Mon AlloCiné
    Once Upon a Time… in Hollywood
    note moyenne
    3,5
    3206 notes dont 651 critiques
    19% (121 critiques)
    22% (146 critiques)
    13% (87 critiques)
    17% (109 critiques)
    15% (96 critiques)
    14% (92 critiques)
    Votre avis sur Once Upon a Time… in Hollywood ?

    651 critiques spectateurs

    Jamais Content
    Jamais Content

    Suivre son activité 6 abonnés

    4,5
    Publiée le 15 août 2019
    Ce film est Comme une pelote de Laine qu’on déroule... on connaît le fils de l’histoire, on sait comment cela va se terminer et ... non. Tarantino a encore réussit à me surprendre. Un grand Di Caprio qui est encore au sommet de son jeu. Plus il prend de l’age et son talent devient éclatent. Il est vrai bien aidé par les réalisateurs italo américain. A noter la prestation éclatante de Brad Pitt. Ne soyez pas surpris c’est un Tarantino, si vous n’aimez pas ses films vous n’aimerez pas non plus celui la.
    L'Info Tout Court
    L'Info Tout Court

    Suivre son activité 251 abonnés Lire ses 11 critiques

    4,0
    Publiée le 23 mai 2019
    Excepté dans sa dernière partie explosive estampillée « séquence tarantinesque » – une des meilleures scènes de sa carrière – c’est un film qui détonne par rapport au reste de sa filmographie, car… très calme. Tarantino trouve avec Once Upon a Time… in Hollywood une certaine maturité cinématographique.
    Arthur Skywalker
    Arthur Skywalker

    Suivre son activité 14 abonnés

    4,5
    Publiée le 16 août 2019
    Un film de cinéma, sur le cinéma, pour les fans de cinéma. Je dirais que c'est un film d'ambiance, accompagné d'acteurs exceptionnels, où tout éléments anodins deviennent clairs à la fin du film. Les gens en manque de culture sur l'époque, ainsi que ceux voulant seulement voir du sang et des acteurs beaux gosses seront déçu Spoil""" Tout les longs métrages de Tarantino traitent pour la plupart de la vengeance, ici on assiste à la vengeance de la fiction sur la réalité. Un film nostalgique... À revoir
    Chris Martins
    Chris Martins

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

    4,5
    Publiée le 15 août 2019
    Donc... Nous sommes allé voir Once Upon a Time in Hollywood hier soir... et je suis incapable de classer ce film dans quelque catégorie que ce soit... Je sais même pas si je l'ai trouvé bon ou pas... c'est un film différent... avec des éléments d'un buddy movie, d'un film cathédrale par certains aspects, d'une chronique sociale du milieu des acteurs des années 60, même d'un slasher par moment ou d'un "Children of the corn", assez peu d'action au final, mais quand ça brasse... ça brasse... Tarantino a une façon de filmer unique, et on y retrouve des "tics" d'angle, de vision, de rythme typiquement signature, mais on ne se dit jamais qu'il se répète... Tous les acteurs de ce film sont au top de ce qu'ils peuvent proposer, et comme le casting est dantesque... on a un niveau d'interprétation assez phénoménal... Pitt et DiCaprio en tête, qui forment un duo absolument incroyable.. Au final, il y a assez peu d'histoire... le fil conducteur est très superficiel, et sert à chroniquer un fait divers et à lui donner une interprétation fantasmée par Tarantino, à sortir du réel... Mais à aucun moment, on ne se dit que le film est creux pour autant... C'est une chronique humaine par bien des aspects, on suit des personnages, donc on n'a pas besoin de plus en fait.... Visuellement le film est parmi ce qu'il a fait de mieux, la maîtrise du mec en ce qui concerne l'image qu'il veut proposer est impressionnante, ses cadrages sont toujours aussi méticuleusement conçus, sa direction d'acteur frôle la perfection, et au final son histoire, aussi superficielle soit elle, sert non pas le film mais le propos du réalisateur, son illustration d'une époque, sa "carte postale retrouvée", nostalgique, on y ressent presque une trouille personnelle palpable dans ce qu'il décrit à travers les expériences de ses personnages... c'est probablement le film qui parle le plus de Tarantino en fait... de ce qu'il est, de ce dont il a peur, et de ce à quoi il voue un culte total malgré ses innombrables failles, un monde disparu, un époque qui n'existe plus que sur pellicule, un cinéma rêvé... Je ne peux pas vous conseiller d'y aller, et je ne peux pas vous déconseiller d'y aller... je pense que ce film est incroyablement particulier et offre une "vision de la vision" de Tarantino et de "son cinéma"... et qu'il laissera des gens complètement froids, et d'autres totalement enthousiastes, mais que personne ou presque ne le trouvera "moyennasse"... Je ne suis pas sûr... mais je crois bien que j'ai vraiment aimé finalement... on va laisser mûrir encore un peu...
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 446 abonnés Lire ses 3 531 critiques

    5,0
    Publiée le 15 août 2019
    Si on reconnaît à chaque instant le style de maître on est aussi assez surpris par le côté soft du film, ce qui en fait le film de Tarantino le moins tarantinesque finalement... jusqu'à ces dernières 20mn ! Sans doute moins bavard, moins démonstratif sur tous les plans on pense d'abord que Tarantino s'est assagi mais c'est finalement pour mieux nous surprendre... Ainsi le récit avance tranquillement au point qu'on se demande où le cinéaste veut nous emmener jusqu'à ces 20 minutes ultimes où Tarantino nous réveille de façon jubilatoire et violente dans une apothéose uchronique et sanglante. Un délire imprévisible (mais pas surprenant !) qui ne peut laisser indifférent surtout quand on connaît l'affaire du massacre dans la maison Tate/Polanski. Comme d'habitude Tarantino surprend son monde avec cette gourmandise un peu sage qui ne sera pourtant pas sur le podium des films signés QT. Site : Selenie
    Fabien L.
    Fabien L.

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 16 août 2019
    Impossible et inutile de résumer le film... Quelques impressions, 24 heures après l'avoir vu et y avoir réfléchi. Je pense que ce film ne s'adresse pas à tout le monde. Tarantino a voulu se faire plaisir (comme souvent), mais d'une manière différente de ses précédents opus. Il a réalisé une oeuvre qui se destine à une certaine partie du public américain, plutôt cultivée. Si vous ne saisissez pas les références, vous passerez à côté d'une bonne partie du projet du film. Cela n'empêche pas d'apprécier la mise en scène, le jeu des acteurs (tous excellents), la qualité des dialogues, des costumes, des décors... mais on risquerait de ne pas comprendre certaines longueurs (c'est quand même long, au total) et surtout le propos global du réalisateur. Je suis allé le voir avec plusieurs personnes de différents âges qui connaissent mal la culture américaine et en discutant avec eux après le film, je me suis rendu compte qu'ils n'avaient pas compris le propos du film. Si vous ne savez pas qui sont Sharon Tate et Charles Manson, si "Cielo Drive" n'évoque rien pour vous... vous ne comprendrez pas qui est ce Charlie dont on parle tout le temps... et qu'on ne voit pas, sauf sur une séquence, mais où il n'est pas nommé. Si vous ne savez pas ce qui s'est passé le 9 août 1969 à Hollywood, vous ne comprendrez pas pourquoi Tarantino décortique cette journée presque heure par heure et pourquoi il a choisi d'inventer cette paire de personnages fictifs qui viennent s'insérer dans la réalité historique pour la changer. Ceux qui ont aimé Tarantino pour ses derniers films, plutôt violents et grand public, seront déçus. Pendant les 3/4 du film, c'est calme, sans violence. Deux bastons, très courtes. Quelques situations tendues, où on s'attend à ce que ça dégénère... et puis non ! Il n'y a qu'à la toute fin que Tarantino se fait plaisir avec dix minutes de violence hystérisée, franchement comique tant elle est traitée au second degré. Globalement, QT s'amuse à dérouter le spectateur, à le laisser partir sur des fausses pistes, à le déconcerter... A plusieurs reprises, il bâtit une tension, il tresse une ambiance, il laisse supposer que... et en fait non !! Dans le désert scénaristique du Hollywood moderne, où le spectateur un peu éclairé arrive à tout deviner, où les rebondissements sont devenus hyper prévisibles, ça rafraîchit ! Bref, un bon film. Des longueurs. Et réservé à un public éclairé, voire cultivé.
    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 127 critiques

    4,5
    Publiée le 15 août 2019
    Comme beaucoup de monde j'imagine, j'attendais avec impatience ce neuvième film de Quentin Tarantino et je dois dire que je n'en suis absolument pas déçu ! Je dois même avouer qu'il a dépassé mes espérances car, deux heures quarante-cinq c'est long, et je m'attendais à beaucoup plus de scènes de dialogue bateau, comme le réalisateur sait si bien le faire. Ce film raconte énormément de choses, il est donc difficile d'en faire un court synopsis ou de le résumer en quelques lignes, mais en gros, parallèlement aux évènements historiques liés à Sharon Tate et Roman Polanski, nous avons également l'histoire d'acteurs qui ne savent pas comment gérer l'arrivée du Nouvel Hollywood. Je pense que c'est une histoire parfaite pour Tarantino car il est complètement dans son univers. Lui qui adore constamment citer des œuvres dans ces films, il peut ici se lâcher car c'est un des thèmes du film et il arrive très bien à gérer cela, tout est bien dosé, sans en faire de trop. Effectivement, presque trois heures de film, c'est assez long et il fallait meubler tout cela mais pourtant, on ne s'ennuie pas une seconde ! Il faut bien-sûr pour cela apprécier l'univers dans lequel le réalisateur nous plonge mais si on adhère à l'histoire, aux personnages etc., alors le film passe très vite et on a même envie d'en redemander. Tarantino sait en plus ici très bien mélanger les styles et genres, c'est-à-dire que nous pouvons aller de la comédie au drame en passant par du pathétique en un rien de temps sans que cela ne choque, ça passe ici très bien. Nous avons mêmes des scènes glauques et assez angoissantes, notamment celle dans le camp des hippies qui est très bien faite et nous plonge presque dans un univers à la "Massacre à la Tronçonneuse". Nous avons certes de longues scènes de dialogues qui ne mènent quelques fois à rien ou ne servent en tout cas en rien l'intrigue mais pourtant, encore une fois, on ne s'ennuie pas jamais. La fin est quant à elle très surprenante, durant tout le film, spoiler: on croit aller vers une fin inévitable mais, comme avec "Inglourious Basterds" d'ailleurs, Tarantino nous prend de court et réinvente l'Histoire en en faisant sa propre version . En ce qui concerne la réalisation, elle est tout simplement excellente. De même pour la B.O. dont les morceaux ont été choisis avec soin. Du côté des acteurs, nous avons un casting extraordinaire et tous les acteurs jouent très bien. "One Upon a Time... in Hollywood" est donc un très bon film du réalisateur et fait partie, en ce qui me concerne du moins, de ses meilleurs.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 472 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    4,5
    Publiée le 14 août 2019
    Découvrir un film de Quentin Tarantino, c'est s'attendre à un certain programme attendu (acteurs aux petits oignons parmi lesquels on retrouve des gueules familières, bande-originale soignée, dialogues punchy) sans jamais vraiment savoir à quelle sauce le film va être servi. Ça n'a peut-être jamais été aussi vrai avec "Once Upon A Time... In Hollywood", son neuvième opus, sa déclaration d'amour au cinéma, à ses stars, à ses acteurs de seconde zone et ses techniciens de l'ombre. On pensait que cette ballade dans le Hollywood de 1969 allait être un bel hommage au cinéma, elle est bien plus que ça et c'est logique puisque Tarantino a déjà clamé tout son amour pour le cinéma depuis le début de sa carrière. Que faire alors ? Raconter l'année charnière de 1969 (celle de l'assassinat de Sharon Tate par la famille Manson) marquant la fin du rêve hippie et amenant la violence aussi bien dans le pays qu'à l'extérieur (la guerre du Vietnam fait rage). Alors que l'idéal du flower power est sur le point de s'éteindre, Tarantino nous prouve qu'il n'utilise pas la formule "Il était une fois" pour rien et livre un conte mélancolique de presque trois heures où il surprend en premier lieu en délaissant ses dialogues coups de poing avec une simplicité désarmante. Le cinéaste est toujours fidèle à lui-même mais la sincérité et la beauté de sa démarche se fait ressentir de façon prégnante et de fait, on ne l'avait pas connu aussi sincère depuis "Jackie Brown". Ici, Tarantino ne se cache plus derrière ses personnages de beaux-parleurs parfois fanfarons et prend des atours plus sérieux. L'humour est toujours présent, la violence est rare mais sacrément percutante quand elle arrive mais il s'intéresse à autre chose et laisse sa caméra déambuler longtemps (le film met du temps avant de dévoiler où il veut en venir) derrière ses deux personnages, Rick Dalton et Cliff Booth. Le premier, voisin de Sharon Tate, est un acteur en passe de devenir has-been, cachetonnant en guest-star en méchant de service dans des séries télévisées. Traversant une crise existentielle (c'est assez hilarant de voir Leonardo DiCaprio, superstar depuis toujours endosser un tel rôle avec un tel bonheur, lui qu'on n'avait pas vu au cinéma depuis "The Revenant" et qui démontre une fois de plus son talent d'acteur à travers quelques séquences centrales en passe devenir culte), Rick ne sait que faire de la suite de sa carrière. Le second, doublure cascade de Rick depuis des années, est un type cool (que Brad Pitt joue forcément à merveille) qu'il ne faut pas chercher et dont on murmure qu'il aurait tué sa femme. Les deux vont déambuler dans Los Angeles, croiser Sharon Tate et la route d'une bande de hippies dirigés par Charles Manson... De là découle ce qui fait toute la singularité du film, certes "Once Upon a Time... in Hollywood" entend chanter les louanges de personnages tels qu'on n'en trouve plus aujourd'hui au cinéma mais à la manière d'un "Inglourious Basterds" (qui utilisait lui aussi le terme "Il était une fois" dans son ouverture), entend réparer l'Histoire. spoiler: On se demandait comment Tarantino allait bien pouvoir parler du meurtre atroce de Sharon Tate (campée par une splendide Margot Robbie), la réponse était d'une évidence telle qu'on aurait dû la voir venir, dans "Once Upon A Time in Hollywood", le cinéaste utilise toute la puissance du cinéma pour justement éviter que cet acte terrible arrive. La bande de hippies de Manson se frottera donc à Cliff Booth avant même d'arriver chez Sharon Tate (dans une séquence d'une violence cathartique assez jouissive), permettant ainsi de "réparer" l'Histoire et de proposer un monde alternatif où le pire n'a pas eu lieu. En résulte une séquence finale particulièrement bouleversante où le film laisse entrevoir quelque chose de terriblement beau, une réalité en laquelle on aimerait croire pour panser bien des plaies. Avec une mélancolie certaine et une simplicité évitant tout sensationnalisme pour simplement aller vers l'émotion (chose rare chez le cinéaste), Quentin Tarantino nous livre peut-être le plus beau film de l'année et en tout l'une des plus belles fins que l'on ait pu voir ces derniers temps, nous faisant croire le temps d'une bobine que l'on a évité le pire et qu'en sauvant Sharon Tate, tout ne pourra plus qu'aller bien. Si avec ça, vous ne croyez pas à la puissance du cinéma, on ne sait pas ce qu'il vous faut.
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 432 critiques

    5,0
    Publiée le 14 août 2019
    Note maximale pour moi. Cela film est captivant et passionnant. Malgré la longueur, je n'ai pas vu le temps passer. J'ai adoré ce film; son ambiance, son atmosphère. J'ai aimé les rôles tenus par les deux acteurs principaux. C'est pour moi le meilleur film de ce réalisateur et surtout ce que j'ai apprécié c'est qu'il y a peu de violence (un peu à la fin c'est tout).
    Did
    Did

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 15 août 2019
    Le Tarantino qui va diviser ! Je ne suis pas loin de dire que c'est son meilleur ! ( Mon préféré étant Jackie Brown) Un bel hommage au cinéma tout court ( même si il traite quasi essentiellement de la période westerns spaghetti italiens). Di Caprio est une fois de plus exceptionnel, Brad Pitt crève l'écran et Margot Robie est magnifique dans le rôle de Sharon Tate. La toute jeune actrice qui donne la réplique lors d'un tournage à Di Caprio est parfaite, elle fera date dans le cinéma. A l'heure des fonds verts et du numérique, ça fait un bien fou de voir du cinéma tourné dans de vrais décors... Beaucoup moins bavard que ses derniers films, on est en terrain conquis avec tout ce qui caractérise le cinéma de Tarantino, c'est parfois violent, drôle, décalé voir barré, le côté fetichiste des pieds (sales) du réalisateur est omniprésent , la bande son Rock'n roll et son montage efficace. L'excellent et surprenant final que je vous tairai mérite à lui seul ces 2h48 de VRAI Cinema !
    Cam R.
    Cam R.

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 15 critiques

    4,0
    Publiée le 18 août 2019
    Les décors, le casting XXL, la performance de Brad Pitt et de Di Caprio sont à la hauteur des attentes. La fin du film est aussi surprenante que jouissive. Malheureusement l'ensemble est un peu trop long, et les références aux films des années 60-70 très nombreuses ne sont pas destinés à tout public. Je conseille de lire la biographie de Sharon Tate pour apprécier le film... Je n'en dis pas plus ...
    daghphane
    daghphane

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 15 août 2019
    J'ai adoré me demander, au bout d'une heure, si je n'étais pas en train de... m'ennuyer pour immédiatement sourire de cette question et replonger en contemplation... Il ne se passe rien, peut être, mais tout fait sens. C'est du pur Cinéma, la fin est grandiose, le second degré partout, comme dans un bon conte de fée.
    Naughty Dog
    Naughty Dog

    Suivre son activité 370 abonnés Lire ses 149 critiques

    4,0
    Publiée le 14 août 2019
    Un belle attente enfin récompensée par un des plus grands réalisateurs contemporains. Un Tarantino atypique d'ailleurs, plus lent, qui se regarde moins, mais qui est en totale adéquation avec toutes les thématiques de son cinéma (en questionnant d'ailleurs le réel et le fictionnel avec un côté sincèrement touchant) Tout d'abord c'est un réel bonheur de naviguer dans cet Hollywood de 1969 recréé à la perfection que ce soit les rues, les studios, les costumes, la playlist encore une fois géniale, le fait de reprendre bon nombre de personnages pré-existants comme vestiges d'un Age d'Or oublié (Steve McQueen, Martin Schwarz, ou bien sûr Sharon Tate), le tout sublimé par le grain de la photographie de Robert Richardson. On se plaira à deviner le scénario de Once Upon a Time in Hollywood, qui va son évocation du conte mais également du western-spaghetti, résume à lui seul les intentions du film. En prenant 2 personnages lambdas fictionnels (l'acteur de TV Rick Dalton tenant de percer au cinéma, et son cascadeur Cliff Booth, homme à tout faire et meilleur pote contraint de rester dans l'ombre), Tarantino réhabilite finalement les figures oubliées ayant participé à ériger cet âge d'or qu'il affectionnait tant, le critique également avec légèreté en dressant une peinture de l'Entertainment sous le signe de la loi de la jungle, et réussit finalement un numéro d'équilibriste hors-pair en ce qui concerne de laisser le "réel exister", lui qui se réfugiait toujours dans le fantasme fictionnel. Le film a des allures de virée dans une machine à voyager dans le temps, et si on est pas du niveau chef-d'oeuvresque d'un Roma qui arborait le même procédé, le tout se révèle passionnant, malgré les digressions importantes du métrage (que ce soit une Margot Robbie/Sharon Tate, très bonne, se regardant au cinéma, montrant que tout le monde aspire à être aimé et appréciée au sein de ce milieu ; ou bien encore montrer le quotidien de nos 2 personnages). Entre scènes de films d'époque intra-diégétiques (où on retrouve le côté sale gosse et outrancier du réalisateur) et récit contemplatif tout en retenue, Tarantino distille tous les pions nécessaires jusqu'à un final jouissif porteur du message du film, où la réalité rejoint la fiction, où le fantasme et la rêverie sont prônés tout en y montrant une limite et une critique du Nouvel Hollywood qui s'annonce. A ce titre, le plan final (une échappatoire émotionnelle) est vraiment porteur d'un sens mélancolique et utopique qui ne peut qu'émouvoir. Les saillies d'humour burlesques sont moins présentes qu'à l'accoutumée (ainsi que les effusions de sang), mais utilisées avec parcimonie au sein d'une histoire qui certes pourra diviser de par un caractère désabusé, mais qui reste passionnante et montre une certaine maturité chez son réalisateur. Concernant le casting, Leonardo DiCaprio est évidemment excellent en acteur bipolaire aspirant à une place dans ce monde (une scène impliquant la jeune Julia Butters est tout simplement excellente), et son duo avec un Brad Pitt transpirant le badass et la cool attitude (avec de vrais moments de bravoure Tarantiniens) n'a pas de prix. Une duo de potes dans la plus pure tradition du réal. Si le reste de la distribution (de Emile Hirsch à Margot Robbie, en passant par Kurt Russel, Timothy Olyphant, Al Pacino, Margaret Qualley, Bruce Dern, Austin Butler ou encore Mike Moh) ont souvent des rôles faisant office de caméos, il n'y a pas de fausse note. En conclusion un très bon film tout simplement, qui aurait peut-être mérité un traitement encore plus jusqu'au-boutiste dans sa manière de reprendre de telles figures du cinéma d'antan afin de conter son histoire, mais qui reste néanmoins un excellent tour de force de part ses sous-couches de lecture et le fait d'avoir une capsule temporelle fabriquée avec autant de soin et d'amour
    x-worley
    x-worley

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 203 critiques

    4,5
    Publiée le 14 août 2019
    Tarantino qui continue de "revisiter" l'histoire tout en réparant une nouvelle injustice. Et c'est fait avec une intelligence que je trouve absolument extraordinaire! C'est du cinéma ultra jouissif et a la fois bouleversant. Chef-d'œuvre ? A coup sûr pour moi car on retrouve tout ce qu'on aime chez Tarantino, a savoir son génie! Et les acteurs j'en parle même pas, ils sont juste incroyables. D'ailleurs plutôt bien vu le duo Kurt Russell/Zoë Bell.
    Danny N.
    Danny N.

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 168 critiques

    5,0
    Publiée le 15 août 2019
    Enfin ce film sort ! Je collectionne et archive tout ce qui concerne DiCaprio et Brad Pitt depuis 1998, je vais voir tous leurs films en salles, achète ensuite en DVD alors vous pouvez imaginer l’évènement pour moi de ce duo ! J’avais enregistré sur DVD toute la promo à Cannes en mai sur la chaine TV Festival avec la montée des marches et conférence de presse entière et le photo-call ! De plus, c’est le film idéal pour moi : l’année 1969 est l’année juste avant ma naissance mais maman était déjà enceinte de moi au moment de l’histoire où se déroule le film. Je suis passionné par les années 70-80 et je m’intéresse aussi aux années 60 de par les centaines de photos de famille que nous avons : j’adore toute cette époque bénie où tout était possible et optimiste… Je recherche constamment à retrouver des objets dans mes brocantes, sites de vente internet et autres endroits autour de chez moi ! Le budget de Once Upon a Time… in Hollywood est estimé à 95 millions de dollars ! il y a bien sûr 15 millions qu’exige DiCaprio alors que d’habitude il en prend 20, il y a Brad Pitt mais surtout une fortune pour la reconstitution minutieuse de 1969 et tout comme DiCaprio qui était bluffé lorsque Tarantino lui faisait visiter les décors et lui disait qu’il avait l’impression de redevenir enfant, j’ai vécu pareil tellement c’est incroyable à voir : les nombreuses voitures bien sûr, les lampes, les papiers peints, les boites de conserve de nourriture filmées en gros plan, les nombreuses affiches de films d’époque aux murs dans la rue et chez les gens, les 33T bien sûr avec les tourne-disques d’époque et les bandes audio magnétiques : ma tante en a encore, on avait essayé son appareil pour lui faire transférer une bande sur son mari qui parle et sa fille toute petite sur CD audio… Des émissions d’époque passent à la TV qui malheureusement restent en VO dans le film : la série ‘Mannix’, la série ‘Sur la piste du crime’ que je regardais enfant, etc + On a deux vrais magazines de Télé vintage : TV Guide d’époque que feuillettent des personnages ! Ce qui est incroyable aussi ce sont des grandes rues entières avec tous les commerces de l’époque, les panneau de pub clignotant, on en prend plein les yeux ! J’ai même reconnu en gros plan une affiche très célèbres James Dean en cowboy. Mais en plus de tout ça, le film traite d’un acteur devenant has been : Rick Dalton à la quarantaine finissante, qui joue au cowboy aussi bien dans ses films que dans la vie ! Ainsi que des coulisses des scènes de cascades et de bastons… Les santiags de DiCaprio qu’on voit en gros plan au début du film, sont magnifiques ! il n’en avait pas porté depuis ‘Mort ou vif’ en 1995 passé sur France3 lundi dernier ! Vu son physique avec en plus de superbes vestes en cuir sur son rôle, ça lui va beaucoup mieux, fait plus homme, que ses horribles baskets blanches et vestes de jogging qu’il porte partout quand il est hors promotion ! Je ne savais pas qu’il y avait autant d’hommes avec le look cuir en 1969 ! Je pensais que les blousons étaient vraiment arrivés / explosés dans les années80 et pas si tôt ! Rick Dalton hyper anxieux / angoissé par l’avenir est au bord de la dépression et compense en fumant, buvant et achetant de tonnes de choses menant la grande vie alors qu’il éclaté en larmes à la moindre émotion ! Mais je n’ai pas seulement été passionné par ce personnage, j’ai adoré Brad Pitt dont j’ai exactement le look fringues et coupe de cheveux cet été, sans oublier la même boucle de ceinture !!! On se rend compte que son look dans le film n'est pas du tout ringard ou démodé en 2019... ça faisait bien longtemps qu’il n’avait pas été aussi en forme / flamboyant avec une grande autorité ! On est bien loin de ses horribles cheveux coupés à ras et horrible physique où il n’avait plus que la peau sur les os ! Qu’il ne coupe surtout jamais plus ces cheveux longs !!! Comme je m'y attendais, Luke Perry (bien vieilli) n’a qu’une seule scène mais de qualité. Un autre de mes comédiens James Marsden a eu ses scènes coupées carrément ! Tarantino a répondu ne pas savoir si elles seront dans le DVD en bonus… Ce que tout le monde attend qui nous terrifie sur notre fauteuil c’est l’assassinat / massacre de Sharon Tate et là Tarantino nous ébloui et fait quelque chose de très singulier en spoiler: changeant le cours de l’histoire et des faits ce soir là lors de l’attaque des meurtriers ! J’ai beaucoup plus accroché à ce duo tellement leur alchimie crève l’écran que lors du duo de DiCaprio avec un autre de mes acteurs cultes : Matt Damon : le film The Departed était peu intéressant et interminable ! là, le Tarantino a beau durer 2H40 (je déteste les films longs) je n’ai pas vu passer le temps et me suis dit « Quoi déjà fini ?! » il m’a fallu attendre la toute fin du générique final et l’écran noir pour bouger tellement j’y croyais pas ! Il faut espérer que DiCaprio et Brad Pitt vont rester en contact et partir sur d’autres projets ensemble car leur alchimie est incroyable ! Et attention : tout le monde était parti dans ma salle mais le film redémarre dans le générique et on entend aussi même si c’est tout en VO un épisode de la série Batman 1966 dans ce générique ! Par contre, ça recommence : DiCaprio n'a pas sa voix française de Damien Witecka qu'il avait pourtant retrouvé pour son film précédent 'The Revenant' en 2016 ! Il retrouve l'autre voix qu'il avait dans l'autre Tarantino qui est plus âgée que lui et plus grâve que sa vraie voix ! Je ne comprends pas pourquoi après le meilleur démarrage de la carrière de Tarantino aux USA début aout (40,35 millions de dollars), le film s’effondre et vient de passer à la 8éme place ! La seule explication doit être la durée trop longue qui dissuade ? Mais un grand OUF !! la semaine du 11aout, il vient d’atteindre la barre de $100 384 022 !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top