Mon compte
    Cannes 2015 : Les Deux amis est un "buddy movie amer et parfumé" selon la presse
    Par Thomas Destouches — 20 mai 2015 à 11:00

    Avec Les Deux Amis, le comédien Louis Garrel signe son premier long métrage en tant que réalisateur. Retour sur un film présenté à la Semaine de la critique du Festival de Cannes 2015...

    En bref

    De quoi ça parle ?

    Clément, figurant de cinéma, est fou amoureux de Mona, vendeuse dans une sandwicherie de la gare du Nord. Mais Mona a un secret, qui la rend insaisissable. Quand Clément désespère d’obtenir ses faveurs, son seul et meilleur ami, Abel, vient l’aider. Ensemble, les deux amis se lancent dans la conquête de Mona.

    La revue de presse

    • Jordan Mintzer / The Hollywood Reporter :  "Le comédien devenu réalisateur Louis Garrel propose avec la dramédie romantique Les Deux Amis, un premier film charmant à défaut d'être
      totalement convaincant (...) Se déroulant sur trois jours et trois nuits consécutifs, la narration très libre fonctionne mieux lors de quelques scènes énergiques, comme celle du tournage où le trio se transforme en étudiants révoltés de mai 1968..."
      Voir la critique complète
    • Jonathan Romney / Screen Daily : "Elégamment filmé, le long métrage paraît à un certains moments quelque peu léger ou trop cuit, la partition trop excessive de Philippe Sarde pour un film intimiste donnant une impression de claustrophobie." Voir la critique complète
    • Jérémie Couston / Télérama : "Coécrit avec Christophe Honoré, dont on reconnaît le goût pour les amours mélancoliques et les dialogues un rien artificiels, le premier long métrage de Louis Garrel aborde un sujet finalement peu traité par le cinéma français : celui de la fin d'une amitié entre deux garçons..." Voir la critique complète
    • Clément Ghys / Libération : "Les Deux Amis a quelque chose de très plaisant. Une grâce habite les échanges entre les deux garçons (...) [Le film] est un buddy-movie amer et parfumé de l’idée que l’amitié est un sentiment capable de se déliter, au même titre que l’amour." Voir la critique complète

    Les bonnes raisons de voir le film selon la Rédac'

    • Pour l'aura cinématographique absolue de Golshifteh. Rayonnante, la comédienne iranienne confirme qu'elle est téméraire, déroutante et magnétique. Et elle a un des plus beaux regards du 7ème Art.
    • Pas facile de devenir réalisateur quand on est le fils de Philippe Garrel. A la fin du film, on en est convaincu : Louis a sa "voix", son "style" et son "énergie". Il devient metteur en scène, "fils de" ou pas.
    • Parce que Louis Garrel se permet une petite pique amusante aux critiques qui lui reprochent de "faire tout le temps la gueule". Une simple réplique amusante lancée à son personnage, montrant tout son second degré : "Tu fais tout le temps la gueule, tu crois que ça te donne l'air profond ?"

    Rencontre avec l'équipe des "Deux Amis" :

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top