Notez des films
Mon AlloCiné
    Birdman
    note moyenne
    3,9
    12666 notes dont 875 critiques
    répartition des 875 critiques par note
    141 critiques
    336 critiques
    165 critiques
    118 critiques
    73 critiques
    42 critiques
    Votre avis sur Birdman ?

    875 critiques spectateurs

    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 230 abonnés Lire ses 2 873 critiques

    4,5
    Publiée le 20 mai 2015
    Iñárritu est un réalisateur qui prend son temps pour nous présenter de belles œuvres. Avec Birdman il était certain de se retrouver face à quelque chose d’unique. Alors que le cinéma d’aujourd’hui se presse pour sortir au plus vite une œuvre avant tout le monde, l’équipe de Birdman a dût réfléchir et passer du temps à apprendre textes, gestuelles, plans et lumières. Filmé en longs plans séquences, la caméra ne s’arrête jamais. Les quelques fondus dans le noirs sont faits en toute discrétion. Par conséquent, nous nous retrouvons en direct au cœur de la vie de ce metteur en scène au don exceptionnel. Mais son don le rend il exceptionnel aux yeux des autres ? Non, il a déjà eu sa gloire, aujourd’hui le public a fait du zapping. Alejandro González Iñárritu raconte avec un goût amer la difficulté pour des stars bafouées de refaire surface et qui se résignent à devenir des célébrités qui font le buzz sur Youtube plutôt que d’affirmer leur vrai talent. Quelques réalisateurs ont déjà tentés de s’attaquer à ce sujet, Alejandro González Iñárritu le fait mieux que tous. Avec une dimension surréaliste, il montre l’éphémérité du succès en explorant la question de l’ego et des doutes. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2478 abonnés Lire ses 1 408 critiques

    2,5
    Publiée le 26 février 2015
    "Birdman" se résume-t-il à un travail technique et artistique par ce long plan-séquence encensé par tous, qui semble être le maître mot qui émane de ce film ? Car en effet, on en prend plein les yeux, ce qu'aucune coupure à fortiori, ne viendra par ailleurs perturber... Et ça marche, c'est beau et bien filmé, les éclairages sur les visages, la manière de les cadrer et de les situer, c'est du grand art véritablement ! J'ai franchement été bluffé et j'ai donc particulièrement aimé cet aspect accompagné d'une BO très percutante (!), presque trop à nous donner le tournis, au point de me sentir très vite manipulé ! Car une mise en scène aussi brillante suffit-elle en effet à signer un chef d'œuvre, d'autant plus que les acteurs ont l'air vraiment bons; ils sont bec et ongle, postillonnent et exultent, débitant leur texte férocement ! Ça impressionne et ça déménage grâce à Michael Keaton, Edward Norton, Emma Stone, Naomi Watts en grande forme. Donc, on entre de plein fouet dans l'histoire de cet acteur de super-héros Riggan Thompson, devenu "has been", dont l'idée de remonter noblement sur les planches et pas n'importe où, puisqu'il s'agit de Broadway, lui permettrait en quelque sorte de se réhabiliter aux yeux de la critique et d'un certain public... Une idée qui en tarabuste plus d'un, car mettre de côté le cinéma pour se donner au théâtre, est un rêve et une véritable et ultime consécration en soi pour ces acteurs en mal de reconnaissance et de... cachet aussi sans aucun doute ! On a donc droit à un ou des discours pseudo-philosophiques et critiques sur le pourquoi et le comment du jeu de l'Artiste, sur le rôle et l'objectivité du critique de théâtre, sur l'industrie du spectacle,... tout cela sur le mode musclé par des individus perturbés pour le moins, et dont les problèmes existentiels très présents, mais vite creux et inintéressants, nous submergent quelque peu, puis nous ennuient même complètement. Tout ce monde, d'un nombrilisme démesuré, finit par épuiser... L'égo de l'Artiste est bien connu et a tant de fois fait l'objet d'articles, d'interviews et de films. Par contre,'il y a bien plus grave par le message délivré, très méprisant pour le public des films dits populaires ou d'action ! Au nom de quoi d'ailleurs ? Seule finalement, l'envolée finale devient pertinente et juste, par la prise de conscience de cet acteur qui revient à ses premiers amours avec un pur bonheur dans les yeux ! Au bout du compte, cette histoire qui renvoie au fond et en filigrane à la carrière bien réelle de Michael Keaton lui-même, la réalité rattrapant la fiction, est juste une belle prouesse technique et esthétique soit, mais laisse un drôle de goût en bouche finalement par l'esprit général qui s'en dégage. Tout cet univers évoque au fond celui de Woody Allen qui n'est jamais très loin dans le genre, mais en nettement moins bon... "Babel" ou "21 grammes" du même Gonzáles Iñárritu, sont à mon avis, largement un cran au dessus de ce film dont le succès semble cependant tout tracé et inévitable ! Qui a-t-on vraiment récompensé finalement à travers cette (belle) production ?
    trineor
    trineor

    Suivre son activité 139 abonnés Lire ses 33 critiques

    4,0
    Publiée le 7 août 2015
    On peut être bien embarrassé en sortant d'un cinéma, lorsqu'on a détesté et qu'on se trouve néanmoins obligé d'admettre qu'il s'agit d'un vrai bon film. Voire plus. Que ce soit entendu : il serait insensé de qualifier de mauvais un film recelant tant de purs morceaux de cinéma, de scènes drôles et fortes, de dialogues mordants, intelligents, incroyablement interprétés et - comme toujours chez Iñarritu - mis en scène de façon si inspirée. Avec en plus ici cette ambition folle du tout plan-séquence qui, loin d'être une lubie ou un simple faire-valoir technique, suscite un réel sentiment d'immersion. Le désordre du théâtre, les apnées passagères dans la folie, l'étrangeté ou l'onirisme, les remontées soudaines à la réalité grinçante, l'importance accordée au détail, à la suggestion, à la réplique presque inaperçue, à la consistance de chaque personnage : tout fait remarquablement bloc, dans un souci de concision et de richesse admirable. De ceux qui méritent plusieurs visionnages avant d'en avoir épuisé le sens. Mais il n'empêche que Birdman déploie aussi, de façon assez exécrable, la mode d'après laquelle il est devenu tendance d'être rance et misanthrope. Dès l'entame du film, le ton est donné : spoiler: un mauvais acteur manque d'être tué par un projecteur dont la chute interrompt l'interprétation ratée, et cela est censé sonner comme une blague. Une méchante blague, mais dont il est attendu que l'on rie, d'un rire acerbe qui sera le seul rire ici autorisé. Près de deux heures l'on suivra donc la quête avide de reconnaissance d'un comédien ayant vingt ans auparavant interprété un super-héros, et qui, désirant désormais s'offrir une réputation d'artiste, ne s'épargnera aucun sarcasme. Rien ne lui importera que le regard de l'élite du théâtre new-yorkais : ni la solitude, ni le chagrin, spoiler: ni même la mort ne seront rien à ses yeux s'ils sont à verser au tribut de son succès, et l'un après l'autre ils seront sans pitié tournés en dérision. Tout du long, on espérera une éclaircie, un peu de tendresse enfin sur la vie de cet homme auquel son ex-compagne dit si bien qu'il confond l'amour avec l'admiration... Mais jusqu'au plan final, jusqu'à cette étrange libération qui aurait pu être d'un lyrisme troublant et beau, le film reste surtout empreint de la même, pesante ironie. Le plus désolant ici, ce n'est même pas ce ton âpre - pourtant étrange venant d'Iñarritu, dont le cinéma s'est toujours montré sincère et simple dans ses intentions. Ce n'est pas non plus le discours grossier tenu à l'égard des superproductions de divertissement. spoiler: (Quelle hallucinante scène, tout de même, que celle où Keaton, dialoguant avec Birdman, se remémore les "merdes" où "s’agglutinent des milliers de mouches", telles qu'il en tournait "en 1992", à l'époque où ne l'intéressaient que les dollars coulant à gros flots - le crachat incompréhensible, flagrant, à la face du pourtant sublime Batman Returns de Burton, donnerait presque l'envie de monter à l'écran baffer Keaton pour lui rappeler le sens du mot "gratitude".) Mais il serait bête après tout de s'arrêter à cela, car le film joue à l'évidence de cette grossièreté pour ajouter, de façon drôle il faut avouer, aux sentiments excédés de son personnage. Non, le plus désolant ici, c'est que Birdman - de loin le film le plus féroce de son auteur, donc - soit acclamé comme celui de sa consécration et noyé sous une pluie de prix et de nominations quand son dernier grand frère en date, le magnifique Biutiful, n'avait eu droit qu'à quelques jours d'exploitation et une royale indifférence. Le plus désolant donc, c'est que la réalité de l'accueil réservé à Birdman réitère ainsi le contenu même du film : un artiste cherchant à plaire, ne parvenant plus à retrouver la spontanéité d'un geste créatif libre, et son audience, ses critiques, assoiffés de traits percutants et de sarcasmes au point d'applaudir à tout rompre alors que l'artiste vient de mettre devant eux une balle dans la tête de ce que son cinéma avait gardé d'innocence.
    reymi586
    reymi586

    Suivre son activité 149 abonnés Lire ses 2 443 critiques

    2,0
    Publiée le 5 mars 2015
    J'ai beaucoup de mal à m'expliquer ce film car même si Innaritu nous en met pleins la vue d'un point de vue artistique, j'ai trouvé le film ennuyant au possible. Et au final je devenais malade de ces interminables longs plans séquences et de cette batterie insupportable. Cela n'enlève rien à la grande prestation de Michael Keaton mais aussi d'Edward Norton. Mais ça ne me suffit pas, même si l'idée général me plaisait, je n'ai pas du tout accroché.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 1 923 critiques

    4,5
    Publiée le 6 mai 2015
    Excellente comédie du réalisateur et scénariste Alejandro González Iñárritu. La mise en scène est prodigieuse et le jeu d'acteurs époustouflant. Leur crédibilité est telle, que vous n'êtes plus spectateurs d'un film, mais témoins de l'action dans les coulisses de ce théâtre. Le Scénario lui aussi est incroyable, réservant énormément de surprises, comportant des scènes surréalistes : séquence fantastique dans laquelle BirdMan le super Héros écoute sa conscience. Riggan Thomson monte, à Broadway, une pièce qui parle d'amour ; elle s'intitule "When we talk about love" ou "L'insupportable vertu de l'ignorance". Vraiment trop ringard pour son premier rôle, il débarque Ralph du projet. Pour le remplacer, il prend Mike, le répétiteur : un sacré numéro, un génie q spoiler: ui néanmoins sabote l'avant première pour une futilité. Ancien super-héros très connu, il garde l'espoir de renouer avec sa gloire perdue en faisant de cette pièce un succès. Cette tache est une véritable passion voire une obsession ; bien que soutenu par sa fille et son ex femme, les difficultés ne vont pas manquer et la critique l'attend au tournant. Les dialogues font mouche ; la Bof est fantastique et efficace, essentiellement rythmique à la batterie, soulignant l'action et terminant les scènes. Les rôles masculins sont fabuleusement interprétés : Michael Keaton dans le personnage de Riggan et Edward Norton dans celui de Mike. Le casting féminin n'est pas en reste avec d'excellentes comédiennes : Emma Stone, craquante et émouvante dans le rôle de Sam, la fille de Riggan. Lindsay Duncan joue Tabitha, la critique du NY Times et Naomi Watts le personnage de Lesley, l'héroïne de la pièce ... Film, à juste titre 4 fois Oscarisé, à voir absolument.
    UnitedArtists
    UnitedArtists

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 119 critiques

    5,0
    Publiée le 30 avril 2015
    Par ou commencer... Birdman était un film que j'attendais depuis bien longtemps, les teaser et trailer m'intriguaient énormément et le fait que celui ci ai remporté 4 oscars me donnais encore plus envie de le voir (Et pas n'importe quels oscars: meilleur film, scénario original, réalisateur et photographie). Hélas les cinémas autour de chez moi le programmaient pour très peu de temps, je n'ai donc pas pu le voir devant un grand écran et je le regrette énormément parce qu'il faut dire ce qu'y est, Birdman est un pu**** de chef d’œuvre ! Monsieur Alejandro G. Iñarittu (oui il mérite qu'on l'appelle Monsieur) nous a pondu une merveille de cinéma, une véritable leçon dans sa technique et son propos car oui ce Birdman est une œuvre extrêmement riche et complexe traitant de nombreuses thématiques assez incroyables, entre questions sur l’humanité, l’ego, la recherche de reconnaissance,l'amour, la société d’aujourd’hui, les médias, la célébrité et d'une manière générale le show business. Iñarittu nous livre la mise en scène de l'année avec un faux plan-séquence de près d'1h50 (sur les 2 heures de film) superbement maîtrisé. Techniquement le film est parfait, on ne peut rien lui reprocher, la caméra de son cinéaste est virtuose, la photographie est superbe et le tout est représenté dans un (quasi) huis clos admirablement mené de bout en bout. Mêlant fiction et réalité, Birdman ne s'emmêle jamais les pinceaux et arrive admirablement à nous dresser un tableau très satirique sur le monde du show business ainsi que son influence dans notre société. L'immersion est totale, nous avons l'impression de participer au film grâce à cette réalisation sublime d'Iñarittu que je vénère tant, nous sommes avec les personnages tous admirablement interprétés (Norton et Keaton en tête) avec leurs joies, peurs et tristesses. En 2h de film, le cinéaste mexicain nous a livré une véritable leçon de cinéma sur le fait qu'un ancien acteur de films de super héros souhaite retrouver la gloire. D'ailleurs le personnage de Riggan Thomson est presque un portrait de son acteur, Michael Keaton qui lui aussi avait connu la gloire avec les Batman de Burton mais qui au fil des années s'est fait un peut oublier. Avec Birdman, il renaît de ses cendres et de la plus belle des manières. Pas une seconde le spectateur s'ennuie tant le film est vivant, tant c'est dynamique de part la superbe caméra d'Iñarittu mais aussi de part l'écriture du scénario admirablement composé avec des dialogues succulents remplis d'humour lors de certaines séquences. Birdman est un film magistral, un véritable tour de force mené par un réalisateur mexicain qui a lui aussi réussi à faire sensation à Hollywood (l'année précédente, c'était Cuarón avec son superbe Gravity là aussi film composé de plan-séquences fabuleux qui lui vaudrons un oscar du meilleur réalisateur plus que mérité). Est-ce que j'ai autre chose à rajouter ? Je ne pense pas... Juste que vous vous devez de voir ce chef d’œuvre, véritable satire mordante sur le monde du show business admirablement mis en scène, avec des interprétations toutes superbes (Norton méritais aussi un oscar), une photographie sublime, un scénario bien mené de bout en bout alliant comédie noire et tension bref... C'est difficile à l'admettre mais je pense avoir vu le meilleur film de l'année en avril (même s'il est sorti en février). Birdman est une œuvre qui n'a pas peur de se montrer, à la fois émouvante et prétentieuse. Baroque et passionnante. Glaçante, brûlante, jamais tiède. Chef d’œuvre. 10/10
    Luzeamus
    Luzeamus

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 42 critiques

    1,5
    Publiée le 2 février 2015
    C'est spectaculaire ! Vraiment spectaculaire ! De voir à quel point la presse peut surenchérir et chercher à vendre un film aussi dépourvu d'intérêt. Alors traitons ça par nomination aux Oscars... "Meilleur montage sonore" et "Meilleur mixage". Parce que, vraiment, arriver à mener deux heures de film en utilisant presque exclusivement un seul instrument de musique et donner l'impression que cet instrument est composé de poubelles sur lesquelles on frappe avec des planches pourries, c'est à vous dégoûter de la batterie tant c'est parfois cacophonique et dérangeant. "Meilleure photographie"... C'est l'un des paradoxes du film. Des images parfois lumineuses, des prises de vues originales mais aussi des images fixes d'une longueur absurde, des prises de vue sombres ou dont le sens m'a parfois totalement échappé. On peut voir une forme de satyre des franchises Marvel dans certaines scènes, mais amenées tellement grossièrement qu'entendre un spectateur dire, d'un ton d'une prétention digne d'un critique d'art, à la sortie de la salle, "C'est tellement conceptuel !", que j'en aurais ri aux larmes si je n'avais pas été aussi blasé. Alejandro González Iñárritu explique que son film se veut une critique de l'égo. Ça, je ne l'ai pas appris en voyant le film, dans lequel le message semble très secondaire face au côté psychotique de Riggan Thomson (Michael Keaton), mais en lisant une interview du réalisateur... C'est dire si le film manque son propos. "Meilleur scénario". Faut-il vraiment que je m'arrête sur ce point ? Alternant entre la déprime d'une pièce de théâtre miteuse et mal-jouée et les fantasmes de super-héros du personnage principal, on a l'impression de vivre une version sinistre et laide de "La vie rêvée de Walter Mitty". Il faut mentionner également les ficelles psychologiques grossières utilisées pour donner l'illusion de profondeur dans la construction des personnages. Prenez un bouquin de psycho, balancez différentes affections allant de la déprime à la psychose et servez tiède. Pourquoi tiède ? Parce que quoi que vous mangiez, tiède, c'est toujours dégueulasse. Oscar le plus drôle de tous, la nomination d'Emma Stone comme "Meilleure actrice dans un second rôle". Vu son temps d'apparition, la qualité de son jeu et la crédibilité de son personnage, on est plus dans la figuration que dans le second rôle. Dès qu'elle quitte l'écran, elle quitte la tête du spectateur. Une prouesse facilement éclipsée par l'incompréhension de la voir nominée... Il semble que le vieux succès d'ABBA ait de beaux jours devant lui. On en dira autant d'Edward Norton, "Meilleur acteur dans un second rôle", dans un rôle caricatural, attendu et sans profondeur, indigne de l'acteur qu'il a été mais tout aussi indigne de lui valoir un prix. On ne cherchera pas à l'enterrer plus profondément, il s'est suffisamment débrouillé tout seul. "Meilleur acteur", voici peut-être enfin un point positif ! Le film est mauvais, le scénario est pire, et la musique, une véritable injure, mais le rôle reste complexe et la prestation de Michael Keaton est impressionnante ! Probablement le seul Oscar réellement mérité parmi les différentes nominations, un jeu tout en nuances, parfois un peu too much mais complexe et multidimensionnel. Lui et Zach Galifianakis sont les seuls à rendre cette "expérience visuelle" tolérable. "Meilleur réalisateur", "Meilleur film", je ne m'y attarde pas. Lorsqu'un film accumule tellement de défauts et si peu de points positifs, ça devient caricatural de même envisager de lui accorder de telles récompenses. A voir lorsque le DVD/Blu-ray sera vendu 3€ sur les marchés. En attendant, à fuir.
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 692 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    4,0
    Publiée le 25 février 2015
    Attention, Birdman n'est pas un film de super-héros. Birdman ou (la surprenante vertu de l'ignorance) apprend au spectateur, l'acteur Riggan Thomson, connu pour avoir incarné un célèbre super-héros, revient à Broadway dans l'espoir de retrouver sa gloire en montant une pièce de théâtre. Cela n'est pas gagné pour cet homme, et il est tiraillé par sa femme, sa fille ou son meilleur ami. On aime forcément cette histoire du « has been » à la gloire passée qui essai de revivre mais que son personnage par sa névrose le hante toujours. Le résultat est franchement plaisent ! Birdman a reçu 4 Oscars dont meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original ainsi que la meilleure photographie. Il a tout simplement triomphé pendant cette 87e cérémonie des Oscars. Le film d'Alejandro González Iñárritu traite du cinéma et du théâtre. Egalement, il est composé de plans-séquences pendant ses deux heures, qui rappelle une oeuvre de Hitchcock. Ensuite, la trame sonore est originale et omniprésente. Puis, vient les acteurs, un jeu légèrement différent à celui auquel on est habitué de les voir. Jouer un acteur qui joue, c'est aussi un autre niveau de difficulté puisqu'il s'agit d’être sur scène. La direction d'acteurs autant que la distribution est donc totalement à la hauteur de ce projet ambitieux. Michael Keaton, Edward Norton et Emma Stone apportent du dynamisme et beaucoup de charme à la production. Et, Zach Galifianakis est très étonnant, un personnage calme, posé et sérieux, déterminé. Le ton du film est, aussi intéressant. Le réalisateur mélange intelligemment les genres : comédie, drame... De l'humour noir très réjouissant ! Cependant, on trouve plusieurs clins d’œils comme dans le long-métrage spoiler: Black Swan, la scène où deux actrices s'embrassent. Celle-ci est inattendue. Un huit-clos vraiment top, on reste captivé jusqu'à la fin du dénouement, spoiler: qui nous laisse sans voix. Des dialogues magnifiquement bien écrits avec une mise en scène élégante. On peut dire que Birdman ou (la surprenante vertu de l'ignorance) est un film talentueux, bourrée d'intelligence et de maîtrise absolue. Alejandro González Iñárritu est désormais un réalisateur à suivre. A découvrir dans les salles les plus obscures...
    François G
    François G

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 10 critiques

    1,0
    Publiée le 27 février 2015
    Terrible déception que ce Birdman après des réalisations telles que 21 grammes et Babel ! Ce film schizonévrotique est d'un narcissisme masochiste incroyable où l'intelligentsia hollywoodienne certainement subjuguée s'est reconnue ! Bien ... Pour ma part, je me suis fait violence pour regarder la fin de ce film. Je mets 1 pour la souffrance plutôt bien interprétée par les acteurs. Bon courage aux futurs spectateurs. Un cinéphile averti en vaut deux !!!
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 260 abonnés Lire ses 688 critiques

    4,0
    Publiée le 24 mars 2015
    Il y a du génie dans ce film, mais aussi beaucoup d'excès, il y a de la maestria mais aussi un pêché d'orgueil, il y a de l'ordre, mais aussi beaucoup de désordre. Birdman c'est tout ça, et même plus encore. Multi-oscarisé, à raison même si pour moi il y a eu de meilleurs films, ce film a beaucoup d'atouts. Son plus bel atout c'est évidemment cette réalisation en faux plan-séquence. J'ai trouvé ça un peu gadget par moment, même si on y voit une mise en abime évidente avec le théâtre. C'est une merveille à regarder, c'est beaucoup d'effort, mais c'est aussi très étouffant. Un film comme Momie ou encore La Vie d'Adèle a su tirer tout le profit d'une réalisation un peu étouffante, en proposant des moments de répit. Ici il n'y en a pas, ou trop peu, ce qui m'a un peu dérangé. Son autre atout, et pour moi son plus important, c'est la mise en abime constante du film. Mise en abime avec son parallèle cinéma/théâtre (dans le propos du film et dans sa réalisation), mise en abime avec le cinéma d'auteur/blockbuster (à travers son personnage principal et le sujet du film) et enfin mise en abime avec les acteurs/personnages (le personnage de Keaton n'en est pas un, c'est Keaton lui même!). Ça c'est un vrai tour de force, ça en fait plus qu'un film en fait, et ce qui est fort c'est que le réalisateur arriver à faire passer ses idées juste par ces mises en abimes, pas besoin de dialogue pour expliquer ça. Mais cette profondeur gargantuesque au niveau du scénario a aussi un défaut: le film souffre d'un trop plein. Comme pour la réalisation qui étouffe, le scénario étouffe aussi: art, cinéma, théâtre, critique, métier d'acteur, paternité, amour, etc. Tout ça fait beaucoup. Chaque thème est intelligemment traité, je pense surtout au débat sur l'art, sur le théâtre, le cinéma de divertissement, ça fait du bien de voir un film et son réalisateur le dénoncer. Mais le souci c'est que l'on s'y perd vite, on a du mal à suivre la pensée du réalisateur, on s’égare, on aimerait plus de temps, ou moins de sujets au choix. Et c'est pour ça que je trouve que le film est à la fois génial et excessif, il en donne beaucoup au spectateur mais parfois trop. Du coup il en ressort un excellent film, mais pas assez excellent en fait, j'ai presque été déçu que tout cela soit aussi mélangé, et les critiques semblent l'avoir vu aussi. Mais attention ça reste excellent hein ! Tant au niveau de la réalisation, des acteurs, de l'écriture, de la profondeur, on a une oeuvre majeure !
    Guimzy
    Guimzy

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 464 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mars 2015
    Birdman, sous-titré “ou la surprenante vertu de l’ignorance”, est un ego trip monté comme une géante séquence de deux heures qui transcende les arts et les réalités, où se mélangent des séquences extraordinaires et un casting fantastique. Couronné de quatre Oscars, dont celui du Meilleur film et du Meilleur réalisateur, le cinquième long-métrage d’Alejandro González Iñárritu est un oiseau (particulièrement) rare. Grâce à ce système de plan séquence, on est à 100% dans le théâtre avec les personnages s'entraînant pour la pièce mais on est aussi avec eux quand il y a des disputes et autres moments carrément drôles et insolites. Birdman parvient à mêler drame et comédie de manière très juste grâce à une écriture très très propre quant à la volonté de Riggan Thomson à être de nouveau numéro 1. Son ego (symbolisé par une deuxième voix dans sa tête qui est celle de Birdman, les scènes où il apparaît sont justes dingues d'originalité), sa famille, ses amours, tout sera remis en cause pour lui. Et niveau comédie on est servi grâce à des scènes insolites et des tentatives de carrément briser le 4e mur avec les spectateurs. Bref, autant niveau réalisation et que écriture, Birdman est une réussite en tout point. Comment oublier les acteurs tous plus géniaux les uns que les autres. Michael Keaton n'aura jamais été aussi excellent, Edward Norton est à mourir de rire, Emma Stone est transcendante, Galifiniakis est génial, bref, tous crèvent l'écran. Birdman a clairement mérité ses oscars, incluant celui du meilleur réalisateur et celui du meilleur film. Un grand long-métrage qui ne disparaîtra pas de si tôt.
    vincenzobino
    vincenzobino

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 390 critiques

    5,0
    Publiée le 27 février 2015
    Chapeau bas, artistes, pour ce bijou offert et justement oscarisé. Attente pleinement récompensée. Dès le premier (et unique!!) plan, on est littéralement emportés dans ce théâtre, au milieu de cette troupe jouant pour sa survie en reprenant un classique dont on assiste aux ultimes répétitions et à la première avec son lot de rebondissements. D'habitude, on aime connaître l'aspect factuel et ainsi pouvoir se forger sa propre opinion. Mais Innaritu nous propose une séance de voyeurisme pure, proche mais plus forte encore que Black Swan selon moi, et nous envoie un gros coup de poing en plein visage : il n'est pas question de chercher à prendre parti pour tel ou tel protagoniste. Ici il s'agît de se questionner sur ce que nous sommes et ce que nous aurions souhaité réellement être dans nos vies. Et c'est ce que Rigan ressent au plus profond de lui, d'où cette schizophrénie marquante qui ne sera pas sans conséquences. Ce plan unique permettant à la caméra de se balader a-travers tout le théâtre et plus; le casting exceptionnel (Keaton méconnaissable et littéralement habité par son personnage et pour moi, ce n'est pas Rigan le personnage principal mais bien Michael; Naomi Watts prodigieuse revivant son personnage de King Kong; Emma Stone et Edward Norton brillants), un montage qui prend aux tripes et un final magnifique. Innaritu, au moment de son oscar reçu parlait des mexicains et de leur apport sur Hollywood. J'aurais tendance à dire que le Mexique est en train de prendre gentiment le dessus sur la cité californienne de par ses réalisateurs. A recommander vivement et en VO évidemment...
    LeFilCine
    LeFilCine

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 423 critiques

    4,0
    Publiée le 25 février 2015
    Birdman est un véritable tour de force visuel. C'est, en effet, un pur régal que d'observer la caméra se mouvoir, en continu, autour des personnages. Les plan-séquences s’enchaînent pendant la quasi intégralité du film. Le montage est donc par conséquent tout simplement divin, et ceci pour réussir à faire s'imbriquer parfaitement les différentes séquences narratives. Rien que pour çà : le plus long faux plan-séquence de l'histoire du cinéma, Birdman est unique ! Ni vraiment une comédie, ni vraiment un drame, le scénario est foisonnant d'idées et de thématiques. Le film se veut être une satire du monde artistique de manière global : l'ego des acteurs, le rôle des critiques et des producteurs. Il parlera donc surtout au milieu des artistes, de la culture et du journalisme, et pourra donc rebuter ceux qui se fichent pas mal des problèmes d'ego de toutes ces petites personnes. Birdman n'est pas une oeuvre évidente à appréhender, mais qui s'appréciera d'autant plus dès le deuxième visionnage. Michael Keaton, auquel le rôle-titre semblait prédestiné, est bon même si son personnage cabotine beaucoup et est fort peu attachant. Les seconds rôles sont eux souvent délicieux : Zach Galifianakis, Emma Stone et surtout Edward Norton sont excellents. Au final, le film d'Alejandro González Iñárritu est totalement inclassable, ce qui en fait un ovni particulièrement remarquable dans la production cinématographique actuelle. Il devient même un peu surréaliste sur la fin, ce qui le rendra à coup sûr difficilement oubliable.
    Raphaël O
    Raphaël O

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 1 567 critiques

    5,0
    Publiée le 29 février 2016
    Alejandro G. Inarritu signe une comédie dramatique brillant par l'originalité de son scénario, sa technique absolument parfaite, sa mise en scène extraordinaire et envoûtante, ainsi que par son exceptionnelle distribution. Quant à Michael Keaton, sa performance est éblouissante. Une œuvre magistrale.
    Léa H.
    Léa H.

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 225 critiques

    5,0
    Publiée le 13 avril 2015
    Aussi virtuose que bouleversant, "Birdman" condense le meilleur d'Innaritu : le souffle romanesque, l'audace narrative et l'intensité dramatique. S'y ajoutent un sens du décalage poétique et un humour qui mettent définitivement son cinéma sur orbite. Partant du particulier (les angoisses narcissiques d'un comédien), le film rejoint le général (l'altérité du monde et la réalité comme construction mentale, le désir d'amour qui nous habite tous et la difficile cohabitation entre l'image qu'on a de soi et celle que les autres nous renvoient). Mais le film est aussi une pure jubilation de cinéma, brillamment écrit et réalisé (l'impression de naviguer dans la tête des personnages est saisissante), porté par des acteurs tous remarquables (sans doute le meilleur rôle du génial Michael Keaton et la première grande performance d'Emma Stone). On sort de Birdman enthousiaste et grandit, transporté par une expérience cinématographique unique. Et on se réjouit de voir qu'un cinéma intelligent et frondeur est encore possible à Hollywood.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top