Mon AlloCiné
    L'odeur de la mandarine : "Un film féministe ? Je le prends comme un compliment !"
    Par Brigitte Baronnet — 30 sept. 2015 à 08:30

    Olivier Gourmet et Gilles Legrand, réalisateur de L'Odeur de la mandarine, évoquent l'aspect féministe du film, porté notamment par la révélation Georgia Scalliet. L'odeur de la mandarine sort sur les écrans ce mercredi.

    Eté 1918. La guerre fait rage pour quelques mois encore, mais pour Charles (Olivier Gourmet) et Angèle (Georgia Scalliet, de la Comédie française), elle est déjà finie. Lui, officier de cavalerie y a laissé une jambe. Elle, son infirmière à domicile, vient de perdre au front son grand amour, le père de sa petite fille. Unis par le besoin de se reconstruire, ils nouent une complicité joyeuse qui les ramène à la vie.

    C'est le point de départ de L'Odeur de la mandarine, réalisé par Gilles Legrand, sur un scénario de Guillaume Laurant. Film d'époque, en costume, sur fond de Première Guerre mondiale... avec un souffle très moderne, notamment grâce au couple que forment les personnages d'Olivier Gourmet et Georgia Scalliet, une femme indépendante, avec du caractère, ne se laissant pas épouser immédiatement.

    Un film féministe avant l'heure ? "Je le prends comme un compliment" rétorque le réalisateur, avec qui nous avons abordé ce sujet, accompagné d'Olivier Gourmet.

    Découvrez un extrait de L'Odeur de la mandarine, à l'affiche dès aujourd'hui

    Propos recueillis au Festival du film francophone d'Angoulême 2015

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top