Mon AlloCiné
    Orange mécanique
    note moyenne
    4,2
    32682 notes dont 1255 critiques
    59% (743 critiques)
    24% (300 critiques)
    6% (71 critiques)
    5% (63 critiques)
    4% (46 critiques)
    3% (32 critiques)
    Votre avis sur Orange mécanique ?

    1255 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1562 abonnés Lire ses 8 727 critiques

    5,0
    Publiée le 6 octobre 2014
    Quantitè de rèalisations en principe cataloguèes dans la S.F, mais où très souvent la projection dans le futur, ou dans une sociètè supposèe utopique, ne constitue qu'un alibi pour mèditer à travers une distorsion symbolico-fantastique sur la sociètè que nous sommes en train de vivre - c'est, en particulier, le cas d'un Kubrick avec "A Clockwork Orange", un des films essentiels de l'histoire du cinèma et l'un de mes TOP 10 all time! Ce film de politique-fiction figure parmi les meilleurs du genre, transposant dans un monde symbolique les maux de notre sociètè! Rèvèlè par son rôle dans "If" de Lindsay Anderson, Malcolm McDowell livre une performance èpoustouflante! il est à jamais Alex, chef des droogies semant la terreur à droite à gauche en se nourrissant d'ultra-violence, de lait aromatisè aux amphètamines et de Beethoven! On roue de coups un clodo qui s'ètait rèfugiè dans un passage souterrain pour passer la nuit, on se bastonne avec un gang rival, on viole la jeune femme d'un vieil ècrivain et on rend une visite nocturne à la dame aux chats...Autant dire que les scènes de violence sont extraordinaires dans la première partie! Le reste est tout aussi secouant entre prison et traitement thèrapeutique de choc. "A Clockwork Orange", c'est en quelque sorte une grenade que l'on dègoupille à chaque vision, une oeuvre marquante des 70's que l'on peut considèrer comme ètant à la frontière de la S.F, mais sans en relever vraiment! Le futur y semble si proche, si familier dans sa vision, que rien ou presque ne le diffèrencie de notre prèsent en proie à la folie! B.O fracassante et en parfaite osmose avec le film du maître Kubrick...
    Anonymous :)
    Anonymous :)

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 345 critiques

    3,0
    Publiée le 30 mai 2014
    Considéré comme une oeuvre majeure dans la filmographie de son réalisateur, "Orange Mécanique" est un film unique, dérangeant et bizarre qui a longtemps fait controverse car jugé de violence excessive et inutile. Le film nous plonge dans une Angleterre futuriste, où Alex, jeune sociopathe de dix-sept ans sème la terreur avec son gang. Passionné par la musique de Beethoven autant que par le sadisme, il multiplie les viols et les agressions avant d'être trahi et envoyé en prison. Là-bas il y fait la connaissance d'un programme visant à éradiquer la violence qui lui permettrait d'être libre d'ici peu s'il accepte de devenir cobaye... Jugé comme étant le film le plus violent de tous les temps, "Orange Mécanique" propose une vision baroque du futur où les malfrats sont fascinés par la violence. Quatre ans après avoir marqué les esprits avec "2001, l'odyssée de l'espace", Kubrick récidive et nous propose une mise en scène décoiffante qui toutefois à pris un sacré coup de vieux en quarante ans : les costumes et les décors paraissent plus que loufoque. Tiré de l'oeuvre d'Anthony Burgress, le neuvième long-métrage de Kubrick fait preuve d'une incroyable modernité puisque quarante ans après sa sortie, le sujet traité est toujours d'actualité. Dans ce film le réalisateur a choisi la manière forte afin de nous démontrer les méfaits que peuvent engendrer les effets ravageurs d'une société totalitaire au sein de laquelle tout agissement non conforme à l'ordre moral imposé par les instances dirigeantes est forcément répréhensible. L'intrigue est une satire sociale qui nous amène à réfléchir sur la question du conditionnement psychologique et sur bien d'autres sujets ! Le scénario se scinde en deux parties intimement liés : la débauche d'Alex qui frappe à tout va, puis qui devient la victime de ses anciennes cibles. Possédant une esthétique qui lui est propre, l'oeuvre de Kubrick me dépasse un peu, sa volonté d'inciter le spectateur à se poser des questions et à réfléchir est poussée un peu trop loin. La bande originale, composée par Wendy Carlos est un élément indispensable qui permet de par son style (musique classique au programme) d'amplifier l'ambiance particulière de l'oeuvre. Epaulé par un Malcolm MacDowell au top de sa forme, "Orange Mécanique" est une oeuvre singulière qui fait froid dans le dos.
    Mephiless s.
    Mephiless s.

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 14 critiques

    5,0
    Publiée le 24 novembre 2014
    Après avoir vu le film, je ne savais quoi en penser mais après avoir réfléchi, je trouve qu'il mérite entièrement son statut culte, car c'est un véritable tour de force qu'a fait là Kubrick pour pondre un film aussi malsain et aussi captivant à la fois.. L'univers, les costumes.. Tout est si original et si jamais-vu qu'on se laisse prendre au jeu et qu'on regarde le film jusqu'à la fois. Le plus surprenant dans le film c'est peut-être la performance de Malcolm McDowell, qui est juste excellente. Le film est intéressant car c'est une véritable satire de notre société. Comme beaucoup, ce film me marquera à vie.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1156 abonnés Lire ses 2 468 critiques

    5,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    Voilà ce qui reste pour moi l’un des films phares du XXe siècle. Contrairement à ce que certains en disent, je ne pense pas que ce soit la crudité et l’intensité de sa violence qui font « d’Orange Mécanique » un film à part. Pour moi, sa force vient de la ligne qu’il ose franchir par le regard qui est ici portée sur la violence. La violence est esthétisée, normalisée, déculpabilisée, si bien que notre code est en permanence mis à l’épreuve. « Orange mécanique » a cette force de démontrer notre hypocrisie, ainsi que celle de notre société, au sujet de la violence. Encore une fois, voilà un film carré, brillant et visionnaire. Pour moi c’est encore aujourd’hui une véritable expérience qui me marquera certainement toute ma vie. C’est l'âge d'or de Kubrick, indiscutablement.
    MGM-ranger
    MGM-ranger

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 11 septembre 2014
    Orange Mécanique est l'histoire d'un jeune homme qui s'intéresse principalement au viol, à l'ultra violence et à Beethowen. Dérangeant, corrosif et violemment subversif, ce monument du cinéma des années soixante dix garde encore aujourd'hui son parfum de scandale grâce à un enchaînement ininterrompu de scènes cultes. A ne pas mettre devant tout les yeux.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 347 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    5,0
    Publiée le 20 mai 2017
    Un fond rouge, puis le thème d'Henry Purcell en fond sonore et enfin le visage d'Alex, chapeau melon, maquillage et tenue intégralement blanche dans un lieu aussi bizarre que lui où il se trouve avec ses trois droogies buvant du lait. Puis vient sa voix off... Et voilà comment Stanley Kubrick, avec un long travelling, nous plonge déjà au cœur de l'Orange mécanique. Après 2001 : Odyssée de l'espace, Stanley Kubrick s'attaque à l'adaptation du livre d'Anthony Burgess où il nous emmène dans un futur assez proche où règnent violence et sexe pour y suivre un groupe de jeunes emmenés par un leader exerçant terreur et sadisme. Clairement divisé en trois parties, Orange Mécanique revient d'abord sur les agissements insouciants, ultra-violents et criminels des droogies, avant de mettre Alex face à ses responsabilité, et l'Etat, via de nombreuses péripéties qui vont le faire passer par tout un panel de sensations. Il instaure assez vite une atmosphère fascinante et envoûtante, qui se maintiendra tout le long et il alternera entre climat malsain, dérangeant, ironique et subversif. Dès le début, et utilisant une voix-off, Kubrick rend le personnage d'Alex totalement fascinant, que ce soit par ses excès, son charisme, ses manières, son look ou sa façon de parler et il accentue cette fascination plus le personnage évolue, d'abord comme symbole du mal à l'état pur, ne frappant pas pour l'argent mais par pulsion et plaisir puis comme expérience du gouvernement. Bénéficiant d'une excellente écriture (scénario, personnages & dialogues), Kubrick y dénonce les dérives de la société ainsi que la violence institutionnalisée frappant à tous les étages, que ce soit Alex et ses virées d'ultra-violence, l'état sur Alex cherchant à modifier son comportement en le rendant totalement vulnérable et incapable de toucher une femme ou de se défendre ou la violence qu'il subit lors de sa sortie de prison que ce soit par ses anciens camarades ou son ancienne victime. À travers la tentative de modification du comportement et des pensées d'Alex, Kubrick s'attaque aussi aux politiques et la façon de gouverner, notamment les dérives et actions populistes sans grande conviction. Il trouve toujours le bon équilibre, alternant bien entre mise en avant de nombreuses thématiques, évolutions des personnages et la mise en place de l'ambiance, sachant provoquer l'effet voulu dans chacun des cas. Rythmé au son d'une magnifique et dérangeante musique classique, Orange Mécanique est orchestré d'une main de maître par un Kubrick dirigeant son oeuvre tel un chef d'orchestre un opéra, maîtrisant tout de bout en bout, que ce soit au niveau de ses mouvements et effets de caméras, des plans toujours bien fournis ou des différentes directions prises par le scénario. La musique est judicieusement choisie et utilisée, sublimant l'atmosphère du film. Il nous transporte tout droit dans ce monde imaginé par Burgess avec son langage mélangeant anglais et divers dialectes ainsi qu'un esthétisme très 70's mais ô combien envoûtant et colorisé, qu'il sublime à merveille que ce soit grâce à sa caméra ou les somptueux décors. Sa direction d'acteur constitue aussi l'une des réussites du film, Malcolm McDowell est inoubliable, malsain et charismatique à souhait dans ce rôle de voyou abandonné et manipulé par la société où ils ne se comprennent pas vraiment. Les autres interprétations sont impeccables, notamment Patrick Magee dans le rôle de l'écrivain ou les droogies suivant Alex. Intelligente, dérangeante, marquante et fascinante critique de la société et de la violence s'y trouvant à tous les étages, Orange Mécanique bénéficie de la main de maître de Kubrick qui orchestre son récit de façon brillante et magistrale pour une oeuvre qui n'a rien perdu de sa puissance au fil du temps.
    TheManWhoLovesCinema
    TheManWhoLovesCinema

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 110 critiques

    4,5
    Publiée le 29 octobre 2013
    Considéré comme le film le plus violent de tout les temps lors de sa sortie, le huitième long-métrage de Stanley Kubrick, a longtemps fait controverse et était accusé de banaliser la violence gratuite et juvénile. Mais est aujourd'hui considéré comme une œuvre majeure du cinéaste de par son interprète, sa bande originale et son caractère satirique hors-normes. Alex DeLarge est un jeune homme qui s'intéresse principalement au viol, à l'ultra violence et à Beethoven. Lorsqu'on lis ceci, nous attacher au personnage nous semble impossible pensons-nous ? Cela s'avère être vrai lors de la première partie du film mais la mise en scène est telle que le spectateur arrive même a s'attacher au personnage principal. Quant au film lui, il se décompose en deux ou trois parties plus ou moins distinctes. La première nous plonge dans le monde de ce jeune Alex et ses Droogs ou règnes une obsession on violence, sexe et délinquance. La seconde nous dévoile son séjour en prison puis voilà qu'arrive le dénouement; ce que l'on à fait d'Alex, le nouvel Alex, ce qu'il est devenu. Sous ces aspects très "durs" du film, Kubrick créa cette esthétique si unique et optera pour une mise en scène simple mais terriblement efficace. Révélation visuelle donc mais aussi d'interprète, et lorsque que l'on me parle d'Orange Mécanique, le visage de Malcolm McDowell me vient tout de suite à l'esprit. Et c'est à travers les yeux innocent de Malcolm McDowell, son humour espiègle, et son regard inquiétant que le spectateur assiste a une incroyable satire sociale et de son époque. La symbolique du titre Orange Mécanique ou "L'homme Mécanique" en Nadsat, le langage dans lequel s'exprime Alex et sa bande, représente clairement le résultat de l'expérience Ludovico sur le personnage d'Alex. Résultat lui aussi satirique du gouvernement et de la science médicinale et psychologique d'aujourd'hui. Ce qui, en 1971, était considéré comme de l'ultra-violence, est plutôt interprété comme de la violence malsaine à l'état pur de nos jours. En effet; nous vivons dans un monde ou, aujourd'hui, la violence est présente partout. Orange Mécanique n'a donc pas le même impact sur les générations d'aujourd'hui que sur celles qu'il visait en 1971. Ultra-malsin, ultra-satirique, ultra-culte: une œuvre cinématographique inoubliable qui ne subit guère les rouages du temps et cela pour notre plus grand plaisir.
    NoSerious M
    NoSerious M

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 14 critiques

    5,0
    Publiée le 22 août 2017
    2013, votre humble narrateur, alors âgé de 12 ans (OUI 12 ANS), qualifié depuis peu comme étant assez grand pour pouvoir visionner des films d'horreur, décide d'insérer la VHS du chef d'oeuvre de Stanley Kubrick dans le magnétoscope entre deux DVD de Saw... Un écran rouge sur lequel le crédit du film apparait, puis précédant un espace futuriste inquiétant, le personnage principal : ALEX DELARGE. ALEX ****** !!!!!!! Au commencement, le monologue du personnage. 2 minutes d'appréhension sur une perle minimaliste et inquiétante composée par Wendy Carlos. Et dire que Kubrick ne fut même pas satisfait de la musique du film, quelle erreur ! Ce synthé, reprenant de fameux airs classiques pour les rendre contemporains, tout est là pour installer en douceur une ambiance froide et d'attente de quelque chose. Le casting d'inconnus présenté, le travelling du vaste et mystérieux Korova Milkbar laisse place à un cadre spatio-temporel plus sombre et plus usé que notre monde d'aujourd'hui. Par conséquent plus fascinant... La caméra nous entraîne alors pour plusieurs séquences dans une déambulation de démonstrations des différentes activités de notre héros, garçon sadique, sans scrupule et brutal passionné par l'"Ultra-violence", et de ses trois meilleurs amis ("droogs" comme il les appelle) dans un Londres futuriste du XXIème siècle... pas si rapidement que ça, vu que le film prend largement son temps, et tant mieux, car c'est bien pour faire durer le ressenti du spectateur. spoiler: La scène du viol de Mrs. Alexander, cette situation ayant suscité maintes et maintes controverses, est l'une des celles qui ont le plus contribué à pouvoir exprimer la violence au cinéma. Cependant, le film connu une censure durant une vingtaine d'années, comme quoi le film forcerait ses spectateurs à imiter les antagonistes... Des gens qui n'ont rien compris au sens du film. L'air de rien, le film a beau être adapté de l'oeuvre romanesque de l'anglais Anthony Burgess, nous ne pouvons tirer la même morale des deux supports: spoiler: le roman montre qu'on ne peut changer l'Homme (puisqu'après avoir été hospitalisé, il redevient comme au début de l'histoire) tandis que le film montre qu'un Homme doit se rendre compte lui-même de ses erreurs, en dénonçant ainsi le gourvernement totalitaire. Ce film, j'ai beau l'avoir vu bon nombre de fois, jamais je n'ai réussi à m'ennuyer durant la seconde partie, alors qu'il ne se passe pourtant pas grand chose. Ces scènes de dialogues lents et poseurs, cette musique minimaliste qui accompagne sans jamais dominer, cette dystopie fourmillant de détails exploitant tout le talent de Stanley Kubrick, l'esthétique torturée et cauchemardesque londonien, cela fait déjà un paquet d'éléments remarquables. Cette première partie nous ouvre la porte de la plus mauvaise passion Humaine traitée sur le personnage d'Alex, cette passion brusquement rompue spoiler: par la justice qui l'a rattrapé, qui laissera place au début d'un long cauchemar pour Alex... Car le film devient maintenant un drame psychologique dans lequel toutes ses victimes s'amuseront chacun leur tour de la faiblesse du personnage dominante depuis le traitement Ludovico. Et ce sont de grandioses scènes de suspense qui s'ensuivent. Trahi par deux de ses anciens amis devenus policiers (ce qui n'empêche pas leur volonté à le torturer à son tour, encore une fois une critique du gouvernement cette fois sur la police), notre Alex se réfugie dans une demeure qui lui est familière: celle de l'écrivain Mr. Alexander. Celui-ci le reconnait petit à petit et nous fait part du décès de sa femme, violentée et violée par notre héros et sa bande au début du film Ici, la mort, n'est pas montrée à l'écran: par exemple, juste avant d'être rattrapé par la justice, Alex tente de tuer une riche femme, surnommée "La femme aux chats" en l'assommant avec une statue de pénis en plâtre (charmant ^^) néanmoins ni elle ni l'épouse de l'écrivain n'apparaissent mortes. Tout simplement parce que Kubrick n'a pas souhaité faire ressentir de la pitié pour elles, mais plutôt pour le parcours d'Alex DeLarge, à la fois protagoniste, anti héros et antagoniste qui réussit à avoir un look provocateur, dégueu et pourtant très classe ! Toutes ces scènes ou il subit à son tour prennent le spectateur à la gorge, et leur prouve que le véritable danger vient finalement des hommes contrôlés par le totalitarisme et certaines mauvaises décisions et envies humaines. Tout le film fonctionne du début à la fin, ou presque, de la même manière : on ne nous montre pas tout pour maintenir ce que Kubrick cherche à prouver, et c'est sans doute pour ça que ce film est le meilleur de sa filmographie, bien qu'il ne soit visuellement pas le plus beau (on lui préférerait à ça 2001) : on ne voit finalement presque jamais de scènes violentes (mis à part au début du film), ce qui crée en nous un sentiment d'attente de quelque chose de terrible qui peut arriver à tout moment. Pour parler du personnage d'Alex, j'ai un sentiment d'attirance-répulsion avec cette Homme: répulsion, parce que c'est d'abord quand même un sacre p'tit con. Attirance, parce que j'aime l'évolution morale du personnage. Monument du cinéma d'anticipation, mais aussi monument du cinéma tout court élevé au rang de film culte pour beaucoup, "Orange mécanique" est un de mes moments personnels d'admiration sans limites devant ce que permet de faire le cinéma. Je dois ça au casting dans son ensemble, bien sûr l'époustouflant Malcolm McDowell, mais aussi le reste du panier, non élevé aux rangs de spécialistes mais très bon quand même, particulièrement Patrick Magee, glaçant et malsain, Warren Clarke ou encore Michael Bates ! Je dois ça à la magnifique musique de Wendy Carlos, reprenant à merveille Rossini, Purcell et surtout Beethoven. Je dois ça à la VHS que possédait mon père, ce qui m'a permis de découvrir ce film en cachette alors que je n'y étais pas vraiment autorisé. On aura beau relever si on est spectateur de "Faux raccord" quelques petites mais peu importantes incohérences, tout est parfaitement maîtrisé, dans ce grand classique de l'anticipation qu'est Orange mécanique, qui fut pendant longtemps le numéro 1 de mon top 10 films et celui qui aura véritablement lancé ma passion pour le cinéma, ou peut-être qui m'a rendu cinéphile tout court... Longue vie à ce long métrage indispensable, et longue vie au cinéma tout court !!
    Djo D
    Djo D

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 290 critiques

    5,0
    Publiée le 25 mai 2014
    "J'aime vraiment le cinéma ", voila ce que je me suis dès la fin du film. Une claque, une vrai claque en pleine tronche, une réflexion sur l'homme, sur la punition et la remise en liberté, mais finalement on se laisse surtout emporter par la forme que par le fond, la bande originale étant admirable tout comme la réalisation, certains plans sont en effet jouissif rien qu'à les regarder. Personellement c'est la première partie du film qui m'a le plus impressionné avec toute cette violence, mais qui étonnamment ne choque pas autant que ça. Il est aisément rentré dans ma liste de films cultes!
    Shelby77
    Shelby77

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 53 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juillet 2016
    Critique de "Orange Mécanique". Un film qui, à sa sortie avait fait coulé beaucoup d'encre à cause de son côté violent. L'ambiance de la première partie du film est très glauque. Le scénario d'anticipation est très bien pensé et décrit ce que pourrait devenir notre société à l'avenir. Les solutions pour le traitement de la violence et de l'état psychologique de criminels par des méthodes peu orthodoxes. Le résultat (film) est plutôt intéressant. Un bémol, la durée du film , les scènes ennuyeuses ne manquent pas. Mais ça ne gâchent pas tant que ça le film. 4/5
    Mr. Winchester
    Mr. Winchester

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 45 critiques

    5,0
    Publiée le 14 août 2015
    Orange Mécanique fais parti de ces films qui ont traumatiser une génération, aujourd'hui c'est une autre histoire mais franchement pour un film qui a plus de 40 années il n'a pas pris une ride. On suis l'histoire d'Alex qui martyrise des personnes sans défense avec son groupe de gourou avant que ce dernier sois l'objet d'un cobaye pour le gouvernement incitant a stopper l'hyper violence. J'ai été bluffer par la mise en scène artistique et par les différents effets que provoque le film. On en sors vraiment retourné, un film a ne pas laisser entre toutes les mains malgré ses 44 printemps...
    Push the tempo
    Push the tempo

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 27 critiques

    5,0
    Publiée le 10 décembre 2013
    Je serai tenté de dire qu'il est pour moi un des meilleurs films que j'ai pu voir. L'atmosphère qui semble grossière nous procure une montagne russe de sentiments. Le ton est parfaitement dompté. Si Kubrick l'avez tenté sur un autre ton, si il n'avait pas contenu l'exactitude du ton voulu, il aurait été incompris ou juste différent. Le fait de se retrouver en permanence en opposition d'émotions rend le style complexe. Tout s'entre-choc, la violence, la mesure, l'animosité , la sympathie, le dégout, l'admiration, la cruauté, la pitié. On passe par toutes sortes de perceptions et tout est pourtant très maitrisé, c'est un film assez éprouvant pour le spectateur ! Quand la musique, les sentiments et l'extravagance des tableaux que nous offre chaque scène est en harmonie parfaite on peut parler de prodige. Orange mécanique est un chef-d'œuvre Stanley Kubrick un génie !
    Louis DCiné
    Louis DCiné

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 430 critiques

    3,5
    Publiée le 20 mars 2014
    L'un des plus grands film de Kubrick, avec "2001 : l'odyssée de l'espace" et "Shining"! J'avais envie de le revoir, et c'est sans regret. On est accroché du début à la fin malgré un rythme lent typique de l'époque. Les musiques sont incroyables, l'histoire intelligente, déjantée et dérangeante, un acteur principal formidable, une atmosphère unique!
    Rotten Tomatoes
    Rotten Tomatoes

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 659 critiques

    4,5
    Publiée le 18 juin 2014
    Waouh. Voilà ce qui me vient à l'esprit après avoir fini le film. Stanley Kubrick est un véritable génie. Le film est particulièrement oppressant, et cela même quand Malcolm McDowell (Alex) est sur son lit d'hôpital à la fin. La manière dont il mâche et dont il ouvre sa bouche pour réclamer de la nourriture... Orange mécanique est une descente aux enfers d'un psychopathe à qui l'on promet la guérison. S'il pensait s'en sortir par son intelligence, il se fera rattraper par la médecine et la psychiatrie et finira molesté pour les crimes qu'il avait commis. Au delà de la question de la réinsersion qui est bien présente mais qui ne m'intéresse pas, c'est toute une posture psychologique et dramatique qui ressort du film. Alex est un psychopathe et pourtant, même le spectateur ne souhaite pas qu'il subisse tout ça. La fin est terriblement frustrante, même si l'on peut aisément comprendre qu' spoiler: il est redevenu un psychopathe. A vrai dire, je pense qu'il n'y avait pas besoin de montrer la dernière scène. Sa simple phrase "As clear as a blue sky of summer" nous rappelle évidemment la réponse qu'il avait donné à son "père" avant de commettre l'irréparable. . Bref, pour résumer la perfection : des décors incroyables, des acteurs incroyables, une musique légère pour une névrose accablante et surtout, le plus de tous les films, des détails qui font la différence : son faux sourcil, les habits blancs, les mannequins de vitrine, le matricule 655321 et bien évidemment... La 9ème de Bethov. 4,5/5
    Chris Art
    Chris Art

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 181 critiques

    3,5
    Publiée le 16 novembre 2014
    (...) 2001 s’ouvrait sur un écran noir : c’est pour le rouge qu’opte Orange mécanique. Dans la filmographie si hétérogène de Kubrick, Orange mécanique n’est pas un film aimable. Son ton, son propos et son esthétique, son ancrage temporel aussi, font de lui un objet singulier qui, loin des splendeurs visuelles des autres chefs-d’œuvre, cherche à provoquer davantage qu’à séduire (...) Grand adepte de la distance contemplative (dans 2001, Barry Lyndon et dans une certaine mesure, par la largeur des plans dans Shining), Kubrick opte ici pour une esthétique immersive : au plus près des victimes, accompagnant la violence des coups, usant de plongées et contre plongées, le point de vue est interne. Complice, victime, le spectateur est forcé, comme le sera Alex plus tard, à regarder, et presque participer aux ébats. Caméra à l’épaule, intégrant la chorégraphie du mal, le cinéaste cherche clairement à provoquer un vertige et une nausée (...) l’effet de miroir systématique lors de la sortie de prison se révèle assez lourd. Les victimes deviennent les bourreaux, chacune à son tour, et la démonstration d’un déplacement de la violence est aussi lente que surlignée (...) Criard, outré, grotesque, cynique : ce n’est pas un film aimable, et à dessein, qui colore la filmographie du maître d’un éclat acide et fascinant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top