Mon AlloCiné
Les quatre cents coups
note moyenne
4,1
3618 notes dont 210 critiques
38% (80 critiques)
40% (85 critiques)
10% (20 critiques)
9% (18 critiques)
2% (5 critiques)
1% (2 critiques)
Votre avis sur Les quatre cents coups ?

210 critiques spectateurs

Luc G.

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 91 critiques

4,5Excellent
Publiée le 01/12/2017

Un film qui s’inscrit dans son époque de manière percutante alors que toute une génération peut se reconnaître à travers ce jeune adolescent incompris à l’intérieur d’une société rigide et oppres-sante. Le drame de cette histoire repose sur le fait que les châtiments subits par Antoine Doinel nous semblent injustifiés. Mis à part son côté distrait, le personnage ne démontre aucun signe de délinquance qui justifie que l’on s’acharne sur lui. Au contraire, on le sent allumé par une curiosité poétique exceptionnelle pour son âge. Il trippe sur Balzac au point d’y construire un petit autel en son honneur dans l’appartement familial. Il passe ses heures d’école buissonnière dans les musées et au cinéma. Delà la croyance que le film était largement autobiographique. Quoiqu’il en soit, Les quatre cents coups est une sorte de défi lancé à la société trop longtemps façonnée par une rectitude morale qui ne tient plus la route. Le dernier traveling qui suit le garçon dans sa fuite et qui le voit revenir sur ses pas pour jeter un regard directement vers l’objectif de la caméra est un message clair: « On se reverra ». Même si la mise en scène demeure relativement conventionnelle, le film résonne comme un cri de ralliement. Il évoque un ras-le-bol générationnel qui se transformera en une grande quête de liberté dont les artistes seront les principaux initiateurs. Cela vaudra au cinéma une Nouvelle vague de réalisateurs dont François Truffaut sera le porte-étendard.

Dory D.

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 125 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 27/09/2012

C’est toujours un immense bonheur de faire découvrir un film qu’on aime à ceux qu’on aime. Ces plans presque aériens du petit Doinel déambulant dans sa ville. Avec son sourire, sa solitude et sa jeunesse. Jusqu’au dernier plan, fabuleux, les pieds dans l’eau et vers l’horizon. J’ai hâte que mes enfants deviennent des ados boutonneux. On pourra aller voir ensemble la suite des aventures du pauvre Doinel.

Cliff554

Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 691 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 01/07/2013

Premier long-métrage de François Truffaut et initiateur de ce qui deviendra la Nouvelle Vague du cinéma français, "Les Quatre cents coups" est un chef d'oeuvre, en bonne et due forme. Dédié à André Bazin, l'un des fondateurs du célèbre mensuel "Les Cahiers du Cinéma" qui a pris Truffaut sous son aile (et que le réalisateur considérait comme son père adoptif), "Les Quatre cents coups" fut le premier film à mettre en scène le personnage d'Antoine Doinel, héros récurrent des futurs films de Truffaut comme "L'Amour à vingt ans" ou encore "L'Amour en fuite", marivaudages plus ou moins réussis selon mon avis. En effet, et ce à titre personnel uniquement, "Les Quatre cents coups" est le meilleur film de la saga "Antoine Doinel", le plus juste et le plus profond à mon goût. L'histoire d'un jeune garçon délaissé par ses parents et multipliant bêtises sur bêtises pour se donner une question d'exister. Truffaut l'a toujours clamé haut et fort, "Les Quatre cents coups" utilise des éléments autobiographiques concernant la jeunesse du réalisateur. Comme Truffaut, Doinel adore lire, passer son temps au cinéma et multiplier les conneries, comme celles de falsifier des mots d'excuse. En ce sens, le film est un magnifique portrait sur l'enfance, à l'instar d'un Comencini, en ajoutant le côté dur et âpre de la vie. Car "Les Quatre cents coups" est aussi un film traitant de la solitude. Solitude d'un adolescent délaissé par le monde, un peu paumé dans les rues de Paris, mauvais élève qui ne semble aucunement destiné à un avenir radieux. La mise en scène de Truffaut sublime magnifiquement l'histoire tandis que le choix de Jean-Pierre Léaud dans le rôle de Doinel est criant de vérité tant le jeune acteur ébloui par sa prestance. Les thèmes abordés par Truffaut, la narration ainsi que la réalisation font des "Quatre cents coups" un des films majeurs de la Nouvelle Vague, et du cinéma français, tout simplement. Une fable humaine, s'inscrivant dans une réalité sociale très bien retranscrite, sublimée par le talent de François Truffaut.

GabbaGabbaHey

Suivre son activité 125 abonnés Lire ses 1 579 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/01/2011

Un grand chef d'oeuvre de monsieur Francois Truffaut ! Une œuvre tendre et inspirée, intensément touchante et fascinante qui nous plonge au cœur de ce petit monde qu'est l'nfance, et on se retrouve incroyablement proche des personnages, et surtout le jeune Antoine, s'en est impressionnant ! Rythmé par une bande-originale douce et agréable, "Les 400 Coups" est un film marquant et inoubliable, dans lequel on peut admirer les débuts de Jean-Pierre Léaud, qui montre deja son grand talent d'acteur ! Truffaut met en scene l'enfance comme personne et nous offre un chef d'oeuvre virtuose et saisissant ! Un film tres émouvant, du grand art.

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 168 abonnés Lire ses 1 185 critiques

3,5Bien
Publiée le 28/10/2015

Un classique du cinéma français, pierre fondatrice de la Nouvelle Vague, "Les quatre cents coups" est le film qui révéla un acteur emblématique de ce mouvement, Jean-Pierre Léaud. Enjoué et libre dans un premier temps, le film s'attarde sur les détails du quotidien d'une famille modeste, avec une précision et une sensibilité qui permet une identification totale du spectateur aux personnages, même à l'instituteur autoritaire, dont Truffaut se moque gentiment. L'école comme lieu de discipline; la famille comme celui de la protection mais aussi du déséquilibre, qui se manifeste par les différences marquantes entre le père et la mère, ces deux parties convergent progressivement vers l'éclatement, faisant ainsi émerger la figure rebelle et solitaire du jeune Antoine Doinel. Mais en prenant une direction plus sombre, le film trouve moins de variations dans son ton, moins de ruptures de rythme aussi, et s'expose inévitablement à quelques longueurs. Reste la satisfaction d'avoir vu un film original, doté d'une grande vitalité, qui offre par ailleurs une poignée de moments particulièrement émouvants, comme son final ambigu qui met en scène à la fois le désir de liberté et le vertige d'un avenir incertain.

Benjamin A

Suivre son activité 295 abonnés Lire ses 1 897 critiques

4,5Excellent
Publiée le 23/03/2014

Premier film de François Truffaud mais aussi l'un des premiers manifestes de la nouvelle vague ainsi que de la saga comprenant cinq films mettant en scène Antoine Doinel, "Les 400 Coups" nous parle de l'enfance, avec ce personnage (en quelque sorte double du réalisateur) qui se cherche, se pose des questions et se sentant mal aimé, notamment par ses parents. Il a 12 ans et entre l'école buissonnière, les vils, fugues ou mensonges, il fait les 400 coups, parfois avec son ami René. Après quelques années passées en tant que journalistes influant au "cahiers du cinéma", où certaines de ses feuilles sont resté célèbre, notamment ses interviews avec Hitchcock, il passe avec brio à la réalisation, à l'âge de 27 ans avec ce film qui sera plusieurs fois récompensé notamment par le prix de la mise en scène à Cannes. Et effectivement, c'est un véritable coup de maitre de la part de Truffaud, qui en toute simplicité nous livre un récit simple mais pourtant si riche en émotions et intelligence. D'une très grande qualités d'écritures, abordant avec justesse et mélancolie la fin de l'enfance, il nous livre un récit tout le temps juste et touchant à travers un personnage très attachant, il ne tombe jamais dans la caricature ou la niaiserie, comme les films abordant ces thèmes en sont parfois propices. Les scènes d'ouverture et finale sont superbes et Truffaud fait preuve d'une belle maitrise technique et arrive à toujours capter les émotions avec brio. La photographie en noir et blanc est magnifique, tout comme les décors naturels, tourné dans un Paris qu'il sait sublimer. Le jeune Jean-Pierre Léaud nous montre déjà toutes ses capacités d'interprète. Une très belle œuvre, un hymne simple mais puissant à la liberté, n'oubliant pas les touches d'humours et sachant se faire touchant et émouvant de manière simple. Sincère, brillant et intemporel.

Skipper Mike

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 647 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 18/05/2013

Le premier long-métrage de François Truffaut est une perle sensible et émouvante. En créant son propre Holden Cauldfield à caractère autobiographique — interprété de façon remarquable par le jeune Jean-Pierre Léaud —, le metteur en scène filme une chronique de l'enfance d'une tendresse infinie, avec force réalisme. C'est très beau et très touchant, et il est difficile de ne pas s'identifier à Antoine, ce qui donne au film une valeur universelle et confirme son statut de chef-d’œuvre.

Moorhuhn

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 569 critiques

4,0Très bien
Publiée le 15/03/2013

Petite escale aujourd'hui sur un grand classique du cinéma français, l'un des premiers films de la Nouvelle Vague, à savoir Les 400 coups de François Truffaut sorti en 1959. Ce mouvement cinématographique marqué par une volonté de changement et de jeunesse face à un cinéma français jugé ringard a été et est encore aujourd'hui une source d'inspiration pour les cinéastes contemporains. Film en partie autobiographique, les 400 coups est l'un des films les plus emblématiques, ou du moins les plus connus, du mouvement. Petit coup d'oeil sur cette oeuvre mythique. Les 400 coups nous raconte l'histoire d'Antoine Doinel, un garçon de 14 ans vivant sous l'autorité d'une mère peu aimante et d'un beau-père frivole. Adepte de l'école buissonnière, c'est un gamin plein de bonne volonté mais bourré de maladresses qui multiplie les gaffes et bêtises en tout genre. Délaissant volontiers les cours pour aller au cinéma, Doinel est un garçon respirant la vivacité et la curiosité, prisonnier d'une société qui oppresse son désir de liberté. Le film est très intéressant dans sa démarche narrative. On constate que les scènes en intérieur (à la maison et à l'école notamment) soulignent l'aspect "carcéral" qu'éprouve le jeune Antoine dans un environnement peu propice à sa créativité et où on lui dicte constamment sa conduite. Je mentionnais le caractère autobiographique du film en préambule car Truffaut a lui-même connu une enfance difficile avec des parents peu aimants et des passages en maison de redressement ou prisons. Et c'est en partie ce que Doinel subira durant le film. Le cinéaste embarque son personnage principal dans une spirale infernale le privant de la liberté et de l'amour qu'il demande. A une époque où l'enfant n'était pas encore considéré réellement comme un homme en devenir, le film surprend par sa violence psychologique. Du fait que le jeune Antoine ne fait que se rebeller face à une autorité parentale qui l'étouffe et face à l'institution scolaire qui ne permet pas l'épanouissement personnel du fait de son austérité et de sa fermeté, nous sommes pris d'empathie pour ce jeune garçon paumé dans un monde impitoyable envers lui. Le regard de Truffaut porte sur l'enfance est tendre mais toujours ancré dans une certaine forme de réalisme. Le film est très juste dans son approche, il respire l'authenticité. Le traitement reste assez léger, même si le ton du film reste plutôt rude, Truffaut filme quand même de brefs instants de bonheur qui parsèment le film. Une scène de joie familiale, la simple lecture d'un livre, le plaisir de jouer... Les 400 coups nous propose autre chose qu'une vision unilatérale et c'est tout à son honneur. Visuellement le film est un régal. La photographie est somptueuse et va de pair avec le talent de mise en scène de Truffaut qui a réalisé brillamment son premier film. Gros plans oppressants en intérieurs, plans larges en extérieur, une mise en scène cohérente laissant souvent l'image parler d'elle-même. La séquence finale sur la plage est d'ailleurs d'une grande beauté, d'une grande classe. Malgré son âge, le film n'a quasiment pas pris une ride. Certes le film se concentre sur l'enfance d'une certaine époque où Facebook n'existait pas mais le propos reste encore d'actualité concernant la délinquance juvénile mais aussi sur ce qui la cause. Ce qui en fait encore aujourd'hui une oeuvre importante et tout à fait accessible, même aux néophytes n'ayant pas une grande culture cinématographique puisque le film peut parler à tout le monde (oui, oui, ça parle un film). Le scénario et les dialogues sont réussis, grâce à leur authenticité notamment. L'écriture de Truffaut est fine et intelligente, aucun personnage n'est enfermé dans une conduite parfaitement dictée, il y a une réelle recherche de sincérité dans les 400 Coups. Drôle, touchant, beau, ce film est une indéniable réussite et demeure encore de nos jours un film français majeur à découvrir ou à redécouvrir.

Estonius

Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 2 900 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 01/01/2013

Un film de François Truffaut (1959) avec Jean-Pierre Léaud. Il est extrêmement difficile de faire jouer convenablement des gosses au cinéma (combien de films ont ainsi été parasités par la présence de véritables têtes à claques ?), or ici, non seulement Truffaut y parvient mais nous rend le personnage extrêmement attachant. Beaucoup de tendresse, aucune mièvrerie, aucune démagogie, un peu d'humour (le passage avec Pierre Repp en prof d'anglais) la mise en scène est parfaite, les images sont très belles (on peut, c'est un bonus, considérer aussi le film comme un très intéressant documentaire sur le Paris de 1957, puisque tout à été tourné en décor naturel). Chef d'œuvre !

FDC33

Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 250 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 03/06/2012

Les Quatre cents coups est un film de François Truffaut de 1959 . Allons- y dès le début : ce long-métrage inspiré d'un film catastrophique ( Zéro de conduite de Jean Vigo , film qui pourtant m'avait plu à mon premier visionnage mais que je trouve insupportable aujourd'hui ) , il se détache de tous les défauts et des clichés qu'il aurait pu utiliser . Il relate ici les premières aventures du jeune Antoine Doinel , un enfant un peu rebelle , rêveur , en quête d'autre chose , d'un autre monde , lui qui vit dans un univers familial particulièrement difficile . Ce jeune garçon se retrouve dans de mauvaises situations ... Dans ce chef-d'oeuvre du cinéma français , on peut voir un portrait sur l'enfance et sur la jeunesse véritablement virtuose et magnifique mais aussi bouleversant , une jeunesse qui veut s'échapper , fuir le cadre dans lequel ils vivent . Ici , le jeune Doinel , dans une scène d'anthologie qui est la dernière scène du film , l'atteint lorsqu'il nous regarde , nous spectateurs , alors qu'il se trouve à la mer . Sublime .

shmifmuf

Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 1 759 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 16/04/2012

Premier film de Truffaut qui inaugure une filmographie riche et cohérente. Léaud à cette occasion devient pour la première fois le double du cinéaste.

Mad Gump 10

Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 716 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/11/2015

Mon premier Truffaut, et je ne suis pas déçu. On suit dans ce film Antoine Doinel, un cancre, que son professeur punit sans arrêt et avec une mère vraiment immonde avec lui. Doinel sait se faire dés le départ un personnage très attachant. On comprends ce qui le motive, pourquoi il fait des bêtises, mais le film n'est pas non plus manichéen, il pose juste un regard compréhensif et juste sur l'enfance, sa quête de liberté et de reconnaissance. Les acteurs sont tous formidables, la mise en scène de Truffaut est excellente, il y a de l'humour, de l'émotion, de la poésie... Bref un film touchant sur l'enfance.

Attila de Blois

Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 2 832 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/09/2015

Loin du style prétentieux et pédant de ses camarades de la Nouvelle vague, François Truffaut nous brosse le portrait (apparemment largement autobiographique) d'un jeune garçon délaissé par sa famille et qui sombre petit à petit dans la délinquance. Sur un scénario relativement simple, le cinéaste français fait montre de tout son talent de metteur en scène et nous happe littéralement dans son histoire. En prime, le jeune Jean Pierre Léaud nous livre une très bonne prestation malgrè son âge. Autant dire que "Les quatre cents coups" ouvre magnifiquement bien cette saga cinématographique.

Cthulhu Mantis

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 81 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 08/04/2015

Il est très difficile d'imaginer Jean Gabin ou un Jean Paul Belmondo sans les dialogues de la gouaille Parisienne écrit par Michel Audiard. C'est idem pour le tout jeune Jean-Pierre Léaud qui a 14 ans à la sorti du tout premier long métrage de François Truffaut donc tous les deux seront liés a jamais par leur collaboration et leur liens qui les unissent pendant plus de 20 ans et qui marquera également la célèbre saga Antoine Daniel. C’est toujours un immense bonheur de faire découvrir un film qu’on aime à ceux qu’on aime. Ces plans presque aériens du petit Doinel déambulant dans sa ville. Avec son sourire, sa solitude et sa jeunesse. Spoiler: Jusqu’au dernier plan, fabuleux, les pieds dans l’eau et vers l’horizon. Film qui a révéler Jean-Pierre Léaud et François Truffaut en 1959 qui deviennent mondialement connus pour les grands cinéphile du monde entier. Un an après A bout de souffle de Jean luc Godard qui révèlera au grand publique Jean-Paul Belmondo. Ce film est le tournant de l'arrivée de la fameuse nouvelle vague qui sont notamment François Truffaut, Jean luc Godard, Eric Rohmer, Claude Chabrol et Jacques Rivette. Cela reste certainement un souvenir vivifiant pour Jean-Pierre Léaud évidemment pour sa rencontre avec François Truffaut et ce lien qui les uniraient tant, donc Léaud n'a jamais sans doute réussi vraiment a faire le deuil. Il disait il n'y a pas longtemps lors d'un festival en Espagne pour le récompenser pour l'ensemble de sa carrière que quelque part dans le monde les gens l'identifier encore au gamin des quatre cents coups ce qui est incroyable alors qu'il doit maintenant avoir 70 ans et le film passer 50 ans. La jeunesse de Léaud qui est imprimé sur la pellicule est une image qui appartient définitivement au passé et à l'histoire du cinéma.

Béatrice G.

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 458 critiques

4,0Très bien
Publiée le 21/03/2014

Une chronique sur l'enfance douce-amère, touchante et tendre. L'apparente simplicité du film révèle en fait une extrême justesse et surtout petinence, même un demi-siècle plus tard; enfin c'est à ça qu'on reconnaît les chefs d'oeuvres: ils sont intemporels! A l'image du reste, le tout jeune Jean Pierre Léaud est simplement fabuleux et crève l'écran. Le final Spoiler: où on suit le héros Antoine dans sa course vers la liberté est magnifique. A voir pour la culture, certes, mais surtout pour le plaisir!

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top