Mon compte
    Demain nous appartient : Mona parviendra-t-elle à ses fins avec Victor ? Catherine Benguigui répond
    12 janv. 2022 à 17:30
    Jennifer Radier
    Jennifer Radier
    -Journaliste séries
    Chaque soir elle voyage entre Sète, Calvières et Montpellier depuis son canapé. Demain nous appartient, Ici tout commence et Un si grand soleil n’ont presque plus de secrets pour elle.

    De nounou haute en couleur à trompettiste puis lycéenne et amoureuse éperdue, Mona donne à Demain nous appartient une délicieuse touche comique. Pour Allociné, Catherine Benguigui s’est confiée sur son personnage et ce qui l’attend prochainement.

    Capture d'écran/TF1

    Allociné : Voilà plus d’un an que vous avez intégré le casting de Demain nous appartient dans le rôle de Mona Caron. Qu’est-ce qui vous a plu dans ce rôle ?

    Catherine Benguigui : Que ce soit une mère de famille car je n’avais jamais eu vraiment ce genre de rôle. Son tempérament aussi. C’est quelqu’un de très extraverti, d’énergique, d’indépendant. Elle ne se laisse pas faire.  Et puis il y a surtout la relation à son fils. C’est un peu une mère juive et ça m’a beaucoup plu. 

    Au fil des épisodes, Mona est devenue le véritable atout comique de la série. Avez-vous carte blanche dans l’interprétation de votre personnage ?

    Oui. En tout cas j’interprète ce qu’on me donne. Apparemment les auteurs sont très inspirés par ma personne [rires]. Du coup, ça donne des choses très drôles. C’est ce que je recherchais. Je suis plutôt une actrice de comédie avec beaucoup de second degré et je suis ravie de pouvoir exprimer cette facette de ma personne dans ce personnage.

    C’est vrai qu’on ne compte plus les répliques tordantes de Mona. Vous arrive-t-il de participer à leur écriture ou de donner des suggestions aux scénaristes ?

    Oui. Justement, il y a eu récemment une réplique qui ne me plaisait pas pour une scène où Mona demande à Georges les coordonnées de Victor. C’était écrit, "je fais ce que je veux avec mon cul" que j’ai remplacé par "je fais ce que je veux avec mon body, I’m free". J’étais étonnée parce que ça a beaucoup plu aux gens.

    J’ai aussi ajouté "Mona Caron avec un C comme les macarons". Mona est un personnage qui m’inspire beaucoup. J’ai donc beaucoup de plaisir parfois à faire des modifications mais je ne le fais pas tout le temps. D’ailleurs, je suis en train de lire les nouveaux scénarios et c’est à mourir de rire. Je ne peux rien dévoiler mais c’est super drôle.

    Demain nous appartient
    Demain nous appartient
    Sortie : 17 juillet 2017 | 30 min
    Série : Demain nous appartient
    Avec Ingrid Chauvin, Alexandre Brasseur, Samy Gharbi, Clément Rémiens, Lorie Pester
    Presse
    3,2
    Spectateurs
    2,1
    Voir sur Salto

    On sait finalement peu de choses sur la vie de Mona. Peut-on espérer en apprendre davantage sur son passé et notamment sur sa relation avec le père de Georges ?

    Pour le moment non. Sans trop en dire, on est plus sur des intrigues autour du bac et du lycée. Je pense que ça viendra plus tard. Si je suis encore là, ça va être incontournable parce que même moi je veux savoir avec qui j’ai couché pour donner naissance à ce fils merveilleux [rires].

    Mona a eu un véritable coup de foudre pour Victor (Farouk Bermouga) et ne recule devant rien pour le conquérir. Jusqu’à présent très entreprenante, va-t-elle changer de stratégie pour le faire craquer ?

    Oui, elle va changer de stratégie mais ça ne marchera pas [rires]. On s’en doute. Je ne dévoile rien en disant ça. Mais au moment où on se dit qu’elle va lâcher, elle ne lâche pas. Elle va alors faire complètement l’inverse de ce qu’elle fait et ça c’est très drôle. Étonnement, j’ai eu beaucoup de mal à jouer ce changement.

    Parviendra-t-elle malgré tout à ses fins ?

    Bah non. Il aurait dit oui depuis le temps. Avec le strip-tease et tout, je ne vois pas ce que je peux faire de plus. A part me mettre à poil dans son lit, je ne peux plus rien faire [rires]. 

    Après cette désillusion avec Victor, peut-on s’attendre à voir Mona trouver l’amour ?

    Moi j’aimerais bien. Je laisse la porte ouverte aux scénaristes. Peut-être qu’elle retombera amoureuse du père de Georges ou d’un nouveau personnage. Elle avait essayé avec François Lehaut (Emmanuel Moire) mais bon ça s’est soldé encore par un échec [rires]. Ce qui est drôle, c’est que Mona a des échecs mais elle ne baisse jamais les bras.

    L’arrivée de Vanessa (Victoire Dauxerre) dans la vie de Georges (Mayel Elhajaoui) a mis à mal la relation de Mona avec son fils. Réagit-elle uniquement en mère poule protectrice ou est-elle jalouse de voir Georges lui échapper ?

    Je pense qu’elle est un peu jalouse de voir Georges s’éloigner. Elle n’a pas envie d’être seule donc elle s’accroche à lui. C’est assez réaliste. Il y a beaucoup de femmes pour lesquelles le seul homme de leur vie est leur fils et qui ont du mal à le voir partir.

    Du coup, elle est un peu de mauvaise foi à chaque fois que Georges rencontre quelqu’un. Mais je pense en même temps que Mona n’aime vraiment pas Vanessa. Elle avait de l’affection pour Victoire (Solène Hébert) tandis qu’avec Vanessa, elle sent bien qu’il y a une embrouille. Je ne sais pas ce que c’est mais c’est trop beau pour être vrai.

    Effectivement, les intentions de Vanessa vis à vis de Georges sont loin d’être claires. Mona a-t-elle un plan pour le sortir des griffes de la jeune femme ?

    Mona a déjà exprimé son mécontentement mais pour le moment il n’y a pas de plan.

    On connaît la force du lien qui existe entre votre personnage et Georges. Même si elle lui en veut beaucoup, finiront-ils par se retrouver ?

    Oh oui. Ils vont se réconcilier. Mona boude un peu mais elle n’est pas prête à lâcher l’affaire. Elle habite quand même la porte à côté. Ce n’est qu’une question d’épisodes avant qu’elle ne réinstalle [rires].

    Il y a eu beaucoup de changements pour Mona cette année. Avez-vous été surprise de voir votre personnage retourner sur les bancs du lycée ?

    Ah oui. Quand on m’a dit que Mona retournait au lycée, je me suis dit que cela ne marcherait pas. Et en fait, je n’arrête pas de rencontrer des femmes de cinquante ans qui me disent "mais c’est incroyable, moi aussi j’ai repris mes études". Beaucoup de femmes se retrouvent en Mona et c’est là la force des scénaristes. C’est incroyable. Ce n’est pas du tout de la fantaisie. C’est très touchant.

    Et puis j’aime bien tourner avec les jeunes. Ils sont tous meilleurs les uns que les autres. Il y a vraiment un casting exceptionnel, que ce soit Sixtine DutheilÉlisa Ezzedine ou Juliette Mabilat. Tout le monde. Ils sont vraiment très bons et c’est un bonheur de tourner avec eux.

    Avec un personnage aussi drôle que le vôtre, on imagine aisément qu’il y a eu de nombreux fous rires sur le plateau. Lequel a été le plus mémorable ?

    Quand Mona dit à Georges, "j’ai pas sleeping de la night". Je ne sais pas d’où ça m’est sorti mais ce n’était pas écrit. Et d’un seul coup, Mayel est parti en sucette [rires]. Des fois en impro il y a des trucs comme ça qui sortent.

    Il y a aussi eu la scène où Mona triche avec l’oreillette. C’était très drôle. Avec Clémence Lassalas, on a eu pas mal de fous rires surtout parce que l’oreillette ne tenait pas dans mon oreille. C’était un peu compliqué [rires].

    Parmi les duos iconiques de Demain nous appartient, on se rappelle forcément de celui de Jeanne (Catherine Allégret) et Mona. Peut-on espérer les voir à nouveau réunies à l’écran ?

    J’ai adoré ce duo mais pour le moment ce n’est pas du tout d’actualité. J’adore Catherine Allégret. On s’est vraiment bien entendues et elle a apporté beaucoup de choses à son personnage. Dans le duo, elle rajoutait des trucs qui faisaient exploser la scène. C’est une grande. J’étais très flattée de tourner avec elle, d’autant plus que ça fonctionnait vraiment bien.

    Y- a-t-il des comédiens avec lesquels vous aimeriez partager davantage de scènes ?

    J’aurais aimé tourner avec Anne Caillon que j’adore. Elle me fait rire. On s’est croisées sur une séquence mais on ne tournait pas ensemble et je me dis que ce serait un regret de ne pas tourner avec elle. Avec Ariane Séguillon aussi. Et puis toute la police aussi. J’aimerais vraiment tourner avec eux mais il faudrait trouver une intrigue.

    Mona pourrait rentrer dans la police après ses études par exemple…

    Voilà ! Mona a l’air assez dégourdie et elle pourrait être mentaliste par exemple [rires].

    D’une manière générale, qu’espérez-vous pour l’avenir de votre personnage ?

    Que Mona continue à exister déjà. Peut-être effectivement qu’elle trouve un autre travail. Un truc inattendu comme dans la police par exemple et qu’il lui arrive d’autres aventures. Je fais confiance aux auteurs.

    Elle pourrait se marier aussi. Ce serait une belle scène de mariage. Ce serait drôle [rires]. Tout est ouvert. Cela dit, je suis passée de baby-sitter à strip-teaseuse tout en jouant de la trompette donc je pense qu’on peut aller très loin [rires]. Il y a encore beaucoup de choses à explorer. Tant que je prends du plaisir à jouer Mona, les scénaristes peuvent lui écrire plein d’aventures.

    Avez-vous d’autres projets en dehors de Demain nous appartient dont vous pouvez nous parler ?

    L’un des auteurs de la série H a lancé l’idée de faire éventuellement une cinquième saison. Pour le moment, c’est vraiment de l’ordre du fantasme mais si ça se fait, j’espère renfiler la blouse de Béa.

    Sinon, j’ai tourné une série cet été qui s’appelle Derby Girl dans laquelle je joue une mère de famille un peu envahissante. C’est sur le milieu du patin à roulettes. C’est vraiment très drôle. C’est une très bonne série avec Chloé Jouannet qui est fantastique dans son rôle.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top