Mon compte
    Un sac de billes, Au revoir les enfants, La Traversée de Paris... Portrait de la France en guerre en 9 films
    17 janv. 2017 à 19:00
    Olivier Pallaruelo
    Olivier Pallaruelo
    -Journaliste cinéma / Responsable éditorial Jeux vidéo
    Biberonné par la VHS et les films de genres, il délaisse volontiers la fiction pour se plonger dans le réel avec les documentaires et les sujets d'actualité. Amoureux transi du support physique, il passe aussi beaucoup de temps devant les jeux vidéo depuis sa plus tendre enfance.

    La défaite, l'Occupation, la Collaboration, la Résistance, survivre au quotidien... Portrait de la France à travers huit thèmes et neuf films, à l'heure où "Un sac de billes" sort sur nos écrans.

    D.R.

    Au revoir, les enfants

    L'histoire du film

    1944. Julien est pensionnaire dans un collège catholique. Il découvre Jean, nouveau venu, fier et secret. Julien et Jean se prennent peu a peu en amitié. Cependant ce lien ne pourra jamais s'épanouir. La Gestapo débarque un jour au collège et arrête le Père Jean et les trois enfants juifs qu'il avait caché parmi ses petits catholiques. Pour Louis Malle, "cette histoire autobiographique a peut-être decidé de ma vocation de cinéaste. C'est ma fidélité, ma référence. J'aurais dû en faire le sujet de mon premier film, mais j'hésitais, j'attendais."

    De la fiction à la réalité

    Avec l'armistice de juin 1940, la France entre dans la sphère du Reich. Les prémices de la déportation sont mises en place par Vichy avant la demande allemande. Dès 1940, deux lois, "portant statut des juifs", excluent les Juifs de la fonction publique et de certaines professions libérales et prévoient que "les ressortissants étrangers de race juive [...] pourront être internés dans des camps spéciaux". En mars 1941, un Commissariat général aux questions juives est créé et met en place l' "aryanisation" des biens juifs. En zone Nord, occupée, les juifs doivent porter une étoile jaune dans les lieux publics. Dans les deux zones, tous les juifs sont recensés. La communauté juive vivant en France se composait, en juin 1940, d'environ 350 000 personnes, dont la moitié étaient étrangères. Selon les estimations faites par Serge Klarsfeld, 75 721 personnes ont été arrêtées et déportées en tant que juives. Seules 3% sont revenues.

    Il faut également ajouter à cela la déportation politique. Le décret "Nuit et Brouillard"du 7 décembre 1941, vise la Résistance et l'opposition politique. Il autorise la déportation en Allemagne de toute personne présumée coupable de crimes contre le Reich ou contre les territoires d'occupation. 85 000 personnes sont parties en déportation de France, dont 10 % de femmes. Résistants, activistes politiques, otages, tziganes, sur 85 000 déportés "politiques", 60 % en sont revenus vivants à la Libération.

    La bande-annonce de Au revoir les enfants :

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top