Notez des films
Mon AlloCiné
    Douleur et gloire
    Bande-annonce Douleur et gloire
    17 mai 2019 / 1h 54min / Drame
    De Pedro Almodóvar
    Avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Leonardo Sbaraglia
    Nationalité espagnol
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    4,6 25 critiques
    Spectateurs
    4,0 3330 notes dont 362 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.
    Titre original

    Dolor y gloria

    Distributeur Pathé
    Récompenses 3 prix et 19 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2019
    Date de sortie DVD 25/09/2019
    Date de sortie Blu-ray 25/09/2019
    Date de sortie VOD 17/09/2019
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 6 anecdotes
    Box Office France 580 742 entrées
    Budget -
    Langues Espagnol
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 149494

    Regarder ce film

    En VOD
    à partir de (13.99 €)
    à partir de (4.99 €)
    à partir de (7.99 €)
    à partir de (4.99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 29.60 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Douleur et gloire Bande-annonce VO 1:40
    Douleur et gloire Bande-annonce VO
    426 875 vues

    Interviews, making-of et extraits

    Cannes 2019 - "Douleur et gloire est le film le plus personnel de Pedro Almodovar" 2:05
    Cannes 2019 - "Douleur et gloire est le film le plus personnel de Pedro Almodovar"
    5 600 vues
    Cannes 2019 - Cannes Zone, épisode 5 2:50
    Cannes 2019 - Cannes Zone, épisode 5
    533 vues
    Cannes 2019 - Cannes Zone, épisode 12 3:45
    Cannes 2019 - Cannes Zone, épisode 12
    2 244 vues
    9 vidéos

    Acteurs et actrices

    Antonio Banderas
    Rôle : Salvador Mallo
    Asier Etxeandia
    Rôle : Alberto Crespo
    Leonardo Sbaraglia
    Rôle : Federico
    Penélope Cruz
    Rôle : Jacinta, jeune
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • 20 Minutes
    • Cahiers du Cinéma
    • Culturebox - France Télévisions
    • Culturopoing.com
    • Elle
    • La Septième Obsession
    • La Voix du Nord
    • LCI
    • Le Monde
    • Le Nouvel Observateur
    • Le Parisien
    • Les Inrockuptibles
    • L'Express
    • Positif
    • Télérama
    • Transfuge
    • aVoir-aLire.com
    • Bande à part
    • Critikat.com
    • Ecran Large
    • La Croix
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Point
    • Paris Match
    • Première

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    25 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2543 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    2,5
    Publiée le 19 mai 2019
    « Douleur et Gloire » en étant essentiellement autobiographique, n’est peut-être pas la meilleure idée de la part de Pedro Almodóvar pour ce dernier film, tant son bilan de vie plutôt négatif demeure très descriptif et centré uniquement sur lui-même. Et au fond, même si le cinéma d’Almodóvar est toujours digne d’être découvert, en quoi sa démarche peut-elle cette fois nous intéresser vraiment ? C’est en effet toujours ...
    Lire plus
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 752 abonnés Lire ses 3 179 critiques

    4,0
    Publiée le 17 mai 2019
    Le cinéaste dépressif et hypocondriaque de Douleur et gloire est-il le double d'Almodovar ? Un peu, sans doute, beaucoup, pour certains aspects, pas du tout, pour d"autres. Qu'importe, en définitive, puisque l'on sait que le film est l'un des plus personnels de son auteur et qu'il lui ressemble dans sa vision du passé et de l'avenir, celle d'un homme qui aura 70 ans en septembre. Pas de flamboyance ni de provocation baroque dans Douleur et ...
    Lire plus
    nicolas c
    nicolas c

    Suivre son activité 7 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 18 mai 2019
    Je mets 2 étoiles pour la qualité du jeu des acteurs. Scénario plombant et inintéressant, des discours à n'en plus finir, douleurs oui mais gloire aucunement. Moi qui ai aimé tous ses films je suis déçu.
    lancelo25
    lancelo25

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 47 critiques

    1,5
    Publiée le 18 mai 2019
    Almodovar nous raconte sa déprime, ses migraines et ses douleurs dorsales et bien évidemment, cela fini par nous lasser assez vite, une heure suffit… Banderas qui incarne Almodovar joue un personnage amorphe qui se drogue pour oublier ses douleurs et sa dépression, pas de quoi sauter au plafond. Il revoit ses amours passées avec lesquelles on ne perçoit pas de réels sentiments. Tout semble assez factice. Les seuls beaux moments sont les ...
    Lire plus
    362 Critiques Spectateurs

    Photos

    31 Photos

    Secrets de tournage

    En compétition à Cannes 2019

    Douleur et gloire de Pedro Almodovar est présenté en compétition au Festival de Cannes 2019. Il s'agit de la 6ème entrée en compétition officielle pour le cinéaste espagnol, après Tout sur ma mère (1999), Volver (2006), Etreintes brisées (2009), La Piel que habito (2011) et Julieta (2016). 

    Le dernier volet d'une trilogie

    Douleur et Gloire vient achever une trilogie composée de La Loi du désir et La Mauvaise Éducation. Si Pedro Almodovar n'avait pas initialement pour but de créer cette trilogie, il s'avère que ces trois longs métrages ont pour personnage principal un homme réalisateur et portent sur le désir et la fiction cinématographique "mais la façon dont la fiction s’entremêle avec la réalité diffère d’un film à l’autre. Fiction et vraie vie sont le... Lire plus

    Autoréférence

    L'appartement du personnage d'Antonio Banderas, de la décoration aux meubles, est une reproduction de celui de Pedro Almodovar. L'assistant du chef décorateur allait même parfois chercher directement des objets chez le réalisateur pour les besoins d'une scène. Le directeur de la photographie José Luis Alcaine se rendait également sur place pour observer la lumière à plusieurs moments de la journée et la reproduire en studio. De son... Lire plus
    6 Secrets de tournage

    Dernières news

    2010-2019 : les meilleurs films de la décennie par pays
    NEWS - Culture ciné
    lundi 30 décembre 2019
    Les 10 meilleurs films de 2019 selon la presse : Parasite, The Irishman...
    NEWS - Box Office
    vendredi 27 décembre 2019
    "Parasite", "Douleur et gloire", "The Irishman", "Ad Astra"... Découvrez le classement de l'année selon les critiques presse...
    La Rédac' d'AlloCiné dévoile son Top ciné 2019 [PODCAST]
    NEWS - Sorties Ciné
    vendredi 27 décembre 2019
    Découvrez notre classement des meilleurs films de 2019 dans notre émission hors-série de "Y'a quoi d'bien ?" en podcast......
    32 news sur ce film

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2019, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2019.

    Commentaires

    • Henri M
      Cette lumineuse œuvre cathartique nous offre une flamboyante mise en abyme autobiographique sans tabous. Pedro Almodovar met intimement son âme à nu dans cette éblouissante autofiction qui narre la perdition mentale et corporelle d'un cinéaste dépressif à l'anatomie malade, ne trouvant plus les ressources pour exercer le métier qui le rend si heureux. Le réalisateur livre une sublime mise en scène, où dès la première scène sous la ligne de flottaison intime (dans un liquide amniotique...), le cinéaste nous plonge avec lui dans ses souvenirs d'enfance, lorsque les femmes le dos courbé lavent le linge dans la rivière gorgée de soleil, où sur le dos de sa mère Salvador profite de la ruralité avec l'innocence enfantine, comme quand la vie est encore un long fleuve tranquille...La subtile narration s'appuie sur les nombreux soubresauts intemporels pour habilement féconder le récit du long chemin de traverses, jusqu'au retour au vrai sens de la vie, pour un homme démuni vitalement d'un corps cicatrisé de la soixantaine qui se perd dans des substances illusoires. La mélancolique narration labyrinthique ne cesse de jouer avec les coïncidences heureuses de la vie : une rétrospective remet à l'honneur Sabor' un film emblématique de sa carrière, un texte personnel joué au théâtre engendre les retrouvailles avec son plus bel amour, un tableau portrait de lui enfant redécouvert...Ces astucieuses coïncidences si filmographiques permettent de nourrir l'émouvante introspection intime. Ils relient de manière décousue mais solide le fil de sa vie, entre l'enfance des années 60 dans la caverne avec sa maman et ses premiers émois envers le maçon dont il s'occupe de lui apprendre à lire, écrire et calculer, son âge adulte pendant la Movida artistique et de ses amours des années 80, jusqu'aux douleurs physiques et angoisses créatrices d'aujourd'hui. Un parcours mémoriel chaotique où la lumière du cinéma irrigue l'instinct de vie, qui évoque le chef-d'œuvre Huit et demi (1963) de Federico Fellini avec une liberté de tons et de couleurs propre à Pedro Almodovar. Cette généreuse œuvre mature très précise s'appuie avec intelligence sur l'incarnation sensible d'Antonio Banderas (dans son plus beau rôle à l'écran), en véritable alter ego du cinéaste à l'écran : de la coupe de cheveux arborée, aux vêtements portés et propres objets et mobiliers utilisés pour interpréter avec émotions ce réalisateur à la source de vie tarie. Un gracieux long métrage qui permet de retrouver également la touchante Pénélope Cruz, l'adorable Asier Flores (Salvador enfant) et les impeccables Cécilia Roth et Asier Etxeandia notamment, accompagnés par la splendide bande musicale composée par le fidèle Alberto Iglesias. Venez retrouver la puissance émotionnelle du brillant réalisateur ibérique pour accompagner ce parcours de retour vers la flamme entre Douleur et gloire. Superbe. Doux. Étourdissant. Bouleversant.
    • fernando s.
      Très bon film 👏à voir absolument
    • Ramm-MeinLieberKritiker-Stein
      Oui. C'est mieux.
    • azadouy
      Écrire un commentaire
    • Insgaet C.
      Qué película... magnifique.
    • nicolas t.
      Pédro méritait sa palme, mais le jury a préféré à la mélancolie espagnole l'efficacité et le mordant coréen.
    • Fil F.
      C'est le personnage qui regarde le jeune maçon à poil, pas l'acteur-enfant (ils ne sont pas dans le même plan). Et le personnage-enfant a à peu près l'âge du jeune héros d'Un été 42, qui n'a pourtant choqué personne en désirant une femme adulte.
    • UnitedArtists
      Peut être le film le plus touchant de son cinéaste étant donné qu'il s'agit de son plus personnel. Almodovar offre à Banderas le plus beau rôle de sa carrière. Ls plus belles larmes de ce Cannes 2019. Le prix d'interprétation est incontestable.
    • Gat43
      Grandiose ce film, le meilleur Almodovar pour moi avec Volver. Photographie, acteurs, histoire, c'est du grand art, c'est personnel et très touchant, un vrai bijou.
    • Naughty Dog
      Prix d'interprétation masculine à Cannes pour Banderas1000 fois mérité, ptet sa meilleure performance ever pour moi !
    • Jôrdiland
      il y a aussi Volver et Tout sur ma mère, films que j'ai vraiment appréciésj'aimerais savoir si ce dernier film est de ce niveau ?
    • Naughty Dog
      tu n'as pas tort, après j'ai vraiment trouvé que Pedro portait un vrai regard passé sur son oeuvre, parfois douloureux et surtout sincère, et si c'était son dernier film ça ne me choquerait absolument pas !
    • Eyrio_
      Trois ans après son dernier film, Pablo Almodovar nous livre son auto fiction très touchante.Ma critique : https://eyriolapassiongamin...
    • Maitre Kurosawa
      D'accord en grande partie avec toi, le film est superbe; néanmoins, je ne partage pas l'idée du testament.Le film est au contraire construit comme une tentative de sortie de dépression, de résurrection, jusqu'à une dernière partie axée sur le souvenir du premier désir. En se souvenant de ce moment fondateur – le désir pour ce peintre –, c'est un autre désir qui est réactivé, celui du cinéma et de la mise en scène de son enfance.
    • titicaca120
      magnifique réalisation , mise en scène jeu d'acteurs mais pour un public averti car le rythme est vraiment lent et peut ne pas convenir à tous.
    • Naughty Dog
      le dernier tiers m'a quasi bouleverséfranchement on est pas loin du chef-d'oeuvre, quel plaisir de voir Almodovar dans un film aussi personnel et touchantqu'on remette un Prix d'interprétation masculine illico à Banderas, peut-être la meilleure performance de sa carrière en avatar du cinéasteça faisait quelques années que son cinéma était un peu en-dessous du reste, mais Douleur et Gloire n'est ni plus ni moins qu'un grand film <3
    • Caille A
      Un très beau film, touchant et intime. Ma critique: https://www.cinematiccritiq...
    • -Nomade-
      Il a fait beaucoup de films, un peu à boire et à manger. Certains très (très !) bons, tel La piel que habito, et d'autres parfaitement anecdotiques, comme les amants passagers.A noter que son ancienne filmo est très intéressante, il ne faut pas chercher à voir que ses derniers films.
    • Maitre Kurosawa
      Entre l'avis de la presse et celui d'un jury, on a pu voir ces dernières années que l'écart pouvait être conséquent. Donc, rien n'est fait !
    • jjju f
      Novice du cinéaste, j'ai trouvé ça fort (alors que le film est très juste niveau émotion, on est jamais dans la surenchère), le casting est brillant, en particulier Antonio Banderas qui crève l'écran (justesse est le maître mot, que ça soit pour le film, où le casting, où l'écriture). J'aurais des réserves sur certains passage durant l'enfance de Salvador enfin, durant la reproduction cinématographique de cette enfance (excellent twist de fin d'ailleurs), notamment avec le maçon et l'enfant, j''étais mal à l'aise de voir un enfant, regardant un homme à poil (ce dernier faisant exprès de ce mettre dans cette état qui plus est, es-ce que ça a un sens métaphorique derrière cette vision ? Aucune idée) Je vais jeter un œil au reste de la filmographie du cinéaste.
    Voir les commentaires
    Back to Top