Mon AlloCiné
    Je ne suis pas là pour être aimé
    Je ne suis pas là pour être aimé
    Date de sortie 12 octobre 2005 (1h 33min)
    Avec Patrick Chesnais, Anne Consigny, Georges Wilson plus
    Genres Comédie, Drame, Romance
    Nationalité français
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    4,3 22 critiques
    Spectateurs
    3,2 862 notes dont 141 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    50 ans, huissier de justice, le coeur et le sourire fatigués, Jean-Claude Delsart a depuis longtemps abandonné l'idée que la vie pouvait lui offrir des cadeaux. Jusqu'au jour où il s'autorise à pousser la porte d'un cours de tango...
    Distributeur Rezo Films
    Récompenses 7 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2004
    Date de sortie DVD 19/04/2006
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 17/02/2014
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 6 anecdotes
    Box Office France 194 877 entrées
    Budget 2 190 000 €
    Langues Français
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 108 435

    Regarder ce film

    En VOD
    à partir de (3.99 €)
    à partir de (2.99 €)
    à partir de (10.99 €)
    à partir de (3.99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 13.90 €
    Je ne suis pas là pour être aimé
    Je ne suis pas là pour être aimé (DVD)
    neuf à partir de 19.90 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Je ne suis pas là pour être aimé Bande-annonce VF 1:39
    Je ne suis pas là pour être aimé Bande-annonce VF
    54 367 vues

    Acteurs et actrices

    Patrick Chesnais
    Rôle : Jean-Claude Delsart
    Anne Consigny
    Rôle : Françoise
    Georges Wilson
    Rôle : Le père de Jean-Claude
    Lionel Abelanski
    Rôle : Thierry
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • Brazil
    • Chronic'art.com
    • Elle
    • Le Parisien
    • Le Point
    • Les Inrockuptibles
    • Studio Magazine
    • TéléCinéObs
    • Télérama
    • aVoir-aLire.com
    • Ciné Live
    • Le Figaro
    • Le Figaroscope
    • Le Monde
    • L'Express
    • Libération
    • Ouest France
    • Paris Match
    • Positif
    • Première
    • MCinéma.com
    • Zurban

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    22 articles de presse

    Critiques spectateurs

    chrischambers86
    Critique positive la plus utile

    par chrischambers86, le 02/04/2009

    5,0Chef-d'oeuvre
    Le rèalisateur Stèphane Brizè signe un film sur un homme laminè par la vie et qui se rèsigne à une existence de ...
    Lire la suite
    Alain Z
    Critique négative la plus utile

    par Alain Z, le 06/08/2008

    0,5Nul
    C'est bien Ça !! Message reçu, pas supporté plus d'une demi-heure.
    Toutes les critiques spectateurs
    40% (57 critiques)
    34% (48 critiques)
    6% (9 critiques)
    11% (15 critiques)
    3% (4 critiques)
    6% (8 critiques)
    Votre avis sur Je ne suis pas là pour être aimé ?
    141 Critiques Spectateurs

    Photos

    Secrets de tournage

    Le point de départ du film

    Pour Stéphane Brizé, ce film est parti de l'envie toute simple d'observer un homme absolument incapable d'exprimer ou de recevoir la moindre émotion à un moment de fragilité de sa vie. "En plaçant mes personnages face à ce dilemme, explique le réalisateur, j'observe les raisons invisibles qui les amènent à agir d'une manière ou d'une autre, laissant apparaître le paradoxe de certaines de leurs décisions qui vont parfois à l'encontre de leur... Lire plus

    Premier contact entre Chesnais et Consigny

    Une fois établi le choix des comédiens principaux, Stéphane Brizé a réuni Patrick Chesnais et Anne Consigny dans une salle, a mis un disque de tango et leur a demandé de danser ensemble... Le réalisateur se souvient : "Dès les premières mesures, avec une évidence incroyable, le couple existait. Ils ne connaissaient pas un pas de tango et je savais pourtant que c'était eux. Le lien invisible qui existe entre Jean-Claude et Françoise est le co... Lire plus

    Cours de tango

    Patrick Chesnais et Anne Consigny ne dansaient pas un pas de tango au début de la préparation du film. Quelques mois avant le tournage, les deux comédiens se sont donc retrouvés plusieurs fois par semaine avec une coach pour prendre des cours particuliers. "Ce qui m'intéressait, explique le réalisateur, c'était qu'ils intègrent un certain nombre de pas de base et soient assez à l'aise pour qu'une émotion puisse naître entre eux au moment d... Lire plus
    6 Secrets de tournage

    Dernières news

    Anne Consigny commente sa bio AlloCiné !
    NEWS - Interviews
    mercredi 30 juin 2010
    A l'affiche d'"Un ange à la mer", Anne Consigny revient sur son parcours en commentant sa bio "made in AlloCiné" avec humour...
    European Film Awards 2006 : les nominations
    NEWS - Festivals
    samedi 2 décembre 2006
    La 19e édition des European Film Awards, les Oscars européens, se tient ce samedi 2 décembre à Varsovie sous la présidence...
    4 news sur ce film
    Films recommandés
    Augustine
    Augustine
    Mademoiselle Chambon
    Mademoiselle Chambon
    Quelques heures de printemps
    Quelques heures de printemps
    Le Moine
    Le Moine

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2004, Les meilleurs films Comédie, Meilleurs films Comédie en 2004.

    Commentaires

    • PowerKing - Les Chroniques du
      Il faut savoir que la distribution des rôles fut accompagnée de balais, histoire que tout le monde ait l’air bien tendu. Je plaisante mais avouez qu’ils ont tous des balais dans le c*ul ! L’enjeu de cette comédie dramatique sur fond de romance est assez évasif. Au départ on découvre un homme austère et son effroyable routine. Même s’il faut des huissiers de justice, on ne peut pas dire que cette profession soit réjouissante. Le simple fait de prendre tout à quelqu’un qui n’a pas grand-chose… Bref. Ajoutons à cela la morosité de l’automne et l’humeur corrosive des protagonistes, et c’est la corde assurée. On a vraiment envie de se pendre au moins autant qu’eux. De plus, les dialogues sont d’une banalité absolue. C’est triste, mou, on s’ennuie. Et c’est très dommage car au milieu de cette morosité, il y a l’amour. Sans effusions d’aucune sorte, non, le plus simple et pur qui soit. Le spontané, celui qu’on n’attend pas, ou plus. Patrick Chesnais et Anne Consigny font preuve d’une pudeur qui ne laisse pas indifférent. Être incapable d'aimer ou d'être aimé en retour ; tel est la problématique deStéphane Brizé à travers ces interactions humaines très simples et néanmoins sincères. Les non-dits et les regards font le reste. Le temps qui nous reste est bien trop précieux pour s’enliser dans la résignation et la fatalité. Même une femme fiancée de longue date peut encore succomber à l’aigreur d'un quinquagénaire dépressif. Une sinistre existence chamboulée par la mort d’un père irascible, mais dans le fond aimant. Ce film a tout pour émouvoir aux larmes, alors pourquoi me suis-je tant ennuyé ?! Encore et toujours une histoire de rythme, et peut être aussi de consistance, car les dialogues sont décidemment trop maigres. Une façon comme une autre de passer à côté d’un grand moment. Grosse déception. 2,5/5
    • PowerKing - Les Chroniques du
      Il faut savoir que la distribution des rôles fut accompagnée de balais, histoire que tout le monde ait l’air bien tendu. Je plaisante mais avouez qu’ils ont tous des balais dansle cul ! L’enjeu de cette comédie dramatique sur fond de romance est assez évasif. Au départ on découvre un homme austère et son effroyable routine. Même s’il faut des huissiers de justice, on ne peut pas dire que cette profession soit réjouissante. Le simple fait de prendre tout à quelqu’un qui n’a pas grand-chose… Bref. Ajoutons à cela la morosité de l’automne et l’humeur corrosive des protagonistes, et c’est la corde assurée. On a vraiment envie de se pendre au moins autant qu’eux. De plus, les dialogues sont d’une banalité absolue. C’est triste, mou, on s’ennuie. Et c’est très dommage car au milieu de cette morosité, il y a l’amour. Sans effusions d’aucune sorte, non, le plus simple et pur qui soit. Le spontané, celui qu’on n’attend pas, ou plus. Patrick Chesnais et Anne Consigny font preuve d’une pudeur qui ne laisse pas indifférent. Être incapable d'aimer ou d'être aimé en retour ; tel est la problématique de Stéphane Brizé à travers ces interactions humaines très simples et néanmoins sincères. Les non-dits et les regards font le reste. Le temps qui nous reste est bien tropprécieux pour s’enliser dans la résignation et la fatalité. Même une femme fiancée de longue date peut encore succomber à l’aigreur d'un quinquagénaire dépressif. Une sinistre existence chamboulée par la mort d’un père irascible, mais dans le fond aimant. Ce film a tout pour émouvoir aux larmes, alors pourquoi me suis-je tant ennuyé ?! Encore et toujours une histoire de rythme, et peut être aussi de consistance, car les dialogues sont décidément trop maigres. Une façon comme une autre de passer à côté d’un grand moment. Grosse déception. 2,5/5
    • angelabassompierre
      Pas mal, il a une tête à être huissier.... "arme Leute!" et pour narguer, ils jouent au monopoly! ah ah ah
    • angelabassompierre
      cool, j'aime les films troublants, as tu aimé"pas son genre" il est carrément dérangeant et les phrases du réal disant que jennifer avait quelque chose à défendre, on dirait qu'elle s'interdit l'avenir, ok je n'en dis guère plus pour que tu puisses découvrir, aimer.... le livre le raconte pareil.
    • 7eme critique
      Stéphane Brizé offre des histoires dramatiques avec un réalisme étonnant en s'appuyant sur des situations et dialogues particulièrement intéressants. Ce long-métrage nous entraîne dans cette voie qu'il a choisi, et qui fera sa marque de fabrique, à savoir la tristesse des individus, en proposant de la solitude, de l'incompréhension, des relations compliquées et j'en passe... Ses films sont forts et partagent une écriture divine, à tel point que le spectateur ne mettra pas longtemps pour s'infiltrer dans la tête du ou des personnage(s) présenté(s). Dans l'ensemble, tout est bien retranscrit, "Je ne suis pas là pour être aimé" s'attaque donc aux situations sociales et familiales tout comme son dernier film, "Quelques heures de printemps" (où ce dernier sera bien plus fort encore) et ne lassera pas par cette observation réfléchie et traitée avec talent. Que le film soit notre tasse de thé ou non, il sera impossible de reprocher un quelconque manque de finesse et de réalisme.3,5/5
    • villejuifswan
      lent et ch...
    • colinmac
      Pas d'intrigue mais de la pudeur, de l'émotion, de la délicatesse. Troublant
    Voir les commentaires
    Back to Top