Mon Allociné
On achève bien les chevaux
facebookTweet
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD
On achève bien les chevaux
Date de reprise 14 juillet 2010
Date de sortie septembre 1970 (2h 09min)
Avec Jane Fonda, Michael Sarrazin, Susannah York plus
Genre Drame
Nationalité Américain
Bande-annonce Séances (1)
Presse
4,0 1 critique
Spectateurs
3,9419 notes dont 57 critiques

Synopsis et détails

En pleine dépression économique, les primes des marathons de danse attirent jeunes et vieux accablés par la misère. Robert et sa partenaire Gloria dansent à en perdre la raison. Ils tiendront coûte que coûte. A moins que la mort ne les sépare...
Titre original

They Shoot Horses, Don't They?

Distributeur Les Acacias
Récompenses 1 prix et 9 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 1969
Date de sortie DVD 24/12/2001
Date de sortie Blu-ray -
Date de sortie VOD -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 3 anecdotes
Box Office France 587 380 entrées
Budget -
Date de reprise 14/07/2010
Langues Anglais
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 37377

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Les séances par ville
Voir plus de villes
On achève bien les chevaux
On achève bien les chevaux (DVD)
neuf à partir de 11.90 €
On achève bien les chevaux
On achève bien les chevaux (DVD)
neuf à partir de 10.10 €
Voir toutes les offres DVD-BR

Bande-annonce

On achève bien les chevaux Bande-annonce VO 3:04
On achève bien les chevaux Bande-annonce VO
8 690 vues

Interview, making-of et extrait

Jean-Pierre Mocky Interview 15: On achève bien les chevaux 0:58
Jean-Pierre Mocky Interview 15: On achève bien les chevaux
546 vues

Acteurs et actrices

Jane Fonda
Jane Fonda
Rôle : Gloria
Michael Sarrazin
Michael Sarrazin
Rôle : Robert
Susannah York
Susannah York
Rôle : Alice
Gig Young
Gig Young
Rôle : Rocky
Casting complet et équipe technique

Critique Presse

  • Les Inrockuptibles
1 article de presse

Critiques Spectateurs

Docteur Gaius Jivago
Critique positive la plus utile

par Docteur Gaius Jivago, le 02/06/2014

4,0Très bien

Sixième film de Sydney Pollack, « On achève bien les chevaux », adaptation du roman de Horace McCoy, nous emmène dans la... Lire la suite

Angela Ki La
Critique négative la plus utile

par Angela Ki La, le 05/07/2014

3,0Pas mal

Magnifique titre pour un moins magnifique film. Pourtant ça commence bien avec ce gars qui ne sait pas quoi faire de sa vie,... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
42% 24 critiques
26% 15 critiques
21% 12 critiques
5% 3 critiques
4% 2 critiques
2% 1 critique
57 Critiques Spectateurs

Photos

23 Photos

Secrets de tournage

Grande Dépression

L'histoire se passe au moment critique de la Grande Dépression économique américaine des années 30, où la crise touche tout le monde et installe les citoyens dans un état de désillusion tel que c'est tout le système de valeurs à la fois morales et économiques qui est durement remis en cause. C'est ainsi qu'il faut voir de la part d'Horace McCoy, auteur du livre dont est tiré le film, le gigantesque bal comme la mise en abime cruelle d'une société où l'argent (facile) devient le seul prisme de référence d'une communauté qui n'en a plus que le nom. C'est d'ailleurs cette métaphore implacable qui a motivé le choix du réalisateur Sydney Pollack, qui, avec le recul de trente ans écoulés depuis les événements, a pu mettre le doigt sur l'une des dérives dangereuse d'un modèle de société qui donne à ce point à l'être humain la condition d'esclave. Une Amérique qui se violente toute seule, qui s’enfonce dans le précipice sans personne d'autre qu’elle-même pour l’y pousser.

Intensité et étouffement

Alors que le film se passe dans sa globalité à l'intérieur d'une seule salle, le nombre de personnages et leurs mouvements de danse perpétuels, partage le spectateur entre la sensation d'étouffement digne d'un huis-clos et une intensité, rare, d'action. Ainsi cette impressionnante séquence d'un sprint de 10 minutes autour d’une piste de danse où le cinéaste, armé de patins à roulettes pour donner au spectateur le même sentiment de tournis qu'à ses personnages, les expose à l’épuisement mortifère, la torture physique et mentale, jamais rendus aussi sensibles à l’écran et aussi irrémédiablement insupportables.
3 Secrets de tournage

Dernières news

Pas de pitié pour les perdants !
NEWS - Culture ciné
vendredi 21 novembre 2014

Pas de pitié pour les perdants !

"Siberia", "Hunger Games"... Pas de pitié pour les perdants !
NEWS -
lundi 7 avril 2014

"Siberia", "Hunger Games"... Pas de pitié pour les perdants !

Courses à mort, sports violents, combats d'arènes, téléréalités qui dégénèrent et autres chasses à l'homme...Dans ces jeux...
10 jeux dangereux
PLAYLIST - Culture ciné
mardi 26 novembre 2013

10 jeux dangereux

Les films de jeux mortels, vous connaissez ? Il semblerait qu’au cinéma, les héros tombent souvent malgré eux dans une...
4 news sur ce film

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1969, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1969.

Commentaires

  • jean claude d.

    comment fai ton pour aheter le fim

  • milan-costigan

    Un grand film: dur, provocateur et violent.

  • Clément S.

    Film découvert en cours d'anglais (VO intégrale !). Très dur mais à la fois si juste... Une belle "claque" pour la nouvelle génération dont je fais parti.
    Après l'étude de ce film, je m'interroge encore quant à la perspicacité du titre. "On achève bien les chevaux" aurait, pour moi, un sens polysémique, double. Bien sûr, le titre fait allusion à ce que Robert a vu dans son enfance (la mort du cheval blessé, abattu par son grand-père ou père) et, la scène finale où lui-même abat froidement Gloria car, sa souffrance est similaire à celle qu'à endurée le cheval. "bien" apparaît ici comme un comparatif et non comme un qualitatif. Néanmoins, je pense qu'on peut l'utiliser également comme tel. C'est à dire que, les participants du marathon peuvent nous faire penser à des chevaux (les nombreuses scènes de "danse" où les partenaires sont avachis l'un sur l'autre, sont portés sur les épaules du plus fort physiquement) par leur posture. Le marathon ici jouerait le rôle du tueur, qui abat lentement mais sûrement les participants, d'abord moralement puis physiquement (cf. Gloria). Peut-être que quelqu'un a déjà fait le rapprochement, cependant, j'aimerais que vous me fassiez part de cette impression/interprétation.

  • Clément S.

    Par ailleurs, l'assimilation "danseurs"/chevaux est plausible car, à voir à quel point l'existence de personnes est autant dénigré (spectateurs, emcee) nous fait penser que, les participants ont vendu leur âme au diable et, par la même occasion, perdu leur humanité. De ce fait, ils ne sont plus considérés comme "humain" mais comme des bêtes, bonnes à l'abattoir de ce marathon.

  • MissBlueberry

    Je l'avais déjà regardé et il me fait toujours le même effet, la claque

  • Francois C.

    un grand Pollack... Lisez le roman de McCoy !!!

  • Docteur Jivago

    L'un des meilleurs films de Pollack, difficile et émouvant, il met brillamment en scène l'exploitation de la misère humaine à travers ces concours de danses...

  • Saymyname-WW

    Je viens de le voir et quelle intensité dramatique ! J'ai lancé un peu par hasard, sans connaitre l'histoire (le titre m'intriguait et je trouvais l'affiche belle)... j'ai vraiment pas été déçu, belle découverte.

  • Saymyname-WW

    Sympa tes cours d'anglais, j'avais pas les mêmes ^^

Voir les commentaires
Back to Top