Inferno
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,6 pour 195 notes dont 57 critiques  | 
  • 10 critiques     18%
  • 11 critiques     19%
  • 14 critiques     25%
  • 9 critiques     16%
  • 9 critiques     16%
  • 4 critiques     7%

57 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Redzing

52 abonnés | Lire ses 2042 critiques |

  2.5 - Moyen

Après le succès de "Suspiria", Dario Argento semble vouloir limiter la prise de risque, et se lance dans "Inferno", qui traite du même thème (la sorcellerie). Cette fois l'action se déroule principalement à New York, autour d'un immeuble ensorcelé dont plusieurs occupants seront tués. La première déception est le fait que "Inferno" ne cherche pas à innover. Outre la similitude du sujet, on y retrouve une esthétique proche de celle de "Suspiria", avec des décors et des lumières baroques, jouant essentiellement sur le rouge et le bleu. L'ambiance est ainsi réussie mais peu originale. En revanche, on notera une BO assez recherchée. Le second problème du film est l'intrigue peu passionnante, se résumant à une série de meurtres avec un fil conducteur fébrile, et un scénario diffus. C'est dommage car les séquences de meurtre, bien que moins brutales et moins efficaces que dans d'autres film d'Argento, demeurent assez angoissantes. Au final, "Inferno" est un film d'horreur appréciable, mais moins marquant que "Suspiria".

cylon86

121 abonnés | Lire ses 2709 critiques |

  3 - Pas mal

Après "Suspiria", Dario Argento nous livre le deuxième opus de sa trilogie des Trois Mères. Le principe est quasiment le même : un bâtiment étrange est habité par une vieille sorcière et la jeune Rose qui s'en rend compte appelle son frère à la rescousse. Si esthétiquement, le film est magnifique avec ses teintes de rouge et de bleu et qu'il nous réserve de belles séquences (dont celle aquatique au début), il faut bien avouer que ça pêche au niveau du scénario. Les personnages nous sont peu attachants et l'intrigue prend certains raccourcis vraiment gratuits, quitte à parfois tomber dans du n'importe quoi. Si au final, on sent que ce n'est pas le scénario qui intéresse le réalisateur, en le mettant de côté, il met également de côté ce qui faisait la réussite de "Suspiria" et il ne parvient qu'à moitié à nous plonger dans son univers.


djacno T.

3 abonnés | Lire ses 732 critiques |

  0.5 - Nul

Dans la ligné de suspiria, cette suite de la relecture d'Alice au pays des merveilles frise le ridicule. La beauté des éclairages et de l'image ne compense pas le manque de crédibilité et de maturité de l'ensemble. Certaines scènes frisent le ridicule. L"érotisme souvent suggéré est bien ringard. "Ce film n'est pas une fiction", c'est une farce!

OdyseeCinema

4 abonnés | Lire ses 108 critiques |

  4.5 - Excellent

Deuxième volet de la Trilogie des Enfers de Dario Argento, Inferno est sans aucun doute le meilleur film de Dario Argento. Inferno est un pur classique du cinéma d’horreur et d’épouvante certes, mais l’intérêt d’Inferno ne s’arrête pas là. L’histoire complexe autour d’Inferno est somptueuse digne d’un très bon giallo (ou thriller) et qui n’a rien à envier aux plus grand thriller classique. Le scénario mèle avec brio, mystère et secret sur fond de complot démoniaque. Un film qui tient en haleine le spectateur tout au long du film ! La réalisation est majestueuse, Dario Argento reprend la même trame de couleur que dans Suspiria (premier opus de la Trilogie des Enfers) mais en y ajoutant du bleu. Inferno se déroule alors dans un univers baigné par la pluie et l’eau (bleu) et qui se termine par le feu (rouge). Le mystère reste entier quant à l’auteur des meurtres brutaux et violent, ce qui donne au film un aspect encore plus spectaculaire. Les scènes de meurtres sont particulièrement bien tournée pour faire monter la tention chez le spectateur car plusieurs élements sont au rendez vous : la musique, la pluie, les yeux de chat, le , la fin grandiose et bourrée de rebondissement, laisse tout de même le spectateur sur sa faim car de nombreux mystères demeurent. Inferno est un spectale d’horreur et épouvante à voir absolument.

http://odysseeducinema.wordpress.com/2013/09/23...

L'homme le plus classe du monde

77 abonnés | Lire ses 396 critiques |

  4.5 - Excellent

Je préfère définitivement Dario Argento dans sa période fantastique / épouvante. Avec Inferno, on retrouve le style déjà expérimenté dans Suspira. Des lumière et des décors aussi somptueux qu'irréel qui donnent au film des allures cauchemardesque, le tout agrémenté d'une musique psyché très typé années 80. Pas grand chose de neuf, donc. Mais le style "Argento" est tellement atypique qu'il ne peut pas nous laisser indifférent. Soit on aime, soit on déteste. Pour ma part, je kiffe ma race !

l'aigle de la route

36 abonnés | Lire ses 3406 critiques |

  2.5 - Moyen

D'un coté il y a un début de style et un petit suspense de l'autre une direction d'acteurs limitée, un montage mal foutu et un manque de rythme, difficile de dépasser la moyenne dans ces conditions.

Yannickcinéphile

44 abonnés | Lire ses 1176 critiques |

  4.5 - Excellent

Parmi les grands films d’Argento, figure indéniablement Inferno. Celui-ci est un peu plus hermétique que Suspiria, et son mode de narration, tout en rupture peut déconcerter, mais le résultat est de grande qualité. Le casting alterne des jeunes premiers, des habitués du cinéma d’Argento, et des acteurs expérimentés. Parmi les jeunes premiers, Leigh McCloskey, le héros. En fait c’est un peu dommage que ce soit lui, car je trouvais l’actrice du début, Irene Miracle, tout à fait charmante et bien dans la continuité de Suspiria. McCloskey ne s’en tire pas mal, mais il est clair qu’il est inférieur aux seconds rôles du film. Ceux-ci sont jouaient notamment par Daria Nicolodi, bien dans son rôle comme d’habitude, et quelques acteurs haut en couleur comme Sacha Pitoeff, tout à fait remarquable. Il incarne un antiquaire avec une force et un charisme impressionnant. Dans l’ensemble c’est convaincant. Le scénario comme je le disais est déconcertant. Il se construit tout en ruptures, et du coup l’héroïne du début cède sa place après une bonne trentaine de minutes à un nouvel héros. Il y a des cassures assez nettes à chaque fois, et l’immixtion du fantastique s’avère souvent surprenante, notamment dans les sous-sols de la bibliothèque. Si clairement il y a une volonté de construire son histoire de manière originale, Inferno dépasse un peu Argento par moment, et celui-ci ne maitrise pas complètement son affaire, de sorte qu’en effet, Suspiria, avec sa narration toute simple, était mieux ficelé qu’Inferno. Néanmoins l’ensemble est tout à fait prenant, il y a des passages remarquables d’intensité, et au final si on se laisse happer par l’onirisme du métrage, il y a des anicroches qui s’effacent sans problème. Sur la forme c’est la perfection. Là Argento est au sommet de son art. La mise en scène est brillantissime. C’est propre, c’est réfléchi, c’est audacieux, il y a une vrai personnalité dans ce film, on sent que c’est l’œuvre d’un réalisateur en particulier, et pas une œuvre quelconque. Il y a des moments magistraux, notamment dans le sous-sol de l’immeuble. La photographie est grandiose. C’est un peu plus sobre que Suspiria, mais il y a toujours cette magie des couleurs, ces contrastes de rouge et de bleu sublimes, cette flamboyance qui peut déplaire certes, mais qui indiscutablement a été l’objet d’une minutieuse étude. Les décors sont eux aussi très bons. Là encore plus sobre que Suspiria, ils sont néanmoins envoutants, avec un travail sur les matières, les textures, les accessoires, qui sont d’un raffinement rare. Coté horreur, Inferno est assez soft. En fait si les effets horrifiques ne sont pas mal du tout, ils sont assez peu nombreux, et comme dans Suspiria Argento se concentrent sur l’effet graphique plus que sur le réalisme des meurtres. Du coup le sang n’est pas crédible. Par contre coté effets spéciaux, présents à la fin, les 33 ans du film leur ont donné un coup fatal. Enfin la musique est brillantissime. Le thème du début notamment est une pépite à jouer au piano qui plonge tout de suite le spectateur dans une ambiance envoutante. Pour conclure sur Inferno, voilà un film à voir pour tous les amateurs de cinéma Bis italien et plus largement, de fantastique. C’est une des sommités du film esthétique, proposant constamment une image d’une beauté effarante. Alors certes l’acteur principal n’est pas très bon, certes le scénario manque de précision, certes les effets spéciaux sont faibles, mais visuellement Inferno écrase la concurrence, porté par une mise en scène qui est peut-être la meilleure de toute la carrière d’Argento.

douggystyle

154 abonnés | Lire ses 2894 critiques |

  1.5 - Mauvais

Cette faute-suite de Suspiria, qui n’en reprend que la légende autour des mères sorcières, fut en fait un prétexte pour Dario Argento d’utiliser les codes propres à ses giallos dans un film uniquement axé sur l’horreur. Le résultat de cette manœuvre a beau être un hommage à ce style italien directement inspiré de l’opéra et du théâtre grand guignol grâce à ses jeux de couleurs et à musique omniprésents mais n’est qu’une série de meurtres rapidement expédiés sans réalisme ni frayeur et de dialogues terriblement creux, le tout sans aucun rythme ni le moindre approfondissement de l’aspect fantastique. De nombreuses scènes (à commencer par l’attaque des chatons et même le dénouement) sombrent littéralement dans le ridicule. Kitch à souhait, ce film est une triste déception pour les amateurs d’un réalisateur pourtant ingénieux.

soniadidierkmurgia

59 abonnés | Lire ses 1854 critiques |

  3.5 - Bien

Deuxième volet du triptyque des trois mères à ce jour inachevé par Argento (il a entamé le troisième épisode en 2007 à Rome). On ne peut qu’être exigeant après le choc que fut le premier opus de la série. Celui-ci est un ton en dessous même s’il demeure certaines scènes magnifiquement filmées comme celle où la jeune locataire plonge dans l’eau qui se trouve juste en dessous du sous-sol de l’immeuble où elle se trouve seule en plein NewYork. Manque de chance c’est celui où loge la plus jeune des trois mères et aussi la plus féroce. Avant de périr elle aura le temps de contacter son frère à Rome qui devra enquêter seul dans cet immeuble maudit tenu d’une main de fer par la redoutable Alida Valli. On trouve aussi le toujours curieux Sacha Pittoef qui vieux libraire arménien trouvera la mort en plein Central Park alors qu’il tentait de noyer des chats venus envahir son appartement.

matt240490

17 abonnés | Lire ses 776 critiques |

  1 - Très mauvais

Deuxième métrage de la trilogie des Mères après Suspiria, Inferno n'a de classe que son affiche et sa musique. Ces deux qualités en moins, c'est pratiquement un navet auquel l'on fait face. Ennui, ennui, ennui, c'est ce que déclenche Dario Argento avec ce film, en ajoutant bon nombres de scènes totalement invraisemblables, des personnages plus bêtes les uns que les autres et une finalité ridicule. Ça en devient vite navrant et désespérant tant le gâchis est énorme.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Playlists
7 vidéos
20 ans après : Qu'a dit le cinéma du génocide rwandais ?
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #8 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos qu'il fallait voir cette semaine
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné