Mon compte
    Thanksgiving : comment une fausse bande-annonce déjantée est devenue un vrai film d'horreur
    Emilie Schneider
    Emilie Schneider
    -Journaliste
    Amatrice d’œuvres étranges, bizarres, décalées et/ou extrêmes, Emilie Schneider a une devise en matière de cinéma : "si c'est coréen, c'est bien".

    En salles depuis mercredi, "Thanksgiving : la semaine de l'horreur" marque le retour d'Eli Roth au genre horrifique. Savez-vous que ce slasher est né d'un faux trailer réalisé il y a plus de quinze ans ?

    De quoi ça parle ? Un an après qu’un Black Friday a viré au chaos, un mystérieux tueur s’inspire de la fête traditionnelle de Thanksgiving et terrorise la ville de Plymouth (Massachussetts), berceau de la célèbre fête. Alors que les habitants sont éliminés les uns après les autres, ces meurtres qui semblaient aléatoires, révèlent un plan plus vaste et sinistre. Les habitants découvriront-ils le tueur et survivront-ils à la fête... ou deviendront-ils les invités de son dîner de Thanksgiving complètement tordu ?

    Thanksgiving : la semaine de l'horreur
    Thanksgiving : la semaine de l'horreur
    De Eli Roth
    Avec Patrick Dempsey, Addison Rae, Milo Manheim
    Sortie le 29 novembre 2023
    Séances (1)

    Un film né d'une fausse bande-annonce

    Avant d'être un film, Thanksgiving : la semaine de l'horreur a été une fausse bande-annonce réalisée par Eli Roth dans le cadre du double-programme Grindhouse de Robert Rodriguez et Quentin Tarantino, composé de Planète Terreur et Boulevard de la mort. Ce projet était un hommage aux systèmes d'exploitation Grindhouse, ces salles de cinéma qui projetaient des doubles programmes déjantés, mêlant violence et érotisme, entrecoupés de bandes annonces. Fidèles au concept, les deux longs-métrages étaient donc accompagnés de fausses bandes annonces, réalisées par des adeptes du genre. Outre Eli Roth, Rob Zombie et Edgar Wright ont eux aussi signé de fausses bandes-annonces.

    Lorsqu'il a été sollicité, Eli Roth a tout de suite su ce qu'il voulait faire. Dans sa jeunesse et son adolescence, lui et son ami Jeff Rendell étaient des cinéphages qui visionnaient toutes les VHS horrifiques possibles et imaginables. Et un sous-genre particulier les intéressait, comme s'en souvient Roth : "Nous avons atteint l'âge de la majorité au début des années 80, qui était l'âge d'or des slashers de vacances. Black Christmas, Halloween, Meurtres à la St Valentin, Week-end de terreur [qui se déroule le 1er avril, ndlr], New Year’s Evil... Lorsque nous avons vu Douce nuit, sanglante nuit, nous avons applaudi à tout rompre tandis que le Père Noël tueur criait "PUNISH !" (punition). Pour nous, c'était le cinéma à son apogée".

    2023 CTMG. All Rights Reserved

    Une période non exploitée par le cinéma d'horreur

    Natif de Newton, dans le Massachusetts, Eli Roth s'est aperçu qu'Hollywood n'avait jamais réalisé de film d'horreur se situant durant Thanksgiving : "Il est impossible de sous-estimer l'importance de Thanksgiving dans le Massachusetts. Tous les groupes scolaires se rendent à Plimoth Patuxet pour cette fête [musée qui retrace la vie des colons de Plymouth, qui devinrent par la suite les Pères pèlerins, ndlr]."

    Avec la fausse bande-annonce de Thanksgiving, le réalisateur a vu l'opportunité de créer le film d'horreur que Hollywood avait oublié de réaliser. Il l'a écrit avec son ami Jeff Rendell et a pu profiter des acteurs, des décors et des maquillages de Hostel - Chapitre II, dont il terminait alors le tournage, pour mettre en boîte le faux trailer.

    2023 CTMG. All Rights Reserved

    Des fans qui en redemandent

    Une fois la fausse-bande annonce de Thanksgiving sortie, Eli Roth pensait s'arrêter là. C'était sans compter l'enthousiasme du public, qui n'a eu de cesse de lui en parler et de réclamer un vrai film Thanksgiving. Mais un problème persistait : il n'avait pas de scénario, la bande-annonce n'était qu'un enchaînement de meurtres. "Nous savions que nous devions faire de Thanksgiving un véritable film d'horreur, un film qui existerait que vous ayez vu la bande-annonce ou non", confie Roth. Il était clair qu'il n'y avait aucun moyen de faire fonctionner les séquences emblématiques du trailer dans un vrai film, il fallait donc changer d'approche.

    "Nous sommes partis du principe que Thanksgiving 1980 était le film dont était tirée la bande-annonce de Grindhouse, et qu'il avait été si choquant que toutes les copies avaient été détruites et que le seul élément qui avait survécu était la bande-annonce", explique le réalisateur. "Le nouveau film que nous faisions serait le reboot de ce film, en repartant de zéro, mais en sélectionnant des éléments dont nous savions qu'ils fonctionneraient dans l'histoire que nous racontions aujourd'hui".

    Au cours des nombreuses années d'écriture et de réécriture, Roth explique que ce sont les sites de fans qui ont maintenu le projet en vie : "Je dois les en remercier : ils nous ont permis de tenir le coup lorsque nous étions épuisés ou que nous n'arrivions pas à nous en sortir".

    2023 CTMG. All Rights Reserved

    Harder, Better, Bloodier, Stronger

    Eli Roth s'est mis la pression pour que son film soit à la hauteur de l'attente, et surpasse la fausse bande-annonce d'origine. Très tôt, il a discuté du projet avec Adrien Morot, un spécialiste des prothèses Oscarisé pour son travail sur The Whale. Une des raisons qui a poussé Roth à solliciter Morot était leur amour commun pour les effets spéciaux pratiques, réalisés sur le plateau et non en numérique. "Son savoir-faire est inégalé. Adrien et sa femme Kathy ont fabriqué les têtes et les parties du corps les plus incroyablement réalistes et les plus belles que j'aie jamais vues. Elles étaient tellement belles ! Mais bien sûr, quelle que soit la beauté de la fausse tête, il faut l'écraser avec un attendrisseur de viande", plaisante le réalisateur.

    Il ajoute : "Chaque fois que vous réalisez un film d'horreur, vous avez une chance d'entrer dans le panthéon des grands de l'horreur. L'occasion est là si vous la saisissez. C'est pourquoi nous essayons de faire de chaque mort un véritable classique du genre. [...] J'ai une tolérance très, très, très élevée pour le gore au cinéma, alors si une scène me bouleverse, je sais qu'elle fonctionnera pour le grand public."

    2023 CTMG. All Rights Reserved

    Une star de TikTok

    Gabby, la meilleure amie de Jessica, est incarnée par Addison Rae, devenue une star outre-Atlantique grâce à TikTok, où elle est suivie par 88 millions de personnes. Elle cumule sur ses réseaux plus de 120 millions de followers. Elle est également apparue dans Il est trop bien sur Netflix, reboot du teen movie Elle est trop bien, et s'est lancée dans la chanson en 2023 avec la sortie d'un EP, sur lequel figure un duo avec la chanteuse Charli XCX.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Back to Top