Notez des films
Mon AlloCiné
    One Night In Miami sur Amazon Prime : "Un film qui invite à accepter l’humanité des autres" selon l'interprète de Mohamed Ali
    Par Propos recueillis par Emmanuel Itier — 16 févr. 2021 à 17:32
    FBwhatsapp facebook Tweet

    AlloCiné a rencontré le scénariste de One Night In Miami (Amazon Prime Video), ainsi que les interprètes de Cassius Clay/Mohamed Ali, Jim Brown et Sam Cooke pour parler représentations, figures historiques et tolérance.

    AlloCiné : Pourquoi ce film et quelles difficultés avez-vous rencontrées pour en écrire le scénario ?

    Kemp Powers : J’ai toujours été fasciné par ce rendez-vous "magique" et réel, cette nuit de transformation, surtout pour Cassius Clay qui deviendra ensuite Mohamed Ali. Mais ce fut aussi des moments de vérité pour Malcolm X, le footballeur Jim Brown et le chanteur Sam Cooke qui ont passé ensemble cette nuit dans un motel à Miami le 25 Février 1964 à la suite de la victoire de Clay sur Liston alors qu’il n’avait que 22 ans. Pour moi, ces hommes ont toujours été des héros de ma jeunesse. Je me devais d’écrire un scénario basé sur des faits réels mais qui prend certaines libertés quant aux diverses conversations qu’ils ont eues dans ce motel. Car évidemment il n’y a pas eu d’enregistrements de leurs propos et je ne pouvais qu’imaginer la teneur de leurs échanges en fonction de ce qui se passait à ce moment dans leur vie et dans une Amérique encore en plein conflit racial. Ce qui est intéressant c’est que les conversations qu’ils ont dû avoir cette nuit-là auraient été presque les mêmes s’ils les avaient aujourd’hui. En tant qu’hommes noirs, ce sont toujours les mêmes débats qu'aujourd’hui sur le racisme et le manque de justice. La plus grande difficulté fut de ne pas faire de ces "géants" des clichés historiques. Je ne voulais pas leur mettre dans la bouche toutes les tirades qui leur sont attribuées comme avec Ali, "Je suis le plus grand !". Je ne voulais pas non plus montrer un Malcolm X en pleine furie comme lorsqu’il s’exprimait à une réunion politique. Je voulais montrer le côté "privé" de ces personnalités publiques. Je voulais montrer leur vulnérabilité et l’intimité de leurs âmes. 

    Eli, comment devient-on Cassius Clay alias Mohamed Ali ?

    Eli Goree : Pour moi ce qui était important c’était de comprendre d’où il venait. De Louisville dans le Kentucky dans les années 40, où on n'était pas tendre envers les hommes noirs. Il m’a fallu également trouver un coach linguistique pour apprendre la façon dont il s’exprimait. Ensuite, je me suis entraîné pour apprendre à boxer le mieux possible. J’ai suivi des cours avec l'entraîneur des films Creed. Ce fut un processus lent et cruel. Pas évident de prétendre se faire passer pour le plus grand boxeur de tous les temps. Au final, je me suis vraiment senti devenir un autre homme. J’espère que je rends hommage à Cassius Clay avec ce film. 

    One Night In Miami
    One Night In Miami
    Sortie le 15 janvier 2021 | 1h 54min
    De Regina King
    Avec Eli Goree, Kingsley Ben-Adir, Aldis Hodge, Leslie Odom Jr., Lance Reddick
    Presse
    3,3
    Spectateurs
    3,3
    Voir sur Amazon Prime Video

    Et vous, Leslie Odom, comment devient-on ce géant de la soul, Sam Cooke ?

    Leslie Odom Jr : J’ai eu la chance de pouvoir écouter sa musique et de me plonger dans sa vie tellement fascinante à travers les écrits et documentaires. Je pense que c’est en écoutant sa musique, tellement subtile et profonde, que l’on arrive à comprendre qui il était. C’est sa musique qui m’a permis de me mettre dans sa peau. J’ai acquis un respect encore plus grand pour Sam quand je me suis rendu compte de l’impact révolutionnaire qu’il a eu sur le showbiz. Je ne savais même pas qu’il était l’un des premiers artistes noirs qui avait son propre label musical, et ceci bien avant Motown. Sam a donné sa chance a tellement d’artistes noirs que ce fut une vraie inspiration pour moi. Mon plus grand défi pour devenir Sam Cooke fut d’apprendre à chanter comme lui. Je croyais vraiment qu’on allait me laisser mimiquer Sam et apposer sa voix en post-production mais la réalisatrice, Regina King, a insisté pour que je chante moi-même ses chansons. J’espère que je m’en suis bien tiré !

    Aldis, comment devient-on Jim Brown, ce géant du football américain ?

    Aldis Hodge : Au-delà d’étudier la vie de Jim Brown pendant les années 60, j’ai également cherché à savoir quelle amitié le liait aux trois autres protagonistes de cette nuit légendaire : Malcolm, Clay et Cooke. J’ai découvert un profond respect entre ces hommes et ce fut une information précieuse pour donner plus d’humanité à mon personnage.

    Dans quel sens cette histoire résonne avec les évènements d'aujourd’hui ?

    Kemp Powers : Je pense qu’un artiste ou un athlète noir a toujours la même responsabilité sociale vis-à-vis de sa communauté. Vous avez beau être Américain, si vous êtes afro, vous serez toujours vu d’abord comme un noir et ensuite comme un Américain. Même si on peut croire que la couleur de peau n’a pas d’importance, en vérité elle en a toujours aux USA. Quelqu’un ne dira jamais : "Je viens de croiser cet Américain" mais "Je viens de croiser ce noir !". Et je pense que c’est la même chose dans le reste du monde comme en France ou ailleurs. Il peut être difficile de vivre dans un pays que vous aimez mais qui ne vous aime pas forcément de la même manière. C’est ce qui est abordé dans One Night In Miami et c’est ce qui se passe aujourd’hui encore dans notre société. 

    Cet homme, si coléreux et passionné, était aussi un papa qui ne pouvait s'empêcher d'appeler ses filles à la maison pour leur dire combien il les aime.

    Eli Goree : Je pense que c’est un film qui invite, plus que jamais, à accepter l’humanité des autres et à aller au-delà des apparences et des différences de race, de religion, etc. Je pense que Cassius voulait être un homme libre. Libre d’être qui il voulait être et de croire en ce qu’il voulait croire. Cette notion de liberté d’être, de penser, de croire, résonne plus que jamais aujourd’hui, il me semble. Un autre aspect du film qui résonne également, c'est celui de la persévérance. Comment il faut sans cesse se battre dans la vie pour arriver à donner une réalité à ses rêves. Regardez comment Cassius, Malcolm, Jim et Sam ont dû affronter toutes les difficultés de leur temps et comment leur persévérance et leur patience ont fini par payer. Il ne faut jamais rien abandonner dans la vie et toujours foncer. Il faut garder la foi et savoir se relever malgré les chutes que l’on risque de faire sur le chemin de la vie. 

    Leslie Odom Jr : Pour moi ce sont les propos de Malcolm qui résonnent toujours aujourd’hui et qui ont donné le ton à cette nuit magique de 1964 à Miami : quelle est votre responsabilité dans la vie, quelle est votre mission ? Que pouvez-vous faire face aux problèmes qui vous entourent et auxquels vous devez faire face ? Et, avez-vous vraiment fait tout ce que vous pouvez faire pour changer le cours des choses ? Je pense que, plus que jamais, il nous faut être dans l’action et au service des autres. 

    Aldis Hodge : Je pense que c’est le thème de l’accomplissement personnel qui résonne toujours aujourd’hui. Comme ces hommes qui avaient accompli tellement de choses mais qui ont eu une nuit de révélation, de transformation. Il faut toujours savoir nous réinventer, nous transformer pour devenir la personne que nous voulons profondément devenir. C’est cela la grande difficulté de la vie, d’arriver à se trouver soi-même et à s’accomplir pleinement. Et puis c’est le thème de la responsabilité que vous pouvez avoir avec votre famille, votre communauté. Ce sont donc des thèmes importants et, plus que jamais, d’actualité. 

    Amazon Prime Video

    Au cours de vos recherches, qu’avez-vous découvert sur ces "héros d'enfance" qui vous ont surpris ?

    Kemp Powers : Il y a tellement de choses que j’ai apprises dans mes recherches sur eux. Notamment comment Sam Cooke a eu un impact incroyable sur le show business de la musique et comment il l’a changé. En éduquant par exemple d’autres chanteurs à contrôler le "master" de leur musique et à bien garder ces droits pour pouvoir vivre de ses royalties. J’ai découvert aussi que Malcolm X était un père attentif qui cachait des petites notes dans les livres de sa maison pour que ces enfants les trouvent. C’est incroyable d’apprendre comment cet homme, si coléreux et passionné, était aussi un papa qui ne pouvait s'empêcher d'appeler ses filles à la maison pour leur dire combien il les aime. C’est tout le côté humain de ces hommes que j’ai découvert et qui m’a vraiment surpris. 

    Est-ce que ce film vous a transformé en tant qu’homme, en tant qu’acteur ?

    Eli Goree : Cela a donné encore plus de force à ma foi religieuse. Ali était un musulman et je suis chrétien. Le fait d’avoir Ali comme un exemple de quelqu’un qui ne s'est jamais excusé d’être musulman me donne aussi la force d’affirmer que j’aime Jésus et que c’est en lui que je crois. Pour moi c’est une question d’honnêteté. 




    Mohamed Ali



    Mohamed Ali

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Auvoren
      Si on réfléchit un peu aussi...Sinon, bon film un peu bavard ; adaptation d'une pièce de théâtre donc ça peut se comprendre. Le plaisir de côtoyer des icônes de leur temps dont les échanges et les confrontations permettent de réfléchir sur des problématiques toujours d'actualité.
    • Simon1310
      Si on est pas blanc et pro trump, il y a pas de problème.
    Voir les commentaires
    Back to Top