Mon AlloCiné
1:54
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
4,0
577 notes dont 80 critiques
16% (13 critiques)
38% (30 critiques)
31% (25 critiques)
9% (7 critiques)
5% (4 critiques)
1% (1 critique)

80 critiques spectateurs

tony-76

Suivre son activité 505 abonnés Lire ses 1 174 critiques

3,5Bien
Publiée le 14/03/2017

Premier long-métrage canadien pour Yan England, 1:54 dresse un portrait réaliste - celui de la vie des adolescents - de manière efficace tout en ayant cette ambiance pesante qui règne au sein du film. Derrière la vie de ces jeunes, il existe bien des limites à savoir Spoiler: le harcèlement à l'école. Une thématique grave et actuelle... On peut dire que le jeune réalisateur ne prend pas de gants propres pour diffuser son message à son auditoire : Spoiler: suicide, violence physique et verbale, problème d'identité sexuelle, vengeance... Mais, les choses se mettent en place rapidement et le drame devient riche en émotion. Le film touche le cœur ! Une réalisation honnête dans l'ensemble et les scènes de course à pied sont menées avec efficacité, comme les dernières séquences tout en intensité. C'est tout d'abord grâce à l'acteur Antoine Olivier Pilon qui nous a prouvé dans Mommy ses talents de comédien. Il livre ici une performance remarquable en nous présentant un adolescent fragile, décidé à changer son destin. Lou-Pascal Tremblay impressionne également dans le rôle Spoiler: du perturbateur. Un sans cœur, inconscient du danger et vraiment détestable. Sophie Nélisse est convaincante et attachante. Néanmoins, il est regrettable que sa finale ne bénéficie pas de la même tension qui s'avère trop précipitée et qui donne un sacré coup-de-poing ! Au final, 1:54 est un résultat prometteur pour la carrière du réalisateur Yan England en nous livrant ce message désagréable et prenant. Une claque émotionnelle !

Quentin E. V.

Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 795 critiques

3,5Bien
Publiée le 04/04/2017

J'ai eu du mal à comprendre les intentions d'1:54. Lors de la première demi-heure, nous avons une histoire d'amour interdite ainsi que des intimidations. S'ensuit, que des intimidations en boucle et très répétitive. Puis soudain, on entre dans une compétition d'athlétisme, comme si tous les maux allaient s'arrêter en battant un record sur piste... Intéressant. L'ensemble reste bon, la fin aussi, elle est ce qu'elle est. J'aurais voulu que le sujet soit mieux cerné et mieux traité. Dommage !

Philippe E.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 16/03/2017

Déchirant ... très dérangeant juste magnifique et troublant .... à ne pas rater .... cet acteur est exceptionnel

traversay1

Suivre son activité 333 abonnés Lire ses 2 568 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 14/03/2017

1:54 permet en premier lieu de revoir Antoine Olivier Pilon, le héros de Mommy. Son interprétation, dans ce premier film québecois, à l'instar de l'ensemble de ses camarades, est relativement moyenne mais il est vrai que son rôle d'adolescent tourmenté ne lui permet guère d'offrir que peu de variations de jeu. Le film prend pour thème ce que nos cousins canadiens appellent "intimidation" que l'on nomme plus volontiers harcèlement chez nous. La vertu pédagogique du long-métrage de Yan England est incontestable et nul doute que de nombreuses discussions à l'école pourront y être associés avec et pour les adolescents. Le scénario est cependant riche en raccourcis et en clichés qui amenuisent quelque peu son intérêt cinématographique. C'est un peu comme si il y avait un certain nombre de cases à cocher pour que le cahier des charges soit rempli : homophobie, quête identitaire, compétition via la course, lâcheté des réseaux sociaux, et on en passe. Dénoncer toutes les brimades de l'adolescence et les injustices en 1 heure 45 oblige le réalisateur à empiler les tracas sans trop de nuances dans une histoire qui débouche sur un dénouement dramatiquement excessif. Admirateur de Gus van Sant et sans doute de l'extraordinaire Polytechnique de son compatriote Denis Villeneuve, Yan England dispose d'un matériau trop schématique et pourtant rendu artificiellement complexe pour convaincre pleinement. Reste, une fois encore, à souligner que le film permet d'entamer le débat et peut-être à libérer la parole, ce qui n'est pas rien.

Scorcm83

Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 420 critiques

3,5Bien
Publiée le 03/04/2017

Même si *1:54* est un film parfois maladroit, il a le mérite de garder sa ligne directrice sur la durée et de proposer une thématique relativement importante au vu de l'époque à laquelle nous vivons. Bien plus qu'un film de sport, il s'agit avant tout d'une dénonciation du harcèlement scolaire, et on peut d'ailleurs féliciter le réalisateur de ne pas avoir voulu trop tomber dans le pathos à grand renfort de mise en scène mielleuse saupoudrée de musiques bien kitsch comme on aurait pu le craindre. Au contraire, Yann England se montre relativement sobre et réaliste dans son traitement, et en ce sens le film fonctionne plutôt bien. Il s'est entouré d'un très bon casting relativement crédible (Antoine Olivier Pilon n'est pas aussi bluffant que dans *Mommy* mais il assure tout de même une solide interprétation) et nous propose un développement scénaristique qui, bien que convenu, arrive à accrocher le spectateur pour la totalité du film. Seulement, même si le film se révèle assez important pour un jeune public, il manque selon moi un véritable "style" cinématographique, dans le sens où la mise en scène ne surprend jamais et le développement psychologique des personnages (mis à part celui d'Antoine Olivier Pillon) ne se fait jamais vraiment ressentir. Ce qui m'a le plus dérangé tout le long du visionnage, c'est que j'avais parfois plus l'impression de regarder un spot publicitaire contre le harcèlement qu'une véritable oeuvre cinématographique. Je conseille donc ce film car il est important pour le jeune public mais je pense qu'il aura du mal à satisfaire pleinement un public plus mâture.

Jero T.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 47 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 22/03/2017

voilà 3 heures que je suis sorti de la salle et je ne suis toujours pas remis. quelle histoire... il fallait oser. il y a deja eu ce genre de faits réels mais ils sont toujours restés trop sage. la je me suis vraiment mis à la place de Tim, j etais Tim et j ai traversé cette épreuve avec lui. La bande annonce ne nous prépare absolument pas à ce qui nous attend, ce qui se fait vraiment très rare. tout y est tout y passe les frissons, l intensité, les événements sans censure c est pourquoi j attribue la note maximale. c est vraiment du lourd et alors cette façon de finir le film a éveillé encore plus la brutalité du film. merci de m avoir (r)éveillé

L'AlsacienMarseillais

Suivre son activité 277 abonnés Lire ses 963 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/03/2017

Après une bande-annonce plutôt trompeuse qui laisse davantage percevoir le côté sportif du scénario, "1:54" nous fige telle une claque qu'on aurait pas vu venir. Car derrière cette histoire de compétition et de dépassement de soi, le film aborde bien plus de thèmes profonds et sérieux comme l'humiliation scolaire, le deuil, l'acceptation de notre identité et le désir de vengeance qui nous ronge jusqu'à perdre la raison. Sectionnés en trois parties distinctes, la réalisation du tout jeune réalisateur Yan England a le mérite d'être limpide et imprévisible par ses revirements de situation ! La première partie s'ouvre en effet sur le quotidien de deux adolescents victimes de harcèlement gratuits et violents avec une touche d'humour et de tendresse débouchant ensuite sur une partie plus accès sur la compétition sportive où l'adolescent fait le choix de confronter ses bourreaux par la façon la plus humble possible, sans avoir recours à la violence. Et la dernière, qui est en sans doute la plus inattendue, vient achever cette histoire d'une façon saisissante, mais je n'en dirais pas plus au risque de gâcher la surprise mais sachez que cette fin met en avant un thème fort, tabou et très actuel. Tout cela raconté par le biais d'une image simple, épurée et brute de tout désir d'esthétique (en cela, on s'éloigne d'une oeuvre de Dolan ou de "Moonlight"), servi avec une bande originale efficace mais discrète et surtout par de jeunes acteurs bluffants. Antoine-Olivier Pilon, star de "Mommy", délivre une prestation sensible et poignante face à l'étouffement journalier de ses camarades. Lou-Pascal Tremblay, beau gosse au visage fin, devient laid et incompréhensible par la cruauté et la non-remise en question de son personnage. Sophie Nélisse est simple mais sincère mais je retiendrais aussi la performance du père, joué par David Boutin, qui occupe sûrement les scènes les plus touchantes. "1:54" m'a marqué par la direction franche de son scénario et la simplicité de sa réalisation. On en sort troublé, ému et déstabilisé face à une succession de "joke" qui se transforment en un calvaire irrattrapable.

Cinéphilion

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 159 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 22/03/2017

« 1:54 » est le premier long-métrage de Yan England. Une oeuvre engagée aux côtés d’un Antoine-Olivier Pilon poignant. Le film commence avec une complicité entre deux garçons adolescents, Tim et Francis, autour d’un projet scolaire qui leur prend à cœur. Comment gérer la découverte de l’homosexualité à cet âge et surtout, comment l’assumer, voilà à quelles questions répond dans un premier temps le récit dans une finesse qui prend aux tripes. Au cœur d’un réalisme percutant, Yan England dissèque l’ingratitude des jeunes dans les cadres scolaires et sportifs sur différentes sensibilités : l’harcèlement y est mis très en avant, l’homophobie également, puis les conséquences de ces deux fléaux. Tout cet ensemble répond dans une continuité constante à de nouveaux propos que sont la submersion émotionnelle engendrée par toute cette violence psychologique et la douleur du deuil. Par ailleurs, le sujet des réseaux sociaux y est dénoncé comme un fléau virtuel ingérable tant pour les ados frappés de plein fouet par ces élans de haine, que pour les parents. Face à ces funestes situations, l’histoire instaure une part de revanche sportive au personnage. Une rage remplie d’humanité qui nous embarque avec lui dans une course contre la montre. Révélé dans « Mommy », Antoine-Olivier Pilon est la star du film. C’est lui qui porte l’affiche et la tient jusqu’au bout dans un rôle sur mesure, brillamment réussi. Charmant, mignon et jeune, il est l’une des têtes montantes de ce cinéma québécois qui peine de moins en moins à s’imposer. Bilan : Une oeuvre engagée avec une répercussion éducative sidérale.

https://cinephilion.net/2017/03/22/154-de-yan-england/

Fanatoile

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 83 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/03/2017

Film remarquable qui traite de l'homophobie, du harcèlement scolaire et des ravages que peuvent causer les réseaux sociaux. Je suis sortie de la séance complètement anéantie pendant plusieurs heures tout en sachant que ces "évènements" sont hélas monnaie courante et souvent sans sanction à la clé.Il est dommage qu'il n'ait pas bénéficié d'une meilleure promotion avant sa sortie car beaucoup d'autres films en font l'objet et ce, sans raison !

virnoni

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 439 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 24/03/2017

J'ai hésité avec "bien" mais bcp de clichés et facilités me l'empêchent. C'est un film âpre et bien vu sur le harcèlement moral. Il démonte et montre le mécanisme imparable de la bêtise humaine et ses conséquences gravissime. Les acteurs sont tous fantastiques avec bien sur une mention pour Antoine-Olivier Pillon qui est ici tout le contraire de Mommy de Dolan : plus en retenu, explosant par "à coups", quand il ne peut plus maîtriser ses émotions et sa souffrance palpable. Il en est même beau dans de nombreuses scènes, tant il est juste et sincère. Les relations entre les ado sont bien dépeintes, le début de la sexualité, de la découverte de soi-même, avec un seul parent, dans un univers difficile et douloureux parfois qu'est la fin de l'adolescence. J'ai apprécié qu'au final "l'excuse" de la course ne soit pas une conclusion où tout serait merveilleux pour notre héros. Le film se complait parfois à utiliser ce moyen (les entraînements, la course) comme une effet de style plutôt agaçant. Il est utile et apporte un souffle à ce jeune en perdition mais le réal appuie trop dessus. Le film repart alors dans une autre conclusion, surprenante, sans concession, radicale même, mais qui m'a semblé au contraire complètement ratée et facile. Le propos du harcèlement méritait mieux je pense. Attention à la crudité de certaines scènes et propos. Le film ne perd pas son temps à esquiver son thème, donc peu recommandé pour les jeunes ados, malgré un thème qui les concerne et leur apprendrait.

Kinopoivre

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 171 critiques

0,5Nul
Publiée le 15/03/2017

Le réalisateur-acteur-producteur-animateur de télévision de ce film québécois, son premier, a voulu courir deux lièvres à la fois, mais il n’en atteint finalement aucun, car ces deux thèmes, sans aucun rapport entre eux, ne fusionnent pas ! Ces deux thèmes sont les suivants : les conséquences parfois mortelles du harcèlement anti-homosexuel dans les lycées et collèges, qui peuvent, comme ici, Spoiler: pousser un jeune au suicide ; et le désir de prendre une revanche en gagnant une compétition sportive, par un concurrent qui n’a aucune chance au départ, mais finit, comme toujours au cinéma, par gagner – avec, une fois de plus, l’habituel déluge de niaiseries proférées dans le monde sportif@: donne tout, va jusqu’au bout de tes rêves, et autres platitudes. Bref, Tim et Francis s’aiment sans se le dire, c’est établi dès le départ lorsque Tim a la velléité Spoiler: d’embrasser sur les lèvres son camarade qui dort, mais il n’ose pas, et lorsque Francis lui crie Spoiler: “Je t’aime” juste avant de sauter du haut d’un pont. Donc, incontestablement, ils Spoiler: n’ont rien fait ensemble. Mais, harcelé par un groupe de camarades du lycée qui ont découvert – ou souçonné, ce n’est pas certain – son homosexualité, FrancisSpoiler: se suicide, et Tim ne cherche plus qu’à se venger du chef des harceleurs, un nommé Jeff, qui le harcèle aussi, sans plus de raison que sa camaraderie avec Francis. Or il se trouve que Jeff est le champion du lycée pour la course à pieds de deux cents mètres, qu’il a parcouru en une minute et cinquante-quatre secondes, d’où le titre du film. Mais Tim est aussi bon coureur, quoique moins rapide, et il décide de battre Jeff lors de la prochaine compétition. Naturellement, comme toujours au cinéma, il triomphe, mais Jeff se venge à son tour en mettant en ligne une vidéo où l’on voit Tim et le défunt FrancisSpoiler: copulant dans un coin sombre. Et là, le scénario sombre dans le ridicule : d’où sort donc cette vidéo ? La fin parachève ce ridicule : Tim a quelques notions de chimie, et il Spoiler: fabrique une bombe qu’il dépose dans la boîte de nuit où Jeff et ses copains font la fête, mais il se ravise au dernier moment, se pointe sur les lieux pour sauver tout le monde, et c’est lui qui est tué dans l’explosion ! Iil paraît que ce fabuleux navet est projeté dans les écoles du Québec. Pas les écoles de cinéma, on espère !

Gustave Aurèle

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 918 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/04/2017

L'interprète principal donne beaucoup d'ampleur et authenticité à son personnage et le film s'en ressent.

elodieeve

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 47 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 22/03/2017

Pour moi, l'histoire principale du film n'est pas du tout celle d'un grand sportif mais plutôt celle d'un ado mal dans sa peau qui a du mal à affronter le regard des autres et la crainte de voir sa vie exposée sur les réseaux sociaux. C'est un film assez noir qui tend à démontrer comment on peut sombrer dans la folie à force de se sentir persécuté. L'acteur principal est convaincant, le sentiment d'injustice dérangeant. Je trouve que le film aurait pu comporter davantage de petites notes humoristiques. Le personnage central aurait pu avoir un peu plus de combattivité pour nous faire pencher de son côté. Dommage que certains moments clés du film ne soient vraiment pas clairs. Sinon, on se laisse assez embarquer par l'histoire.

Le cinéphile

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 560 critiques

2,5Moyen
Publiée le 19/03/2017

1:54 amoncèle les clichés de l'homophobie et du harcèlement à l'école et sur les réseaux sociaux, sur fond de dépassement personnel. Le long métrage est trop démonstratif, manque cruellement de retenu, et se finit en queue de boudin paresseux. Reste une belle direction artistique, et des acteurs investis, pour un sujet important, universel et malheureusement intemporel. https://m.facebook.com/la7emecritique/

Philippe G.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 57 critiques

2,5Moyen
Publiée le 19/03/2017

Film plus qu'agréable, où l'intention est bonne: dénoncer les dérives d'internet et plus particulièrement des réseaux sociaux par le biais desquels toute la saloperie humaine, la fange que nos semblables sont capables d'engendrer, peut ainsi être mise en exergue. Et le thème du sport de compétition ainsi que l'homosexualité servent de vecteur à ce message. Mais le problème est que le metteur en scène se prend un peu les pieds dans le tapis, car les clichés se bousculent malheureusement au portillon. Y compris l'histoire de la bombe - dont on entrevoit le préambule en début de film, un peu à la manière d'un thriller - ce qui là encore gâche un peu le goût du plaisir. Et puis encore un thème que le film semble vouloir aborder, et là aussi à lava vite, histoire de tout mettre dans le sac avant de refermer la porte: celui du meurtre de masse où l'auteur peut très bien être un désespéré, un être isolé et malheureux et non nécessairement un terroriste islamiste. Donc, que la misère humaine peut malheureusement provoquer bien des tragédies. Voilà à peu près tout ce que j'avais à dire sur ce film encore une fois très agréable à regarder, à l'interprétation magistrale - où le spectateur peut avoir à maintes reprises l'envie d'entrer dans l'écran pour trucider les "méchants" de l'histoire - et à la mise en scène plus que correcte.

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top