Notez des films
Mon AlloCiné
    Waterworld : budget explosé, guerre d'ego, acteurs blessés... récit d'un tournage cauchemardesque
    Par Emilie Schneider — 30 avr. 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Film maudit, plombé par un tournage compliqué et des critiques impitoyables, le long-métrage de Kevin Reynolds a joué de malchance.

    D.R.

    En 1995, quatre ans après Robin des bois, prince des voleurs, le réalisateur Kevin Reynolds retrouve Kevin Costner pour Waterworld. Ce film post-apocalyptique imagine la Terre recouverte par les océans à la suite d'une catastrophe écologique. Les rares survivants vivent sur des atolls artificiels, rêvant d'une contrée mythique, Dryland, recouverte de vastes forêts et de profondes vallées.

    Un budget faramineux

    Il s'agit de l'un des films les plus chers de l'histoire du cinéma, avec 175 millions de dollars de budget, alors qu'il devait en coûter 100 millions. Le tournage a été prolongé et a duré six mois, contre les trois initialement prévus. Ces rallongements sont dus à un tournage qui a été un concentré d'accidents et de faux pas. Le film finit par rentrer dans ses frais grâce à sa carrière internationale et la vidéo mais n'est pas la réussite éclatante qu'ambitionnait son studio, au vu des moyens déployés.

    Un tournage qui prend l'eau

    Le tournage débute alors que le scénario n'est pas achevé, Kevin Costner ne cessant de réécrire ses répliques. Il a lieu dans le port de Kawaihae, à Hawaï, où un gigantesque atoll artificiel d'un coût de 5 millions de dollars a été construit. Tourner dans et sur l'eau n'est évidemment pas une sinécure. Les membres de l'équipe sont contraints de se rendre sur le plateau en bateau, y compris entre les prises pour aller aux toilettes. La nature s'en mêle et un ouragan détruit le décor de la scène finale.

    D.R.

    Les acteurs en bavent aussi : Kevin Costner manque de se noyer lors d'une cascade tandis que sa doublure, le surfeur Laird Hamilton, tombe en panne d'essence en jet ski et erre plusieurs heures en mer avant d'être retrouvé. Il est également victime d'une embolie. Tina Majorino, l'interprète d'Enola, est piquée à plusieurs reprises par des méduses. John Malkovich et Jack Nicholson sont envisagés pour le personnage de Deacon mais ils sont trop chers. C'est finalement à Dennis Hopper que revient le rôle alors que les prises de vues ont débuté depuis un mois.

    Kevin Costner exige une villa et un yacht qui font gonfler la note. Soupçonné d'infidélités, il divorce de son épouse après seize ans de mariage. Cette séparation excite les journalistes qui débarquent sur le tournage pour passer au crible les moindres erreurs. Avant même sa sortie, le film est précédé d'une réputation catastrophique. Ajoutez à tout cela, comble de l'ironie, un réalisateur qui a le mal de mer, et vous avez tous les ingrédients d'un naufrage.

    D.R.
    Kevin Vs. Kevin

    Kevin Reynolds et Kevin Costner se connaissent bien lorsqu'ils se lancent dans l'aventure Waterworld. Outre Robin des bois, prince des voleurs, ils ont tourné ensemble Une bringue d'enfer en 1985. Mais le duo ne partage pas la même conception du projet. Le comédien veut être mis en valeur en incarnant une figure héroïque, tandis que le metteur en scène envisage un film tourné vers l'action. Leur amitié est mise à rude épreuve par le tournage difficile et les problèmes techniques, au point que Reynolds laisse le montage entre les mains de l'acteur. On murmure que Costner voulait retourner certaines scènes ou les retoucher numériquement parce que sa calvitie naissante était trop visible. Cette guerre d'ego culmine avec l'absence à l'avant-première du film de Kevin Reynolds, qui refuse de s'associer à sa sortie. Les deux hommes se réconcilieront dix-sept ans plus tard avec la série Hatfields & McCoys.

    Waterworld
    Waterworld
    Sortie le 25 octobre 1995 | 2h 16min
    De Kevin Reynolds
    Avec Kevin Costner, Jeanne Tripplehorn, Dennis Hopper, Michael Jeter, Tina Majorino
    Presse
    2,0
    Spectateurs
    3,0
    Voir sur Netflix

    Waterworld Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Jacquou le Croquant sur France 2 à 14h : retour sur le destin tragique de Jocelyn Quivrin, mort à 30 ans
    • L'Appât sur Arte : retour sur cette terrifiante affaire criminelle à l'origine du film de Tavernier
    Commentaires
    • damien V.
      Oui, tu raison plus c'est une grosse production, plus c'est tenduDune été une grosse production, qui est devenu limite avec un budget indépendant. Plus le film avancé, moins il avait de manœuvre financière pour Lynch.
    • QSG-OMDR M
      le film qui as inspiré l'une des chansons de renaud
    • Bruce W
      Pareil j'en garde un bon souvenir.
    • DirtyHarry80
      Dune, Waterworld.... plus les films coutent chers plus le tournage est tendu au vu des enjeux. Merci à Allociné pour ces articles de fond qu'on aimerait voir plus souvent.
    • Lohengramm99
      Bien d'accord. En fait les remake c'est une bonne idée pour les films où tu sens qu'il a une bonne idée de base mais que l'exécution n'était pas au rendez-vous. Je pense à Event Horizon notamment.
    • chips493
      Quelles sont tes sources pour affirmer que les studios sabotaient leurs propres films?
    • kingbee49
      Une curiosité ce film. J'aime bien. Les scènes d'action sont inventives, le montage est très bon et il y a un univers... J'aimerai voir la version longue dans un beau blu ray...
    • The Chriss
      ok
    • Melnibonéen
      J'ai toujours beaucoup aimé ce film. Je trouve son univers fascinant. Le scénario est un peu simpliste, mais pas plus que 95% des blockbusters.Le lynchage par les critiques me semble totalement injustifié.
    • Might Guy
      Costner a fait pire tout seul, 2 ans plus tard et sur la terre ferme avec postman.Heureusement qu'il s'est rattrapé en revenant à plus de sobriété avec open range...
    • Herendil
      Rare sont ceux qui le savent mais il existe une version longue de Waterworld. Elle n'est disponible que sur une édition DVD, édition qui n'est pas vendue en France. 40 minutes supplémentaires qui permettent d'approfondir l'univers et les personnages du film. Pour les uns, ça rallongera inutilement le film, pour les autres, elle sera indispensable à la narration. C'est le cas pour moi. Cette version m'est indispensable. Elle amoindrit le côté nanardesque de ce blockbuster.Car, oui, Waterworld est bourré d'incohérences et son scénario ne volent jamais très haut. C'est un film post-apocalyptique mais loin d'un Mad Max, film auquel il est souvent comparé. Mais bon... j'ai vu dernièrement Rampage - Hors de contrôle. Encore aujourd'hui, et malgré des effets spéciaux dantesques, des films bien plus nanardesques que Waterworld sont encore réalisées.
    • Magellan
      et surtout le budget de la série serait très important . Mais sinon je signe pour une série :)
    • gima56
      Plus qu'un remake, une série pour moi. L'univers a l'air assez riche pour avoir beaucoup à explorer. Mais bon, ça veut dire qu'une équipe affronterait tous ces problèmes pendant longtemps, pas sûr que grand monde soit motivé pour ça.
    • Seke
      à noter que contrairement aux idées-recues, ce film ne fut pas un bide à proprement parler. Il a fait 2 221 000 spectateurs en France, 88 M$ aux USA, 176 M$ à l'international et 264 M$ à niveau mondial (ce qui en 1995 était très bien).Mais en 1995, les studios en avaient marre du Système des Stars (Costner, Stalonne, Schwarzy, Gibson, Ford) qui faisaient leur divas et exigeaient 15 à 20 M$ de cachet par film. Donc ils faisaient tout pour que leurs films bident afin de les faire disparaitre.
    • Magellan
      Un des rares films dont je souhaite un remake . J'adore ce film tout simplement .
    • Satirycon
      Il faut rajouter à cela le fait que le film a été descendu par la critique, ce qui n'a rien arrangé. Même s'il est imparfait, très inégal, je n'ai jamais vu d'autre blockbuster similaire (un mad max sur les eaux), ce fut donc une expérience marquante pour son ambiance particulière et son héros antipathique.
    Voir les commentaires
    Back to Top