Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Mystery
note moyenne
3,0
259 notes dont 56 critiques
4% (2 critiques)
25% (14 critiques)
45% (25 critiques)
20% (11 critiques)
5% (3 critiques)
2% (1 critique)
Votre avis sur Mystery ?

56 critiques spectateurs

jl J.
jl J.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 01/04/2013
(Attention: spoilers Film maniéré et creux. La caméra "à l'épaule" est portée par un malade de parkinson, l'effet perd tout son sens possible et ne fait plus que gêner, voire agacer. Les personnages sont vides, leurs sentiments et motivations négligés, l'histoire avance par vignettes, comme une bande dessinée ou un storyboard, sans aucun souci pour le spectateur, qui doit lire les signes donnés, sans qu'on prenne la peine de le faire y croire. L'invraisemblable est de rigueur dans cette ville présentée comme immense qui fonctionne en fait comme un village de 50 habitants: Le policier en charge de l'affaire est l'ami de l'ex de la victime, un clochard retrouve sans peine où habite une femme qu'il n'a vue qu'une fois, la femme trompée sait à quel moment son mari va passer sous ses fenêtres avec une maîtresse, le garagiste n'a qu'à se pencher pour retrouver un indice, rien ne manque. L'absurde règne et le pénis est roi: la femme trompée le veut aussitôt pour se rassurer, et il servira à punir celle qui n'obéit pas... à se demander pourquoi une pelle est nécessaire pour tuer, à la fin, quand une telle arme était à disposition. Ne vous fiez pas au titre, aucun mystère dans cette affaire criminelle transparente, et aucune unité dans le film, mais une succession de scènes pour se faire plaisir: la pluie, le sang qui sort de la bouche au ralenti, le fantôme de la malheureuse, la ville tentaculaire... On répondra peut-être que justement, c'est ça le Mystère: toutes ces questions auxquelles on n'arrive pas à répondre... je dis: c'est un peu facile.
tof44
tof44

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 208 critiques

4,0
Publiée le 31/03/2013
Polar, drame, film de mœurs, film de société... "Mistery" joue habilement avec les genres sans jamais dérouter le spectateur. Il faut dire que si on suit sans déplaisir mais d'un œil plus ou moins attentif l'intrigue policière ou l'histoire d'adultère qui sont au cœur du film, c'est bien entendu la peinture en filigrane de la Chine d'aujourd'hui et des transformations qu'elle est en train de subir qui fascine et intéresse. Des transformations qui ont déjà eu lieu, comme notamment l'écart grandissant entre les (très) riches et les (très) pauvres. Cela dit, s'il critique allègrement et frontalement les nouvelles valeurs de la société chinoise moderne (en gros, le pognon et le sentiment d'immunité matérielle et même morale qu'il engendre), Lou Ye n'y va pas non plus de main morte avec les traditions confucianistes, notamment celles qui imposent le respect des aînés. A cet égard, les deux portraits de mères, douairières, qu'il brosse en arrière-plan (la mère qui encourage son fils dans sa double vie par son désir égoïste d'avoir un petit fils, la mère qui accepte la compensation financière enterrant ainsi l'enquête concernant la mort de sa fille) sont assez édifiants. Et puis, on sent que pour Lou Ye, d'autres transformations, plus profondes et qui n'ont pas forcément encore eu lieu, sont souhaitables. Dans le domaine de l'égalité des sexes, par exemple. Devant sa caméra et sous le prétexte de l'histoire de couple(s), les femmes, soumises, bafouées, utilisées, s'émancipent et prennent leurs responsabilités. A l'inverse, les hommes, sûrs d'eux en apparence mais couards en réalité, n'assument jamais leurs actes. Là encore, le comportement du mari volage, père modèle dans sa famille "riche" et tyran domestique dans sa famille "pauvre", est édifiant. Finalement, la fable de Lou Ye, bien que foncièrement chinoise, charnellement chinoise, n'en a pas moins un écho universel. "Selon que vous serez puissant ou misérable...".
Patrick Braganti
Patrick Braganti

Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 425 critiques

3,5
Publiée le 23/03/2013
Si la caméra en mouvement perpétuel est agaçante, ne servant qu'à souligner les afféteries de mise en scène, et la narration inutilement tarabiscotée rend compliquée la tâche du spectateur, on peut cependant aborder le film du cinéaste de retour en grâce dans son pays comme une métaphore, une parabole de l'état de celui-ci justement. Un pays où les inégalités se multiplient, où l'argent est devenu roi et autorise à tous les écarts, où la conscience parait s'arranger aisément et sans états d'âme quand quelque chose entrave le bon déroulement des choses. Le héros est double comme sa vie, violent et prévenant, réussissant dans sa vie professionnelle en incarnant l'avenir de la nation et assujetti cependant à sa femme qui détient l'argent. Du côté des autorités, et notamment de la police, ce n'est pas mieux : la corruption règne; La dernière demie-heure du film reste la plus palpitante parce qu'en effet elle éclaire enfin le spectateur, mais qu'elle laisse aussi entrevoir des aspects terrifiants de la société chinoise, dont on aurait aimé que le réalisateur s'y attachât plus tôt et plus profondément.
traversay1
traversay1

Suivre son activité 471 abonnés Lire ses 2 997 critiques

3,0
Publiée le 22/03/2013
Interdit de tournage pendant 5 ans (il a tout de même réalisé deux films durant ce laps de temps), Lou Ye est de retour en Chine avec Mystery qui ne peut, une fois de plus, que vexer la censure par sa vision sans aménité de l'évolution de la société chinoise. Ce thriller, accompagné de plusieurs intrigues sentimentales, est un constat brutal de l'état des relations amoureuses dans un pays néo-capitaliste, fondées sur le mensonge, la duplicité et l'amoralité. Lesquels, exacerbés, exhalent une sensualité nerveuse et une violence induite. Le scénario est volontairement complexe, tarabiscoté à l'extrême sans que rien ne le justifie vraiment si ce n'est le choix de manipuler le spectateur et de le perdre sciemment. La mise en scène est brillante, souvent ampoulée, finit par s'imposer en force. On est loin des premiers films du cinéaste, notamment Suzhou River, mais même en n'étant pas entièrement conquis par Mystery, il faut reconnaître à Lou Ye un remarquable sens de l'image et une volonté courageuse de ne pas voir sa liberté de filmer confisquée.
Sergio-Leone
Sergio-Leone

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 1 092 critiques

1,0
Publiée le 19/05/2013
Grosse daube qui a voulu imiter les grands films coréens de ces dernières années sans forcément en avoir compris les raisons. Mieux aurait-il valu continuer à faire du cinéma d'arts martiaux qui ne fait pas autant bailler que ce très mauvais film noir, peu crédible et tellement plat... Malheureusement je n'ai pas réussi à m'endormir.
StanKubri34
StanKubri34

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 334 critiques

4,0
Publiée le 10/05/2013
Après avoir connu la censure pour certains de ses films et une interdiction de tourner en Chine pendant 5 ans, Lou Ye, auteur de Suzhou River, Nuits d’ivresses printanières et dernièrement Love and Bruises, revient avec Mystery, un drame humain sous fond de thriller. Une belle surprise. Mistery est une œuvre brillante, complexe et noire mêlant plusieurs genres et qui affirme un talent certain de Lou Ye pour ce qui est de mettre en scène la complexité des sentiments humains. Le film, à travers une découverte douloureuse, fait preuve de compassion et d’humanité envers ses protagonistes sur des thèmes comme l’adultère, la passion, le désir & la vengeance. Avec un premier rôle pour Hao Lei, vibrante d’émotion. Il en ressort un drame passionnel prenant et un thriller sensuel haletant sous le décor urbain d’une Chine contemporaine industrialisée au possible, confrontant les différentes classes sociales entre elles. Mais c’est ici le drame qui prend le pas sur le thriller, Lou Ye préférant mettre en avant cette situation dramatique où se mettent plus facilement en avant les sentiments complexes, divers et variés, de la nature humaine plutôt qu’une simple trame de thriller qui aurait rendu l’œuvre moins passionnante et moins recherchée. Le réalisateur Chinois met beaucoup de style et d’effets dans sa mise en scène, alliant douceur et sensualité avec brutalité et violence. Le résultat est vibrant, d’une beauté visuelle surprenante et très séduisante et qui confirme tant bien que mal, un talent chez Lou Ye, qu’il faudra incontestablement encore suivre.
mimi94300
mimi94300

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 15 critiques

4,5
Publiée le 30/03/2013
C'est un tres bon film (c'est tellement rare), de ceux qu on est prêt à revoir, pourquoi pas,une seconde fois pour le faire découvrir à qq'un. Très esthétique tout d'abord, mais ce serait dommage de résumé ce film à sa belle forme, car c'est loin de n'être que ça. L'histoire se déroule gracieusement sous nos yeux. C'est une histoire d'amour, d'homme, de femmes, de classes sociales; le tout filmé avec un extrême raffinement.
cylon86
cylon86

Suivre son activité 446 abonnés Lire ses 4 389 critiques

3,0
Publiée le 23/03/2013
Censuré depuis ses débuts, Lou Ye revient en Chine et signe un film aussi envoûtant que déconcertant. Lu Jie, femme au foyer, découvre que son mari mène une double vie : non seulement il a une autre femme et un autre enfant mais en plus il entretient des relations extra-conjugales. Dès lors, sa vie bascule. Le scénario est très bien écrit et nous réserve quelques surprises un peu tordues même s'il aurait pu aller encore plus loin. Ce qui marque surtout c'est la façon dont la mise en scène (avec une caméra qui bouge beaucoup) s'accorde aux émotions de ses personnages, toujours troublés ou marqués par ce qu'ils vivent, que ce soit Lu Jie ou son mari dont les mensonges s'effacent petit à petit. Parfois un peu maladroite, cette mise en scène offre de très beaux plans que la photographie et la musique mettent en valeur. Et Hao Lei a tellement de charme et de talent en femme bafouée décidée à se battre malgré tout qu'on se laisse porter par l'histoire.
islander29
islander29

Suivre son activité 266 abonnés Lire ses 1 756 critiques

2,5
Publiée le 21/03/2013
Une mise en scène que je qualifirais d'un peu prétentieuse....La tenue de la caméra est parfois un peu sauvage et le scénario n'apporte pas asez de garantie au film.... Le film pêche par sa technique, même si on a le droit à deux beaux passages musicaux.... Pour le reste c'est l'histoire d'un homme dans une très grande ville chinoise, dont la femme asassine la maitresse......A t-elle volontairement donné la mort ? La réponse est dans le film, mais pour atteindre le dénoument, il y a des méandres pas forcément intéressants..... Le personnage masculin autour duquel gravite trois personnages féminins (le style du film est sommaire non seulement dans la caméra, mais aussi dans une sorte de concision nerveuse des scènes, comme si le film était pressé de passer à la scène suivante, dommage).... Film hésitant entre drame, film noir, film urbain, film de moeurs, aucun des aspects n'est approfondi, et l'on sort du film avec un manque, l'impression d'avoir vu un clip plus qu'une histoire sur la société chinoise....A vous de voir....
Marc  Panofsky
Marc Panofsky

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 244 critiques

4,0
Publiée le 20/03/2013
Superbe film! On y rentre petit à petit pour se retrouver brusquement dans un univers passionnel. Jusqu'où conduit la passion amoureuse ; sur fond d'une société en pleine mutation, bouleversée.
velocio
velocio

Suivre son activité 304 abonnés Lire ses 2 092 critiques

3,5
Publiée le 20/03/2013
Il y a 7 ans, "Une jeunesse chinoise" avait beaucoup déplu aux autorités chinoises et avait valu à Lou Ye, figure importante de la 6ème génération des réalisateurs chinois, une "suspension" de 5 ans; "Suspension" qui, notons le, ne l'empêcha pas de tourner 2 films ! le voici de retour dans son pays, avec un film qui ne devrait pas trop plaire, de nouveau, à ces fameuses autorités : ce thriller nous montre un pays où règnent en maître arrivisme et corruption. Le film tourne autour de l'histoire d'un homme d'une trentaine d'années, un homme de la tranche supérieure de la classe moyenne et qui vit ce que vivent, parait-il, de nombreux chinois matériellement à l'aise : une double vie, avec une femme officielle et une maîtresse, avec un enfant dans chaque foyer. Même si l'enquête policière est un peu faiblarde, le film a suffisamment de rebondissements pour nous intéresser, d'autant plus que Lou Ye a l'art pour brouiller les pistes et pour manipuler les spectateurs en ne lui faisant comprendre qu'a posteriori la plupart des éléments importants de l'intrigue.
Denis Z.
Denis Z.

Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 12 critiques

3,0
Publiée le 19/03/2013
Mystery marque le retour officiel de Lou Ye en Chine : un film noir qui essaye de parler en filigrane des tares de son pays. Habile dans son scénario et sa mise en scène, Mystery n’est pourtant pas exempt de reproches. Pour mémoire, le cinéaste chinois avait été frappé d’une interdiction de cinq ans de tournage après Une Jeunesse chinoise (2006). Mais il avait néanmoins réussi à tourner sous le manteau Nuit d’ivresse printanière, un film traitant d’un sujet tabou en Chine, l’homosexualité. Après Love and Bruises tourné en France, Lou Ye réalise donc Mystery avec l’aval, cette fois, des autorités chinoises. Et de là à imaginer que le ratage relatif du film vient d’emblée de cette contrainte…il n’y a qu’un pas : faire un film « inoffensif » sans perdre, pour autant, ce qui fait la personnalité de Lou Ye, c’est-à-dire un regard critique sur la société chinoise ; voilà qui n’est pas si simple. Le réalisateur choisit donc de faire un film noir : une femme découvre peu à peu la double vie de son mari et lorsque la maîtresse de celui-ci meurt écrasée dans un accident de la route, on est en droit de se demander s’il ne s’agit pas d’un meurtre et si tel est le cas, qui l’a tuée. N’est exposée ici qu’une partie des mystères exposés dans le film car Lou Ye dévoile, petit à petit, ce qui se cache derrière les apparences ; non sans une certaine habilité et même un sens du suspense d’ailleurs (un bon point que l’on peut attribuer au film). Le spectateur a le sentiment d’être plongé totalement dans un film noir, fait de mystères peu ragoûtants, de personnages troubles au deux visages et d’engrenage fatal. Une histoire un peu classique au final, voire convenue, mais le cadre est toutefois différent de ce que l’on a l’habitude de voir : la ville de Wuhan, montrée sous une pluie omniprésente et brouillant ainsi la vue de protagonistes, est loin de ressembler à une petite ville du Midwest ou même à New York. Le film est bien chinois et Lou Ye en profite pour évoquer en passant quelques tares actuelles de son pays : le pouvoir des Nouveaux riches, l’individualisme galopant, la corruption généralisée, y compris des forces des polices. Le cinéaste ne s’y attarde pas trop et ces sujets n’en restent qu’au niveau d’une toile de fond. Il est vrai que Mystery hésite souvent entre les deux, un film de genre et un film d’auteur, pour un résultat dès lors un peu bancal (pas assez tenu pour le premier, pas assez fouillé pour le second). De même la structure du récit hésite entre l’éclatement et la linéarité : devenant un Inaritu à moitié, Lou Ye veut perdre son spectateur mais pas trop. Ce parti-pris,un peu tiède, est lui aussi un peu batard. Côté mise en scène, Lou Ye tire les bénéfices de son expérience de Nuit d’ivresse printanière, adoptant, dans toutes les scènes intimes, une caméra légère qui vient se placer au plus près de ses personnages. Mais là aussi, il ne se contente pas de cette seule façon de faire. Pour la peine, cela sert le film : Lou Ye adapte sa mise en scène au contexte et aux situations de son film, proposant un travail plus sophistiqué. Citons quelques exemples. La scène d’amour illégitime est montrée de manière totalement impressionniste, par une série de sensations ; peut-être est-elle d’ailleurs le fruit de l’imagination de la femme trompée. La caméra opte pour de longs travellings, fluides et aériens, quand il s’agit, au sens propre; de prendre de la hauteur sur le déroulement du récit. La séquence de l’accident, en ouverture, n’épargne ni montage choc ni bande-son tonitruante, pour un résultat plus vrai que nature. Par la suite, cette même scène sera montrée côté « coulisse » révélant ainsi le secret central du film : la mort de cette maîtresse encombrante est montrée, dès lors, dans une emphase tragique digne du martyr de Sainte-Blandine. Pour Lou Ye, la culpabilité est collective.
Céline S.
Céline S.

Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 42 critiques

3,5
Publiée le 19/03/2013
Un film noir qui nous entraîne dans les rues de Wuhan, mégalopole chinoise représentative de la société actuelle. Ce thriller nous plonge au cœur des jeux de manipulations engendrés par l'amour, la haine, la trahison...mais en restant très réaliste et humain.
Ernest De Jupiter
Ernest De Jupiter

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 37 critiques

3,5
Publiée le 03/06/2012
Le film d’ouverture d’Un certain regard était aussi pour moi le premier film que je voyais au Festival de Cannes 2012. Un film chinois est déjà intéressant en soi car il est susceptible de nous livrer un portrait d’une société que l’on connait finalement assez mal. Rien de scabreux ici : il s’agit d’un polar. Une pluie battante, des voitures, une femmes déboule sur la chaussée et meurt heurtée par le véhicule. Le conducteur est arrêté mais la police ne croit pas à un accident. On découvre ensuite une femme, un mari, une petite fille…et progressivement se dessine une situation particulièrement complexe. L’intrigue est excellente et le scénario fonctionne très bien. Suspense et rebondissements, on y trouve tous les ingrédients d'un bon polar. Malgré l’accord officiel accordé au film par l’Etat chinois, j’y vois toutefois une critique de la politique de l’enfant unique, sans laquelle le drame n’aurait sans doute pas eu lieu. J’ai été également frappé par le mauvais temps, la grisaille omniprésents et les plans panoramiques sur une ville moderne d’une laideur repoussante. Petite chose amusante : l’Hymne à la Joie, hymne européen, comme musique d’un film chinois. Les miracles de la mondialisation…
Julien D
Julien D

Suivre son activité 342 abonnés Lire ses 3 455 critiques

2,0
Publiée le 21/03/2013
Pour son retour en Chine, Lou Ye s’attire de nouveau les foudres des censeurs locaux, et ce malgré l’absence de message politique ou subversif dans cette histoire floue d’adultère. Malgré sa qualité esthétique, mettant constamment en avant la beauté de la météo pluvieuse, qui appuie le lyrisme fataliste de son auteur, le film s’emmêle maladroitement entre ses récits policiers et mélodramatiques en n’étant ni palpitant ni émouvant. Le manque de rythme et la narration brouillonne du scénario empêchent effectivement au spectateur de s’impliquer dans ce récit.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top