Mon AlloCiné
La Fiancée de Frankenstein
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,8
444 notes dont 57 critiques
26% (15 critiques)
39% (22 critiques)
26% (15 critiques)
9% (5 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)

57 critiques spectateurs

konika0

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 122 critiques

4,0Très bien
Publiée le 05/02/2017

Le monstre n'est pas celui que l'on croit. Il s'agit de la suite de Frankenstein, sorti en 1931, du même réalisateur. Ce coup-ci, ce n'est pas une adaptation du roman de Mary Shelley mais une aventure spécialement écrite pour le film. D'ailleurs, il est plutôt drôle que l'introduction de ce film soit faite par le personnage de M. Shelley elle-même. Le film commence donc là où finit le premier. La créature survit à l'incendie et continue de terroriser malgré elle les villageois. Spoiler: Le Dr Frankenstein renie se créature jusqu'au moment où sa fiancée est kidnappée par un étrange Dr Pretorius qui souhaite continuer les expérimentations de Frankenstein et donner vie à une deuxième créature qui pourrait être la fiancée du monstre. On le voit bien, tout est confusion. Le monstre et l'humain, le mort et le vivant, le bien et le mal, l'auteur et l’œuvre. A l'image du titre du film, il y a un jeu constant autour des frontières et de l'identité des personnages. Bien sûr, en toile de fond, c'est un appel à la tolérance. L'histoire, plus qu'effrayante, est touchante car on assiste à la réalisation de la malédiction qui touche celui qui n'est pas bien né. Sa candeur en fait un enfant victime d'un monde pétri de préjugés. Sur la forme, c'est impressionnant. Les décors et les lumières sont saisissants (quels portraits!). Les effets spéciaux sont énormes (scène finale, scène des humains sous cloche). L’esthétique est très travaillée à l'image de cette fiancée au look de punkette gothique à la Nina Hagen. S'il y a quelques répétitions et maladresses dans le récit, le film reste d'une puissance explosive et d'une profondeur qu'on ne soupçonne pas de prime abord.

Mephiless s.

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 697 critiques

3,5Bien
Publiée le 07/09/2016

Malgré quelques faux-raccords et un mannequin trop évident à un moment, le film est assez bon avec une humanisation intéressante de Frankenstein et une symbolique intéressante avec l'aveugle. La mise en scène et certains plans sont vraiment très travaillés et les principaux acteurs sont vraiment convaincants!

Attigus R. Rosh

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 1 036 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/04/2016

Suite de la déjà libre adaptation de l’œuvre de Mary Shelley, ce film est une création complète de James Whale et est tout aussi réussi (voire plus) que le premier. Boris Karloff est très à l'aise dans son costume / maquillage de monstre, qui même s'il paraît désuet aujourd'hui, constitue tout de même une référence en la matière. On peut reprocher à ce film de reprendre l'histoire du premier film. Par contre, la force du film reste dans le traitement du personnage du monstre. Autant dans le premier film, il ne s'agit que d'une bête uniquement capable de destruction. Là, on découvre un être capable d'émotions, d'apprentissage, de parole, de réflexion et même de philosophie, ce qui en fait un personnage beaucoup plus attachant, notamment dans sa relation avec le vieil ermite aveugle.

Mad Gump 10

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 716 critiques

3,5Bien
Publiée le 23/03/2016

Encore meilleur que le premier. Whale livre une mise en scène encore plus belle et travaillée, Karloff est encore plus crédible et tout le processus d'humanisation de la créature est très intéressant et bien exploité (ce qui rend la fin très réussie).

MaCultureGeek

Suivre son activité 697 abonnés Lire ses 948 critiques

2,5Moyen
Publiée le 06/12/2015

Aux vues de la réputation du film, je m'attendais à quelque chose de nettement supérieur au premier ( déja très bon ), à quelque chose de particulièrement bon, à un chef-d'oeuvre du genre. Imaginez ma déception, et ma tristesse, lorsque j'ai finalement dû lui assener une note de 5 sur 10, et d'environ 11 sur 20. Ce fut quelque chose de dur, je l'avoue, un véritable déchirement émotionnel. Franchement, je ne comprends pas cette réputation. Comment peut-on oser dire que le métrage est meilleur que le premier? Suffit-il de ne faire que trente bonnes et dernières minutes pour dépasser un authentique chef-d'oeuvre? Non, cela ne prend pas. Car même si le film s'avère beau, esthétique et original ( encore que c'est relatif ), rien ne pourra lui pardonner les trente premières minutes, d'une lenteur saisissante, et d'un ennui profond. Pour commencer, il faut avouer que tout y est, pendant la première partie, terriblement grotesque : le résultat final, moche au possible, est répulsant de mauvais goût : les acteurs cabotinent au possible, et l'écriture semble tenter de faire son travail, sans réellement parvenir à combler ce vide abyssal qui règne. La seule chose qui ne déçoit jamais, c'est véritablement la mise en scène de James Whale, sorte de vétéran de la Universal et de ses Universal Monsters. Sa réalisation, toujours aussi efficace, rivalise de trouvailles et d'imagination ( la scène des bocaux est un bijoux dans le genre ). De plus, elle s'avère constante, sans ne jamais baisser de niveau. Les plans, bien choisis et réfléchis, s'avèrent très poétiques. Le soucis vient donc, comme je l'ai déja exprimé plus haut, de l'écriture de l'oeuvre, complètement hors-sujet pendant plus d'une demi-heure. Elle est tout le temps dans l'excès, dans le grotesque; c'est à la fois ridicule et dérangeant, entre le malaise et le comique ( volontaire ou non, je ne saurai le dire ), au point d'en devenir complètement agaçant. La vision du monstre s'avère, comme précédemment évoqué, véritablement hors-sujet, au point d'en être complètement pathétique, et tellement décevant que c'en devient énervant. Apparaît donc une énorme rupture avec le film précédent, et qui n'est, cela va sans dire, pas de la meilleure des augures. De plus, le récit manque de sens, de cohérence, de cohésion; il n'y a pas de fil logique entre les scènes, tant de parlote que d'action. L'on ne se concentre, par ailleurs, jamais assez sur tel ou tel évènement, passant directement au suivant, sans réellement nous marquer l'esprit. Et c'est dommage, parce que cela le rend véritablement imparfait, et lui impose un gros problème de rythme, vraiment gênant ( tellement que j'ai eu du mal à ne pas regarder mon portable pendant la première demi-heure ). Pour en revenir à l'aspect esthétique de la chose, la bande-son, parfaite pour le métrage, l'illustre de manière grandiose; il pimente parfaitemen le tout, et se montre d'une étonnante, non, d'une sidérante modernité. Ensuite, au niveau du maquillage, le métrage lui même a complètement changé : le visage de Frankenstein, extrêmement différent, perd de l'aspect rafistolage du film précédent, et en tant que tel, j'ai préféré sa version d'origine, beaucoup plus touchante et viscérale. Il est donc trop simple, trop rudimentaire. Mais attention, sachez bien que je ne parle pas, là, de l'interprétation de Karloff. Ce dernier est complètement rentré dans le personnage, encore plus que précédemment. Désormais, il ne l'incarne plus, il le vit. Il ne joue plus la créature, il est la créature. Encore meilleur, il est, par delà même, encore plus touchant; il devient humain et, acquérant l'usage de la parole, s'humanise de plus en plus. Sauf qu'à partir de là, beaucoup crient au génie, à l'innovation. Mais, voyez-vous, ce serait oublier le roman que d'oser prétendre pareille chose. La créature saît parler dans l'oeuvre originale, ne l'oublions pas, allant même jusqu'à se questionner sur le sens même de la vie. Ici, son apprentissage est mené d'une bonne manière, se raccordant complètement au roman ( la scène avec l'aveugle, par exemple, est tirée, en majeure partie et dans son contexte, de l'oeuvre de Mary Shelley ). Un autre détail que je n'ai, pour le coup, pas apprécié : l'introduction. Admettre Mary Shelley dans son film, et ainsi mettre en oeuvre une mise en abîme de folie, était chose intelligente et convaincante. Seulement, c'est dans le fond que cela ne va pas, le fond étant convaincant. Le premier métrage n'étant pas du tout fidèle au roman ( mais alors vraiment pas, pour ne point avancer qu'il n'y a aucun rapport entre les deux, si ce ne sont les personnages présents dans les deux oeuvres ), ils essaient de l'y rattacher en mentant complètement sur la nature des évènements, et sur les évènements même, qui se trouvent dans le premier film, ainsi que dans l'oeuvre de Mary Shelley. Et cela, voyez-vous, je ne le supporte pas, parce que cela entraîne les gens n'ayant pas lu le livre à croire que le premier film lui est fidèle ( donc d'avoir une vision fausse des deux ), et de penser des choses complètement erronées au sujet du bouquin, de penser être cultivé et, à l'évidence, de ne l'être surtout pas. De plus, cela traduit un manque de courage évident, tant l'oeuvre revient en arrière pour ne pas se différencier de l'oeuvre d'origine; elle l'épouse donc, mais de la pire des manières envisageables. Voilà, en petite conclusion, je tiens tout de même à préciser que la fin rattrape tout de même énormément le métrage ( d'où ma note épousant la moyenne ); avec sa fiancée extrêmement convaincante, presque terrifiante. C'est ainsi que je voulais voir le métrage, pas en tant que comédie grotesque, et qui plus est ratée. et c'est dommage, parce que l'idée de base était géniale; mais là encore, elle venait du roman, et s'est vue traitée de la pire des manières. Sans dire que ce Frankenstein est un imposteur, il reste tout de même une énorme déception, un foirage presque complet, si l'on ommet de citer sa dernière partie, la seule acceptable du métrage.

Moorhuhn

Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 569 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 04/08/2015

Je vais vraiment finir par être frustré. Troisième Whale que je vois et troisième film qui me laisse encore sur ma faim malgré d’indéniables qualités, principalement d’ordre visuel. Je vais encore une fois avoir l’impression de répéter ce que j’ai bien pu dire sur les précédents films que j’ai pu voir du réalisateur. Plastiquement parlant, c’est juste irréprochable. La qualité de la photographie est d’abord à louer avec ce Noir et Blanc particulièrement léché qui fait vraiment plaisir à la rétine. Et la mise en scène n’est pas en reste avec de beaux mouvements de caméra très fluides et une mystification du monstre bien foutue. Et l’ambiance d’ensemble est également appréciable, apporte un cachet au film. Mais, et ce sera le même « mais » que pour le premier volet, le film est bien trop court pour développer ses thématiques qui sont pourtant très intéressantes. D’autant plus que sur sa petite durée (1h10), le film perd tout de même du temps avec des séquences inutiles. L’introduction avec le personnage de Mary Shelley qui s’apprête à conter la suite de Frankenstein est très superflue par exemple, ça n’apporte rien. Et quelques tournures du scénario sont assez idiotes, je pense notamment à la « résurrection » du personnage principal au début. J’ai eu du mal à croire entièrement en l’histoire malgré les quelques bonnes idées qu’elle développe. C’est surtout le développement accordé à la créature apprenant à utiliser la parole qui apporte une nouvelle dimension au film. Ces bribes d’humanité restantes rendent finalement ce monstre touchant car on sent qu’il y a quelque chose qui renaît, quelque chose qui pouvait être bon. C’est aussi là que le film brille, grâce à l’ambiguïté et l’ambivalence de son monstre qui le rend imprévisible mais pour lequel on peut finalement ressentir une certaine empathie. L’écriture générale est toutefois un peu bâclée, que ce soit au niveau de l’intrigue ou encore des personnages. Certains protagonistes étaient déjà inutiles dans le premier volet. Mais ici non seulement il y en a des inutiles, incarnés par des acteurs pas tops, et ils sont insupportables par-dessus le marché. Enfin surtout une en particulier. Et je me tourne bien évidemment vers cette vieille bique à la voix stridente qui surjouait déjà comme une truie à l’abattoir dans l’Homme invisible. Mais c’est juste pas possible, je n’attendais qu’une chose, que le monstre lui arrache la tête. Mais non, même quand il en a eu l’opportunité il ne l’a pas fait ! Blaireau ! C’est à se demander si Whale accordait vraiment de l’importance à ses personnages pour donner autant de temps à l’image à une crécelle pareille. Vraiment énervant, d’autant plus que ça n’apporte rien. Peut-être une touche d’humour en plus. Personnellement, ça m’a surtout donné envie de me tailler les veines. Me voici donc une nouvelle fois un peu déçu d’un Whale malgré toutes les bases narratives prometteuses et cet aspect visuel très soigné qui dégage un charme fou. Dommage que le même soin n’ait pas été accordé au scénario et à l’écriture en règle générale. La fin est également un peu expédiée et manque finalement d’impact du fait de la vitesse à laquelle le film se conclut. Après j’ai apprécié La Fiancée de Frankenstein car ses qualités prennent quand même le pas sur ses défauts, mais ceux-ci laissent un arrière-goût amer. Et la nouvelle dimension accordée au monstre s’avère tout de même plutôt bouleversante. Toute la séquence avec l’aveugle est notamment très touchante, pleine d’humanité. Dommage donc que les quelques points négatifs soient si visibles (et parfois si audibles).

Docteur Gaius Jivago

Suivre son activité 249 abonnés Lire ses 1 632 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/10/2014

Quatre ans après la réussite, tant commerciale qu'artistique de "Frankenstein", James Whale s'attaque à sa suite intitulée "La Fiancée de Frankenstein". Il reprend là où se terminait le dernier et nous fait suivre la créature de Frankenstein errant après avoir échappé à l'incendie. Intelligemment, James Whale s'éloigne du premier film et cette fois-ci, il braque peu à peu (surtout dans la seconde partie) sa caméra sur la créature de Frankenstein qui va d'abord errer dans la nature avant de rencontrer un vieil aveugle mélomane qui va lui apprendre quelques rudiments de langage. Toujours fascinante, la créature est au centre du film et James Whale semble jeter un regard tendre et des compassions sur lui et, sans tomber dans la lourdeur, il le rend émouvant, notamment lors des séquences avec le mélomane. Brillant metteur en scène, James Whale nous emmène dans divers chemins scénaristiques différents et parfois bien surprenant. Il n'hésite pas à changer de ton, passant de moments émouvants à horrifique sans oublier un humour (noir) souvent présent. Il met en place une atmosphère sombre et poétique où règnent mort et intolérance et n'oublie pas de travailler les personnages gravitant autour du monstre qui sont toujours autant intéressants, parfois dérangés et ambigus. La réussite de cette suite tient aussi à son esthétisme. James Whale nous emmène entre différents châteaux gigantesques, forêt brumeuse ou autre salles et repères scientifiques, qu'il sublime grâce à sa réalisation ainsi qu'aux décors inventifs et novateurs. Les interprétations sont toujours excellentes et en particulier l'imposant Boris Karloff, capable de transmettre de l'émotion à travers de simples grognements. Charmant, passionnant et parfois même fascinant, James Whale réussit l'exploit de hisser cette suite au même niveau que le premier opus, c'est dire si c'est brillant.

Estonius

Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 2 222 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 27/10/2014

Efficacement mis en scène, ce film est une mine de bonnes surprises, on va du "touchant" avec l'humanisation du monstre génialement incarné par Karloff, au cabotinage contrôlé avec les cris de Minnie (Una O'Connor), au savant fou au jeu théâtral (le dr Prétorius) sans que cela gêne en quoi que ce soit (la scène des petits personnages dans les bocaux qui arrive comme un cheveu sur la soupe passe aussi très bien). On notera des très belle scènes de foules (de meutes devrait-on dire !) une utilisation étonnante de la profondeur du champ, des plans quasi-expressionnistes (la course parmi la forêt dont on ne voit que les troncs, le chateau), une photographie mettant la très belle Valerie Hobson et bien sûr Elsa Lanchester (qu'on voit trop peu). Le dernier quart d'heure est sublime.

Thibault F.

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 596 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 21/07/2014

Moins bon que le précédent opus datant de 1931, La Fiancée de Frankenstein n'en n'ai pas moins dénudé d'intérêt qui se résume notamment à travers la technique irréprochable au niveau des trucages et autres effets spéciaux; un véritable tour de force pour les années 30. Nécessairement, Boris Karloff joue avec beaucoup plus de tendresse et de précision le monstre du docteur notamment grâce à une présence beaucoup plus intéressante et de premier plan (scène magistrale avec le vieillard aveugle inoubliable). Une réalisation et une atmosphère aux petits oignons même si le charme s'opère moins que dans la première version tout aussi mémorable en scènes qu'en effets. Cela reste néanmoins une bonne adaptation qui pêche dans son scénario minimaliste et la présence de la fiancée qui n’apparaît que 5 mn avant la fin du film... Dommage !

douggystyle

Suivre son activité 325 abonnés Lire ses 3 456 critiques

4,5Excellent
Publiée le 21/04/2014

Cas rare dans l’histoire du cinéma d’une suite surpassant le film initial (des situations que l'on trouve généralement que dans le cadre de trilogies), La fiancée de Frankenstein est le premier des films fantastiques produit par la Universal a ne pas être directement adapté d’un des romans de la vague gothique, une originalité compensée par l’ingéniosité avec laquelle la scène d’ouverture imagine le film comme un récit directement narré par Mary Shelley, auteure de Frankenstein, à son contemporain Lord Byron. La poésie dramatique de ce scénario vient de la façon dont il apporte au personnage interprété par Boris Karloff davantage d’humanité en lui faisant apprendre à parler et en lui donnant envie de se trouver quelqu’un qui le comprenne. Le rôle-titre est en fait une dualité assez troublante (qui a pour beaucoup participé à la confusion entre le scientifique et le monstre), celui de donner à la fois une fiancée au docteur Henry Frankenstein et de créer un alter-égo féminin à sa créature, un personnage qui, même s’il n’apparaitra que dans les dernières minutes du film, restera une figure mythique grâce notamment à sa coupe de cheveux inspirée des gravures de Néfertiti.

Ricco93

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 710 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 04/03/2014

Si Frankenstein possédait un défaut, c'était celui d'être trop court : La Fiancée de Frankenstein est donc là pour compléter l'histoire. Réaliser une suite à un chef-d’œuvre est une chose peut aisée : on est quasiment sûr de faire moins bien. La Fiancée de Frankenstein réussit l'exploit de faire aussi bien si ce n'est mieux que le film original. James Whale adapte librement, pour cette suite, certaines séquences du roman original (Spoiler: la créature pourchassée pour avoir sauvé quelqu'un de la noyade, l'apprentissage du langage auprès de l'aveugle...) et développe l'idée de la création d'une fiancée (Spoiler: chose que renonce à faire Frankenstein dans le roman mais qu'il fait ici). D'un point de vue narratif et technique, le niveau est toujours aussi élevé que le premier film et on peut même préférer ce second volet grâce à la volonté d'humaniser la créature de Frankenstein et à la liberté accordée à Whale liée à l'augmentation du budget. Ainsi, le réalisateur peut se permettre d'avoir des décors plus spectaculaires et surtout de bénéficier d'effets spéciaux encore plus impressionnants (les homoncules dû au grand créateur d'effets spéciaux John P. Fulton). En outre, Whale arrive à introduire plusieurs éléments comiques sans que cela soit néfaste au reste du film. De plus, il se permet de rappeler l'origine littéraire de l'histoire avec une introduction nous montrant le couple Shelley et Lord Byron. Enfin, cette introduction a l'intelligence de présenter un résumé du premier film, chose que font rarement les suites et qui empêchent parfois de pleinement comprendre le film si on ne se rappelle pas bien de l'original (Le Seigneur des anneaux en est un parfait exemple). Bref, La Fiancée de Frankenstein est et restera longtemps un modèle de cinéma fantastique.

heathledgerdu62

Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 1 612 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 15/10/2013

Un chef d'oeuvre absolu du cinéma d'horreur !!! Une excellente suite du tout premier Frankenstein reprenant le personnage de Marie Shelley , la véritable écrivaine du roman légendaire avec la regrettée Elsa Lanchester, le terrifiant Boris Karloff dans le rôle de la Créature, le regretté Colin Clive, la sublime Valérie Hobson , le regretté Ernest Thesiger !!!

cris11

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 973 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 13/10/2013

La fiancée de Frankenstein vaut essentiellement pour la nouvelle performance de Boris Karloff dans le rôle de la créature, qui parvient à faire passer toute l'émotion à travers son visage. La dimension humaine du monstre prend également plus d'ampleur avec notamment la scène où il rencontre l'aveugle qui lui apprend à parler. Une très belle scène. Il y a cependant pas suffisamment de nouveautés pour justifier une suite. De plus, il y a des personnages qui sont très mal joué et pénible comme le personnage de la vieille particulièrement agaçant. Cela reste une bonne suite, même si au final on a une impression de réchauffé malgré ce côté (encore) plus humain de la créature.

blacktide

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 743 critiques

3,5Bien
Publiée le 07/09/2013

Avec ce second volet des aventures du monstre de Frankenstein, James Wales parvient pratiquement a surpassé l'original en déployant une très bonne histoire, de très bons effets spéciaux car pour 1935 c'est vraiment très bien, un très bon acteur principal et une assez bonne réalisation. Bien sur, comme film d'horreur ça ne fait pas vraiment peur mais en même temps ça date de 78 ans quand même. Durant ces 1h15 (4 minutes de plus que l'original), le monstre se trouve un ami aveugle, il se trouve aussi une petite copine vers la fin mais le courant ne va pas très bien passé entre eux et s'amuse à faire peur à des villageois et à les tuer par la même occasion. Bref "la fiancée de Frankenstein" est une très bonne suite de "Frankenstein" où l'on ne s'ennuie pas une seconde mais pour moi ce n'est pas le film du siècle!!!!!!

dougray

Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 1 834 critiques

3,5Bien
Publiée le 24/07/2013

Souvent cité comme un chef d’œuvre du cinéma d’horreur classique et comme exemple de suite supérieure à son prédécesseur, j’avoue ne pas partager l’emballement des puristes pour "La fiancée de Frankenstein". Non pas que le film soit raté, loin de là mais je considère le premier opus comme bien supérieur. Tout d’abord, le Monstre de Frankenstein (toujours campé par l’excellent Boris Karloff) est, ici, moins impressionnant, d’une part, parce que l’effet de surprise a disparu et, d’autre part, parce que son interprète a un peu grossi, ce qui confère au personnage un aspect moins cadavérique et donc moins terrifiant. Heureusement, l’interprétation de Karloff est toujours aussi bouleversante d’humanité et de candeur, l’acteur confirmant qu’il reste, à ce jour, le meilleur interprète du rôle. J’ai, cependant, moins été gêné par ce léger problème d’apparence que par le film en lui-même. La faute en incombe essentiellement à l’obligation, pour les producteurs et le réalisateur James Whale, de faire mieux que "Frankenstein" qui avait considérablement, marqué les esprits. Le scénario est, ainsi, plus fourni avec une multiplication de sous-intrigues et des seconds rôles davantage mis en avant. Ainsi, outre la survie du Monstre et ses nouveaux malheurs, les scénaristes se sont intéressés aux doutes du Dr Frankenstein (Colin Clive, toujours aussi intense) quant à la poursuite de son œuvre, aux réactions des villageois face à la présence du Monstre (dont la monstrueusement cabotine Una O’Connor en horripilante gouvernante) ou encore aux intentions mystérieuses du Dr. Pretorius (théâtral mais amusant Ernest Thesiger). Paradoxalement, cette multiplication de sous-intrigues vient un peu éparpiller le récit et empêche le spectateur de se concentrer sur le Monstre, comme le faisait, avec une certaine majesté, le premier opus. Heureusement, le réalisateur peut compter sur la relation entre le Monstre et l’ermite aveugle (O.P. Heggie très bien) pour venir un peu compenser cette carence. Ce passage apporte, selon moi, toute sa valeur à cette suite. En effet, le Monstre, qui semblait condamné à la solitude, trouve, enfin, un ami qui va lui apprendre les plaisirs de la vie (boire, fumer…) mais également à parler. Contre toute attente, cette humanisation ne le rend pas moins effrayant et vient, définitivement, enfoncer le clou de la tragédie lors de leur douloureuse séparation. Cet arc scénaristique est, d’ailleurs, salvateur car la multiplication des sous-intrigues peinent à faire oublier que l’intrigue (et notamment le mode opératoire de la création de la Fiancée du titre) est sensiblement la même que celle du premier opus. Certes, le look de la fiancée de Frankenstein (jouée par Elsa Lanchester, devenue culte grâce à ce rôle de quelques minutes) est désormais un classique du genre (un de plus dans la galerie du maquilleur Jack Pierce) mais son intérêt reste mineur face au drame vécu par le Monstre, victime d’un créateur n’assumant pas sa création et rejeté de tous en raison de son apparence et de ses réactions. J’ai également trouvé que la mise en scène de James Whale, bien que toujours aussi travaillée (les jeux de lumière et les mouvements de caméra sont toujours aussi intéressants), était un peu plus artificielle ou, en tout cas, moins posée. Je reste, ainsi, dubitatif la justification du prologue mettant en scène l’auteur du roman d’origine, Mary Shelley (également jouée par Elsa Lanchester) ou encore sur l’intérêt des petites créations du Dr Pretorius, certes épatantes du point de vue des effets spéciaux de l’époque mais qui attentent à la crédibilité (toute relative, il est vrai) de l’intrigue. Ces scènes interdisent aux spectateurs d’imaginer que la création du être vivant à partir de cadavre est possible et viennent ancrer le récit dans la case fiction, alors que le premier opus était beaucoup plus ambigu sur ce point. Cette suite se veut donc moins sérieuse (comme le prouve la mise en avant du Dr Pretorius et ses folles ambitions) et emphatique… et c’est sans doute ce qui me fait préférer le premier épisode. Je serai moins dur sur certaines maladresses, inhérentes aux productions de l’époque, à commencer par le remplacement de la blonde Mae Clarke par la brune Valérie Hobson dans le rôle d’Elizabeth Frankenstein (sans explication sur ce changement de couleur) ou par la disparition inexpliquée de certains personnages du premier épisode (dont l’excellent Baron de Frankenstein ou le rival Henry Clerval). Enfin, la conclusion du film aurait pu (aurait dû) être plus dramatique, notamment pour le Dr Frankenstein et sa bien aimée, sauvés in extremis par le Monstre alors qu’il aurait été beaucoup plus cohérent qu’ils meurent dans l’explosion du laboratoire (et ce d’autant plus que cette scène avait été initialement prévu par le scénario). Bref, malgré les indéniables qualités de cette suite, je lui préfère définitivement "Frankenstein", plus cohérent dans son propos et dans sa forme.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top