Mon compte
    Walt Disney : les derniers jours d'un rêveur
    2 déc. 2021 à 09:00
    Corentin Palanchini
    Corentin Palanchini
    -Chef de rubrique Infotainment
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    Retour sur les derniers moments marquants de la vie de Walt Disney, créateur du studio et des parcs d'attraction, et les projets toujours plus innovants qu'il avait pour développer encore sa marque.

    ABC

    A l'été 1966, Walt Disney emmène sa famille en croisière pour les vacances. C'est aussi l'occasion pour lui de fêter l'anniversaire de son mariage avec sa femme Lillian. En parallèle, le producteur commence à penser à délaisser le cinéma pour avancer sur deux gros chantiers qui lui occupent l'esprit : E.P.C.O.T. et CalArts.

    EPCOT est un parc à thèmes dont l'accronyme signifie "Experimental Prototype Community Of Tomorrow", qui mettra en avant l'innovation et les technologies du futur. Pour ce projet pharaonique, Walt* imagine un parc Disney de cinq fois la taille de celui installé en Californie ET cette ville futuriste. Le complexe doit faire deux fois l'île de Manhattan.

    Il y prévoit un "aéroport du futur" (dixit Walt), un complexe d'accueil, une zone industrielle, le parc lui-même et la ville nouvelle, le tout relié par un train ultra rapide. L'idée est qu'EPCOT devienne un lieu de vie dont les habitants testeront les innovations industrielles américaines. Pour vivre, ces habitants auront un système de transport, des commerces, des parkings, des parcs et des quartiers d'habitation à faible densité.

    Walt présente E.P.C.O.T. :

     CalArts est un diminutif pour le California Institute of the Arts, une université créée par Walt en 1961 et qui forme des animateurs audiovisuels. Plus tard, elle élargira son champ d'action et formera aussi des comédiens. Au fil des années, John Lasseter, James Mangold, Michel Ocelot, Tim Burton, Sofia Coppola ou encore Brad Bird y seront élèves.

    Cette faculté est née de la fusion du Chouinard Art Institute et du Los Angeles Conversatory of Music, dont sortaient beaucoup de futurs employés du studio Disney. Ami avec les dirigeants de ces centres de formation, Walt les sauva de la faillite en réunissant les deux entités sous une nouvelle appellation : CalArts, qu'il cherche à développer au mieux.

    En parallèle, Walt supervise toujours le Parc Disney de Californie et s'emploie aussi à créer une station de ski en Californie, qu'il appelle le "Mineral King Ski Resort". Il achète un terrain dans la vallée de Mineral King en vue d'en faire une station de ski et de villégiature d'environ 50 km².

    ABC
    Walt devant un plan du complexe de Floride (parc + EPCOT), dont nous ne voyons ici qu'un tiers !

    Il présente l'idée lors d'une conférence de presse en septembre 1966, mais les services forestiers du Sequoia National Park ne l'entendent pas vraiment de cette oreille, et les négociations commencent avec le gouvernement fédéral pour trouver un arrangement.

    Toujours en septembre 1966, Walt doit être opéré de la nuque à cause d'une ancienne blessure de polo qui le fait souffrir. En passant aux rayons X, on lui découvre une tumeur aux poumons de la taille d'une noix.

    Walt a toujours eu des quintes de toux légendaires pour les employés du studio Disney, qui entendaient leur patron arriver de loin, mais malgré l'avis de ses amis et des médecins, Walt n'a jamais arrêté de fumer. Il refusait cependant de se montrer à la télévision avec des cigarettes pour ne pas donner le mauvais exemple aux enfants.

    ABC
    Walt en 1962

    En novembre, le chirurgien informe Walt et sa famille que la tumeur a métastasé et qu'il n'a plus que six mois à deux ans à vivre. Il a alors 64 ans. Son état se détériore très rapidement et ses proches comprennent qu'il n'atteindra pas les six mois. Walt passe à son studio pour saluer ses collaborateurs et contempler une dernière fois ce qu'il a accompli en partant de rien.

    Le 15 décembre 1966 à 9h30 du matin, 10 jours à peine après son anniversaire, Walt s'éteint au Providence Saint Joseph Medical Center. Le studio est prévenu, et l'une des soeurs Lennon (groupe musical star du studio) interprète en son honneur le générique du Mickey Mouse Club, l'émission télévisée de Disney à l'époque :

    Walt ne verra jamais terminé Le Livre de la jungle, le dernier film d'animation qu'il ait supervisé et qui sort en 1967. Son grand frère Roy, de huit ans son aîné, sort de sa retraite pour reprendre le studio et les projets en main. Si le parc de Floride est maintenu, EPCOT en devient une simple attraction et plus une ville à part entière centrée sur le futur de l'industrie américaine.

    Quant au Mineral King Ski Resort, impliquant la construction d'une autoroute à travers le parc national Sequoia, il sera l'objet d'un procès pendant dix ans, avant que le projet ne soit abandonné.

    Chez Disney, la production de films d'animation et "live" se poursuivra, mais le studio connaîtra une période très difficile, qui ne prendra véritablement fin qu'avec le succès mondial de La Petite Sirène en 1989. Le deuil de Walt aura donc artistiquement duré près de 20 ans.

    ABC
    Walt présente de façon posthume l'attraction "It's A Small World" (air connu)

    Le dernier épisode du Monde merveilleux de Disney présenté par Walt est l'épisode 14 de la saison 13, diffusé le 18 décembre 1966, soit trois jours après sa mort. Intitulé Disneyland Around the Seasons, il permet à Walt de façon posthume de présenter les dernières nouveautés du parc californien, dont une de ses attractions phares, It's a Small World.

    Un hasard de programmation qui peut être aujourd'hui interprété comme un message symbolique de sa part, envoyé au monde entier : "le spectacle doit continuer".

    Plus d'informations sur Walt Disney dans notre vidéo spéciale :

    Give Me Five - Walt Disney

     

    * pour des raisons de compréhension, il est question de "Walt" lorsque nous parlons de la personne de Walt Disney et de "Disney" lorsqu'il s'agit de la firme dans son ensemble.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top