Mon compte
    Chien, Le Sens de la Fête, Pour le réconfort… 1 an avec Vincent Macaigne
    Par Propos recueillis par Maximilien Pierrette à Paris le 1er mars 2018 — 14 mars 2018 à 19:30

    De "Chien" au "Sens de la fête", en passant par son premier long métrage en tant que réalisateur "Pour le réconfort", Vincent Macaigne fait le point sur son année 2017, à l'occasion de la sortie du film de Samuel Benchetrit.

    ET APRES ?

    Très présent en 2017, Vincent Macaigne ne le sera pas moins en 2018. Grâce à Chien bien sûr, mais aussi à ces deux gros projets.

    E-Book d'Olivier Assayas

    Je peux dire plein de choses et pas grand-chose à la fois, car il est en montage. Je ne sais pas trop ce que ça va être. Mais c'était très drôle et plaisant de faire ce film, et je n'avais jamais pu travailler avec quelqu'un qui maîtrisait aussi bien la grammaire cinématographique. Je ne l'ai pas vu, mais ça peut être un beau film. Le scénario est très drôle et touchant, car il est question de deux couples d'amis, qui se connaissent depuis quinze ou vingt ans, avec des histoires de coucheries. Ça me fait penser à Manhattan de Woody Allen, et en même temps ça parle d'un éditeur de romans joué par Guillaume Canet qui doit faire passer sa boîte dans l'ère numérique, et gérer ses relations avec ses amis.

    Moi je joue un écrivain qu'il a publié, et qu'il veut arrêter d'éditer alors que mon personnage couche un peu avec sa femme. Il y a des histoires sentimentales sur fond de vision de notre époque. C'est entre Manhattan et Tchekov.

    Blanche-Neige d'Anne Fontaine

    Anne Fontaine est très très précise. J'ai fait Les Innocentes et Marvin avec elle, donc ça sera le troisième film. Il y a une vraie fidélité. Comme Olivier Assayas, elle connaît tellement bien sa grammaire et celle du cinéma que c'est vraiment très différent comme ambiance. Ça n'est pas forcément mieux que chez les autres, c'est juste que ça n'est pas la même ambiance, ce qui permet de travailler ailleurs. Elle sait très bien ce qu'elle veut et m'emmène sur ces choses différentes à chaque fois. Concernant Blanche-Neige je ne peux dire grand-chose car je commence à peine à répéter. Là j'apprends le violoncelle mais je ne sais pas si je vais réussir, car je suis tellement mauvais en musique (rires)

    "Marvin", précédente collaboration entre Anne Fontaine et Vincent Macaigne :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Avec Chien, Samuel Benchetrit voulait "avoir un personnage très aimable dans un film qui l'est moins"
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top