Mon AlloCiné
    Le Château ambulant
    note moyenne
    4,3
    19883 notes dont 749 critiques
    52% (393 critiques)
    30% (221 critiques)
    7% (56 critiques)
    6% (47 critiques)
    3% (20 critiques)
    2% (12 critiques)
    Votre avis sur Le Château ambulant ?

    749 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 26 septembre 2013
    Miyazaki me laisse pantois à chacun de ses films. Il ne se loupe jamais. Techniquement il est toujours au sommet de la perfection, scénaristiquement, il voltige hors des sentiers battus avec virtuosité et chaque fois que je visionne un de ses dessins animées, je retrouve la magie que j'ai éprouvée après avoir vu "Bambi" pour la première fois au Rex, quand j'avais 6 ans à la fin des années 1960. "Le château ambulant" m'a rajeuni beaucoup et a surtout dégagé mon âme d'enfant des couches de lassitude et de grisaille dont la vie l'avait recouverte.
    Outburst
    Outburst

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 515 critiques

    5,0
    Publiée le 16 octobre 2011
    Premier film de Miyazaki que je vois et ce ne sont pas mes 20 années d'existence qui m'auront empêché d'adorer ! Les dessins sont tellement beaux qu'on en arrive presque à oublier que justement ce sont des dessins, et on se laisse transporter du début à la fin dans cette épopée fantastique, pleine d'humour, d'émotion et de poésie. On en ressort avec plein de bonne humeur après être retourné en enfance pendant les deux heures que dure ce petit bijou d'animation. D'habitude j'ai beaucoup de mal avec les films d'animation mais je rend compte que c'est peut-être parce que je n'en ai jamais vu de bons.
    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 5 critiques

    3,0
    Publiée le 3 septembre 2016
    Toujours en quête de trésors cinématographiques de la Japanimation, après un marathon Ghibli assez chargé cet été, rares sont les dessins animés du studio que je n'ai pas encore visionné. Le Château Ambulant fait parti de ces quelques perles de Miyazaki que je n'avais pas encore découvert. Grand amateur de la filmographie du Magicien de l'animation Japonaise, je ne compte plus les coups de coeur que j'ai eu pour ses films, c'est devenu une habitude depuis le temps, chacune de mes découverte au rayon Ghibli se conclue par une grande claque ! C'est bien connue, on dit souvent que Miyazaki n'a réalisé que des chefs d'oeuvre...faux ! En effet, et j'en suis le premier étonné, pour la première fois depuis que j'ai commencé à m'intéressé aux films d'animations Japonais, j'ai été déçu d'un film de Miyazaki ! Je n'aurais pas cru cela possible, j'ai même encore beaucoup de mal à le réaliser à accepter le fait de l'écrire...le Château Ambulant est pour moi une déception ! (Allez y faîtes exploser le compteur de pouces rouges ! ^^). Après Princesse Mononoké et Le voyage de Chihiro débarque en 2004 le nouveau film d'Hayao Miyazaki. Le Château Ambulant, adaptation libre du roman "Le Château de hurle" de Diana Wynne Jones,nous raconte l'histoire de Sophie, une jeune chapelière dont la route croise un jour par hasard celle du grand et mystérieux magicien Hauru; Subjuguée par sa beauté, Sophie en tombe très vite amoureuse, hélas le soir, son chemin croise celui de la ténébreuse sorcière des landes qui, par jalousie envers Sophie, jette un sort à la jeune fille, la transformant en vieille femme de 80 ans. Ayant désormais perdu sa jeunesse et sa beauté, Sophie décide de partir en quête d'une aide pour se débarrasser du maléfice. Elle finie par la trouver au Château Ambulant, nul autre que la demeure du Magicien Hauru. Sophie décide alors de devenir la femme de ménage des lieux, tout en espérant se rapprocher de celui qu'elle aime. Mais elle ignore qu'Hauru cache de terribles secrets alors que la guerre fait rage et que les magiciens de tous le continent sont convoqués pour participer à la bataille. Voilà pour le pitch global. Et là je sent que je vais faire grincer des dents par centaines o_0 ^^ mais tant pis, je vais pas mentir. Qu'est ce que j'en ai pensé ? Huuum....difficile, vraiment je ne sait pas trop comment décrire clairement l'impression et les sentiments qui ressortent de mon visionnage. Bof bof, du bon et du moins bon; ça a beau être Miyazaki aux commandes ça ne suffit pas à me convaincre, je reste sur ma faim. Pourtant, le Château Ambulant possède bel et bien un charme bien présent, le synopsis sonne plutôt bien : l'histoire d'une romance entre jeune fille changée en vieille femme et un magicien légendaire dans un contexte de guerre...mais qui est loin de tenir toutes ses promesses. On ressent bien la présence de Miyazaki aux commandes et les codes du genre propres au réalisateurs sont bien réunis une nouvelle fois: de la magie, de la guerre, une petite mise en avant de l'aviation (toujours un thème cher au réalisateur) mais la sauce ne prend pas. En fait, si je devais rapidement décrire le film je dirais qu'il est à l'image de Calcifer, une petite flamme toute fragile qui menace de s'éteindre à chaque instant. Ce qui dérange en premier c'est bien entendu le scénario, certain n'auront rien à reprocher mai moi j'ai trouvé que c'était très très bancale tout ça. On nous déverse plein d'éléments scénaristiques comme le maléfice de Sophie, l'apparition du Château puis Hauru et la guerre...mais aucune intrigue n'est traitée comme il se doit à croire qu'on a racolé plein d'histoire ensemble pour n'en faire qu'une seule, c'est bâclé à plusieurs niveau, les éléments de résolutions manquent. spoiler: Genre, qu'en est il du sortilège dont est victime Sophie, elle est changée en vieille femme mais...plus on avance et plus c'est incohérent, quelque fois elle vieillit, quelque fois elle rajeunie...même si ça doit être lié à l'amour qu'elle porte à Hauru ça n'est jamais très clair, sans parler qu'on ignore à la fin si elle est libérée ou non...alors que c'étais le point de départ de l'intrigue quoi ^^. Sans parler de la sois disante "guerre" car il n'y a jamais de vraie guerre dans le film, jamais on ne s'attarde vraiment dessus...j'ai limite envie de crier au pétard mouillé. Et quoi d'autre encore ?? ...Ah oui, la sorcière des Landes, la grande méchante du film, présentée comme une entité maléfique, l'ennemi à abattre...c'est quoi ses raisons de jeter un sort à Sophie et puis....elle finie par être un personnage secondaire totalement inutile, une vieille folle même pas drôle bref, elle sert à RIEN. Quand à la romance entre Sophie et Hauru, sensée être au coeur du film, elle passe plus au second plan qu'autre chose, manque de saveur et de véritable sentiments, c'est loupé... . On a donc affaire à un film qui visiblement ne sait pas ou aller, ne sait sur quel pied danser pendant 2h. Et pourtant ces 2H ne paraissent pas trop longue et le film a quand même quelques bonnes trouvailles. Déjà ce qui m'a plût dans ce Ghibli (parce que tout n'est pas à jeter non plus), c'est sa magie, je veux dire cette ambiance bon enfant aux inspirations très "Disneyienne". J'ai tendance à rattacher souvent une production Ghibli à un classique de Walt Disney. Comme notamment le Voyage de Chihiro à Alice au pays des merveilles, Ponyo à la petite Sirène..., cette fois ce serait plutôt une version Nippone de la Belle et la bête (enfin plutôt la Vieille et la Bête^^) et la comparaison est agréable, on apprécie le fait que le maître de l'animation Japonaise s'inspire des Disney pour ses oeuvres. Sans oublier ces petites touches que j'ai trouvé proches de l'esthétique de Tim Burton (surtout le personnage de "Navet" l'épouvantail). Le fait que Sophie soit Chapelière au début nous fait directement penser au personnage de Tarrant Hightopp, le chapelier d'Alice au pays des merveilles puis les séquences ou elle fait le ménage dans le château ne sont pas sans nous rappeler Blanche Neige (on aurait envie de rajouter la chanson "Siffler en travaillant"). Le film nous propose de rencontrer toute une galerie de personnages hauts en couleurs et bien écrits mais encore trop lisses et pas assez émouvants. L'humour est présent et marche bien (dédicace à Calcifer, sans aucun doute le meilleur personnage du film =D ). Visuellement, si on remet ça dans le contexte de sortie du film, on ne peu que noter l'amélioration des dessins de films en films, la qualité visuelle ne cessent de s'améliorée, c'est plein de belles couleurs, d'autant que le film se délocalise pas mal du Japon pour des décors aux allures beaucoup plus Européennes à l'image de Kiki. Même la musique de J.Hisaichi m'a moins convaincu ici. Le Château Ambulant est pour conclure, un film très inégal, fragile comme une flamme, la magie de Miyazaki est bien là mais nous apparaît comme bancale, incertaine. Mon avis vaut ce qu'il vaut et mes arguments ne sont pas à prendre au pied de la lettre, ce n'est que mon avis purement subjectif, je vous conseille de tester par vous même. Un remake de la Belle et la bête sauce Miyazaki mais qui fait les choses à moitié, pas convaincant, fort dommage. 11/20
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 935 abonnés Lire ses 2 636 critiques

    5,0
    Publiée le 23 décembre 2006
    Comme tout les autres films du même réalisateur, c'est un chef d'oeuvre quelque chose d'incomparable où se laisse porter par l'étrangeté de l'univers, la beauté des scènes et des dialogues.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1156 abonnés Lire ses 2 468 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juillet 2014
    Difficile de dire qu’on est en terre inconnue avec ce « Château ambulant » tant la patte de Miyazaki est évidente. Malgré tout, encore une fois, il y a dans cet univers une foule de nouveautés qui fotn qu’un charme propre à ce film se dégage. Moi, en tout cas, je ne vois comment je pourrais résister à ce genre d’environnement où sont toujours mis en avant les déshérités du cinéma : les femmes, les vieux, les marginaux, les monstres… Pour moi c’est aussi ça la magie de Miyazaki et elle me plait terriblement.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 791 abonnés Lire ses 5 023 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Le nouveau chef d'oeuvre d'Hayao Miyazaki. Tout y est beau, poétique et merveilleux. Alors que l'animation est très sommaire, l'ensemble est pourtant magique, transcendé par un scénario incroyable, un monde ou tout devient possible, ou l'émotion est omniprésente et ou on est vraiment émerveillé de bout en bout. Bref, un très grand dessin animé, même supérieur au voyage de Chihiro. Superbe.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 347 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,5
    Publiée le 16 janvier 2018
    Il y a, dans l'oeuvre d'Hayao Miyazaki, une certaine magie, une aura qui transcende son art pour l'emmener au panthéon de l'animation, et Le Château Ambulant n'est pas une exception à la règle, où il nous fait voyager entre démon, sortilège, Guerre ou encore quelques somptueux paysages. Ici, Miyazaki n'hésite pas à prendre son temps, à s'intéresser à de nombreux détails et à la vie de son héroïne une fois qu'elle a reçu un sort l'enfermant dans un corps de vieille. Il sublime les paysages qu'il met en scène, mêlant steampunk, à l'image du château, et une influence occidentale, comme la magnifique ville qui ouvre le film. On se retrouve immergé au cœur de cette univers, le cinéaste japonais démontre à nouveau ses qualités de conteurs d'histoire, alors qu'il n'hésite pas non plus à truffer son oeuvre de savoureux détails. Ici il se montre aussi habile dans la description puis l'évolution des personnages, on les découvre vraiment petit à petit, et ils ont tous différentes facettes, souvent plus sombres ou mystérieuses. On s'attache facilement à Sophie qui voit son corps métamorphosé après sa rencontre avec le magicien Hauru, beau et puissant mais aussi immature et souvent rattrapé par son passé. Qu'ils soient principaux ou secondaires, ils apportent tous leur part à l'édifice, que ce soit un côté plus humoristique à l'image de Calcifer ou sombre, comme madame Suliman. Le Château Ambulant est parfaitement bien construit, alors que Miyazaki parvient à créer une passionnante mythologie autour de la sorcellerie, et un univers incroyable, capable de nous surprendre à chaque nouvelle trouvaille. Il se montre inventif, tant dans les paysages que personnages, et dévoile sa capacité à jongler entres les tons, entre épique, sombre, plus léger ou encore dans l'émotion, avec des amours impossibles, décevants ou incapable de se révéler. De la même façon, l'ambiance oscille entre jolie, poétique, sombre ou encore magique, et est tout du long prenante et teintée d'une certaine mélancolie. Il se montre plutôt subtil dans les propos, ici pacifistes sans jamais être lourd ou prendre trop de place, participant aussi à la fascination et l'émerveillement que l'on peut ressentir devant son récit. Ce dernier est d'ailleurs sublimé par une bande originale aussi lyrique que puissante, ainsi que des dessins et une animation qui sont à cette image, et c'est tout simplement magnifique, on se retrouve devant une suite de somptueux tableaux, adéquatement mis en musique, avec une parfaite écriture des dialogues, qui sonnent toujours justes et dans le ton voulu par Miyazaki. Le temps ne semble pas faire effet sur Hayao Miyazaki et, vingt-cinq ans après son premier film, il démontre toujours une créativité et un talent sans faille, proposant avec Le Château Ambulant une oeuvre à la fois sombre, lyrique et magique, provoquant émerveillement et fascination devant une si somptueuse suite de magnifiques tableaux.
    Ti Nou
    Ti Nou

    Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 1 749 critiques

    5,0
    Publiée le 17 mai 2007
    En adaptant le roman de l'anglaise Diana Wynne Jones, le maître de l'animation japonaise ne trahit pas son univers, bien au contraire, il s'approprie complètement l'œuvre de la romancière et aborde les thèmes qui lui sont chers, toujours sans le moindre manichéisme et avec une grande dose de poésie.
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 1 072 critiques

    5,0
    Publiée le 23 octobre 2016
    Une merveille d'animation que ce récit initiatique aussi enchanteur pour les enfants que profond et poétique pour les adultes. Dans le style qu'on lui connaît, Hayao Miyazaki livre un film qui mêle une architecture et des paysages qui rappellent énormément les Alpes autrichiennes à une magie vive, pétillante et colorée. Des personnages à la psychologie fouillée, sans manichéisme. Un scénario étoffé, aussi épique que "Princesse Mononoké" ou "Le voyage de Chihiro" mais bien moins alambiqué. Incontestablement un chef d'œuvre.
    lillois
    lillois

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 454 critiques

    4,5
    Publiée le 18 mai 2010
    Bien qu’il s’agisse de l’adaptation d’un roman, on retrouve dans ce "Château ambulant" quelques thèmes récurrents de l’œuvre d’Hayao Miyazaki. L’une des satisfactions de ce nouveau Ghibli dont j’attendais moins qu’à l’accoutumée, c’est la profondeur donnée aux personnages. On a un véritable développement de ceux-ci, le tout étant d’une justesse remarquable. Ce conte mêle habilement magie, dénonciation de la bêtise guerrière et réflexion sur la vieillesse et la valeur de la jeunesse. Le maléfice infligé par la sorcière des landes à Sophie choque, nous met mal à l’aise même s’il est parfois traité avec un certain humour (ainsi la jeune Sophie constatera qu’il est dur de vieillir mais qu’on y gagne en sagesse). De quoi faire réfléchir les jeunes spectateurs. Marque de fabrique géniale de Miyazaki : ses petits personnages secondaires. Si dans "Kiki la petite sorcière" il y avait un chat hilarant, dans "Le château ambulant" ce sont le démon du feu et un vieux chien qui soulèvent notre enthousiasme. D’un élément aussi basique qu’une flamme naît un Calcifer à la fois intéressant et attachant, sacrée performance ! Sans oublier l’épouvantail bondissant que l’on croirait directement sorti de l’univers d’Oz. Malgré une expression figée propre aux épouvantails, il nous apparaît terriblement vivant ! Quand la technique se met au service d’une grande histoire, le résultat sidère. Par moment, on assiste à une explosion de couleurs, n’ayons pas peur de dire que c’est somptueux. Le soin apporté aux décors est à tomber. Le chara-design classique du Maître séduit toujours autant (à noter qu’Hauru est aussi beau qu’il est censé l’être !). L’aspect du château à proprement parler tranche un peu avec le reste mais je l’ai trouvé épatant. Une boule se noue dans notre gorge à la fin de ce film. L’épilogue émeut, le spectacle fut magnifique, le voyage incroyable. En définitive, je me demande s’il ne s’agit pas de mon Miyazaki préféré, ce qui n’est pas peu dire !
    Wolverine1992
    Wolverine1992

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 175 critiques

    5,0
    Publiée le 25 janvier 2016
    Miyazaki nous offre, comme toujours, une oeuvre rafraîchissante ! Il nous emmène dans un monde magique, en guerre, qui ressemble étrangement au nôtre. Sophie y est changée en vieille femme par une méchante sorcière ; pendant son périple, elle rencontre Hauru et ses amis magiques qui habitent dans un château ambulant. Elle se confronte à la vie, aux sentiments, aux apparences... Tout y est pour nous redonner le peps : l'intrigue qui nous tient bien ses deux heures, le suspens, l'opposition des clans gentils/méchants, l'amour, une superbe musique, la pâte esthétique de Miyazaki dans ses graphismes qui nous rappellent parfois les dessins animés de notre enfance. Tout nous transporte dans ce monde... Un chef d'oeuvre ! A voir absolument !
    Ghibliste
    Ghibliste

    Suivre son activité 32 abonnés

    4,5
    Publiée le 16 mars 2015
    "Le Château Ambulant" est, une fois n'est pas coutume, l'adaptation d'un roman anglais collant parfaitement aux thèmes d'habitude chéris par Hayao Miyazaki, celui de la vieillesse en plus - dépeinte avec humour et élégance. Mais ce qui frappe d'abord, ce sont les décors absolument magnifiques qui défilent sous nos yeux : les montagnes, les prairies, la ville, ses châteaux, les intérieurs, tout cela est somptueusement coloré et détaillé ! L'animation est également excellente, et on en prend plein la vue dès les premiers mètres du château ambulant, aux premiers mouvements de foule, et aux premiers bonds de l'épouvantail. Il faut dire que l'univers que nous dépeint Miyazaki est foisonnant, moderne et rétro, magique et baroque à la fois, celui-ci fourmille d'idées en tout genre, d'imposants avions de guerre comme de monstres. Les personnages sont eux aussi très nombreux, et d'une certaine profondeur, de Sophie la timide chapelière à la possessive sorcière des Landes, en passant par le narcissique Hauru et son feu Calcifer. Mais c'est là aussi le défaut majeur du film : sa densité le rend difficile d'accès, et celui-ci a tendance à partir un peu dans tous les sens, comme on aimerait en savoir davantage sur cette guerre. Tout cela est quelque peu opaque. Au passage, je n'ai pas non plus été envoûté par la BO. Mais pour le reste, c'est impeccable, l'idée du château ambulant est magistralement exploitée, certaines scènes sont d'une poésie infinie (les feux follets par exemple), et le difficile mélange des genres est parfaitement réussi. A mon avis, il faut le voir au moins deux fois pour mieux en apprécier le scénario. Magique.
    Toto INF
    Toto INF

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 34 critiques

    4,0
    Publiée le 7 janvier 2017
    Un film incroyablement beau et magique qui promeut la gentillesse dans ce qu'elle a de plus pure. La vieillesse du corps est un autre thème fondamental du film, et qui est lui aussi magnifiquement bien traité, et de manière très original. Ça fait un bien fou de voir tant de positivité dans un animé si magique. Pour autant le film est loin d'être niais, et l'histoire raconté, sur fond de guerre et de conflits sordides, traite d'amour de façon certes atypique, mais touchante au plus haut point. Les personnages quant à eux, en plus d'être attachants, sont tous uniques et loufoques, mais participent énormément au caractère merveilleux du film. Un conte splendide, original, qui fait réellement plaisir à voir, et qui nous fait déambuler dans un monde incroyable.
    lilofandecine
    lilofandecine

    Suivre son activité Lire ses 28 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    c'est le film de Miyasaki que j'ai préféré.On ne comprend pas toujours tout mais on est pris par l'histoire dés le début et on est scotché jusqu'a la fin!!Quatre étoile pour un film vraiment génial que j'ai adoré !!
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 13 août 2015
    Ma première déception venant de Miyasaki. Le château ambulant n'est pourtant pas un mauvais film. Mais à mon avis pour aimer un film de Miyasaki il faut aimer son univers, et moi je n'y ai pas complètement adhéré, malgré le côté magiciens, surtout à cause de la transformation d'Hauru en vautour, de la guerre et de trucs comme ça. Ensuite il y a la love Story, qui aurait pu me brancher s'il n'y avait pas eu Hauru, parce que c'est typiquement le genre de personnage trop beau, qui sourit tout le temps, qui est élégant... Et à un moment il passe de ça à superficiel et je trouvais ça bien qu'on ait pas un personnage parfait, sauf qu'il le redevient. En plus il est trop peu bavard bavard et trop inexpressif pour qu'on s'y attache (même s'il y a une explication à ça). Ik y a aussi des moments où l'histoire m'a paru un peu fouillie. Et puis la dernière chose qui m'a d'elle est la fin, trop convenue, trop rapide. Après il y a du très bon boulot au niveau de l'apparence des personnages, toute cette thématique très bien exploitée. Un film de Miyasaki où je n'ai pas ressenti la même magie que pour ses précédents, et ou l'univers m'a moins plu. À voir quand même car ça peut plaire, et que c'est quand même très bien rythmé.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top