules ça grouille continuellement de partout. Les plans sont eux aussi sans cesse en mouvement,ils viennent rajouter une couche à cette surdose d'agitation général. L'overdose de trucs et de machins ne sont malheureusement pas les générateurs d'instants de poésie,Gondry n'apporte aucune âme à tout ça,il écrase absolument tout ce qui est essentiel,son histoire et ses personnages. Tout comme Tim Burton est passé à coté d'un sujet qui semblait être fait pour lui avec Alice au Pays des Merveilles, Gondry ratte royalement sa version de l'écume des jours. Pour faire une avalanche d'images insupportables.

Gouleur

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 44 critiques

4,5Excellent
Publiée le 28/04/2013

Les vies surréelles des délicieux personnages de Boris Vian se débattent dans un univers irrémédiablement destructeur des amours et de la créativité de l'individu. Par la générosité de ses effets spéciaux, cette frénétique adaptation se pare d'emblée de la puissante légitimité gagnée par le roman pourtant si dénigré il y a 50 ans. Devenu un classique littéraire par la diversité de ses thèmes philosophiques, L'écume des jours s'enrichit des excroissances de réel pour nous guider dans un monde surnaturel. Contraint par les directives de Vian lui-même, il faut impérativement porter un jugement "à priori" et voir cette réalisation matérielle de Gondry sur "un plan ondulé et présentant de la distorsion" en sachant que "l'histoire est entièrement vraie" puisqu' "imaginée d'un bout à l'autre".

Aaaam

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 2 critiques

0,5Nul
Publiée le 27/04/2013

Mon Dieu, quel massacre ! Gondry n'a pas le droit de faire ça à une oeuvre aussi bouleversante qu'est L'Ecume des jours ! On peut tout d'abord se pencher sur l'aspect esthétique du film, aspect où l'on attendait principalement Gondry. Voilà ce qu'il en est: un marasme d'effets speciaux fantaisistes, outranciers et contradictoires se dirigeant parfois du côté d'un futurisme improbable (les ondes colorées des danseurs du biglemoi) puis, le plus souvent, vers une forme de bricolage enfantin volontairement laid (les voitures des flics cartonneuses, le déguisement de la souris acheté chez un magasin de farces et attrapes...), marasme qui devient rapidement écoeurant et systématique. Chaque objet est animé, chaque scènes a le droit à son petit effet tapageur, il y a un véritbale problème de dosage. De même, le rythme est infernal, aucune des scènes relevant de l'originalité de Vian (les jeux de mots, le pianocktail...) ne peuvent être appréciées puisqu'elles durent une demi-seconde ! Est-ce vraiment de cette façon que Gondry comprend l'univers esthétique de Vian ?! Comme un univers de publicitaire loufoque et extravagant se regardant en accélèré ?! Quand est -il de la poésie visuelle du roman ? Visiblement le bobo de l'intelligencia parisiennne gauchisante a une vision totalement abrutie et simpliste digne d'un enfant de cinq ans attardé du monde pictural du romancier... Ou bien, le roman sert de prétexte au déballage clinquant de l'artiste mais un déballage qui n'est ni beau ni magique. Passons au scénario. Bien evidemment, dans la mesure où Gondry considère le roman comme un amas de fantaisie bon marché, il n'y a pas besoin de scénario. D'ailleurs, je ne vois pas comment un spectateur qui n'a pas lu le roman peut suivre l'histoire. D'autre part, l'adaptation de Gondry est vraiment ambivalente puiqu'elle tend vers deux côtés opposés mais qui sont l'un et l'autre négatifs: d'un côté, l'adaptation est beaucoup trop scolaire, on se contente de pêcher quelques scènes du roman, quelques dialogues, et on vous les jette en se pâmant de fidélité à l'oeuvre et d'un autre côté, on transforme des passages en les surchargeant de loufoquerie ratée ( cf, les scènes de course gotesque en wagonnets à la Mario Kart et la fusée en carton qui décolle au mariage, toutes deux absentes du roman: WTF ? Enfin, et c'est le plus grave, Gondry oublie totalement ses acteurs. Avant tout, on peut s'attarder sur un casting qui paraisait déjà catastrophique avant la sortie du film et qui se confirme amplement tout au long de celui ci. D'abord petite surprise le couple Tautou-Duris ne fonctionne pas du tout, principalement à cause du sourire nais que Duris colle à son visage PENDANT TOUT LE FILM. Moins surprenant, l'équation sourire éclatant d'Omar Sy = Cuisinier au langage sophistiqué, à la posture distinguée et relativement froide (qui n'est pas noir dans le roman mais on s'en fout, Omar Sy est une garantie de revenus) est complètement bancale, Aissa Maiga et Charlotte Le Bon sont insignifiantes ou agaçantes. Gad El Maleh arrive un peu à s'en sortir, quant à lui. Mais de façon générale, ce qui frappe d'horreur un lecteur du roman, c'est le caractère ercervelé et niais de tous les personnages. Pourquoi sont-ils aussi crétins ? Pourquoi rient-ils convulsivement sans raisons ? Pourquoi sautent-ils commes des gamins sur un lit ? Le spectateur ne ressent ainsi aucune émotion pour les personnages, Chloé peut mourir, Colin peut tomber dans la déchéance, Chick peut souffrir de son addiction et Alise aussi, tout ça glisse sur nous sans nous toucher. C'est un comble pour un chef d'oeuvre littéraire de poésie et d'émotion. Comment une bonne partie de la presse peut-elle encourager un tel echec ?

wondawom

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 19 critiques

4,5Excellent
Publiée le 03/05/2013

Il y a quelques temps déjà, quand j'ai lu pour la deuxième fois "L'Ecume des Jours" de Boris Vian (pour dire que c'est un de mes livres préférés), je m'étais fait la remarque que si un jour on devait adapter ce magnifique livre pour le grand écran, il faudrait: un brin de folie, une imagination débordante, une créativité démesurée, une compréhension du doux surréalisme qui nourrit les pages du bouquin et un amour pour le Jazz de ces années là qui font vivre les péripéties de Colin, Chloé et les autres. Je ne voyais alors pas autre prétendant au poste de réalisateur que Michel Gondry. Dans ma tête, c'était lui ou personne! Dès lors, quand on annonça la mise en chantier du film, avec bel et bien le talentueux réalisateur précédemment cité, ce "constructeur de rêve, ce vendeur de poésie", je me léchais les babines et suivais l'affaire de prêt car il n'avait pas le droit à l'erreur! Le casting tombait et je tirais un peu la moue... Je ne m'imaginais pas les personnages au physique de Duris, Tautou, Elmaleh ou encore Omar Sy en Nicolas. Bref, pourquoi pas au final. Après une bande annonce alléchante qui vendait de l'onirisme et un respect de l'ambiance du roman, je visionnai le film, pour moi et moi seul, avec l'amour que je porte au bouquin. Enfin. Dès les premières images, le décor est planté! La patte en carton pâte, marque de fabrique, de Gondry sert les images sur lesquelles sonne la musique du Grand Duke. La créativité, tant constructive que visuelle est d'une rare originalité! Il faut dire que Vian a donné tous les ingrédients rêvés pour le cerveau de notre cher réalisateur. Les effets sont old school, fabriqués dans une sorte de système D inventif qui donne parfaitement couleurs et vie aux lieux, aux accessoires, aux personnages et à la vie du roman. Il est assez incroyable de voir dans certaines scènes et décors la similitude imaginaire que moi lecteur je m'étais faites en amont, au fil des mots: l'appartement de Colin, le Pianocktail, le meeting de Jean-Sol Partre ou encore la fabrique d'armes! Le Jazz (essence, que dis-je, La Sève du livre!) est présent, même si l'on regrette qu'il ne le soit pas plus. On pourrait dénigrer un manque d'émotion et de sentiments ambiants chez les personnages, mais quand on y repense, il en est de même dans l'oeuvre de Vian. Bref, une belle surprise. Les puristes crieront au scandale, mais quand on sait que l'adaptation de ce livre est un défi quasi impossible à relever, on ne peut que saluer le talent de Gondry qui dessert un film riche de création artistique, poétique et surtout, fidèle! Merci Michel, merci Boris! P.S: Je pense qu'il peut être très difficile d'aborder le film sans avoir pris part au roman en amont...

L'homme le plus classe du monde

Suivre son activité 210 abonnés Lire ses 449 critiques

3,5Bien
Publiée le 19/05/2013

J'ai lu beaucoup de critique qui reprochaient à Gondry de trop en faire dans le coté "effet spécial fait-maison". Il est vrai qu'une fois passé l’émerveillement de la première demi-heure, on se lasse un peu de tout ce bric-à-brac, et on n'en perçoit plus que la cacophonie qui s'en dégage. Mais comment peut-on reprocher à un film d'être trop original ? "L'écume des jours" est une telle merveille visuelle que l'on oublie facilement la manque de rythme, le scénario qui tourne un peu en rond et le jeu parfois surprenant des acteurs. Michel Gondry a cette capacité à faire du cinéma métaphorique sans pour autant faire des films incompréhensibles destinés à une petite élite de cinéphile prétentieux. L'écume des jours à certes des défaut, mais il est pour l'instant l'un des films les plus inventifs jamais tourné.

Ricco92

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 1 002 critiques

4,5Excellent
Publiée le 28/04/2013

Un modèle d'inventivité. Michel Gondry adapte Boris Vian en étant tout aussi créatif (la première partie du film comporte presque un trucage à chaque plan). Michel Gondry s'amuse avec l'image (un travail sur la couleur qui se dévoile au fur et à mesure que le récit avance) et utilise un côté bricolo très plaisant (les trucages sont quasiment tous artisanaux). On peut reprocher à cette inventivité de nous plonger émotionnellement dans le récit (ce qui n'est pas entièrement faux) mais ce reproche pourrait être également valable pour Boris Vian. Mais il est tellement rare de ce retrouver devant une telle imagination poétique (même si on ne comprend pas toujours, du moins à la première vision, la raison des effets) que l'on prend un grand plaisir devant ce film assez unique dans l'histoire du cinéma.

Guilg

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 16 critiques

4,5Excellent
Publiée le 26/04/2013

La fertilité de l'esprit de Monsieur Gondry n'est plus à prouvé. En s'attelant au présumé inadaptable "L'Écume des Jours", il conjugue son imaginaire à celui de Vian. Sur le papier les deux univers semblent complémentaires, et à l'écran... aussi ! Il est vrai que le film est très riche, trop peut-être mais c'est bien là un des seuls défauts qu'on puisse lui trouver. Effectivement après plus de deux heures d'un film où l'ingéniosité et l'extravagance de deux esprits des plus poétiques défilent à un rythme fulgurant, force est de reconnaître qu'on sort fatalement de la salle bousculé. Loin de trahir le roman, Gondry se l'approprie et nous propose son propre regard et les images qu'il a élaboré dès son adolescence, à sa lecture. Les quelques libertés prises sont du même registre et s'intègrent parfaitement à l'histoire, notamment au niveau de l'humour absurde et subtil. Un écho au second film de Gondry ("La Science des Rêves") est palpable à travers certains effets ou accessoires comme les prises de vue sous-marine avec vidéoprojection en guise de fond d'incrustation, la personnification de la sonnette en araignée (dans "La Science des Rêves" c'était un rasoir électrique) ou la combinaison de vues réelles à des plans en stop-motion. La différence est dans l'énergie : alors que "La Science des Rêves" suit un rythme plutôt monotone et joue beaucoup sur l'intimiste, "L'Écume des Jours" est un véritable feu d'artifice plein d'expressivité. Cette adaptation improbable, pouvant déranger ou décevoir, restera quoi qu'il en soit à coup sûr une œuvre majeure de la carrière de Michel Gondry.

Vir G

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 24 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 25/04/2013

Si les premières minutes vous émerveillent en vous plaquant un sourire d'enfant au cirque, l'atmosphère s'alourdit petit à petit et l'émotion vous tenaille sans vous assaillir subitement, mais insidieusement et profondément jusqu'à vous laisser bouleversé, une longue minute d'un lourd silence avant que les spectateurs se lèvent après que les lumières furent allumées...Romain Duris excelle et Gondry a su ne faire aucune concession à but commercial à l'univers surréaliste qu'il retranscrit parfaitement, à sa manière. Il est clair que ce n'est pas un film grand public, il faut connaître et aimer l'univers surréaliste et avoir une sensibilité poétique pour aimer, mais si c'est le cas : vous allez ADORER.

brunetol

Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 170 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 24/04/2013

Un naufrage complet. On est triste de voir ce réalisateur brillant et innovant foirer à ce point une adaptation probablement impossible, en tout cas pas faite pour lui, contrairement aux apparences. A vouloir illustrer trop littéralement l'univers fantasque de Vian, Gondry rate complètement sa cible. Le film ressemble à une compilation de clips de Björk dont les plans auraient été mélangés par un monteur fou, et sans la musique de Björk... Si Tautou surnage dans cette noyade par sa fraicheur, le reste du casting pue le bankable utile. Omar Sy n'a rien à faire là, pas plus que Gad Elmaleh (ou même l'improbable Vincent Rottiers en curé voyou), tous livrés à eux-mêmes sans aucun espace pour déployer leur savoir-faire comique ou tragique. Le film brasse du vide jusqu'à la nausée, par une accumulation suffocante d'effets individuellement brillants, mais gratuits, justifiés par rien d'autre que le plaisir maniaque de leur concepteur à qui on a confié beaucoup trop d'argent. Rien ne marche, même l'ancrage temporel est incompréhensible, entre le Paris d'après-guerre, le trou des Halles contemporain et une esthétique à la "Brazil". Johann Sfar était parvenu à faire tenir debout son "Gainsbourg", on se dit qu'il aurait été mieux placé pour faire revivre Colin et Chloé. Saoulant, interminable, épuisant. Quel dommage...

titicaca120

Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 2 013 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 26/04/2013

quel ennui, quelle envie de quitter la salle,j'ai du me faire violence pour rester et assister malgré moi a ces deux heures de non film. rien a reprocher aux acteurs qui jouent bien mais cette réalisation m'a déçu.

Sucophane

Suivre son activité Lire ses 18 critiques

4,0Très bien
Publiée le 03/05/2013

Je ne me souvenais plus très bien du livre, que j’ai lu il y a très longtemps. C’est la bande annonce du film qui m’a décidée à aller voir le film, et je n’ai pas été déçue. Visuellement c’est un film plein de surprises, plein de choses insolites qui apparaissent à chaque plan. Cela réveille notre imaginaire agréablement : ben oui il y a peut-être une petite souris qui vit une vie parallèle à la nôtre, dans une réplique miniature de notre maison, et qui veille un peu sur nous. Les sens se mélangent : la nourriture est en tissu, le piano produit des cocktails, le désir se matérialise sous la forme de rayons dans les chevelures…Tout le film concourt à cela : les sensations, subjectives, transforment le réel constamment. Au début du film, quand Colin, le héros, l’amoureux de Chloé, est riche heureux, tout son environnement est lumineux et joyeux. Quand le malheur s’installe, avec la maladie de Chloé, la maison s’obscurcit et rétrécit, le cuisinier vieillit vraiment de 15 ans en 8 jours…La vision du monde extérieur est double : il y a les plaisirs simples des gens heureux (balades, patinoire), et le danger et la folie du monde (scènes de massacres, d’accidents), les deux coexistent constamment. Le film passe du très lumineux au très sombre au fur et à mesure, laissant l’impression que les hommes sont broyés par un système. L’aspect « bricolage » des effets spéciaux sert vraiment bien le film, il donne ce côté charmant et aussi du recul, de la distanciation, qui permettent la réflexion et stimulent l’imaginaire. Si la fin de l’histoire entre Colin et Chloé paraît plus absurde que triste, leur rencontre et leur bonheur des débuts est vraiment magique. Romain Duris apporte beaucoup d’énergie au personnage de Colin ; Romain-Colin est un homme-enfant : enthousiaste, anxieux, tout-puissant « j’exige de tomber amoureux ! », maladroit, généreux. Audrey Tautou – Chloé est plus mature, plus philosophe, elle est tendre et combative. Audrey Tautou apporte aussi de l’humour à son personnage. Leur couple donne envie de s’émerveiller et d’aimer…

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top