Mon compte
    Vous aimez le cinéma de Jane Campion et de Terrence Malick : vous allez être happé par ce film suisse qui a failli être nommé aux Oscars
    Mathilde Fontaine
    Mathilde Fontaine
    -Rédactrice ciné-séries
    Celle qui est fan de Friends et pourrait bosser chez Dunder Mifflin. Ne loupe jamais une séance ciné, rêve de vivre dans un film de Sautet, de faire une choré avec les fréros Vega (ceux de Tarantino) et d'aller à une Boum avec Vic ! ("Et là, normalement, il me faut une citation latine...")

    Récompensée au Festival de Cannes 2023, Carmen Jaquier se révèle comme une cinéaste à suivre de près avec la sortie de Foudre, son premier long métrage. Un film à la fois dense et délicat sur l’émancipation féminine et le désir, au cinéma le 22 mai.

    Ça parle de quoi ?

    Été 1900, au cœur d'une vallée du sud de la Suisse. Elisabeth, 17 ans, est sur le point de prononcer ses vœux après 5 ans passés au couvent. La mort soudaine de sa sœur l'oblige à retourner dans la ferme familiale pour assumer son nouveau rôle d'aînée. Elisabeth se retrouve vite asphyxiée par cette vie de labeur et obsédée par les mystères qui entourent la disparition de sa sœur. Elle va alors chercher à s'affranchir de son statut et de ses nouveaux engagements.

    Foudre
    Foudre
    Sortie : 22 mai 2024 | 1h 32min
    De Carmen Jaquier
    Avec Lilith Grasmug, Mermoz Melchior, François Revaclier
    Presse
    3,7
    Spectateurs
    2,9
    Séances (61)

    Un regard de cinéaste à suivre

    Lauréate du prix Women in Motion, Talent émergent, au Festival de Cannes 2023, Carmen Jaquier a su marquer les esprits des cinéphiles dès 2014 avec son premier court métrage, Le Tombeau des filles, primé à Locarno. Explorant la notion de la découverte de la féminité, cette première œuvre a posé la pierre angulaire du cinéma de la Suissesse qui a ensuite continué à sonder les questionnements d'émancipation des femmes dans quatre autres courts métrages.

    Cette année, la réalisatrice signe son tout premier long métrage qui impose un peu plus le regard et le style d’une cinéaste dans le paysage du 7e Art. S’affranchissant des descriptions masculines dans la construction de l’identité féminine, Carmen Jaquier transpose ici sa thématique dans l’univers de la foi et de la religion. Pour ce faire, elle emprunte autant à La Leçon de piano (Jane Campion) qu’à The Tree of Life (Terrence Malick) ou aux Sorcières d’Akelarre (Pablo Agüero), en passant par des références françaises telles que Portrait de la jeune fille en feu (Céline Sciamma) ou encore Sybil (Justine Triet).

    Copyright La Vingt-Cinquième Heure

    Récompensé dans plusieurs festivals (prix du cinéma suisse, prix de la critique à Zurich, prix de la mise en scène à Marrakech), et présélectionné pour représenter la Suisse aux Oscars 2024, Foudre se dévoile comme une odyssée subversive et sensorielle où l'éveil des sens se confronte à une société corsetée. Éclairé par la photographie de Marine Atlan (Le Ravissement) et l'interprétation habitée de Lilith Grasmug (Oranges sanguines) dans le rôle-titre d’Élisabeth, ce drame se déroulant en 1900 trouve ses racines dans un fait divers.

    La femmes et la foi

    Plusieurs moments fondateurs et révélateurs ont marqué ma réflexion et l’écriture du film. Deux adolescents qui s’étaient immolés par le feu dans une banlieue de Berlin, un fait divers décrit en trois lignes dans un journal, raconte-t-elle. Cette tragédie m’a rappelé combien je me sentais concernée par cette période appelée adolescence et par les émotions qui la traversent ; injustices, rejets, désirs, rage…

    Copyright La Vingt-Cinquième Heure

    Si elle a choisi de transposer son récit dans le milieu de la religion catholique, c’est pour mieux souligner les sentiments et émotions ressentis par les femmes au cours de leur vie, qui plus est durant leur adolescence.

    Il était important pour moi de partir de la religion catholique, qui a beaucoup à voir avec les sentiments de honte et d’infériorité que peuvent ressentir les femmes, et de la confronter à une réflexion plus large, une quête pour une sexualité douce, amicale et bienveillante. Un retour à soi, au corps que nous sommes et à la transcendance. Dieu, libéré de la pratique catholique, devient un territoire infini de réflexion.

    Foudre, véritable expérience de cinéma, est à voir sur grand écran dès le 22 mai 2024.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Back to Top