Mon compte
    Il va voir Kaamelott 200 fois : rencontre avec Arnaud Klein, le fan qui veut battre le record du monde de séances
    14 août 2021 à 18:03
    Corentin Palanchini
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    AlloCiné a rencontré Arnaud Klein, qui tente le record du monde de visionnage pour un même film en allant voir 200 fois "Kaamelott - Premier volet" au cinéma.

    SND

    Si vous ne connaissez pas Arnaud Klein, vous avez peut-être entendu parler de sa chaîne YouTube : Klein d'oeil. Ce monteur tente un pari fou : celui de voir 200 fois au cinéma le film Kaamelott - Premier volet. Son but ? Battre le record détenu par un Américain pour Avengers: Endgame et entrer dans le Guinness. Mais comment se déroule réellement un tel défi au quotidien ? Réponses dans l'entretien ci-dessous.

    Kaamelott – Premier volet
    Kaamelott – Premier volet
    Sortie : 21 juillet 2021 | 2h 00min
    De Alexandre Astier
    Avec Alexandre Astier, Anne Girouard, Franck Pitiot
    Presse
    3,3
    Spectateurs
    3,5
    louer ou acheter

    AlloCiné : Nous sommes le 11 août au matin, à combien de visionnages en êtes-vous ?

    Arnaud Klein : J'en suis à 86 visionnages, ce soir j'en serai à 90 et samedi, on a la 100ème.

    Ça représente combien de projections par jour ?

    J'en suis à 4 par jour, parce que les cinémas me le permettent, car la programmation peut descendre au fur et à mesure du temps.

    Où est-ce que vous trouvez le temps de caser autant de cinéma dans une même journée ?

    Il faut être extrêmement organisé. Je commence mes séances à 13 heures, je regarde jusqu'à minuit, ensuite je mange, je dors, et je me lève à 6-7h du matin pour travailler jusqu'à midi trente, et je vais au cinéma.

    Quelle profession exercez-vous ?

    Je suis monteur audiovisuel en freelance, donc du moment que le travail est fait, je peux le faire quand je veux.

    Est-ce que vous avez eu l'idée de ce défi avant votre première vision du film, en amont ?

    Oui, j'ai décidé ça en amont, autour d'un verre avec des amis, on a un peu joué à celui qui pourrait en faire le plus et on a regardé s'il y en avait un dans le Guinness. Il y en avait un, et vu que de base je suis un peu zinzin, je me suis dit : "je vais le tenter". Il a fallu s'inscrire au Guinness qui met trois mois à répondre, étudier le protocole : comment on collecte des preuves, des témoins pour ses preuves, il y a eu une vraie préparation en amont.

    Après autant de visions du film, est-ce que vous lui voyez des qualités que vous n'auriez pas vues si vous vous étiez contenté d'un ou deux visionnages ?

    Une fois la découverte passée et l'humour acquis, vu je suis un peu dans ce milieu-là, j'ai regardé ce qu'a utilisé Alexandre Astier dans les techniques de montage, de cadrage, etc. Et il y a une qualité qui est essentielle dans un film, c'est qu'il dessine des indices qu'on ne peut pas voir à l'instant T, mais qui vont provoquer une apothéose à un moment du film. Je ne veux pas spoiler, donc j'essaye de trouver des mots un peu en dehors (sourire) (...).

    SND

    Et est-ce qu'il y a des choses qui vous déplaisent maintenant, mais qui passaient bien avant ?

    Alors il y a vraiment une seule chose que maintenant je ne supporte absolument plus, à un moment, il y a un personnage qui souffle dans trois cornes en même temps, et ce son m'est devenu insupportable. (...) Surtout qu'à un moment, il en abuse un peu, j'attends que le moment passe avec impatience.

    Pensez-vous avoir la force de tenir jusqu'au bout ?

    Ce n'est pas la force qui me fait le plus peur, c'est la programmation du film. Pour l'instant, je suis à quatre semaines, le cinéma dans lequel je suis m'a assuré une quatrième semaine à quatre séances, c'est parfait, c'est l'équilibre que je voulais. Mais [pour les semaines suivantes], il y aura peut-être quelques déprogrammations. Ce qui rallongera le défi. Est-ce qu'il va falloir que je bouge de ville, c'est ça qui me stresse vraiment. La force, je tiendrai. Quitte à être extrêmement fatigué, je tiendrai, j'irai au bout.

    J'ai commencé le défi avec une très grande naïveté

    C'est bon à entendre pour les gens qui vous suivent, car il y a des gens qui viennent avec vous voir le film, qui vous témoignent du soutien.

    C'est hyper sympa, parce que ça me casse la routine, ça me permet d'échanger avec des gens, c'est salvateur, le temps avance plus vite. C'est un soutien énorme.

    SND

    Je pense qu'on ne se rend pas compte de ce que ça représente de voir 200 fois le même film dans un temps aussi ramassé. D'ailleurs, est-ce qu'on arrive encore à s'y intéresser, vous qui en êtes bientôt à 100 visionnages ? Est-ce qu'on n'en vient pas à fixer des images qui bougent sans réellement y prêter attention ?

    C'est là qu'avoir des gens avec moi est intéressant, parce qu'ils ont parfois des avis complètement différents du mien, et on peut en débattre. Par exemple, hier j'ai vu le film avec un abonné et on a débattu sur la scène finale, sur quelques petites choses qu'on n'arrivait pas vraiment à voir et à déceler, et il m'a fait remarquer un détail que je n'avais pas vu. Sans spoiler, il y a un objet au tout début du film qui réapparaît à la fin et ça m'avait totalement échappé. Donc avec des gens, je vois encore plus de détails (...).

    J'ai une question idiote, mais est-ce vous vous seriez lancé dans le record du monde si le film avait fait 3h45 au lieu de 2h ?

    J'ai commencé le défi avec une très grande naïveté, je me suis dit : "j'y vais et on verra bien ce qui se passe". Je pense que je l'aurais fait quand même. Je pense que je n'aurais pas réussi, mais j'aurais tenté quand même.

    Par intérêt pour Kaamelott ? Qu'est-ce que la saga représentait pour vous avant la sortie du film ?

    Je vais peut-être en décevoir quelques-uns, mais je ne suis pas un fan inconditionnel de Kaamelott. J'adore l'humour [de la série], j'ai vu les courts métrages sur M6 quand ça passait il y a plus de 15 ans, j'adore ça, je me les repasse assez souvent et je l'attendais, cette suite. On s'était arrêté sur un cliffhanger et je me suis dit : "je vais tenter un truc dessus". C'est important pour moi, mais par exemple, je n'ai pas lu les BD. Pourtant j'adore ça, mais je ne me suis pas penché dessus. Il y a les textes intégrales, je ne les ai pas étudié à la lettre près.

    Si Alexandre Astier se déplace, il ne faut pas que ça tombe à l'eau

    En tout cas, avec vos visionnages intensifs, vous contribuez au succès de Kaamelott, certains retournent le voir pour vous accompagner et le film est devenu le plus grand succès du box-office français 2021. Qu'est-ce que ça vous fait ?

    Si on compte 2 millions et que j'arrive à en faire 200, je suis un grain de sable sur une grande plage. Si ça a marché, c'est que le film était bon, qu'il était drôle et que les fans étaient là. Au départ pour moi, c'était une blague, je ne pensais pas que ça prendrait une telle ampleur. Si on m'avait dit il y a trois semaines que je ferai une interview pour AlloCiné, je n'y aurais jamais cru.

    Vous avez réussi à attirer l'attention d'Alexandre Astier, vous avez fait une vidéo là-dessus sur votre chaîne YouTube, c'était aussi en vue de le rencontrer que vous vous êtes lancé dans ce défi ?

    Non, clairement je le faisais pour le record du monde et puis j'ai lancé une bouteille à la mer. Si ça marche tant mieux, si ça marche pas tant pis : j'aurai un record du monde au bout.

    SND

    Il a en tout cas donné son accord pour faire une des projections restantes avec vous, est-ce que vous savez déjà laquelle ?

    Non, je ne suis plus vraiment jeune dans le projet, mais je serais lui, j'attendrais la 150ème pour me contacter, pour voir si je vais vraiment aller au bout, si je ne vais pas craquer avant, parce que bon, c'est quand même Alexandre Astier. S'il se déplace, il ne faut pas que ça tombe à l'eau. Et puis, je ne sais pas du tout comment ça peut se faire : j'imagine qu'il va venir avec lunettes de soleil et casquette, s'installer et juste dire "bonjour" ou alors il va peut-être organiser quelque chose, me faire venir moi, je ne sais pas du tout.

    Est-ce que vous en profiterez pour demander un rôle dans KV2 ?

    Je le demanderai, mais c'est une bouteille à la mer. Il acceptera ou pas, peu importe, au moins je lui aurai demandé. (...) C'est un compositeur, donc quand il fait quelque chose, c'est à la note de musique près. Donc si, par exemple, il n'a rien à me faire faire, c'est pas intéressant. Et si je suis là pour faire un caméo et que ça dessert l'univers de Kaamelott, ça ne me plaira pas non plus. Mais si il me dit "on va trouver un truc", ça sera une très grande joie pour moi, et je me dis qu'il aura réussi à me mettre en petite note dans un grand orchestre.

     

    Découvrez la dernière vidéo d'Arnaud Klein sur son défi, où la souffrance physique commence à poindre :

     

    Propos recueillis par Corentin Palanchini en visio le 11 août 2021.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top