Notez des films
Mon AlloCiné
    Tony Curtis

    État civil

    Métiers Acteur, Directeur artistique, Producteur délégué
    Nom de naissance

    Bernard Schwartz

    Pseudos

    Bernie Schwartz

    ,

    Anthony Curtis

    Nationalité Américain
    Naissance 3 juin 1925 (New York, New York - Etats-Unis)
    Décès 30 septembre 2010 à l'age de 85 ans (Henderson, Nevada - Etats-Unis)

    Biographie

    Fils d'immigrés hongrois, Tony Curtis se lance dans le cinéma après un passage chez les Marines. Remarqué dans des productions indépendantes, il se voit rapidement proposer un contrat par Universal Pictures. Ses débuts en gigolo dans Pour toi, j'ai tué (1948) lui attirent immédiatement l'attention du public, en particulier féminin.

    Il obtient en 1951 son premier grand rôle dans Le Voleur de Tanger. Cette même année, il épouse l'actrice Janet Leigh avec laquelle il aura deux filles dont Jamie Lee Curtis et Kelly. L'image hollywoodienne du couple va contribuer à la notoriété de l'acteur.

    Au début des années 1950, Tony Curtis alterne films historiques (Le Chevalier du roi, Le Cavalier au masque) et comédies sportives. Ce n'est qu'en 1956 avec sa participation à Trapèze, un film à gros budget avec Burt Lancaster et Gina Lollobrigida, qu'il obtient la reconnaissance de ses pairs. Sa prestation lui attire l'attention de grands metteurs en scène.

    S'en suit une décennie où l'acteur est partout, dans les comédies comme dans les drames : agent de presse sans scrupule dans Le Grand Chantage, condamné à mort qui s'échappe dans La Chaîne - pour lequel il est nominé à l'Oscar- travesti poursuivi par la mafia dans Certains l'aiment chaud de Billy Wilder, lieutenant de marine libidineux dans Opération jupons, Antonius dans Spartacus de Stanley Kubrick.

    A côté de ces films, il tourne dans de nombreuses comédies légères, dans lesquelles il se plaît à incarner les séducteurs (La Mariée a du chien (1963), Une vierge sur canapé (1964), Boeing Boeing avec Jerry Lewis, Surtout pas avec ma femme, Comment réussir en amour sans faire de vagues) Avec L' Etrangleur de Boston, Tony Curtis réalise une prestation remarquée. Pourtant, il commence à s'éloigner du cinéma à partir des années 1970 au profit de la télévision, où il va marquer les esprits avec le personnage de Danny Wilde.

    En 1976, il participe au film Le Dernier Nabab d'Elia Kazan, adapté du dernier roman de Francis Scott Fitzgerald. Son rôle de vieil acteur déchu est sa dernière grande apparition à l'écran. Depuis les années 1980, Tony Curtis alterne les rôles à la télévision et dans des petits films.

    Ses premiers pas à l'écran

    Pour toi, j'ai tué
    Pour toi, j'ai tué
    1948
    Johnny Stool Pigeon
    Johnny Stool Pigeon
    1949
    Winchester 73
    Winchester 73
    1950
    Sierra
    Sierra
    1950

    Ses meilleurs films et séries

    Certains l'aiment chaud
    Certains l'aiment chaud
    1959
    Spartacus
    Spartacus
    1960
    La Chaîne
    La Chaîne
    1958

    Sa carrière en chiffres

    57
    Années de carrière
    0
    Récompense
    72
    Films
    7
    Séries
    5
    Nominations
    33,7 M
    Entrées ciné

    Genres de prédilection

    Comédie : 46 %
    Drame : 25 %
    Romance : 17 %
    Policier : 13 %

    Ses stats sur AlloCiné

    4
    Vidéos
    46
    Photos
    6
    News
    177
    Fans

    A tourné le plus avec

    Burt Lancaster
    Burt Lancaster
    4 films
    Le Dernier de la liste (1963), Le Grand Chantage (1957), Trapèze (1956), Pour toi, j'ai tué (1948)
    Blake Edwards
    4 films
    La Grande course autour du monde (1965), Opération jupons (1959), Vacances à Paris (1958), L'Extravagant Monsieur Cory (1957)
    Frank Sinatra
    4 films
    Deux têtes folles (1964), Le Dernier de la liste (1963), Pepe (1960), Les Diables au soleil (1958)
    Natalie Wood
    3 films
    La Grande course autour du monde (1965), Une vierge sur canapé (1964), Les Diables au soleil (1958)
    Kirk Douglas
    3 films
    Le Dernier de la liste (1963), Spartacus (1960), Les Vikings (1958)
    Jack Lemmon
    3 films
    La Grande course autour du monde (1965), Pepe (1960), Certains l'aiment chaud (1959)
    Marcel Dalio
    3 films
    La Mariée a du chien (1963), Le Dernier de la liste (1963), Vacances à Paris (1958)
    Jeff Corey
    3 films
    Le Dernier Nabab (1976), L'Etrangleur de Boston (1968), Le Voleur de Tanger (1951)
    Commentaires
    • kubrickfann
      Quand je vois Jamie Lee dans True Lies (notamment la scène culte du streap-tease devant Schwarzy) je ne peux m'empêcher de penser à son glorieux géniteur. Oui oui il y a des expressions communes dans leurs minois qui l'eut crû ? Définir le talent du grand Tony Curtis à ses géniales pitreries dans Amicalement Votre avec Roger Moore serait réducteur mais il est si génial de drôlerie et de talent...J'espère que si il y a un ailleurs ces 2 là s'y sont retrouvés et qu'ils continuent à se vanner...
    • malgood
      Excellentissime,je dirais méme!une performance de haut vol.Alors,qu'on ne voulait pas de lui pour ce role
    • -FRANCK-
      cette année 2015 curtis aurait eu 90 ans s'il été encore en vie je l'adore dans amicalement votre super duo avec roger moore
    • mistermajestik
      inoubliable aussi dans l étrangleur de boston
    • mistermajestik
      ton altesse....
    • -FRANCKY-
      j'adore tony curtis dans amicalement votre avec roger moore c'été vraiment un super duo :)dommage que la série n'a eu qu'une saison avec 24 excellent épisodes que je me régale a voir en DVD :)
    • l,admirateur
      culte!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    • Tango19
      R.I.P. Tony, vous étiez l'un des géants d'Hollywood, une page du cinéma s'est tournée avec votre disparition. Que vous soyez Joe, ce musicien de seconde zone obligé de se travestir dans l'immortel Certains l'aiment chaud, John Jackson, cet évadé de bagne (aux côtés de Sidney Poitier alias Noah Cullen auquel vous étiez menotté...) dans La Chaîne, ou encore le plus attachant des milliardaires américains, j'ai nommé Danny Wilde, dans Amicalement Vôtre, série qui a eu le seul tort d'être trop courte, je vous ai simplement adoré. Vous pouviez être tour à tour drôle, inquiétant, voire même très impressionnant (quand vous avez interprété Albert DeSalvo, le redoutable étrangleur de Boston), bref un acteur très complet. À présent, Roger Moore, que j'ai aussi énormément apprécié en Lord Brett Sinclair, doit se sentir bien seul. D'après les médias en tout cas, il regrette beaucoup que vous ne soyez plus de ce monde. Comme il a raison !Je vous tire mon chapeau pour votre longue et fructueuse carrière : so long, Tony. We miss our Danny...
    • ELM-STREET
      [img]http://a.giscos.free.fr/cinema...[/img]
    • AMCHI
      Un grand acteur qui a joué dans de nombreux grand film mais perso il restera dans mon coeur comme Danny Wilde ce si sympathique millionnaire.
    • leon&levieuxfusil
      repose en paix, tony !!
    Voir les commentaires
    Back to Top