La Quatrième dimension
  • Episodes
  • Casting
  • Diffusion TV
  • Vidéos
  • Photos
  • Audiences
  • News
  • Critiques
  • VOD, DVD
  • Musique
  • Récompenses
  • Secrets de tournage
Forum
Toutes les notes de 0,5 à 5
  • Toutes les notes de 0,5 à 5
  • 38 critiques   58%
  • 21 critiques   32%
  • 5 critiques   8%
  • 1 critique   2%
  • 0 critique   0%
  • 0 critique   0%
Toutes les saisons (saison 1 à 5)
  • Toutes les saisons (saison 1 à 5)
  • Uniquement la saison 1 (3)
  • Uniquement la saison 2 (2)
  • Uniquement la saison 3 (1)
  • Uniquement la saison 4 (1)
  • Uniquement la saison 5 (1)
Note moyenne de la série :   3,6 basée sur 65 notes

65 critiques spectateurs pour cette série TV

Trier par 
Critiques les plus utiles
  • Les plus récentes
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Docteur Gaius Jivago

224 abonnés | Lire ses 1587 critiques |

   4.5 - Excellent

Série diffusée entre 1959 et 1964, "The Twilight Zone" se voulait d'abord concurrente de "Alfred Hitchcock présente", programmé à la même heure sur une autre chaine. Créé et présenté (d'abord en voix-off dans la première saison) par Rod Serling, elle présente une nouvelle histoire à chaque épisode, avec des protagonistes différents et entrant dans le fantastique et/ou la science-fiction à chaque fois. Saison 1 : 9/10 Quelle claque fut cette première saison ! Dès ce premier épisode où l'on suit l'errement d'un homme dans une ville semblant abandonné, le ton est déjà donné. Une atmosphère lourde, intrigante, pesante, parfois légère d'autres fois plus grave mais souvent prenante. Les réalisateurs rentrent assez vite dans le vif du sujet, présentant d'abord une situation normale avant qu'un élément étrange intervienne mettre les protagonistes dans des situations souvent compliquées, avec divers obstacles à la clé. L'ensemble est vraiment inventif, nous emmenant régulièrement dans des situations surprenantes et bien trouvées. Les thèmes fantastiques sont souvent utilisés pour mettre l'homme face à sa solitude via des éléments inexplicables (villes désertes, endroits parallèles, apparitions...) et la façon dont les protagonistes vont tenter de percer le mystère de cette nouvelle dimension. C'est fou comme, à partir d'un postulat simple, ils savent aller loin sans devenir lassant, toujours avec un intérêt constant et une atmosphère forte. N'hésitant pas à entrer dans la science-fiction, mêlant parfois même le western, cette série aborde le fantastique sans excès, préférant vraiment se concentrer sur les personnages et la dimension humaine plutôt que sur le spectaculaire. Pas d'effets spéciaux ou de laser ici, Rod Sterling préfère jouer avec le mystère et une atmosphère ambiguë ainsi que sur l'intelligence du spectateur en usant de la science-fiction et du fantastique comme d'un fond pour analyser la société et l'homme, pouvant facilement contourner la censure, vu comment ce genre était considéré comme mineur à l'époque. Ici il s'attaque à des sujets brûlants pour l'époque à l'image de la peur du nucléaire, de la conquête de l'espace et plus généralement de la nature humaine, sa cupidité, ses ambitions ou encore son égoïsme. Il stimule l'imaginaire du spectateur, sachant ne pas se faire démonstratif et en laissant le mystère planer le long des épisodes, proposant plusieurs pistes et ce avec brio, bénéficiant d'une écriture de qualité. C'est aussi par son cadre que la série est intéressante, mettant en avant la vie et le socle de la famille américaine moyenne des années 1950, tout comme les mœurs, les modes et les styles de vies. Si sur les 36 épisodes c'est parfois légèrement inégal,l'ensemble reste vraiment de qualités, sachant très vite nous intéresser aux protagonistes et aux situations qui vont en découler. La réalisation est assez classique, souvent méconnaissable d'un réalisateur à un autre, mais efficace, sachant bien mettre en avant les personnages et éléments fantastiques pour nous faire passer par tout un éventail d'émotion et mettant de la tension lors des moments propices. Majoritairement tourné en décors studios, les reconstitutions sont bien faites et exploitées, mettant bien en valeur le cadre de cette vie américaine. Les acteurs sont bons, représentant souvent "Mr tout le monde" ou l'américain moyen, avec quelques (souvent futurs) grands noms qui viennent s'ajouter au casting, comme ici Ida Lupino dans un rôle rappelant celui de Gloria Swanson dans "Sunset Boulevard" ou encore Martin Landau ou Vera Miles. La voix-off de Rod Serling apporte souvent un plus et une touche de charme à l'ensemble, qui n'en manque déjà pas à l'image de la musique (dont celle du générique créé par Marius Constant) et son utilisation, et il apparaît enfin de manières assez savoureuses lors du dernier épisode ! Une première saison d'excellente qualité, inventive, brillante et intelligente, sachant user des thèmes du fantastique et de la science-fiction pour divertir tout en analysant la société et l'homme et ce, sans lourdeur ou excès mais avec une atmosphère prenante et ambiguë sachant nous faire passer par tout un éventail d'émotion. Saison 2 : En cours. Dans le même format de la précédente, pas besoin d'être focalisé dessus et pour l'instant j'alterne avec une autre série (Treme). En espérant qu'elle soit (au moins !) à la hauteur de la précédente.

Mr 999

1 abonné | Lire ses 32 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Une série fantastique ingénieuse, efficace et inégalable! Mon opinion: LA SERIE FANTASTIQUE de toutes les dimensions!


douggystyle

311 abonnés | Lire ses 3453 critiques |

   4.5 - Excellent

Tous les sujets et les interrogations posées par le cinéma fantastique et de science-fiction lors de son âge d’or dans les années 60 sont condensés dans cette série culte qui fait l’apologie de ce genre en multipliant, au fil des épisodes, des scénarios plus ou moins inventifs et passionnants. Et oui le défaut majeur d'une telle série dont les épisodes n'ont aucun lien entre eux est inévitablement l'inégalité entre chacun d'entre eux, certains étant dénués d’intérêt alors que d'autres sont inoubliables. Grâce à une inventivité qui parvient à faire passer la psychologie de ses héros avant les effets spéciaux, la réalisation de la série ne fut pas coûteuse mais surtout permis à mettre en place un style scénaristique intelligent qui mérite, un demi-siècle plus tard, d’être remis au gout au jour. L’imagination et le travail d’écriture de Rod Serling sont donc à juste titre devenus une source d’inspiration mythique pour tous les amateurs d’histoires surnaturelles, faisant de sa série une référence indétrônable malgré le coup de vieux qu’elle a pris.

Guigui revient du Ciné

17 abonnés | Lire ses 482 critiques |

   3.5 - Bien

Cette série pour l'époque etait un chef d’œuvre du genre science fiction fantastique.. Avec cette musique typique qui nous fessait tourbillonné dans l'aventure et dans le suspens je peux vous dire qua l'époque lorsque je regardais ces épisodes j'étais sublimais par la beauté des épisodes.. Certes il y a du noir et blanc et bien j'en fesai pas attention a vrai dire car lorsque beauté et intrigue se mêle comme ici on en avait pour les yeux et pour notre plaisir.. la quatrième dimension est une série qui m'avais marquais et qu'on oubli pas.. • Actions / Effets Spéciaux: 7.7 / 10 • Scénario : 8.5 /10 • Crédibilité des Acteurs: 8.2 /10 • Bluraythèque: Oui

laurent_royer

0 abonné | Lire ses 31 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

C'est dans les vieux pots qu'on fait la bonne soupe, série culte qui se laisse revoir avec plaisir à l'occasion.

Caine78

600 abonnés | Lire ses 6317 critiques |

   4 - Très bien

Série mythique de chez mythique (surtout aux Etats-Unis), « La Quatrième Dimension » a aujourd'hui un peu vieilli. Passe encore les effets spéciaux, c'est surtout cet aspect « moral » qui gêne, le résultat paraissant moins audacieux qu'à l'époque. Reste cette formidable inventivité et ce talent pour nous raconter des histoires originales, variées et parfois mémorables, si bien que le plaisir est toujours grand au moment de retrouver Rod Serling et ses légendaires cigarettes, le tout élégamment mis en scène et souvent remarquablement interprété. Bref, si on ne retrouve pas tout à fait la magie que certains ont pu ressentir en 1963, le résultat n'en est pas moins souvent passionnant : pour une fois que le mot « culte » n'est pas galvaudé...

beautifulfreak

68 abonnés | Lire ses 328 critiques |

   4 - Très bien

La S.F contemporaine doit beaucoup à cette série, véritable laboratoire scénaristique qui révolutionna le paysage télévisuel et fit rêver des générations de Twilight zonards. Vu le nombre d'épisodes, la série est inégale mais certains sont de vrais bijoux, et les thèmes abordés sont toujours révélateurs de la conscience sociale/politique et de la dimension psychologique de son créateur. Bienvenue dans la quatrième dimension de la conscience (ou de l'inconcience), où les seules limites sont celles de l'imagination. Et les scénaristes n'en manquent pas !

Caine78

600 abonnés | Lire ses 6317 critiques |

   4 - Très bien

On a dit plus ou moins tout dit sur cette série mythique des années 60 présenté par l'homme à la cigarette (pas celui des « X-Files », hein) et dont la musique nous reste encore en mémoire. S'il est indiscutable qu'elle a aujourd'hui un peu vieilli, elle n'en reste pas moins un monument télévisuel, de ceux que l'on (re)découvre avec le même plaisir et (quasiment) la même admiration. Rod Serling était en effet un auteur, un vrai, de ceux capables de créer un univers très personnel sans pour autant laisser qui que ce soit de côté, sachant rassembler au-delà du simple registre fantastique par l'habileté de son propos et son regard très juste sur notre société, à l'image de certains coups de théâtres parfois réjouissants. Après, c'est vrai qu'au fur et à mesure des saisons nous sommes en terrain connu et il est peut-être alors moins facile de nous émerveiller devant chaque épisode, mais qu'importe. Car hormis une quatrième saison faisant le choix discutable de passer d'un format 25 à 50 minutes (tentative non renouvelée dans le cinquième volet), on ne voit en définitive guère le temps passer tant les récits parviennent constamment à se renouveler, la présence de noms aussi prestigieux que Charles Beaumont, Richard Matheson, Jerome Bixby et Ray Bradbury n'y étant évidemment pas étrangers... Allez, et pour le plaisir, pourquoi ne pas vous donner une idée de l'immense casting déployé en vous citant simplement quelques noms : Ida Lupino, Burgess Meredith, Rod Taylor, Inger Stevens, Vera Miles, Roddy McDowall, Anne Francis, Jack Warden, William Shatner, Cliff Robertson, Charles Bronson, Elizabeth Montgomery, Peter Falk, Robert Redford, Lee Marvin, Buster Keaton, Donald Pleasence, Dennis Hopper, Robert Duvall, Dana Andrews, James Coburn, Martin Balsam, Mickey Rooney, Telly Savalas, Ron Howard, Richard Basehart, Patrick O'Neal, Martin Landau, Patrick Macnee, George Takei... Bref, si après tout cela vous n'éprouvez toujours pas la moindre envie de faire connaissance avec ce « voyage au bout des ténèbres où il n'y a qu'une destination », c'est que ma plaidoirie est un sacré échec, car malgré quelques réelles imperfections, « La Quatrième Dimension » est d'une habileté, d'une intelligence et même parfois d'une poésie rare : le fantastique dans ce qu'il a de meilleur.

soniadu21

2 abonnés | Lire ses 60 critiques |

   2.5 - Moyen

Beaucoup d'épisodes ont un scénario bâclé, la situation empirant avec l'avancée dans les saisons, de l'aveu même de Rod Serling. Je ne citerai ici que quelques épisodes qui valent vraiment le détour : "The Monsters are due on Maple Street" (très belle parabole sur le racisme ou comment désigner un bouc émissaire en croyant que tout ira mieux après), "I shot an arrow into the air" (comportement d'autodestruction d'un groupe quand on croit que tout est perdu), "The private world of darkness" (excellent épisode sur la beauté et l'image de soi), "Nick of Time" (sur les gens esclaves de la superstition), et "Steel" (combat de boxe contre un robot, avec Lee Marvin). Une dizaine d'autres épisodes sont potables, sans plus, et la centaine restante a un scénario soit délirant et irréaliste sans aucune réflexion, soit mou et sans intérêt. Conseil : louez les DVD ou achetez les épisodes à l'unité pour éviter de perdre votre argent.

Plume231

505 abonnés | Lire ses 4605 critiques |

   4 - Très bien

"You're traveling through another dimension, a dimension not only of sight and sound but of mind; a journey into a wondrous land whose boundaries are that of imagination. That's the signpost up ahead—your next stop, the Twilight Zone." On peut regretter des épisodes tournés avec des caméras de télévision ce qui nuit beaucoup à leur qualité visuelle. L'épisode "The Prime Mover" souffre d'une morale lourdaude, loin de la subtilité habituelle dans ce domaine de la série. Le jeu outrancier d'Inger Stevens, pourtant absolument magistrale dans l'épisode de la saison 1 "The Hitch-Hiker", dans "The Lateness of the Hour" est vite insupportable ; en outre l'épisode manque réellement d'enjeux pour pouvoir avoir une atmosphère angoissante. Autrement dans le positif, "Nervous Man in a Four Dollar Room" a certainement inspiré une séquence culte dans "Taxi Driver", Agnes Moorehead, sans un seul mot qui sort de sa bouche et sans partenaire, arrive juste par son expressivité et sa gestuelle à exprimer son désarroi et sa force en vieille fermière solitaire qui combat des extraterrestres dans "The Invaders". Et puis surtout, il n'y a plus seulement de voix-off de Rod Serling dans les épisodes mais carrément Rod Serling qui intervient lui-même physiquement au début de chaque épisode... vraiment un charisme de gros malade... Bon allez un petit top 5 (non pas de top 6 cette fois car il y a que 29 épisodes !!!), c'est parti... Numéro 5 : "A Penny for Your Thoughts", qui a certainement dû inspirer le film Ce que veulent les femmes sauf qu'ici notre protagoniste parvient à lire dans les pensées de tout le monde. Un divertissement léger qui prouve que si on peut se servir de ce don pour le tourner à notre avantage, pour le bien-être de notre esprit et dans la nécessité de ne pas détruire les relations entre êtres humains il vaut mieux ne pas savoir ce que les autres pensent de soi. Numéro 4 : "The Obsolete Man", épisode de conclusion de la saison qui une charge féroce contre tout pouvoir qui s'en prend à la dignité humaine, et qui rappelle aussi, si besoin était, que The Twilight Zone est aussi une série profondément humaniste. Numéro 3 : "The Trouble with Templeton", une émouvante déclaration d'amour au théâtre et au petit monde qui le compose. Numéro 2 : "The Howling Man", un épisode très à part car plus proche du fantastique d'un Edgar Allan Poe que de celui habituel de la série, et qui est particulièrement étouffant d'angoisse. Numéro 1 : "The Silence", variation puissamment prenante d'une nouvelle de Tchekhov Le Pari et une plongée dérangeante, donc brillante, dans les tréfonds les plus cachés et les plus noirs de l'âme humaine.

Précédente Suivante
Fans de cette série
Dernières émissions
Top 5 N°770 - Les tanks
Aviez-vous remarqué ? Ant-Man
Fanzone N°640 - La Tour Sombre : le projet de série s'éclaircit
6 855 vues
Le Seigneur des anneaux : le plan secret de Gandalf
10 673 vues
Dans les pas de Mafia III à la Nouvelle Orléans
1 195 vues
Plus de vidéos
Séries qui buzzent

Les plus importantes variations de la semaine du Top Séries

Top consultation des séries TV
Meilleurs films au ciné
  4,2

De Houda Benyamina
Avec Oulaya Amamra, Déborah Lukumuena
Drame
Bande-annonce

  4,2

De Philippe Lioret
Avec Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand
Drame
Bande-annonce

Tous les meilleurs films au ciné