Mon AlloCiné
Les Fantômes d’Ismaël
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
2,1
1064 notes dont 174 critiques
11% (19 critiques)
11% (19 critiques)
10% (18 critiques)
23% (40 critiques)
27% (47 critiques)
18% (31 critiques)

174 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 1415 abonnés Lire ses 1 134 critiques

2,5Moyen
Publiée le 21/05/2017

"Les Fantômes d'Ismaël" ne seront pas les miens, ni pour moi un grand cru d'Arnaud Desplechin ! Difficile d'imaginer que celui qui a réalisé le magnifique "Un Conte de Noël" ait pu se fourvoyer dans cette histoire qui semblait pourtant passionnante, mais qui se perd dans un délayage impressionnant ! À vouloir styliser sa mise en scène à outrance, le cinéaste se focalise sur ces trois comédiens en privilégiant des échanges, des dialogues tour à tour intéressants, puis tout à coup insensés et totalement artificiels ! Toute la problématique du retour d'une personne disparue et ses conséquences sur son entourage, n'est pas du tout traitée de manière psychologique profonde, mais fait l'objet de réactions emportées et curieuses, de propos incohérents et disproportionnés, comme si l'essentiel était de donner vie à ces trois personnages en les laissant apparaître à l'écran par tous les bouts et de manière désordonnée ou brouillonne, sans construire de véritable histoire ou cheminement, sans créer d'empathie et donc d'émotion envers et à travers eux... Jamais on ne sent troublé, ou touché, perturbé ou interpellé par ce retour du passé. Ce qui aurait dû être un traumatisme, un séisme, devient un déclenchement de réactions anarchiques, où l'on passé de la douceur à l'hystérie sans prévenir et vice-versa ! Le jeu des trois acteurs est bien trop souvent forcé et donc faussé, et les situations dans lesquelles ces derniers se trouvent, en deviennent improbables, infondées et donc complètement gratuites à nos yeux. Et l'idée de mêler sans pertinence, le film d'Ismaël dans sa propre histoire n'apporte rien de plus et rendrait même en définitive l'ensemble encore plus décousu et fragile. Très peu d'analyse au fond pour un sujet, où chaque mot, chaque pensée, chaque attitude aurait dû être étudiée et pesée avec soin, où l'écriture avait ici tout son sens afin de ressortir bouleversé... L'idée de départ avait cependant tout pour donner un excellent film d'autant plus qu'avec la patte d'Arnaud Desplechin, on s'attendait à un coup de maître, mais il manque ici une cohérence et une force essentielle, qui aurait donné tout l'impact attendu à cette réapparition. Vraiment dommage !

L'AlsacienMarseillais

Suivre son activité 271 abonnés Lire ses 953 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 20/05/2017

"Les fantômes d'Ismaël" nous perd dans les méandres d'une narration confuse, aux dialogues et aux réactions ambiguës décrédibilisant considérablement le jeu de ses grands acteurs. Plusieurs histoires se confondent pour ne former qu'une : le tout début est incompréhensible sous ses airs de film policier puis s'ensuit le cœur de l'intrigue, à savoir le retour d'un amour disparu depuis vingt ans mettant en scène un Mathieu Amalric en réalisateur angoissé, une Charlotte Gainsbourg plutôt simple et naturelle (pour une fois !) et une Marion Cotillard qui semble ne pas savoir ce qu'elle joue... Le parallèle mené par Louis Garrel n'a ni queue ni tête avec l'intrigue principale ; je me suis posé la question tout le long "est-ce Amalric plus jeune, ses mimiques étant similaires ? Est-ce le personnage principal de son film qu'il tourne en même temps ? Rien n'y fait, le lien n'est pas évident et ses scènes nous perturbent plus qu'autre chose) et ne parlons pas des autres scènes avec des bureaucrates parlant autour d'une table de je ne sais qui, mais qui se trouvent être des acteurs en tournage... Vous l'aurez saisi, le langage d'Arnaud Desplechin rappelle l'incohérence d'Inception mais sous une telle tutelle réaliste, cela ne fonctionne pas... L'homogénéité est absente dans ce film d'auteur qui racole ensemble une panoplie de clichés allant du texte dit comme un film à l'eau-de-rose, des adresses directes face caméras, des réactions fausses et incohérentes rappelant fortement l'absurde des Inconnus dans leur sketch parodiant les Césars et surtout des effets de caméra totalement désuets et poussiéreux... C'est si obsolète qu'on ignore si il faut prendre ces effets visuels au premier degré... Charlotte Gainsbourg, selon moi, s'en sort plutôt bien car elle reste simple et ne joue pas de son côté "spé" dont elle fait si souvent l'usage. Louis Garrel, même si je n'ai pas compris son rôle, dégage une énergie singulière et solaire agréable. Mathieu Amalric et Marion Cotillard s'embourbent dans une relation grandiloquente où l'on ne voit rien d'autre qu'un égoïsme borné des deux côtés, sans subtilités. Pourtant, Dieu sait que j'adore cette dernière mais là, c'est difficile de la défendre. Ce film résonne en moi comme un gros trucage : faux du début à la fin, sans vraies émotions, sans vraies relations. On n'y croit tout simplement pas...

pierre72

Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 363 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 18/05/2017

Le film débute par un repas de diplomates, se poursuit par une pénible scène dans un intérieur parisien où un vieux monsieur fait un cauchemar, puis s'aère à Noirmoutier, où Amalric et Gainsbourg passent des vacances pépères jusqu'à l'arrivée de Cotillard de retour après 20 ans d'absence et venue ingénument récupérer son mari. Dès le premier quart d'heure les dialogues les plus improbables entendus depuis des lustres mettent à mal une histoire déjà foutraque, posant le film sur des rails dont le spectateur ne perçoit que le grincement des aiguillages. La suite ? C'est un festival de scènes qui partent souvent en live, maniérées ou passablement confuses. D'une ambiance prétendument romantique en un quart de seconde on passe à l'hystérie puis parfois à un soi-disant burlesque qui sied au réalisateur comme un chapeau mexicain sur la tête d'Edouard Balladur ( Je sais, c'est sa marque de fabrique, mais je ne m'y fait pas...) Les comédiennes essaient de prendre un air concerné en débitant leur texte ampoulé et naze. Charlotte Gainsbourg ferraille dur avec une caméra qui la filme mochement et dont le regard semble se demander ce qu'elle fait là. Marion Cotillard arrive à illuminer un peu son personnage même si l'on ne croit pas un instant qu'elle comprenne réellement ce qu'elle dit. Hippolyte Girardot hérite d'un rôle de producteur paré de tous les clichés possibles et surjoue un personnage digne d'un film de Philippe Clair ( mais le film s'ingénie aussi à citer Hitchcock, Bergman, Truffaut, Van Eyck, Pollock, bien plus chics). Seul Louis Garrel semble s'amuser, ayant sans doute compris que dans ce galimatias de situations ineptes, prendre la tangente de la dérision était la seule façon possible de s'en sortir honorablement. De mise en abyme en dédales psychanalytiques, le film avance péniblement, se fichant complètement de toute cohérence scénaristique, psychologique, voire filmique ( faux raccord d' Allociné va se régaler). Patchwork cinématographique très improbable, "Les fantômes d'Ismaël" possède tous les éléments d'un cinéma narcissique et possiblement masturbatoire, qui plaira à quelques initiés mais dont la vanité auteuriste fera fuir impitoyablement les spectateurs venus pour l

Christophe P.

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 8 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 18/05/2017

Un film prétentieux et très ennuyeux. Un fourre tout incompréhensible pour intellos le réalisateur Arnaud Desplechin m'a juste permis de me tenir à l'abri de la pluie pendant deux heures ?????????? Finalement il aurait mieux valu que j'achète un parapluie

closer444

Suivre son activité 301 abonnés Lire ses 643 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 18/05/2017

Deux heures de nombrilisme cinématographique le plus intense sont au rendez-vous du nouveau film d’Arnaud Despleschin. Deux heures de purge sans réellement de sens si ce n’est celui détenu par l’esprit du metteur en scène ou par des critiques parisiennes bienveillantes et prétentieuses faisant fi d’avoir saisi le salmigondis prétentieux du cinéaste. Deux heures d’ennui soporifique où il ne se passe rien d’intéressant et où tout sonne terriblement faux. Et le pire c’est que ce film (ou plutôt cet essai, tant il se rangerait davantage dans cette catégorie), a les honneurs de faire l’ouverture du Festival de Cannes cette année. En espérant que la sélection ne soit pas au diapason. On se demande quelle mouche a piqué Thierry Frémeaux de ne pas choisir un blockbuster intelligent ou un Woody Allen comme à l’accoutumée! Pauvres festivaliers ! On sait que les films de Despleschin ne sont pas forcément faciles d’accès. Il a un univers bien particulier et on ne peut reprocher à son œuvre une certaine cohérence, remettant sans cesse en images les mêmes personnages, les mêmes obsessions, souvent à caractère autobiographique où réalité et fantasmes se mêlent. On avait apprécié son précédent film « Trois souvenirs de ma jeunesse », charmante cartographie de son adolescence à Roubaix tout comme « Un Conte de Noël » et son règlement de comptes en famille. C’est du cinéma d’auteur pur et dur, par lequel il faut se laisser happer au risque d’en être exclu. Mais c’est souvent bien écrit et pétri de qualités narratives indéniables tout comme de réflexions intéressantes. Mais là non ! « Les fantômes d’Ismaël » est un repoussoir, une caricature de cinéma d’auteur, voire une caricature de son cinéma à lui que Desplechin nous afflige à la figure. Partant du point de départ du retour d’un amour de jeunesse, le réalisateur nous tisse un scénario sans queue ni tête, où il nous balance ses préoccupations ou ses illuminations dans le chaos le plus total. Un magma de clichés auteuristes vain et vaniteux qui, sous couvert d’art, insulte le spectateur en lui donnant l’impression qu’il est bête. Pire, comme conscient de l’inanité de son scénario, Desplechin le rend même bicéphale en y incluant une mise en abyme avec le personnage clé de son œuvre, Dédalus. Si ce n’est le flegme de Louis Garrel, il n’y a rien à retirer des séquences inutiles. Fourre-tout, son film est une insulte permanente au cinéma. Certes, il sait filmer mais voir des acteurs de haut niveau jouer comme des pieds et débiter des dialogues trop écrits dans des situations insensées annihile tout reste de volonté qu’il pouvait nous rester. On décroche totalement de ce pensum abscons qui n’a de bien que son emballage. Le cinéma, si exigeant soit-il, c’est faire plaisir à son spectateur. Là on est en face du néant et d’un des pires films vu de mémoire récente!

Mathilde C.

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 10 critiques

2,5Moyen
Publiée le 17/05/2017

Film assez décousu, histoires s'imbriquant les une dans les autres sans trop de compréhension... les acteurs sont plutôt intéressants, même si certains dialogues les desservent car trop "faux" à mon goût

jeff21

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 170 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 18/05/2017

Film particulièrement brouillon et ennuyeux qui ne m'a pas séduit en dépit des superbes exercices de style des acteurs. Malgré tout cette fresque se veut intellectuelle en évoquant les malaises de l'existence, de l'absence, du mal de vivre et mélange beaucoup de choses pour un ensemble peu attrayant.

Elisabeth G.

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 414 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 17/05/2017

Un drame (enfin je crois) ennuyeux, complexe, empêtré dans son scénario fourre-tout qui veut traiter trop de sujets. Dommage parce que les acteurs sont bons. une critique plus détaillée et d'autres sur le-blog-d-elisabeth-g.blogspot.fr

achille751

Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 18/05/2017

Nul. J’ai commencé par me demander si je ne m’étais pas trompée de salle tant le film met du temps à démarrer et à mettre en lumière les acteurs principaux. Puis le film a sombré et moi avec. Desplechin a tellement peu de matière à mettre dans son film qu’il invente un film dans le film pour faire passer le temps. (oui, je sais, les pseudo intello-bobos me diront que c’est une mise en abyme des angoisses du héros mais trop c’est trop). Les acteurs principaux ne sont pas mauvais même si Cotillard et Gainsbourg sont encore une fois dans le même genre de rôle. Mais c’est creux, insipide, musicalement insupportable… Ceux qui ont mis 5 étoiles sont sans aucun doute les mêmes qui vous donnent des leçons sur ce qu’est un grand livre de littérature ou un grand film d’auteur, vous écrasant de toute leur vanité d’être capable d’apprécier d'autres genre de films, des films simples, beaux, émouvants, transportants… Tout ce que n’est pas « Les fantômes d’Ismael ».

tupper

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 485 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 20/05/2017

J'ai trouvé ce film très prétentieux. Comme si son objectif était de bien signifier que ce n'est pas un film accessible, qu'il est réservé à une élite dont le spectateur "moyen" n'est pas digne. Un bachotage pour le festival. Le jeu et le talent des acteurs n'est pas remis en cause mais il est au service de rien. Le propos de départ est pourtant intéressant mais traité avec tellement de complication artificielle et de nombrilisme qu'il n'est pas venu jusqu'à moi. Comme pour la performance des acteurs, la réalisation éclaire le film de quelques instants géniaux sans qu'il en tire globalement partie. En espérant que le reste de la sélection du festival de Cannes sera plus généreuse.

Pauline_R

Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 383 critiques

3,5Bien
Publiée le 25/05/2017

Un film assez étrange, qui est loin d'être le meilleur Desplechin, dont on ressort émerveillé par la qualité d'écriture mais déçu tant le scénario s'avère alambiqué. Le film est fait de hauts et de bas, avec notamment vingt premières minutes de haute volée, puis il s'essouffle un peu, alternant longueurs et scènes brillantes, et parfois drôles. Les spectateurs peuvent être rapidement déroutés (même si cela ne nuit en rien en la compréhension du film, ou tout du moins à son intérêt), Desplechin se faisant un malin plaisir à empiler les histoires, à faire un film dans le film, à multiplier les flash-back...bref, c'est brillant mais assez déroutant.

Gfa C.

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 248 critiques

3,5Bien
Publiée le 29/05/2017

Vu et avis le 20170529 Je suis assez partagé entre ce que j ai apprécié et ce qui m a déplu. Au final pas mal mais trop confus et prétentieux. Graphiquement, le film propose beaucoup de choses intrigantes qui méritent le coup d œil : les incrustations de visage qui traversent l écran au début, une caméra posée avec un angle très improbable pour souligner l ivresse d ismael dans le train, la vue derrière la vitre du metro qui est remplacé par les délires d ismael. En revanche le film devient confus à vouloir mélanger plusieurs histoires : celle d ismael avec ses femmes, celle du film qu il fait, et chaque histoire n est même pas linéaire et est raconté à 5 époques peut être. On comprend bien ce qui relève de quelle histoire et quelle époque, mais le découpage est fatiguant : trop ostensible - regardez comme mon film est monté. L histoire est intrigante et tout à fait porteuse : une femme disparaît pendant 20 ans et resurgi. J ai trouvé cela très intéressant, mais trop lourd avec le montage. En plus, il y a eu des essais de dynamisme avec caméra à l épaule inutilement instable ( la coursive circulaire d un phare où je ne sais plus quoi, on suit une femme cachée par l arrondi du virage que l on revoit en se rapprochant et disparaît à nouveau avec l arrondi - la caméra à des mouvements droite gauche alors que plus rien ne bouge sauf la caméra). Beaucoup de caméra subjective pour montrer le désarroi d ismael, son ivresse, sa démence.

LOUIJEA

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 126 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 20/05/2017

une très belle brochette d, acteurs et actrices heureusement car le film très vite devient confus et les spectateurs ne s'y retrouvent pas décevant

isa.kupiec

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 100 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/07/2017

Un film agaçant parce que très cinéma français dans sa facture, son bavardage... mais la situation est très intéressante et les réactions des uns et des autres sont intelligemment amenées. Le film est brillant et les acteurs excellents. Reste cet aspect de film nombriliste qui va en agacer beaucoup !

Dérangeant Cinéphile

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 182 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/07/2017

La beauté picturale des plans, l'émotion qui sublime le jeu habituellement fade de Marion Cotillard, le naturel de Léa Seydoux, la douceur aigre de Mathieu Amalric: le tout est brouillé d'un amalgame d'émotions intenses. Le malaise qui nous saisit dès les premières séquences ne nous lâche pas, jusqu'à la fin, jusqu'aux larmes et ce vide intense qui se comble du film lui-même, grand chef d'oeuvre puissant.

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top