Mon compte
    Vers La Bataille : c'est quoi ce film d'aventure avec Malik Zidi ?
    26 mai 2021 à 09:30
    Brigitte Baronnet
    Brigitte Baronnet
    -Journaliste
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, Brigitte Baronnet est journaliste pour AlloCiné depuis 10 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    Coup de projecteur sur "Vers La Bataille", premier long métrage ambitieux d'Aurélien Vernhes-Lermusiaux, avec Malik Zidi et Leynar Gomez, à l'affiche en ce mercredi 26 mai 2021.

    De quoi ça parle ?

    Vers 1860, Louis, un photographe, réussit à convaincre un général de l’armée française de l’envoyer au Mexique pour prendre des clichés de la guerre coloniale qui y fait rage. Sur place, perdu entre les lignes, toujours à contretemps, Louis est incapable de trouver les combats et de prendre le moindre cliché.
    Sa rencontre avec Pinto un paysan mexicain auquel il va lier son destin, va le conduire à découvrir, non la gloire et l’argent, mais un moyen d’affronter les fantômes de son passé.

    Vers la bataille, réalisé par Aurélien Vernhes-Lermusiaux, écrit par Aurélien Vernhes-Lermusiaux et Olivier Demangel. Avec Malik Zidi, Leynar Gomez, Thomas Chabrol... 

    Sortie 26 mai 2021.

    Vers La Bataille
    Vers La Bataille
    De Aurélien Vernhes-Lermusiaux
    Avec Malik Zidi, Leynar Gomez, Thomas Chabrol, Maxence Tual, Cosme Castro
    Sortie le 26 mai 2021
    louer ou acheter

    Une ambition esthétique et thématique

    Premier long métrage métrage d'Aurélien Vernhes-Lermusiaux, Vers la bataille retient l'attention d'abord par son ambition, qu'elle soit esthétique ou thématique. Le cinéaste qui a signé au préalable des documentaires et des courts métrages qui lui ont permis d'expérimenter et trouver sa voie, donne à ce premier long de fiction une touche plastique et sensorielle remarquable. 

    On sent une envie d'aborder l'Histoire avec un regard moderne et tourné vers une approche esthétique convoquant de grands cinéastes (Werner Herzog ou encore Lucrecia Martel), avec de faux airs de western. 

    "J’ai songé à La Dernière piste de Kelly Reichardt pour le motif de l’errance et la tension qui existe entre les espaces filmés et les figures qui les traversent. D’une façon plus générale, je suis très sensible à Antonioni et à Tarkovski qui restent des références écrasantes. Cependant, c’est d’eux que me vient le goût pour le plan-séquence", indique le jeune cinéaste dans le dossier de presse du film.

    L'ambition du film passe également par son sujet, dont la matière première est historique et documentaire, mais le film est bel et bien une fiction. Comme Aurélien Vernhes-Lermusiaux le définit lui-même, on pourrait parler d'une "fiction inspirée de". 

    "L’idée première était de filmer les précurseurs, les pionniers d’une technique nouvelle (de photographie)". Et d'ajouter : "j’avais une envie forte de raconter cet outil surtout à une période où son utilisation était encore très contraignante (...) 

    "En rédigeant le scénario, j’ai découvert les écrits de Jean-Charles Langlois, un ancien militaire et peintre de panoramas, envoyé en Crimée par Napoléon III pour y faire des photos de l’armée française. C’était l’ancêtre des reporters de guerre en quelque sorte. Dans son livre, il interroge sa démarche de technicien et il parle aussi de son rapport au monde, à l’horreur de la guerre qu’il découvrait, il questionne sa position d’être humain… Ses écrits ont beaucoup nourri le film."

    Ce fond historique permet aussi d'aborder des sujets plus intimes comme la mort ou la mémoire.

    Vers la bataille est à découvrir en salles dès aujourd'hui.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top