Mon AlloCiné
    Cinema Paradiso
    note moyenne
    4,0
    3142 notes dont 161 critiques
    54% (87 critiques)
    27% (44 critiques)
    9% (14 critiques)
    5% (8 critiques)
    3% (5 critiques)
    2% (3 critiques)
    Votre avis sur Cinema Paradiso ?

    161 critiques spectateurs

    jimmyc
    jimmyc

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 131 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juillet 2013
    Voici le chef d 'oeuvre de Giuseppe Tornatore qui représente à lui seul une tranche de vie bouleversante et une parenthèse cinématographique éblouissante .... Effectivement il était bien difficile de raconter une histoire dont l'acteur principal est le 7 éme art ! Mais c 'était sans compter sur le talent du cinéaste pour juxtaposer cette histoire d 'amour à la passion sur grand écran ... Nous retrouvons une nouvelle fois la Sicile ,nous apprenons beaucoup de choses sur les conditions de vie dans le sud de l’Italie. L’histoire se passe dans un petit village après la seconde guerre mondiale. Les habitants sont pauvres, le cinéma est leur seule distraction. Ce film nous montre sa naissance son apogée et sa disparition due à l’apparition de la télévision . . . Ce monument récompensé lors du festival de Cannes se permet d'inscrire une histoire d'amour simple ,belle, accompagnée comme toujours par le maître "Morricone "qui par son sublime" Love Thème" apporte presque les lignes d'un scénario bien mené à son réalisateur . C’est un film nostalgique sans être passéiste, touchant, sensible,romantique..... Il est d’abord un vrai film d’amour, pour cet enfant qui découvre l’amour au cinéma, puis l’amour du cinéma et enfin, devenu grand, l’amour, mais qui ne dévie jamais de son rêve d’en faire son métier. Mais c'est aussi l’amour d’un vieil homme pour ce gamin qui grandit à ses côtés, qui lui sauve la vie, et à qui il apprendra tout de l’existence, y compris à voler de ses propres ailes. C’est enfin l’histoire d’amour entre Salvatore et Eléna, la jolie fille du banquier, où le réalisateur, en quelques scènes superbes, fait passer plus d’émotion que bien d’autres cinéastes en un film entier... Un cinéma qui vivait, malgré la censure religieuse, où les gens applaudissaient, huaient, se passaient le mouchoir pour les scènes larmoyantes… Mais la scène de la destruction du cinéma, loin de vouloir nous signifier que « c’était mieux avant » est juste une référence au progrès qui passe et efface parfois ce que l’on a adoré. La fin de l 'oeuvre est d 'une beauté renversante et les larmes de Jacques Perrin laissent une empreinte indélébile .... Superbe
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 9 avril 2015
    Le cinéma a une longue histoire qui a traversé les générations. Mais attention, une belle histoire, une histoire d'amour et de passion (d'argent aussi mais là on est dans la poésie). Cinéma paradiso est probablement l'un des plus beaux hommages au septième art. On y suit l'enfance d'un jeune italien qui va découvrir le cinéma. Au delà du cinéma, le film est également bourré de nostalgie (ceux qui ont déjà quitté un endroit où ils ont vécu de beaux moments me comprennent), et la dernière partie à elle seule suffit à arracher des larmes. Les personnages sont plutôt bien écrits, sauf Salvatore. Au début, quand il est gosse, il est attachant, espiègle et innocent, mais il perd de sa consistance lorsqu'il devient adolescent. Mes autres regrets sont que le personnage d'Elena n'apparaît que trop peu pour vraiment devenir attachante, et la carrière de Salvatore après son départ du village n'est pas montrée, c'est dommage. Sinon, c'est agréablement filmé, bien joué, ce n'est pas ennuyeux et la musique d'Ennio Morricone est sympathique. Un beau film plein de nostalgie et de tendresse.
    Leon H.
    Leon H.

    Suivre son activité 7 abonnés

    5,0
    Publiée le 8 janvier 2015
    Que dire sur ce film... sachant qu'il fait sans aucun doute partit de mon top 5 de mes films préférer... c'est un chef-d’œuvre que nous présente là Giuseppe TORNATORE. C'est le seul, je dit bien le SEUL film qui a réussit a me mettre les yeux en larme. Un casting plus que parfait et un scénario émouvant, extrêmement bien écrit, et d'une originalité incroyable."Cinéma Paradiso" devrait faire partit des grands classiques du cinéma. Bien que j'adore Philippe Noiret, lui aussi signe un des plus grand film de sa carrière !!! Et que dire de la somptueuse musique de notre compositeur préférer ENNIO MORICCONE...elle aussi donne une ambiance plus qu'émouvante et nostalgique.Surtout le passage "Love Thème" qui est le plus magnifique de mon goût.... que dire d'autre... honnêtement, c'est un film absolument magnifique, aussi triste que émouvant, nostalgique et extrêmement drôle !!!!! il est sans doute le meilleur film que je n'ai jamais vu de ma vie !!! (sachant qu'elle n'est pas très longue (13 ans)).
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 21 critiques

    4,5
    Publiée le 29 mai 2015
    Une œuvre touchante bercée par des comédiens magnifiques. Le réalisateur Giuseppe Tornatore ("The Best Offer") signe ici le long-métrage le plus abouti de sa carrière. L'histoire est d'une grande qualité d'écriture malgré quelques longueurs. Elle multiplie les séquences d'émotions et humoristiques avec une habileté sublime. Le duo principal contribue d'ailleurs à l'immensité de la richesse de cette œuvre. Philippe Noiret nous livre une interprétation tout simplement magistrale, tout comme les nombreux comédiens interprétant Toto Salvatore au long de sa vie. Une vie très bien mise en scène et superbement réalisée. "Cinéma Paradiso" est donc au final une véritable déclaration d'amour envers le Cinéma et un beau film comme on aimerait en voir plus souvent. Je précise tout de même que j'ai vu la version longue director's cut.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 358 abonnés Lire ses 5 436 critiques

    3,0
    Publiée le 5 octobre 2010
    Récompensé à la fois aux Etats-Unis et en France, comme en atteste son Golden Globe du Meilleur Film Etranger et son Prix Spécial du Jury à Cannes, Cinema Paradiso (1988) a bel et bien mérité son statut d'oeuvre emblématique, véritable hymne au cinéma, dédié aux passionnés, aux cinéphiles et aux simples spectateurs bien entendu ! Basé sur un scénario attendrissant et des personnages émouvants, on part à la découverte d'une passionnante rencontre, entre un vieux projectionniste (Alfredo) et un jeune garçon (Salvador). Entre eux, va naître une amitié touchante, faite de rires et de tristesses. Dans les rôles principaux, on retrouve avec beaucoup de plaisir Philippe Noiret (dans le rôle du projectionniste), l'épatant Salvatore Cascio (dans le rôle de l'enfant) et Jacques Perrin (qui interprète Salvador à l'âge adulte). L'ensemble étant agrémenté d'une superbe B.O composée par Ennio Morricone (elle aussi récompensée par le Prix de la Meilleur Musique à Cannes). Giuseppe Tornatore réalise ici une comédie dramatique empreinte de nostalgie et d'un amour immodéré du 7ème Art !
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 304 critiques

    5,0
    Publiée le 5 juin 2014
    A l’annonce de la mort d’un certain Alfredo, un grand metteur de scène, joué par Jacques Perrin, replonge avec nostalgie dans les souvenirs de son enfance passée dans une petite ville sicilienne d’après-guerre. L’histoire nous conte la relation entre un petit garnement à la recherche d’un amour paternel et un projectionniste un peu bourru mais au grand coeur. «Cinéma Paradiso» est aussi un vibrant hommage aux films d’antan et aux petites salles de cinéma qui étaient souvent la seule distraction et le point de rencontre de la population. Divisé en trois périodes distinctes, la magnifique première partie du film, drôle et pleine de tendresse, est principalement due au naturel et à la bonne bouille du jeune Salvatore Cascio. Face à lui, Philippe Noiret interprète l’un de ses rôles les plus emblématiques de son immense filmographie. La suite perd un peu de son charme mais reste poignante jusqu’à la sublime scène finale d’une belle et rare émotion. Revu récemment dans sa version longue, le film de Guiseppe Tornatore est encore plus beau, plus touchant et montre que bien qu’ayant eue des répercutions positives sur la carrière de l’enfant/ado, l’influence du vieil homme a également perturbé toute sa vie sentimentale, accentuant ainsi le côté tragique de ce petit chef d’oeuvre.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 437 abonnés Lire ses 1 507 critiques

    4,5
    Publiée le 3 mai 2016
    Cinema Paradiso : Un hymne à la vie, a l’amitié, a l’amour du cinéma. Non vraiment, ce film est remplit de nostalgique et d’émotion simple et humaine sur la vie qui passe et ce que on peut en faire. C’est avec ce genre de film que on peut dire : ça c’est du cinéma, c’est ce genre de film qui fait plaisir a voir et qui nous montre quelque leçon de la vie tout simplement. C’est a travers les yeux d’un homme que on va suivre depuis son enfance car cette enfant c’est liée d’amitié avec le projectionniste du village, a l’époque ou c’était la révolution du cinéma, a l’ancienne, avec la dur gestion des films, quand il y avait encore la pellicule qui pouvait bruler… je vous en dit pas plus. Mais sinon, le film raconte sa vie, comment il va découvrir son ami, l’amour du cinéma… Ce qui a de bien dans ce film, c’est qu’il montre tout les étapes de la vie du héros, l’enfant, ado, adulte donc on voit comme il évolue sa vie et tout, et déjà de base, les personnages sont très attachants et sympathiques a suivent, quand on voit leur déroulement sur le long terme de leur vie, c’est un angle intéressant et bien sympa. Et puis, ce que j’ai remarqué, c’est que il y a pas mal de leçon de vie comme je disais, mais elles sont bien montré et de façon simple car c’est grâce aux bons dialogues du film, quand on a de bons dialogues, ça s’entend et on retient mieux. Que demande de mieux quand on a de super acteurs pour les dires : le jeune acteur qui joue le héros enfant est très juste, et bien sur Philippe Noiret, quel acteur, il est remplit de charisme et de sincérité comme d’habitude, il y a que avec ce bon acteur que on transmet de bonne émotion. Finissons sur la technique du film : réalisation classique, a l’ancienne, en un mot : impeccable. Et les musiques, un pur bonheur et c’est singées Enrico Morricone, ce n’est pas rien. Donc voila, très beau film, très agréable à regarder.
    pietro bucca
    pietro bucca

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 570 critiques

    3,5
    Publiée le 28 décembre 2012
    Un bien beau film que j'ai vu un peu par hasard....C'est vraiment un très beau film,pourtant j'ai du mal a accrocher avec Noiret...Mais la,c'est du grand cinema....Bizarrement c'est un film qui m'a bien plus,mais que je n'ai pas envie de revoir,du fait de sa tristesse.J'aurais pu mettre une note plus forte,mais j'ai vraiment une gene par rapport a cela.
    Christiane M.
    Christiane M.

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    5,0
    Publiée le 4 mars 2013
    La version "tronquée" est une véritable hérésie à mettre à la poubelle, mais la version longue est MON chef-d'oeuvre, sans hésiter MON film préféré parmi tous les films existants sur terre. Pour moi on ne pouvait faire plus bel hommage au cinéma et à l'amour ce film m'a réconciliée avec le cinéma italien. Et a scène finale m'achève à chaque fois...
    Robin M
    Robin M

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 258 critiques

    3,0
    Publiée le 1 octobre 2010
    Pour son deuxième film Giuseppe Tornatore nous livre un film beau, sincère et touchant. Ce film raconte l'apprentissage de la vie de Salvator (Salvatore Cascio:enfant;Marco Leonardi:adolescent; Jacques Perrin: Adulte) par Alfredo (Phillipe Noiret)qui la lui apprend à travers les films qu'il projète.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 27 août 2010
    Un hymne du cinéma ! Présenté par un rythme lent mais qui en impose, Giuseppe Tornatore (Marchand de rêves) va de scènes cultes en scènes culte en interposant du cinéma dans le cinéma, en montrant John Wayne, Humphrey Bogart, Jean Gabin ou même Charlie Chaplin. L'interprétation est aux petits oignons, le duo formé par Alfredo et Toto sonne magnifiquement juste, au fur et à mesure que Toto grandit. L'enfant (Salvatore Cascio) nous montre déjà du grand talent ; l'ado en mal d'amour (Marco Leonardi) se pousse à la rêverie ; et l'adulte (Jacques Perrin) a l'art de toujours nous émerveiller. Philippe Noiret, lui, reste sobre et l'on ressent qu'il se retient : d'habitude, il "frappe" plus (comme dans Les ripoux et Le juge et l'assassin notamment). On sent d'ailleurs dans le film une impression de stylisme, ce qui fait ressortir l'aspect italien de Cinema Paradiso. Cinema Paradiso nous propose une autre vision du cinéma de par des plans cultes propres à Gabin, Wayne... alternés une fois par Noiret, une autre fois par Toto : ce qui reflète bien une certaine mesure du cinéma italien. La musique de Morricone (Mission, Le marginal et autres Leone) ne fait que renforcer cet aspect. Un chef d'oeuvre incontestable qui ne plaira qu'aux amateurs de films italiens. Spectateurs, direction le cinéma. Oui, mais lequel ?
    Sionsono2
    Sionsono2

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 682 critiques

    3,5
    Publiée le 10 février 2013
    Aaaah, un film qui fait du bien, qui nous fait aimer le cinéma, cet art qui était sujet à beaucoup de censure. On y suit Salvatore, surnommé Toto, un gamin qui se fait une passion pour le métier de projectionniste grâce notamment à Alfredo (ce qui est assez incroyable c'est qu'après une première projection d'un film, je n'arrive jamais à retenir les noms, mais ic oui, coïncidence?). C'est touchant, mignon, triste mais un peu kitsch, il faut l'avouer, et c'est qui m'empêche de mettre une meilleur note. Certes les acteurs sont bons, il y a la nostalgie des vieux films, un mini critique du cinéma, mais ce n'est pas assez pour en faire un chef-d'oeuvre. J'espère juste ne pas l'oublier dans quelques années.
    Michel1664
    Michel1664

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,0
    Publiée le 3 mai 2016
    Je l'avais vu il y a bien longtemps en ayant env. 15 ans, ce film m'avais alors laissé un superbe souvenir et m'avais transporté. Revu en 2016, environ 25 ans plus tard et curieusement j'ai beaucoup moins adhéré. Certes c'est poétique et Salvatore jeune est absolument irrésistible mais je l'ai finalement trouvé un peu longuet, et la magie n'à pas tellement opéré.
    Book_worm
    Book_worm

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 51 critiques

    3,0
    Publiée le 2 décembre 2010
    Cette reconstitution de la Sicile en période de guerre, dans ces coins reculés de la campagne où seuls les projections de films noir et blanc brisent le quotidien; où se mèle une amitié hors du commun entre un petit garçon turbulent et un vieux projectionniste esseulé donne une jolie histoire, pleine d'émotions, tout à la gloire du 7e Art. Les acteurs y sont très convainquants (surtout Salvatore enfant, Salvatore adulte et Alfredo le projectionniste; Salvatore adolescent étant peut-être moins remarquable) et les paysages magnifiques. Après, le film est un peu long et l'on aurait gagné en intensité en écourtant quelques scènes.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 343 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,0
    Publiée le 19 décembre 2014
    Rome : fin des années 1980. Salvatore Di Vita apprend indirectement de sa mère la mort d'un certain Alfredo. Incapable de dormir, il se remémore quarante ans plus tôt son enfance et sa rencontre avec Alfredo, beaucoup plus vieux que lui alors projectionniste au cinema "Paradiso". Passé un rapide début du film où l'on apprend la mort d'Alfredo, Giuseppe Tornatore nous emmène littéralement dans un petit village de Sicile suivre l'enfance de Salvatore alors surnommé "Toto", gamin débrouillard, malin et indiscipliné qui jongle entre sa famille pauvre, l'absence de son père qui est "à la guerre" puis sa rencontre avec Alfredo et le début de sa passion pour le 7ème art. Un cinéma omniprésent et échappatoire d'une réalité pas toujours heureuse, lieu où les gens du village découvrent toute sorte du film et ressentent des émotions, du rire aux frissons ensemble, comme si la salle ne faisait qu'un. Un cinéma passionnant pour les uns et fascinant pour les autres, à l'image de "Toto" qui collectionne les bouts de pellicule mais aussi un cinéma interdit à travers la censure du prêtre, parfois pour une simple scène de baiser, pour le malheur des spectateurs ! Giuseppe Tornatore dresse un portrait tendre, touchant et mélancolique de cette relation entre ce gamin et le projectionniste, sachant faire ressortir la profondeur et l'émotion de leurs relations sans pour autant tomber dans la facilité, l'excès ou le sentimentalisme mal venu. Il braque sa caméra sur Tornatore et donc sur une quarantaine d'années de sa vie, tout en offrant une réflexion sur le temps qui passe, l'amour et les aléas de la vie. Derrière la caméra, Tornatore maîtrise son film de bout en bout, gérant à merveille et parfois de belles manières les ellipses et remplissant ses cadres de plusieurs idées souvent bien trouvées. Le film est visuellement réussi, nous emmenant à travers l'Italie entre la Sicile (surtout) et Rome avec de superbes paysages. Les acteurs interprétant Toto et ce à tout âge sont impeccables, à l'image de Jacques Perrin pour le final magnifique où d'un simple regard il est capable de retranscrire toute l'émotion de son personnage, tout comme un grand Phillipe Noiret, qui lui aussi fait ressortir les émotions, la profondeur et l'évolution d'Alfredo. La vie de Toto est aussi accompagnée par la magnifique partition d'Ennio Morricone. Une belle fresque sur quarante années de la vie d'un jeune gamin pauvre qui va voir sa vie transformée par sa rencontre avec un projectionniste, une vie passionnante, touchante, belle et mélancolique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top