Mon AlloCiné
    Ici tout commence : Teyssier, Louis, Hortense... comment la série aborde l'emprise et le harcèlement
    Par Julia Fernandez — 27 mars 2021 à 09:00

    Tournée vers le jeune public, "Ici tout commence", lancée en novembre 2020 sur TF1, a proposé dès ses débuts plusieurs intrigues autour des violences psychologiques. Retour sur les personnages forts qui ont porté ces histoires.

    Content warning : le contenu de cet article aborde des sujets dont la lecture peut être difficile pour certaines personnes.

    Résolument tournée vers une audience plus jeune que Demain nous appartient, la série dont elle est dérivée, Ici tout commence nous plonge chaque semaine dans les coulisses d'une école de gastronomie réputée au coeur de la région camarguaise.

    Entre les enseignements pratiques et théoriques et le service au restaurant d'application, professeurs et élèves doivent mener de front travail et études, mais aussi gérer les nombreux dramas qui viennent rythmer et pimenter la série à coups de grands rebondissements, dans les grandes règles du soap. 

    Depuis son lancement en novembre 2020, plusieurs intrigues particulièrement fortes en émotions se sont démarquées, en s'attaquant aux sujets épineux du harcèlement, de l'emprise affective mais aussi de la notion de consentement. Comment la quotidienne de TF1 a-t-elle appréhendé ces thématiques sensibles à travers ses personnages ?

    Ici Tout Commence
    Ici Tout Commence
    Sortie le 2 novembre 2020 | 26min
    Série : Ici Tout Commence
    Avec Clément Rémiens, Vanessa Demouy, Frédéric Diefenthal, Aurélie Pons, Julie Sassoust
    Presse
    3,1
    Spectateurs
    3,1
    Voir sur Salto

    Noémie/Teyssier, l'effet Whiplash

    Dans la première intrigue dramatique d'Ici tout commence, intitulée "Le Corbeau", les téléspectateurs découvraient que le chef Teyssier (Benjamin Baroche), éminent professeur de pâtisserie de l'institut Armand, était bien plus sévère et antipathique avec ses élèves que le professeur Rogue dans Harry Potter, auquel certains fans ont pu le comparer.

    Humiliations, insultes, épuisement à la tâche : Emmanuel Teyssier ne recule devant rien pour pousser ses élèves à se dépasser, quitte à les briser psychologiquement. C'est ce qui arrive à Amandine, élève de 2ème année et meilleure amie de Noémie (Lucia Passaniti) avant le début de la saison 1. On comprend très vite qu'elle a disparu dans de mystérieuses circonstances, et que Teyssier fait pression sur Noémie pour qu'elle ne parle pas à la police de ce qui s'est passé. Ce qui poussera la jeune femme à renverser la vapeur en utilisant le harcèlement exercé par Teyssier contre lui, à travers un compte anonyme sur les réseaux sociaux pour dénoncer son comportement toxique. 

    La violence verbale de l'enseignant vis-à-vis de ses élèves, les poussant constamment à repousser leurs limites au mépris de leur santé mentale, et allant jusqu'à provoquer le suicide de l'une de ses meilleures recrues, reflète les limites du rapport maître/disciple et du contrôle que le premier exerce sur le second, au nom d'un perfectionnisme absolu.

    ITC / TF1
    Noémie Matret (Lucia Passaniti)

    Exemple similaire au cinéma, le film Whiplash de Damien Chazelle illustre cette notion d'apprentissage par la douleur à travers les méthodes d'un professeur de batterie tyrannique (J.K. Simmons), demandant une implication totale d'un de ses élèves (Miles Teller) dans lequel il repère un potentiel, allant jusqu'à lui faire subir des violences physiques et à l'humilier publiquement pour qu'il atteigne le génie.

    Le pouvoir de Teyssier est ici utilisé comme un instrument de domination et non un savoir à transmettre à ses élèves. La fascination malsaine qu'il exerce auprès d'eux, chacun cherchant à atteindre la perfection pour satisfaire ses attentes démesurées, a des conséquences désastreuses pour ceux qui ne se plient pas à ces rapports de violence.

    Lorsqu'une Noémie triomphante, libérée du joug de Teyssier, prend sa revanche en devenant enseignante à son tour, ses méthodes bienveillantes font mouche auprès des élèves, et elle devient rapidement une professeure appréciée de ses pairs à l'Institut. Les méthodes de Teyssier sont désormais critiquées par les élèves, tandis que Noémie le surveille de près afin de ne pas le laisser harceler de nouveau les étudiants sans conséquences, et leur éviter de subir à leur tour ce qu'elle a vécu.

    Louis et Salomé, un mariage presque parfait 

    Au cours de l'intrigue "La Dérive de Louis", diffusée de janvier à février, les téléspectateurs ont pu découvrir le vrai visage du fils de Claire (Catherine Marchal) à travers sa relation avec Salomé (Aurélie Pons).  Initialement présenté comme le couple parfait de l'Institut, leur intrigue démarrait par un mariage en grande pompe au sein de l'Institut.

    Alors que Salomé a failli tout annuler par amour pour Maxime (Clément Rémiens), avec qui elle a eu une liaison passionnelle pendant l'été, celle-ci s'est vite ravisée par amour pour Louis (Fabian Wolfrom). Egalement très proche de sa belle-mère, Salomé, qui est une enfant de la DDASS, s'est rapidement trouvée une famille de coeur et une stabilité auprès des Guinot, et ne s'imagine pas vivre sans eux.

    Mais l'image de ce couple en apparence idyllique va progressivement se fissurer au fil des épisodes. Tandis que Salomé brille par sa gentillesse et sa compassion, Louis se révèle peu à peu violent envers sa jeune épouse. Un jour, il se montre désobligeant et sec envers elle; le lendemain, il la couvre d'attentions, l'appelant "ma princesse" à qui veut l'entendre. Mais son comportement est volatile, et Salomé n'est jamais à l'abri d'une remarque rabaissante, voire d'une insulte; ainsi, lorsque Salomé essaie d'apaiser les tensions entre Louis et sa mère, il la rabroue plusieurs fois en lui disant de "fermer sa gueule".

    Lorsque Louis découvre un bracelet d'homme dans le casier de Salomé, il bascule définitivement dans la paranoïa, persuadé d'avoir été trompé. De plus en plus omniprésent, il se met à surveiller et contrôler ses moindres faits et gestes, fouillant dans son téléphone, espionnant ses relations avec ses ami.e.s, et utilisant le chantage affectif et la manipulation pour découvrir la vérité, allant jusqu'à se rendre à Sète pour interroger les amis de Maxime sous un faux prétexte.

    Sous emprise, car amoureuse, Salomé va constamment chercher à justifier le comportement de Louis auprès de ses proches qui s'inquiètent pour elle, et en premier lieu Maxime, qui devient son confident. Idem pour Claire, qui se voile la face sur le comportement violent de son fils et lui trouve facilement des excuses.  Jusqu'au moment où Louis, pris dans une spirale de jalousie maladive, va aller encore plus loin en découvrant que Salomé est enceinte.

    ITC/TF1
    Louis (Fabian Wolfrom), Claire (Catherine Marchal) et Salomé (Aurélie Pons)

    Devant son refus d'effectuer un test de paternité pour lui prouver que l'enfant est bien le sien, il va alors la droguer à son insu et lui piquer le doigt pour obtenir un prélèvement sanguin. Un acte totalement inacceptable pour Salomé, qui franchit les limites du consentement. Rassemblant tout son courage, elle ose enfin quitter Louis.

    Mais ce dernier ne compte pas en rester là puisqu'il décide de révéler son infidélité au grand jour à tout l'Institut, ce qui a pour effet de déclencher une vague de slut-shaming envers Salomé, qui finira par perdre le bébé qu'elle attendait. Devant le reproche que lui fait Louis d'avoir perdu leur enfant, c'est le coup de trop pour Salomé : révoltée, elle rejette Louis une bonne fois pour toutes, et ce dernier finit par être envoyé en institut psychiatrique sur la recommandation de sa mère.

    C'est un geste fort de la part des créateurs d'Ici tout commence que de présenter une intrigue sur l'emprise psychologique de manière aussi profonde, en détaillant les premiers signaux d'alerte dans un couple et en montrant avec réalisme les mécanismes de manipulation de la part d'un partenaire toxique, tout comme les conséquences dévastatrices sur le plan psychologique pour la personne qui en est la cible. Si Salomé a bel et bien eu une liaison avec Maxime avant son mariage, personne ne mérite d'être rabaissé⋅e et maltraité⋅e par son/sa partenaire, sous aucun prétexte.

    Un choix de sujet d'autant plus pertinent que la série s'adresse à un public jeune ou encore peu sensibilisé à la question du consentement. Beaucoup peuvent s'identifier à des personnages comme Salomé et Louis, et ainsi apprendre à repérer les comportements toxiques dans leurs relations intimes ou dans leur entourage. Ce sujet essentiel et douloureux nécessite toutefois un avertissement pour les personnes ayant vécu des situations d'emprise similaires, et pouvant être ramenées à des souvenirs traumatiques au fil des épisodes.

    Hortense et le Sugar Daddy

    En mars, l'intrigue principale de la série était consacrée à Hortense (Catherine Davydzenka), l'une des étudiantes de l'institut. Lorsque celle-ci se fait couper les vivres par son père, opposée à sa passion pour la cuisine, elle se retrouve dans l'incapacité de régler les prochains frais de scolarité de l'école, et risque de se faire exclure.

    Elle va alors faire la rencontre de Hugues (Yann Sundberg), l'expert-comptable de l'institut Armand et proche ami de Claire. Se disant touchée par sa situation précaire, Hugues lui propose de l'aider à financer ses études. Mais Hortense refuse, par peur de se sentir redevable. Hugues décide alors de renouveler sa proposition auprès de Claire, désormais directrice de l'institut, qui accepte.

    Suite à ce geste, Hortense décide de se montrer plus amicale envers Hugues, qui insiste pour la revoir et la couvre de petits attentions. Lorsqu'il lui offre un sac de grand couturier, Hortense l'embrasse et passe la soirée chez lui. Le lendemain, Eliott (Nicolas Anselmo), son meilleur ami, l'interroge sur son désir de coucher avec le comptable : "T'avais vraiment envie ou c'est le sac qui t'a motivée ?" Ce à quoi Hortense lui répond : "J'avais vraiment envie, il m'a pas forcée. Et en même temps... toutes les conditions étaient réunies pour que ça se passe comme ça, non ?"

    En réalité, Hortense se sent redevable malgré elle, incapable de voir que Hugues, de près de vingt ans son aînée, utilise sa gentillesse à ses fins. Elle se braque lorsque son amie Célia lui fait part de son inquiétude au sujet de cette relation. Pour elle, Hortense se prostitue, acceptant de l'argent et des cadeaux en échange de temps passé avec Hugues alors qu'elle n'en a pas vraiment envie.

    Si Eliott tente de dédramatiser, arguant qu'Hortense est une adulte et qu'elle tire profit d'une situation confortable, Célia accuse Hugues d'être un prédateur. Lorsque Hortense reçoit une somptueuse robe de sa part, elle est embarrassée par ce nouveau cadeau et lui demande d'arrêter de la contacter. Mais un peu plus tard, elle découvre qu'un profil à son nom a été créé sur un site d'escort, avec des photos intimes qu'elle avait envoyées à Hugues... 

    ITC / TF1
    Hortense (Catherine Davydzenka) et Charlène (Pola Petrenko)

    Hortense se retrouve alors prise dans un engrenage infernal. Le lien du site circule dans l'institut, et tout le monde est persuadé qu'elle se prostitue. Convaincue qu'il s'agit de revenge porn de la part de Hugues après l'avoir éconduit (le fait de diffuser des photos intimes d'un.e partenaire sans son consentement), Hortense lui demande de supprimer le profil. Celui-ci lui jure son innocence et l'aide à supprimer le compte, se rendant ainsi à nouveau nécessaire à ses yeux, avant de se positionner en victime lorsque Claire et le père d'Hortense apprennent la nature de leur relation et menacent de le faire renvoyer. 

    Le comptable révèle alors son vrai visage, menaçant Claire de révéler un scandale immobilier qui entâcherait la réputation de l'institut si elle le licencie. Pendant ce temps, Hortense découvre que Charlène (Pola Petrenko) est à l'origine du profil d'escort. Etant sortie avec Hugues par le passé, elle n'a pas supporté qu'il la quitte et s'est vengée en découvrant qu'il fréquentait Hortense.

    Lorsque Hugues est accusé par la direction de l'institut de séduire des filles très jeunes en les couvrant de cadeaux, celui-ci réagit en faisant culpabiliser Hortense, en lui rappelant qu'il l'a aidée à supprimer le profil. Frappé par le père de cette dernière, il va peu à peu réussir à retourner la situation en sa faveur, isolant Hortense de ses amis qui s'inquiètent de la voir fréquenter à nouveau le comptable pour se racheter.

    Ce n'est finalement que grâce à l'aide de Maxime, Célia et Salomé qu'Hortense va se défaire de l'emprise de Hugues, véritable collectionneur obsessionnel qui enchaîne les jeunes conquêtes suite à un drame personnel qui l'a bouleversé. La conclusion de cet intrigue donne lieu à une belle séquence de sororité entre Hortense et Charlène, qui mettent de côté leurs différents après avoir découvert la vraie nature de Hugues, dont elles ont toutes les deux été des victimes.

    Une histoire forte sur les ravages du revenge porn, qui met en exergue la souffrance psychologique d'Hortense et qui souligne l'importance de la notion de consentement. Ici, la gentillesse et le sentiment de redevabilité d'Hortense envers Hugues prennent peu à peu le dessus sur son intégrité physique et morale, au point de lui faire perdre ses repères.

    Cette intrigue aborde également le sujet de la précarité étudiante à travers l'existence des sugar daddies (des hommes âgés qui financent des jeunes hommes ou femmes précaires en échange d'affection et/ou de rapports sexuels). Un phénomène de prostitution déguisée et une économie parallèle dont les conditions d'existence sont bien souvent négligées par les autorités.

    Le harcèlement sous toutes ses formes est un acte interdit et puni par la loi. Si vous êtes victime ou témoin de violences et/ou de harcèlement, retrouvez tous les numéros d'urgence sur la plateforme gouvernementale Arrêtons les violences.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top