Notez des films
Mon AlloCiné
    Gentleman Jack : que vaut ce Downton Abbey queer inspiré d'une étonnante histoire vraie ?
    Par Jean-Maxime RENAULT (@J_M_Renault) — 24 avr. 2019 à 17:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    "Gentleman Jack", qui met en scène la star de "Docteur Foster" Suranne Jones dans la peau d'une propriétaire terrienne homosexuelle dans les années 1830 en Angleterre, est disponible chez nous sur OCS et vaut le détour. On vous dit pourquoi !

    HBO / BBC
    De quoi ça parle ?

    Anne Lister, propriétaire terrienne homosexuelle, veut briser les conventions sociales et épouser une riche héritière nommée Ann Walker pendant la Révolution Industrielle, au grand dam de leurs familles respectives...

    Créée par Sally Wainwright (Happy Valley). Avec Suranne Jones (Docteur Foster)...

    Disponible sur OCS/OCS Go en US+24.

    Gentleman Jack - saison 1 Bande-annonce VO

     

    L'étonnante histoire vraie d'Anne Lister...

    Anne Lister n'est pas née dans la tête de la créatrice de Gentleman Jack, il s'agit d'une femme qui a réellement existé et dont l'histoire si singulière n'a été découverte que récemment. Née en 1790, Lister, propriétaire terrienne et grande voyageuse, a tenu un journal intime tout au long de sa vie, constitué de 27 tomes, où elle y racontait tous les petits et grands détails de son quotidien, ses tracas familiaux et financiers, ses activités industrielles et ses relations amoureuses avec d'autres femmes. C'est sans doute cet aspect en particulier, regorgeant de précisions intimes, sexuelles, qui l'ont poussée à les écrire de manière codée. Ce mélange d'algèbre et de grec ancien n'a été déchiffré que dans les années 1930, d'où le fait que ses aventures soient restées si longtemps secrètes, un temps cachées par ses descendants.

    Aujourd'hui, Anne Lister est considérée comme l'une des "premières lesbiennes modernes", du fait de son style de vie qu'elle assumait et menait sans se cacher, entraînant toutfois un harcèlement constant, et de son look androgyne, celui-là même qui lui valut le sobriquet de "Gentleman Jack" par les habitants de la ville de Hallifax. En France, dans les Pyrénées, ce n'est pas pour sa vie sexuelle mais pour avoir réalisé la première ascension officielle du mont Vignemale (3 298 mètres) qu'elle est connue.

    La scénariste Sally Wainwright avait envie de raconter son histoire depuis plus de 20 ans, sans toutefois trouver le meilleur angle pour le faire. Si un film et des documentaires lui ont déjà été consacrés ces dernières années outre-Manche, il s'agit de la toute première série; un format qui permet d'explorer en profondeur et de rendre fidèlement hommage à ce personnage unique en son genre, anticonformiste, avant-gardiste, résolument féministe et queer, qui trouve une résonance particulière aujourd'hui. Il aura fallu attendre près de 200 ans avant que le mariage de couples homosexuels soit autorisé en Grande-Bretagne et ailleurs. Anne Lister, elle, s'est unie à sa dulcinée un dimanche de Pâques dans les années 1830. L'Eglise de Shibden Hall est devenue depuis un symbole, puisqu'elle a été la première du pays à unir deux femmes dans l'Histoire.

    Un "Dowton Abbey" queer et enthousiasmant

    Ne vous laissez pas intimider par Gentleman Jack qui, sous ses airs un peu classiques de drame à l'époque Victorienne, est une série moderne, souvent légère et drôle, régulièrement émouvante, subtilement militante et toujours enthousiasmante, malgré des épisodes un peu trop longs. Elle serait en quelque sorte la rencontre entre Downton Abbey, pour son aspect familial, son regard bienveillant porté sur les "petites gens" qui entourent l'héroïne et ce qu'elle dit d'une époque, Orgueil et Préjugés, pour son penchant pour les grands sentiments et ses accents romantiques, et même Fleabag, l'attachante comédie noire anglaise signée Phoebe Waller-Bridge, auquel elle emprunte les regards caméra joueurs et les adresses directes aux téléspectateurs, utilisés avec parcimonie.

    Cette co-production HBO/BBC bénéficie de moyens suffisants pour que la reconstitution soit de qualité tandis que la mise en scène, essentiellement assurée par des femmes, est toujours énergique et stimulante. Suranne Jones, déjà impressionante et glaçante dans le thriller Docteur Foster, est à nouveau extrêmement convaincante, ébouriffante même, dans un registre qui fait appel à une autre palette de jeu, tout aussi riche. Son Anne Lister a tout pour devenir une icône lesbienne et féministe incontournable de la télévision.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top