Mon compte
    Luc Besson accusé de viol : "La France ne protège pas les victimes des gens connus" déplore Sand Van Roy
    12 nov. 2021 à 12:00
    Maximilien Pierrette
    Journaliste cinéma - Tombé dans le cinéma quand il était petit, et devenu accro aux séries, fait ses propres cascades et navigue entre époques et genres, de la SF à la comédie (musicale ou non) en passant par le fantastique et l’animation. Il décortique aussi l’actu geek et héroïque dans FanZone.

    Trois ans après sa plainte pour viol à l'encontre de Luc Besson, Sand Van Roy s'est exprimée pour la première fois sur le sujet à la télévision. Et a notamment pointé du doigt le travail de la justice française dans l'affaire.

    Capture d'écran

    En mai 2018Sand Van Roy accusait Luc Besson, producteur de Taxi 5 qui l'avait également dirigée dans Valérian, de viol. Des faits que le réalisateur du Cinquième élément a toujours niés, autant que les plaintes formulées par cinq autres femmes.

    Et tandis que l'affaire pourrait une nouvelle fois être classée sans suite, le parquet ayant requis un non-lieu au mois d'octobre, la comédienne s'est exprimée pour la première fois à la télévision.

    Dans le numéro de "Complément d'enquête" consacré à Roman Polanski et diffusé ce jeudi 11 novembre sur France 2, Sand Van Roy a réaffirmé son envie de ne "rien lâcher". Malgré les critiques formulées envers la justice française : "Cette plainte a complètement brisé ma vie", déclare-t-elle. "Je regrette d'avoir porté plainte en France, parce que ce pays ne protège pas les victimes des gens connus."

    Alors que "la matérialité des faits est contestée", Sand Van Roy rappelle qu'elle a dû subir plusieurs expertises psychiatriques et que les pièces attestant de sa dépression ou de son stress post-traumatique, établis par les médecins, n'ont pas été versées au dossier. Et, dans le même temps, Luc Besson n'a jamais été placé en garde à vue, pas plus que son ADN n'aura été prélevé avant plusieurs années.

    "SURTRAUMATISÉE" ET "BLACKLISTÉE"

    La comédienne précise cependant qu'elle porterait de nouveau plainte si tout était à refaire. Mais "pas en France. Pas dans ce pays qui m'a maltraitée, qui m'a surtraumatisée", affirme-t-elle en plus de son envie de "confronter les gens qui ont fait des bêtises judiciaires." En attendant, ces accusations ont également eu un effet négatif sur sa carrière, dont l'élan a été stoppé net.

    "En France, j'ai eu un seul casting [depuis 2018]. Je venais de tourner Taxi, alors je passais pas mal de castings, j'avais un bon agent, tout était bien… Et depuis, ça s'est arrêté." Des propos que corrobore un producteur contacté par l'émission et qui devait lui confier un rôle lorsque les accusations ont été formulées : "Lorsque son nom est sorti, [elle a été] blacklistée, c'est-à-dire que les gens ne voulaient plus l'engager."

    L'intégralité de l'interview de Sand Van Roy est à retrouver dans le replay de l'émission "Complément d'enquête" du 11 novembre 2021.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top