Mon Allociné
Les Chevaliers blancs
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,3 610 notes dont 108 critiques
12% 13 critiques 23% 25 critiques 39% 42 critiques 16% 17 critiques 8% 9 critiques 2% 2 critiques

108 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
benoitG80

Suivre son activité 930 abonnés Lire ses 1 010 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 23/01/2016

"Les Chevaliers Blancs", après un départ hésitant, a la capacité de bien présenter mais en partie son sujet, c'est à dire l'action réelle de "L'Arche de Zoé" et son retentissement à propos de ces enfants achetés en 2007 au Tchad, alors en plein conflit... En effet, le film sait poser ses billes, distiller le malaise et l'ambiguïté de la mission dont cette ONG s'est emparée ! Car Joachim Lafosse se poste en observateur et laisse cette communauté s'installer et prendre ces marques quant à leurs idées et leurs décisions... Vincent Lindon tout en étant convaincant en chef du groupe (mais pas toujours audible !), n'a peut-être pas tout à fait le charisme qu'avait le véritable organisateur de l'époque, gourou manipulateur, muré et aveugle dans ses intentions bien légitimes à ses yeux. Les autres acteurs assument pleinement leur rôle et un tas de petits riens nous permettent de ressentir toutes les incohérences et mensonges de ce "projet humanitaire", pour le moins très discutable et même effrayant au niveau de l'éthique ! D'ailleurs la scission du groupe avec toute la remise en question est très intéressante, ainsi que la suite révélatrice d'autres problèmes bien mis en avant... À mon avis, le film de Joachim Lafosse saute juste une étape primordiale et essentielle qui aurait permis une franche réussite, celle du travail en amont, des préparatifs et des autorisations données par les instances gouvernementales, et pourquoi pas la vision de quelques familles d'accueil avec ce qu'il leur avait été expliqué à l'origine. Ce qui n'a pas pu être réalisé sans doute par le souvenir douloureux et l'implication de l'état à l'époque, dont cette histoire prend garde de ne pas se revendiquer en tant que faits vécus ! Mais une simple suggestion en voix off, de rapides images, auraient permis de bien saisir la globalité et de permettre une compréhension de cette affaire et une fluidité totale quant aux premiers enjeux véritables ! On arrive donc déjà un peu tard dans le film, même si ce dernier ne démérite pas, en amenant brique par brique tous les éléments de cet édifice qui se fragilise de lui-même. Au bout du compte et malgré tout, on est complètement pris par le déroulement et cette imbrication des événements jusqu'à la fin que l'on connaît tous à fortiori, qui en fait un film un peu trop sage et incomplet mais assurément utile, en permettant et en invitant à une réflexion bienvenue. À voir !

benetus

Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 5 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 22/01/2016

Un film captivant et poignant qui donne à réfléchir sur les limites de l'ingérence humanitaire. Sans discours moralisateur, Joachim Lafosse laisse le spectateur prendre la mesure de ce fiasco annoncé qui aura des retentissements diplomatiques jusqu'en très haut lieu. L'enfer pavé de bonnes intentions... Vincent Lindon, magistral, est parfait dans ce rôle délicat tout en zones d'ombres, entouré des excellentes Louise Bourgoin et Valérie Donzelli.

washere

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 30 critiques

4,0Très bien • Publiée le 21/01/2016

Très bon film. C'est touchant à certains moments, révoltant à d'autres, passionnant tout le temps. Il y a une énorme tension tout au long du film, qui fait qu'on ne peut pas quitter l'écran des yeux une seule seconde. C'est superbement interprété, avec en tête un Vincent Lindon littéralement habité par son rôle, Louise Bourgoin et Reda Kateb sont eux aussi excellent.

traversay1

Suivre son activité 230 abonnés Lire ses 2 277 critiques

3,5Bien • Publiée le 21/01/2016

"Sonder les limites et les complexités de l'intervention humanitaire en Afrique." Vaste programme que Les chevaliers blancs explore à partir de la célèbre affaire de l'Arche de Zoé, en prenant quelques libertés et sans citer l'association mais en restant assez proche des événements tels qu'ils ont lieu au Tchad en 2007. On sait que Joachim Lafosse aime à se nourrir de "faits divers" (voir A perdre la raison) et à chercher la frontière entre le bien et le mal, mais il le fait en général dans des films plutôt intimistes. Ici, le cinéaste belge essaie aussi de passer par le film d'aventures et c'est nettement moins un domaine qu'il maîtrise. Le film est plus qu'intéressant par son aspect reportage mais son caractère choral ne lui permet pas d'être aussi pertinent qu'il le souhaiterait sur le plan psychologique. Vincent Lindon et Louise Bourgoin, qui ont davantage d'espace pour exprimer les motivations de leurs personnages sont mieux lotis que Reda Kateb et surtout Valérie Donzelli, un peu sacrifiés. Les chevaliers blancs reste malgré tout un film ambitieux et profond qui tient en partie ses promesses.

Loïck G.

Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 664 critiques

4,0Très bien • Publiée le 20/01/2016

Une aventure humanitaire qui tourne à la catastrophe. Ce film s’inspire du désastre que fut L’Arche de Zoé, une association française qui en 2007 devait rapatrier une centaine d’orphelins africains. Pour mener à bien leurs opérations, ils ont dissimulé plusieurs points de leurs interventions, promettant aux responsables locaux de donner un enseignement aux jeunes garçons et filles. Sans jamais imposer son point de vue, le réalisateur réunit semble-t-il toutes les pièces du dossier pour signer un grand film d’aventures, doublé d’une réflexion morale sur le bien et le mal qui s’affrontent ici à travers le dilemme des organisateurs. Vincent Lindon est une fois encore au sommet de son art, âpre, rigoureux, instinctif et sauvage, suivi par un casting tout aussi concordant. Valérie Donzelli, Louise Bourgoin, Reda Kateb, Philippe Rebbot… il faudrait tous les citer, ils sont tous à leur place… Pour en savoir plus http://www.lheuredelasortie.com/les-chevaliers-blancs-de-joachim-lafosse-critique-cinema/

Africultures

Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 111 critiques

4,0Très bien • Publiée le 10/02/2016

(...) Jacques (Vincent Lindon) est un avocat du droit d'ingérence. Les autorités locales sont toujours mises de côté : c'est Jacques qui fait la loi, pour faire le bien des gens malgré eux, accompagné par son groupe qui chante en cœur le "Ce n'est rien" de Julien Clerc dans la chaleur du soir. Eh bien non, ce n'est par rien de croire qu'on peut disposer des gens et des enfants comme on l'entend, ce n'est pas rien d'arrêter de penser pour que tout se déroule comme ce fut prévu au fond de son Landernau de départ. Pour ceux qui en douteraient encore, ce film est un bon antidote. http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=13452

Philippe G.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 54 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 26/01/2016

Le film s'arrête et on a envie que cela continue même si on connaît la suite : c'est que cela doit être réussi . Sur le fond , c'est navrant mais le traitement est sans condescendance vis à vis des humanitaires , peut être avec quelques concessions car Vincent Lindon donne une épaisseur a un patron sans doute moins épais ! Le convoi qui démarre avec en tête le pick up et son échelle en bois illustre l'amateurisme de cette équipe et leur naïveté . Le Ressenti par les populations de leur mode de sélection ( injuste ) , l'illégalité et l'absurdité de leur projet base sur un mensonge est bien montré . Cela leur vaut cette dénonciation et leur arrestation . CQFD

titicaca120

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 575 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 25/01/2016

un film en plein désert tchadien où la vie ne doit pas être facile tous les jours. de belles interprétations malgré quelques longueurs. et une fin sans explication ça c'est vraiment dommage il a fallu que je consulte pour savoir l'après arrestation.

Yves G.

Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 728 critiques

3,5Bien • Publiée le 22/01/2016

Le fait divers avait défrayé la chronique à l’automne 2007 : une association humanitaire française avait tenté de faire sortir du Tchad 103 enfants présentés comme orphelins du Darfour. Joachim Lafosse, un réalisateur belge dont le précédent film « A perdre la raison », lui aussi inspiré d’une histoire vraie, m’avait bouleversé, a très fidèlement adapté cette histoire. Seule distance prise avec la réalité : ses principaux protagonistes ont été rebaptisés et les lieux de l’action ne sont pas nommés – précaution bien dérisoire qui ne tiendrait pas longtemps devant un tribunal. La grande réussite de son film est de décrire la lente perversion des meilleures intentions. Car, les intentions du charismatique directeur de l’Arche de Noé, impeccablement interprété par Vincent Lindon, sont pures : sauver des orphelins de l’enfer du Darfour. Forts de l’expérience qu’il a acquise après le tsunami en Asie du sud-est, il convainc plusieurs dizaines de familles du Sud-Ouest de la France de se porter volontaires à les accueillir. Les choses se compliquent quand les orphelins attendus ne répondent pas à l’appel. Les humanitaires espéraient sauver le monde ; mais le monde n’a pas besoin d’être sauvé. Ayant reçu de l’argent pour fournir des orphelins, les chefs de villages fournissent aux humanitaires ce qu’ils ont sous la main : des enfants dont les parents acceptent de se séparer, soit qu’ils aient reçu de l’argent pour ce faire, soit qu’ils espèrent ainsi leur assurer une vie meilleure. C’est ainsi que, coincés entre les familles adoptantes qui les attendent en France, des chefs de village qui ne leur amènent pas les orphelins escomptés et des autorités tchadiennes auxquelles elle ne parvient pas longtemps à cacher ses plans d’exfiltration, l’équipe de l’Arche de Noé s’est retrouvé dans un dilemme sans issue. Cette lente perversion est remarquablement incarnée par un personnage secondaire : celui de la journaliste interprétée par Valérie Donzelli. Son rôle était de filmer la mission pour offrir aux familles adoptantes un témoignage. Elle se positionne au départ en dehors du groupe – dont elle filme, sans mot dire, les premiers déchirements. Mais peu à peu, attendrie par la détresse des enfants recueillis, elle prend fait et cause pour la mission, au point de perdre sa lucidité. L’autre réussite des « Chevaliers blancs » est de filmer l’humanitaire. Il est surprenant que ce monde, hautement dramaturgique, ait aussi peu inspiré le cinéma. On voit parfois quelques silhouettes, en arrière plan d’un film catastrophe. Un drame humanitaire est parfois filmé à travers leurs yeux. Mais, aucun film n’a à ma connaissance, filmé l’humanitaire en train de se faire – alors que les romans et les essais sur ce thème font légion (tels que « Asmara » de Jean-christophe Rufin ou « Frontières de Sylvie Brunel). Or, l’action humanitaire renferme de riches ressorts dramatiques. Ce que Joachim Lafosse réussit très bien à filmer ne va pas de soi : c’est, quand l’équipe privée d’accès au terrain ne parvient pas à accueillir d’enfants, le temps mort de l’attente, du désoeuvrement, de l’oisiveté où la frontière entre le travail et les vacances se perd.

WutheringHeights

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 646 critiques

4,5Excellent • Publiée le 20/01/2016

Vincent Lindon est impérial dans ce rôle assez ambigu. Le film s'interroge avec intelligence sur cette affaire inspirée de fais réels. LA SUITE : http://www.hugobrown.net/2016/01/les-chevaliers-blancs-un-film-de-joachim-lafosse.html

Les meilleurs films de tous les temps