Mon compte
    The Power of the Dog : pas de douche, empoisonnement à la nicotine, Paul Newman… 3 infos insolites sur le western de Jane Campion
    8 déc. 2021 à 11:30
    Emilie Semiramoth
    Emilie Semiramoth
    -Chef de rubrique streaming
    Biberonnée à la série télé et au cinéma d'auteur, Emilie Semiramoth ne cache pas aussi son penchant pour la pop culture dans toutes ses excentricités. De la bromance entre Spock et le capitaine Kirk dans Star Trek aux désillusions de Mulholland Drive de Lynch, elle ignore les frontières des genres.

    The Power of the Dog, sur Netflix depuis le 1er décembre, intrigue le public pour sa beauté plastique, l’incroyable prestation de Benedict Cumberbatch et sa fin énigmatique… Mais le film de Jane Campion recèle d’infos insolites !

    La Method acting

    Aux Etats-Unis, on appelle ça la "method acting" et ça revient à se fondre littéralement dans un personnage. Jane Campion a demandé à Benedict Cumberbatch d’utiliser cette technique pour incarner Phil Burbank dans The Power of the Dog. Plus précisément, elle lui a demandé de ne pas sortir de son personnage durant tout le tournage. Il a tellement bien suivi ses conseils qu’il ne s’est pas douché pendant SIX jours pour se préparer pour le rôle.

    "Je voulais cette couche de puanteur sur moi", explique-t-il dans un entretien accordé à Esquire. "Je voulais que les gens dans la salle sachent ce que je sentais. C'était dur, cependant. Ce n'était pas seulement pendant les répétitions. J'allais manger dehors et rencontrer des amis de Jane et tout."

    The Power of the Dog
    The Power of the Dog
    Sortie : 1 décembre 2021 | 2h 08min
    De Jane Campion
    Avec Benedict Cumberbatch, Kirsten Dunst, Jesse Plemons, Kodi Smit-McPhee, Thomasin McKenzie
    Presse
    3,9
    Spectateurs
    3,5
    Voir sur Netflix

    L’équipe a été informée qu’il ne serait pas très agréable durant le tournage…Un procédé "fascinant" pour Kodi Smit-McPhee qui a partagé avec Benedict Cumberbatch certaines des scènes des plus intenses du film. L'acteur anglais, pourtant connu pour son amabilité, est allé jusqu’à refuser de parler à Kirsten Dunst tout le temps qu'ils étaient sur le plateau ensemble. C’est dire…

    Il a également appris à jouer du banjo, à rouler une cigarette d'une main et à castrer un taureau… Tout comme son personnage, il s’est montré hostile envers les membres de l’équipe, refusant par exemple les choix de garde-robe. Néanmoins, il redevenait lui-même lorsqu'il passait les soirées avec sa famille.

    Netflix

    Empoisonnement à la nicotine

    Cette implication intense dans son personnage a conduit Benedict Cumberbatch à un empoisonnement à la nicotine ! En effet le personnage de Phil Burbank est décrit dans le roman de Thomas Savage comme ayant toujours une cigarette en main ou à la bouche.

    Benedict Cumberbatch a donc scrupuleusement suivi l’exemple de Phil en fumant cigarette sur cigarette. Des roulées sans filtre. L’acteur s’est confié à ce sujet dans les pages d’Esquire : "C'était vraiment dur. Quand vous devez fumer beaucoup, c'est vraiment horrible." A tel point qu’il s’est empoisonné à la nicotine à trois reprises !

    Heureusement, il n'a pas poussé le vice jusqu'à s'empoisonner à l'anthrax comme Phil, comme nous l'expliquons dans un décryptage consacré à la fin du film.

    Netflix

    Paul Newman a voulu adapter le roman de Thomas Savage

    Lors d’une rencontre avec le public, Jane Campion et Benedict Cumberbatch ont déclaré que Paul Newman avait essayé d'adapter The Power of the Dog avant eux. "Le livre avait failli être adapté à cinq reprises", a déclaré la  réalisatrice. "Et Paul Newman était sur les rangs à un moment donné" rapporte Deadline.

    Selon IndieWire, Gérard Depardieu aurait lui aussi voulu se frotter à Phil Burbank. Le fait que cette adaptation ait échoué à cinq reprises n’a pas démotivé la réalisatrice néo-zélandaise pour autant. Elle a réussi à convaincre le producteur canadien Roger Frappier, qui avait déjà acquis les droits, de la choisir elle plutôt que quelqu'un d'autre. "C'est une sorte de post-western et personne n'a d'arme" s’enthousiasme-t-elle en décrivant le film.

     

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • The Power of the Dog sur Netflix : que comprendre de la fin ? On vous explique !
    • The Power of the Dog sur Netflix : "sidérant de beauté et de sensibilité", "un grand spectacle"… que pense la presse du western avec Benedict Cumberbatch ?
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top