Notez des films
Mon AlloCiné
    Conversation secrète
    note moyenne
    3,7
    1870 notes dont 122 critiques
    répartition des 122 critiques par note
    23 critiques
    39 critiques
    34 critiques
    19 critiques
    5 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur Conversation secrète ?

    122 critiques spectateurs

    septembergirl
    septembergirl

    Suivre son activité 456 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    3,5
    Publiée le 15 janvier 2014
    Un bon thriller d’espionnage de Francis Ford Coppola qui joue habilement avec les codes du thriller paranoïaque et ceux du drame intimiste. La mise en scène est soignée et l’intrigue n’est dévoilée qu’au compte-gouttes. Une réalisation, au scénario tortueux, qui baigne dans une musique jazzy, révélant les états d’âme et le blues du protagoniste, un personnage campé d'une très belle manière par Gene Hackman. Une œuvre angoissante, captivante et énigmatique !
    David R
    David R

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 271 critiques

    1,5
    Publiée le 5 avril 2012
    Je n'ai pas accroché à cet opus signé Coppola. Oui, Gene Hackman s'en sort très bien, de plus en plus englué dans une paranoïa sans fin, il s'accapare avec grande classe ces enregistrement énigmatiques, mais au final, je trouve la mise en scène peu rythmée, et je reste dubitatif en voyant que ce film obtint une palme d'or à son époque. J'ai dû passer à côté de quelque chose, assurément.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 21 avril 2009
    Hackman Coppola c'est du solide pas de problème, l'intrigue finale est réussie aussi, néanmoins le film est un peu creux.
    Uncertainregard
    Uncertainregard

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 1 267 critiques

    1,5
    Publiée le 11 avril 2012
    Je suis un grand admirateur de Coppola mais il y a quelques unes de ses oeuvres qui ne sont pas passées. Ce film à suspens haletant gagnant en intensité ne m'a absolument pas touché étant donné un scénario confus prenant de nombreuses directions sans véritable trame principale. Une histoire peu intrigante menée par un Gene Hackman peu inspiré à l'égale de la mise en scène et des dialogues dépourvues d'émotion...
    Serge Riaboukine
    Serge Riaboukine

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 946 critiques

    0,5
    Publiée le 27 juillet 2009
    Les bons films de F. F. Coppola ne seraient que de purs produits de la chance ? Je pourrait le croire en voyant ce "Conversation secrète" et, il y à quelques semaines, "Rusty James" ! J'ai déjà du mal à me souvenir du film alors que je l'ai vu hier, c'est dire l'impression qu'il me laisse ! Un thriller ? Que se passe-t-il au fond ? Un couple espionné durant un quart d'heure, du bla-bla durant une bonne heure, un dénouement très décevant... Oui, d'accord, on a droit à de bons acteurs, à une mise en scène intéressante, audacieuse pour l'époque... Mais comme le disait J. Gabin, pour faire un bon film, 3 choses : une bonne histoire, une bonne histoire et une bonne histoire. Celle de "Conversation secrète" peut convenir un à court métrage mais pas à un film de près de 2 heures ! C'est l'ennui qui m'a gagné, rien d'autre.
    brunocinoche
    brunocinoche

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 903 critiques

    3,5
    Publiée le 19 juin 2015
    Film surestimé, bien en deçà de son modèle "Blow up". Même De Palma s'en tire mieux avec son "Blow out". Malgré la présence de l'excellent Gene Hackman dans un rôle d'anti-héros, c'est l'ennui qui domine tout le long du film. On s'amuse surtout à retrouver Harison Ford, Teri Garr, John Cazale ou Frederic Forrest à leur débuts. Quant à la séquence du salon international du parfait petit espion, on se pince pour ne pas rire, on est chez les Monty Python ou quoi? Bref, on a surtout envie de revoir "Le parrain 2 " et "Apocalypse now" et on comprend pourquoi la filmographie de Coppola n' a plus vraiment convaincu depuis pas mal d'années.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 9 décembre 2013
    Décidément qu'il est bon de se replonger dans l'oeuvre de Francis Ford Coppola. Après le très bon "Outsiders", au tour de "Conversation secrète" de passer dans le lecteur DVD. Première palme d'or obtenue par Francis Ford en 1974 (la seconde sera "Apocalypse Now" en 1979), "Conversation secrète" rentre dans le domaine de ces thrillers paranoïaques qui se faisaient légion depuis le scandale du Watergate. Pourtant, le film de Coppola n'insiste pas vraiment sur le suspense, ni l'action. Le long-métrage est plutôt centré sur le personnage de Harry Caul, interprété par l'excellent Gene Hackman, sur sa descente aux enfers après avoir mis sur écoute un couple pour le compte d'un magnat des affaires et avoir découvert que le dit couple était en danger de mort. Ainsi lentement, on suivra Caul plonger dans une certaine mélancolie, et tenter tant bien que mal de sauver la vie des deux individus. Plus qu'un véritable thriller, Coppola nous plonge dans un film psychologique ou l'état mental de son personnage principal est plus important que les terrifiantes choses se déroulant dans sa vie. Influencé par le "Blow Up" d'Antonioni, "Conversation secrète" est certes un film lent. Il peut dérouter comme fasciner. Toutefois, cette lenteur s'applique au mode de vie du personnage joué par Hackman, soit un homme introverti qui cherche à faire son boulot mais qui se retrouve pris de remords. Un homme qui a le pouvoir de donner la vie comme la mort de par une bande audio qu'il a lui-même enregistré. Opportunité pour Coppola de poser des questions à la fois à son personnage principal, comme au spectateur, de comment réagir dans de telles conditions. L'ambiance lente et l'image grisâtre vient d'ailleurs souligner l'aspect paranoïaque du sujet, alors que Caul sombre petit à petit dans une sorte de schizophrénie latente. "Conversation secrète" est un film intimiste et très bien mené, aussi étrange et envoûtant que l'histoire racontée. Bref, j'ai l'habitude de le dire maintenant, mais "Conversation secrète" est une nouvelle fois une belle réussite signée Francis Ford.
    Wobot
    Wobot

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 137 critiques

    4,0
    Publiée le 3 mars 2013
    Alors que le film patine les 40 premières minutes,il réussit à se resserrer et on arrive enfin à se mettre dans le bain de l'intrigue et à rentrer dans la tête du personnage principal(on ressent sa paranoïa,sa solitude,ses doutes,son ambiguité etc...).Très beau portrait d'un homme tourmenté(travaillé magistralement par un Gene Hackman tout en retenue) et une mise en scène retranscrivant parfaitement les méandres du personnage et la froideur de l'univers,"Conversation secrète" aurait pu être un chef d'oeuvre si il ne serait pas handicapé par une première partie qui se traine...
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 294 abonnés Lire ses 1 406 critiques

    4,0
    Publiée le 14 mars 2019
    "The conversation" s'ouvre sur un plan en plongée et une place sur laquelle se baladent quelques personnes; une telle ouverture nous pousse à nous demander : qui regarde ? quel est cet œil omniscient ? Or, la question qu'il importe de se poser serait plutôt : qui écoute ? Ce que l'on voit importe moins que ce qui se dit, et le contenu de cette conversation saisie par bribes est déjà analysée par quelques spécialistes de la filature, dont le mystérieux Harry Caul. Voyeur malgré lui, serait-on tenté de dire – puisque son métier l'y oblige –, Caul est un homme paranoïaque, rattrapé par sa conscience (il se croit en partie responsable de meurtres des affaires qu'il étudie) et ne supporte pas qu'on l'interroge, même sur de dérisoires détails. Parce qu'il sait trop bien que le détail peut être un point de bascule décisif, il ne laisse rien transparaître : opaque de bout en bout, il s'enferme dans sa solitude et des visions cauchemardesques, potentiellement prémonitoires. Déroutant parce qu'épousant sans relâche le point de vue de son personnage, "The conversation" avance sur un faux rythme parce que la pensée de Caul ne progresse jamais – esprit complexe qui bute sur l'invisible alors que l'évidence est sous ses yeux –, s’enfonçant dans la folie, manipulé par une organisation qui l'a sans aucun doute mieux cerné que le spectateur. Enfin, si le film prend parfois trop des allures de brillant exercice de style, le geste de mise en scène accompli par Coppola reste impressionnant, inspiré par le meilleur du cinéma d'Antonioni.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 694 critiques

    2,5
    Publiée le 29 octobre 2007
    "Conversation Secrète" est le troisième long métrage de Francis Ford Coppola, deux ans après la première partie de la saga du patriarche et réalisé la même année que le second épisode. L'influence d'Antonioni s'est plus que fait sentir sur les "élèves" devenus "maîtres" du Nouvel Hollywood, notamment à travers le célèbre "Blow Up". Eh oui, reprenez le principe de base en le recontextualisant (le photographe qui croit être tombé sur un meurtre remplacé par les écoutes illégales, référence au scandale du Watergate encore tout chaud) et vous obtenez un produit pur jus de son époque, c'est-à-dire clairement politisé tout en s'intéressant à ses personnages avant le déroulement de son histoire, plus un fil rouge limite prétexte. N'oubliez pas de montrer votre amour au genre (ici le film d'espionnage) et le tour est joué ! Non, sérieusement, s'il porte plusieurs stéréotypes d'un mouvement très créatif, "Conversation Secrète" possède également la patte d'un auteur, un vrai, qui dès les premières séquences inspire le respect de par les audaces de montage proposées et les choix de cadre, extrêmement bien choisis. La musique aide, magnifique, calme dans un univers de fous, amplifiant entre autres la beauté de la photographie. Gene Hackman est excellent, sobre, comme la réalisation d'ailleurs même si je lui préfère assez nettement le regretté John Cazale. Toujours est-il que "Conversation Secrète" se déroule autour du protagoniste interprété par Hackman et dénote à ce moment une continuité envers les autres films 70's même si l'étude de l'enfermement sur soi-même et de la paranoïa (encore !) semble un brin démonstrative, lassante et peu inventive. Que voulez-vous, il fallait bien surfer sur la vague du succès sans rien apporter de nouveau dans le domaine psychologique... N'empêche que Coppola fait preuve d'un vrai talent dans sa construction visuelle et que certaines images resteront encore un peu dans mon esprit.
    ManoCornuta
    ManoCornuta

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 2 093 critiques

    1,5
    Publiée le 1 juin 2015
    Sans être ridicule, voici un film loin d'être passionnant, un comble pour un thriller à caractère politique appuyé. Coppola se montre parfois inspiré, mais sa grande lenteur sur ce film nuit grandement à son intérêt. Le spectateur que je suis a l'impression que l'histoire "centrale" n'est en fait que secondaire et sert de prétexte à une enfilade de scènes où un Gene Hackman tantôt hargneux, tantôt désabusé, paraît plus promener son ennui que véritablement jouer son rôle. Au bout d'une heure, on a le sentiment d'avoir fait du surplace. Bien du mal à comprendre les prix obtenus par ce film, si ce n'est sous l'angle d'une tendance moraliste très en vogue à l'époque, déjà...
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 28 mars 2016
    Ce Conversation Secrète, palme d'or à Cannes, assume pleinement l'influence de Blow Up. Autant le dire tout de suite donc : il faut clairement adhérer au rythme lent de l'oeuvre, qui peut donner l'impression de ne pas avancer. Ça a heureusement été mon cas. Copolla étudie ici avec précision son personnage principal, Harry Caul (superbement interprété par un Gene Hackman tout en retenue), personnage tourmenté par ses vieux démons, paranoïaque et associable. Il y greffe également toute son intrigue, tournant autour de la conversation enregistrée par Caul, au départ banale, mais qui va prendre au fur et à mesure de l'histoire une profondeur nouvelle, un nouveau sens, jusqu'à un dernier quart d'heure magistral de tension, et un twist final efficace. La mise en scène de Copolla est ici très calme et posée, mais surtout, l'oeuvre impressionne par le travail sur le son : celui-ci donne vraiment une impression de réel, de confus, déstabilise mais immerge. Puis il y a bien sûr cette magnifique BO jazzy qui rend certains passages très beaux. Ce n'est sans doute pas le film le plus abouti de Copolla, on n'atteint pas le sommet des 2 premiers Parrain ou d'Apocalypse Now, du fait d'un rythme inégal, mais c'est une œuvre originale et paranoïaque, qui mérite qu'on s'y intéresse.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 357 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    4,5
    Publiée le 12 mars 2013
    Tout simplement passionnant. Conversation Secrète représente à mes yeux le meilleur film de Francis Ford Coppola. L'originalité du sujet, à mi-chemin entre le Blow Up de Michelangelo Antonioni et le Blow Out de Brian De Palma présente une formidable étude de l'enregistrement et de sa valeur présupposée. Après un plan inaugural absolument magistral ( qui amène inévitablement le spectateur à revoir encore et encore Conversation Secrète pour l'étudier, le disséquer, le penser...) Coppola met en scène une discussion a priori anodine mais pour le moins complexe en définitive... séquence bruitée, sur-écoutée qui sera re-composée à l'infini par Harry Caul ( Gene Hackman, extraordinaire ), espion timide et talentueux qui va peu à peu sombrer dans la paranoïa la plus radicale. En seulement deux ou trois séquences principales ( la première donc, mais aussi la soirée festive dans le local de Caul et celle de l'hôtel...) Conversation Secrète s'articule dans une fluidité d'intérêts constants, véritable film du complot en forme de thriller puissamment psychologique. Un très grand film.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 425 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    3,5
    Publiée le 8 mars 2014
    Palme d'or au festival de Cannes 1974, "Conversation Secrète" s’avère particulièrement brillant. Emmené par un Gene Hackman impressionnant de sobriété, qui joue un expert en surveillance. Il va personnellement s'investir d'une enquête lorsqu'une conversation secrète piquera sa curiosité. Sentant une tragédie imminente, il va tenter de résoudre le mystère caché dans ses bandes magnétiques. Le scénario est brillant, notamment une fin qui s'avèrera géniale. C'est une vision de la morale vacillante de l'Amérique que nous livre Coppola, et c'est même une œuvre visionnaire, le film étant sorti peu avant le scandale du Watergate. Entre rêve et réalité, trahison et amitié et au final aussi triste que cynique, c'est aussi une étude de la paranoïa humaine et une réflexion sur la vie privé, il est dans la ligné de Blow-Up de Antonioni (bien que relativement différent). La mise en scène de Coppola est plutôt sobre et il a le sens du détail. Néanmoins, on pourra reprocher à "Conversation Secrète" un léger manque de rythme, parfois un peu trop lent. En plus de Hackman, on peut découvrir un jeune Harrison Ford. La musique de fond contribue à l'atmosphère paranoïaque et angoissante du film. C'est un bon film que nous livre Coppola, intelligent, angoissant et même effrayant par son réalisme.
    WardStradlater
    WardStradlater

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 469 critiques

    0,5
    Publiée le 25 mai 2014
    Avec la révélation, ces dernières années, des écoutes téléphoniques - secret de polichinelle gigantesque - mais aussi des dérives sécuritaires de surveillance globale, "The Conversation" s'avère n'être qu'un banal folklorisation du phénomène. Le film sort tout juste l'année de démission de Nixon, suite à l'affaire du Watergate. Nous avons affaire là à une société qui découvre avec effroi les dérives, jusqu'au niveau de l’exécutif, mafieuses d'une caste politique qui méprise ses propres lois. Coppola arrive donc en scène, en proposant une version plus romantique et passionnelle de ces événements. On met en scène une société où tout le monde peut écouter tout le monde, paranoïa à l'appui. Ceci étant, l'ensemble reste lent, répétitif, et sans grand intérêt, même si, de temps en temps, un évènement fait avancer l'intrigue. La conclusion du film peut laisser perplexe: en transposant le débat de la réflexion vers la passion, Coppola propose, en dernière analyse, la justification grotesque de la mise sous écoute. Le hollywoodisme dans toute sa splendeur.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top